En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 15 min 12 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 24 min 34 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 44 min 52 sec
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 57 min 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 6 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 14 heures 41 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 15 heures 37 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 17 heures 53 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 9 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 8 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 18 min 24 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 43 min 13 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 52 min 59 sec
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 14 heures 26 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 8 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 16 heures 40 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 19 heures 34 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 20 heures 54 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 21 heures 17 min
© ANNEGRET HILSE / POOL / AFP
© ANNEGRET HILSE / POOL / AFP
Atlantico Business

Deuxième vague en Allemagne, Portugal, France ? La peur du virus peut faire plus de dégâts que le virus lui-même

Publié le 25 juin 2020
Alors que les signes d’un déconfinement réussi se multiplient, le retour du virus n’est pas exclu, compte tenu du relâchement des comportements en Allemagne, au Portugal et même en France. Moralité, le seul moyen d’éviter un nouveau confinement va être de se protéger.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les signes d’un déconfinement réussi se multiplient, le retour du virus n’est pas exclu, compte tenu du relâchement des comportements en Allemagne, au Portugal et même en France. Moralité, le seul moyen d’éviter un nouveau confinement va être de se protéger.

Le directeur général de l’OMC, l’organisation mondiale du commerce, qu’on n’avait pas beaucoup entendu pendant la Pandémie, estime que la chute du commerce mondial devrait être moins forte que prévue au deuxième trimestre. Il apporte donc sa petite contribution à la perspective d’une sortie de crise au moment où, en Europe, les signes se multiplient montrant une reprise possible de la circulation du virus. En Allemagne, en Suisse, au Portugal et même en France qui ne paraît pas épargnée par ce risque.

Roberto Azevedo, le directeur général de l’OMC, était resté très absent au début de l’épidémie, lui qui bien étrangement, s’est abstenu de mettre en cause la responsabilité de la Chine, oubliant les fondements de sa fonction.  L’Organisation mondiale du commerce a quand même été créée pour favoriser le développement du commerce mondial et surtout, en être le gendarme chargé de veiller à son bon fonctionnement. Notamment après l’arrivée de la Chine sur le marché mondial au début des années 2000.

Aujourd’hui, il sort du silence pour adresser un satisfecit aux gouvernements qui, selon lui, ont dans l’ensemble bien réagi à l’épidémie. D’où « la reprise du commerce mondial ».

Le directeur général de l’OMC n’a pas tort mais se console avec peu.  Parce que la chute du commerce international a été terrible entre le premier et le deuxième trimestre, avec un effondrement de 18 ,5 %. Effondrement historique.

Compte tenu de ce qui s’est passé au deuxième trimestre, ce n’est pas étonnant puisque le monde entier s’est arrêté. La Chine s’est fermée en février, plus d’avions, plus de bateaux, puis les pays d’Asie, la Corée; puis le Moyen-Orient, l'Europe et l’Amérique du Nord et du Sud. Sans refaire le film, c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que tous les gouvernements (ou presque) ont décidé de se confiner pour empêcher la circulation du virus. Tout s’est passé comme si on avait arrêté la circulation du sang. On a mis la planète dans une sorte de coma administratif pour sauver des vies humaines.

Mais pour sauver des vies humaines, on a aussi pris le risque de ruiner toutes les économies. Donc pas d’activité, pas de commerce mondial, pas de croissance et pas d’emplois.

Alors le directeur général de l'OMC pense que la situation se redresse un peu. Heureusement ! Puisqu’après deux mois de purge, les ports se rouvrent, les avions commencent à redécoller et les économies se déconfinent.

La situation peut se redresser plus vite que ce qu’on pensait. Beaucoup d’économistes travaillent sur une courbe en V. Une chute très rapide et très profonde, ce qui s’est passé, suivie d’un redressement tout aussi rapide. Avec des vraies raisons.

La première, c’est que la crise n'a pas détruit les systèmes de production. Les usines, les avions, les machines se sont arrêtées donc on peut les faire repartir.

La deuxième raison, c’est que dans beaucoup de cas, les contrats de travail n’ont pas été cassés. On a organisé le chômage partiel et découvert le télétravail à grande échelle.

Et puis troisième raison, les gouvernements ont assez bien réagi. Dans les pays qui s’étaient préparés, avec des masques et des tests, on a pu limiter les dégâts, la chute d’activité a été moins grave, comme en Allemagne. Dans les pays qui n’étaient absolument pas préparés comme la France, on a tout bloqué mais on a aussi mis beaucoup d’argent pour amortir le choc. Avec le chômage partiel, les aides aux entreprises et les prêts garantis, l’Etat français a mobilisé plus de 500 milliards d’euros.

