En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 1 heure 19 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 3 heures 57 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 4 heures 34 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 6 heures 1 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 16 heures 15 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 17 heures 14 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 22 heures 4 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 2 heures 32 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 5 heures 20 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 5 heures 59 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 6 heures 17 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 16 heures 27 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 20 heures 29 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 22 heures 31 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Remaniement

Edouard Philippe caracole loin devant Emmanuel Macron dans les sondages : raison de plus pour le garder. Ou pour le renvoyer... ?

Publié le 23 juin 2020
Emmanuel Macron a-t-il intérêt à remplacer son Premier ministre ou doit-il le maintenir à la tête du gouvernement au regard de sa popularité dans l'opinion ? Comment Emmanuel Macron peut-il regagner la confiance des Français ?
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a-t-il intérêt à remplacer son Premier ministre ou doit-il le maintenir à la tête du gouvernement au regard de sa popularité dans l'opinion ? Comment Emmanuel Macron peut-il regagner la confiance des Français ?

Atlantico.fr : Alors qu'Edouard Philippe caracole en tête des sondages face à Emmanuel Macron, le président a-t-il davantage intérêt à remplacer son Premier ministre qu'à le garder à la tête du gouvernement ?

Bruno Cautrès : Les deux options présentent des avantages et des inconvénients.  Remplacer Edouard Philippe, alors que son personnage est maintenant bien connu des français qui ont apprécié sa gestion de la crise sanitaire, présente un part de risque importante néanmoins. Par ailleurs, l’électorat de centre-droit apprécie que l’un des leurs soit à la tête du gouvernement. Ne pas le remplacer, c’est en revanche prendre le risque de ne pas « imprimer » dans l’opinion publique qu’un changement de cap est pris par Emmanuel Macron. Quoi qu’il en soit, je crois que pour l’exécutif le problème n’est pas vraiment dans le ratio coûts / avantages de ces deux options. Si Emmanuel Macron décide qu’il est temps de changer de Premier ministre, son problème sera de livrer aux Français une explication crédible et convaincante des raisons qui ont conduit à cette décision : qu’est-ce que le ou la nouvelle chef du gouvernement sait faire, sait incarner, qu’Edouard Philippe ne pouvait faire ou incarner. Répondre à cette question est importante puisque les Français apprécient davantage (et même bien davantage) Edouard Philippe qu’Emmanuel Macron. Enfin, s’il faut incarner un changement de cap par un changement de chef du gouvernement, quelle explication donnera Emmanuel Macron sur le bilan des trois ans de gouvernement d’Edouard Philippe ? Changer le Premier ministre pour reprendre les réformes en cours serait un peu contradictoire.

Emmanuel Macron a-t-il raison de s'inquiéter de la popularité de son Premier ministre ?

Non, s’il s’en inquiète c’est une erreur de jugement. Edouard Philippe n’a pas un profil de « Brutus » et ne se situe pas dans le cadre d’une candidature à l’Elysée, du moins pour 2022. De toute façon, il lui serait politiquement impossible d’expliquer aux Français qu’il veut être candidat en 2022 contre Emmanuel Macron alors qu’il aurait été son premier ministre pendant 3 ans. Ce qui doit inquiéter Emmanuel Macron, en revanche, ce sont les raisons pour lesquelles, malgré une implication considérable dans la gestion de la crise, malgré les multiples tentatives pour se « réinventer », son image reste inchangée dans l’opinion. Il en avait été de même après le Grand débat national ; où l’implication du chef de l’Etat avait été également considérable. En ce qui concerne les inquiétudes qu’il pourrait avoir à propos de la popularité d’Edouard Philippe, il ne doit pas oublier que l’actuel Premier ministre dispose d’une assez bonne image parmi les sympathisants LR. Or, cette frange de l’électorat va jouer un rôle décisif en 2022.  Si Emmanuel Macron remplaçait Edouard Philippe par une personnalité venue du centre gauche, cette frange de l’électorat aurait en ligne de mire des questions importantes pour des électeurs de centre-droit (les impôts, les taxes, les déficits, le nombre de fonctionnaires) et surveillerait attentivement les décisions prises par l’exécutif pour mettre en œuvre le nouveau cap d’Emmanuel Macron.

Quelles solutions Emmanuel Macron a-t-il à sa portée afin de retrouver une popularité dans l'opinion ?

C’est très complexe. L’image d’Emmanuel Macron est aujourd’hui assez figée dans l’électorat. D’un côté une minorité de Français voit en lui un réformateur courageux et « qui fait les réformes que personne n’a fait avant lui ». C’est son socle de 2017 au premier tour. Un majorité de Français un une mauvaise image de lui : le « président des riches », trop « arrogant » et qui est incapable de comprendre les problèmes des Français. Durant toute une première partie de son quinquennat, une partie de l’opinion était hésitante et disait : « il faut lui laisser sa chance », il est jeune et il apprend de ses erreurs. Mais cette part s’est réduite : Emmanuel Macron a effectué près des 2/3 de son mandat et mécaniquement cette partie de l’électorat, en attente bienveillante vis-à-vis du chef de l’Etat, s’est forcément rangée dans l’un ou l’autre des deux camps, les « pro » et les « anti » Macron. Il ne faut pas oublier que le regard que portent les Français sur Emmanuel Macron est en partie relatif : ils ne voient toujours pas d’alternative. Ce qui est surprenant, dans notre vie politique aujourd’hui, c’est non seulement à quel point l’image du chef de l’Etat est figée mais à quel point les partis politiques traditionnels n’arrivent pas à catapulter dans l’espace public une personnalité qui incarnerait pour leurs électeurs une alternative. Comment expliquer qu’en trois ans aucun élu local PS ou LR, jeune, talentueux, ambitieux, n’ait pu sortir des rangs, casser les codes et s’affirmer ? Et qu’attendent ces formations politiques pour nous faire connaître les concepts, les mots-clefs, les thèmes qu’ils veulent incarner en 2022 ? On ne saura où l’opinion publique en est vis-à-vis d’Emmanuel Macron pour 2022 que lorsque des personnalités issues des formations politiques qui ont exercé le pouvoir se seront clairement mises sur les rangs et donneront de l'ampleur à leurs propositions. Côté Rassemblement national, tout le monde sait où l’on en est à cet égard : Marine Le Pen sera candidate en 2022 et Jordan Bardella occupera sans doute une place de choix dans sa campagne. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires