En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

01.

Prévoir le diabète

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 9 min 20 sec
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 3 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 3 heures 57 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 4 heures 46 min
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 19 heures 58 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 21 heures 24 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 21 heures 56 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 1 jour 33 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 51 min 1 sec
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 3 heures 13 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 3 heures 36 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 4 heures 19 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

il y a 5 heures 1 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 20 heures 11 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 21 heures 40 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 22 heures 33 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 1 jour 51 min
© MARCEL MOCHET / AFP
© MARCEL MOCHET / AFP
Seabed 2030

1/5e du fond des océans est désormais cartographié. Et voilà pourquoi ça nous est utile

Publié le 24 juin 2020
D'après les équipes de Seabed 2030, un projet qui vise à cartographier les fonds marins, un cinquième du plancher océanique est déjà cartographié. Ces étapes sont décisives pour la connaissance des fonds marins.
Walter R. Roest
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Walter R. Roest est chercheur à l'IFREMER. Ancien membre de la Commission des Limites du Plateau Continental, ONU. Unité de Recherche Géosciences Marines. Département Ressources physiques et Ecosystèmes de fond de Mer - REM. Ifremer.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après les équipes de Seabed 2030, un projet qui vise à cartographier les fonds marins, un cinquième du plancher océanique est déjà cartographié. Ces étapes sont décisives pour la connaissance des fonds marins.

Atlantico.fr : Selon les équipes de Seabed 2030, un projet qui vise à cartographier les fonds marins, un cinquième du plancher océanique est aujourd’hui cartographié. Pourquoi est-ce si important ? 

Walter R. Roest :  Le plancher océanique, qui représente 70% de la surface de notre planète, est relativement peu connu. On estime qu’il y a 20 ans environ, seulement 5% de cette surface l'était. Mais cela ne veut pas toujours dire que la résolution convenait pour étudier correctement ce relief et l'ensemble des processus associés. Et c'est là où se trouve toute la subtilité de ce que l'on connaît des fonds marins. Il y a quelques années, il y a eu cette très bonne initiative ; Seabed 2030. Le but principal est d'améliorer la connaissance de la topographie des fonds marins, ce qu'on appelle la bathymétrie, ou le relief sous-marin. Et l'idée était de tout d’abord recenser toutes les données qui existent parce une partie est restée dans les placards des scientifiques qui ne les ont pas diffusés à l'époque ou dans les archives de l’industrie. 

Il y a donc plusieurs objectifs au travers de Seabed 2030. À commencer par le fait de réunir toutes données qui existent, qui sont de bonnes qualités et qui ont été acquises avec des moyens modernes acoustiques à partir de navires, afin d'améliorer notre connaissance des fonds marins. 

Deuxièmement, l’initiative essaie de promouvoir un effort afin d'acquérir de plus en plus de données chaque fois que cela est possible. Par exemple, certains navires scientifiques traversent un océan simplement pour aller vers une autre zone d'étude, et pendant ce transit, les données ne sont pas toujours acquises. On pourrait dévier ces transits pour couvrir des zones où on n'a pas de données et on pourrait acquérir des données manquantes de cette façon.

Et enfin, je dirais qu'avec l'évolution de la technologie, il faudrait imaginer des types de drones ou des engins autonomes, afin multiplier les moyens d’acquisition de données. 

À partir de l'espace, on ne peut pas faire une carte de topographie des fonds marins, c'est impossible. Donc, il faut y aller avec des mesures acoustiques. Et ça se fait forcement par un engin qui se trouve dans l'eau, sur un bateau ou en autonomie.  

Ainsi, l'objectif est, avec le programme de Seabed 2030, d’essayer d'obtenir une cartographie « acceptable » avec une résolution adaptée, qui pourra varier en fonction de la profondeur et les secteurs. 

Pourquoi est-il indispensable aujourd'hui d'avoir de très bonnes cartes des fonds marins ? 