Les premiers chiffres du déconfinement qui tombent de l’Insee actuellement montrent que les effets sur l’économie sont positifs. Les commerces repartent, les transports, les administrations, les restaurants, et demain les salles de spectacle. Tout repart plus vite que ce qu’on craignait. En amont, l’industrie repart également avec la reprise du travail. Pendant le confinement, l’appareil industriel était tombé à moins de 50% de sa capacité. Aujourd’hui il tourne à 80 %. Dans l’agroalimentaire, dans le digital, dans la chimie, dans le transport aérien. L'automobile a du mal à écouler rapidement ses stocks, les constructeurs ont du mal à inventer l’avenir mais le secteur n’est pas en panne.

La France obéit à une logique de courbe en V. On a très fortement chuté mais on peut rebondir assez vite. Les risques sont très bien connus maintenant.

L’avenir proche va dépendre de trois facteurs  :

D’abord, le facteur social risque d’être très lourd.  Beaucoup d’entreprises ne vont pas se relever parce qu’elles étaient malades avant le Covid. Renault et Air France par exemple, qui sont beaucoup aidées par l’Etat, étaient malades avant. Mais au-delà de ces très gros risques, il y a beaucoup de petites entreprises qu’on ne connaît pas et qui n’ont pas pu bénéficier des prêts garantis parce qu’elles étaient trop mal en point. Cette situation porte en germe une vague de licenciements pour la rentrée. Le principal risque est donc social, compte tenu des restructurations nécessaires dans les secteurs qui étaient malades avant le Covid 19 et dont le virus a révélé la gravité des maladies dans les secteurs industriels.

Ensuite,  le problème peut être financier.  La France a accumulé une montagne de dettes qui représente 120 % du PIB. Une situation avec laquelle on se fait peur parce que normalement à ce rythme, on devrait courir tout droit à la faillite.

Sauf que le poids de la dette se mesure par rapport à l’activité. Or, l’activité s’est écroulée donc le poids relatif est très élevé. Mais si l’activité redémarre, ce qui est le cas, la courbe en V, le % de dette va s’alléger. On peut terminer l’année avec un taux d’endettement ramené à 100% . Par ailleurs, si la France a fait un énorme effort, il faut savoir qu‘elle a minimisé les risques. Sur les 500 milliards d’aides dont tout le monde parle, il y a 400 milliards de prêts (garantis certes) mais qui seront remboursés par les entreprises puisque les banques ne délivrent ces prêts qu’à des entreprises qui vont bien. Enfin, pour couvrir et réassurer la solvabilité des Etats et des banques, la Banque centrale européenne assure la liquidité, les taux d’intérêt sont très bas et pour la première fois l’Europe s’est réveillée pour assurer la solidarité. A court terme, il n’y a donc pas de risque sur la dette.

Enfin, le problème reste sanitaire dans le cas où une deuxième vague d’épidémie se formerait à l’automne. Mais hormis l’inquiétude et même l’angoisse que le virus entretient dans l’opinion dès qu’il bouge, les risques sont désormais gérables compte tenu de l’expérience. Espérons que l’administration du système de santé a tiré les leçons de la première vague, sachant que le pays est désormais mieux équipé en masques, en tests et en salles de réanimation. Espérons aussi que la population va se comporter avec responsabilité. La pratiques des gestes barrières pour casser les chaines de contamination paraît nécessaire, mais pas forcément à tout le monde...

On s’aperçoit, depuis le début de cette affaire, que la peur du virus a imposé le confinement et du coup, a provoqué plus de dégâts que le virus lui-même.  Le seul moyen est de conjurer cette peur et donc de se protéger individuellement. Chose étonnante : on s’aperçoit aujourd’hui que la majorité des Français qui réclamait à juste titre des masques de protection au début de l’épidémie en mars, a tendance aujourd’hui à oublier de les porter, et pas seulement les soirs de fête de la musique...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
xavier69
- 29/06/2020 - 09:22
L’écologisme est le quatrième facteur
Au vu du succès des écolos,un autre facteur sera les investissements lourds dans de énergies pseudos renouvelables qui vont plomber la compétitivité de nos industries ( celles qui restent sic ). Il n’y a qu’a regarder le succès des éoliennes couples à l’abandon du nucléaire n Allemagne ,ce qui a généré des investissements dans des turbines à charbon, nous y allons tout droit,mais comme il n’y a pas de charbon,on prendra du gaz,c’est plus cher.