Il est très important que ces données et ces cartes soient disponibles pour tout le monde et pour tous les usagers. Les scientifiques comme moi en ont besoin pour étudier la façon dont les fonds marins se forment, comment la tectonique des plaques fonctionne et pour étudier aussi des risques naturels associés à des failles actives, associées aux tremblements de terre, et des tsunamis qui peuvent en résulter.

Aujourd'hui, on s'en rend compte du rôle important de l'océan. On dit toujours qu'il y en a trois, en réalité, il n'y en qu'un seul océan. C'est une seule masse d'eau avec des courants à différents niveaux, des grands courants très profonds et des courants plutôt au milieu de la masse d'eau ainsi que des courants de surface. Ces courants sont influencés par la forme des fonds marins, donc par la bathymétrie, et ces courants jouent un rôle extrêmement important dans l'évolution du climat.

Si on veut étudier le climat, l'interaction entre l'atmosphère et l'océan, il faut donc également bien connaître les fonds marins.

La deuxième question, qui est plutôt dans mon domaine d'expertise, la géodynamique...Concernant la tectonique des plaques, comment cela fonctionne, comment les différentes plaques tectoniques bougent et sont liées à des failles actives... D'autant plus que tous les modèles de tsunami ont besoin de connaissances du relief sous-marin relativement précises. 

Enfin, il y a la question de ressources. Si on parle de ressources, on parle beaucoup de pétrole, de gaz et aussi des ressources minérales. Mais il faut aussi penser aux énergies marines renouvelables, implémentations éolien en mer ou d'autres engins qui récupèrent par exemple l'énergie des vagues ou les énergies des courants pour en faire de l'électricité. Tous ces systèmes là aussi ont besoin d’une cartographie précise et là, on est proche des côtes et on a besoin d’une précision qui est beaucoup plus élevée, presque métrique des reliefs des fonds marins. 

À combien de temps estimez-vous la cartographie de l'ensemble du plancher marin ? 

Seabed 2030 l'estime à 10 ans le temps nécessaire pour finaliser la carte! Mais dans ces 10 ans, il y a une variabilité de résolution qui est admis. À l'Ifremer, où je travaille, nous avions estimé avec un de mes collègues il y a quelques années qu'il nous faudrait deux cents ans de navire en continu avec des équipements modernes pour cartographier l'ensemble des océans. 

Je pense en tout cas que Seabed 2030 est une excellente initiative.  Mais pour moi, ce ne sera pas la carte définitive parce qu'on va toujours trouver, pour une raison ou une autre, qu'à tel ou tel endroit, ce que l'on avait accepté comme suffisant en 2020, n'est pas aussi bon que ce qu'on le souhaitait.  Par exemple, vous l'avez peut-être lu dans la presse : une équipe de l'Ifremer, de BRGM, d'IPG Paris ont trouvé un volcan qui est en train de naître au large de Mayotte. Ce volcan-là, il est à environs 3000 m de profondeurs et a plusieurs centaines de mètres d’hauteur, c'est quand même un événement assez important, associé aux tremblements de terre qui sont ressentis beaucoup sur l'île et qui inquiètent la population. La bonne résolution et la précision de la mesure ont été très importantes pour cette découverte. 

Bref, cartographier les fonds des océans prendra du temps, mais Seabed 2030 permettra aussi, peut-être, de développer des drones qui coûtent probablement chers, mais qui pourront tourner 24 heures sur 24 pendant six mois par an ! Il faut donc être optimiste. Petit à petit, nous allons trouver d’autres solutions pour acquérir les données. En impliquant aussi de navires d’opportunité, de plaisance par exemple, ou de croisière.

copyright Ifremer/EXTRAPLAC

Vue en 3D du relief des fonds marins dans la région des lles Kerguelen dans l'océan indien. Les couleurs vives montrent les parties ou nous avons une cartographie moderne. Dans les zones en bleu foncé, nous n'avons pas encore ce détail par manque de données.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires