En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 39 min 23 sec
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 2 heures 40 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 4 heures 12 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 5 heures 36 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 8 heures 9 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 8 heures 58 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 10 heures 42 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 2 heures 18 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 3 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 5 heures 33 sec
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 7 heures 58 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 9 heures 41 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 10 heures 46 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Atlantico Business

Pour relocaliser ses industries, la France va découvrir qu’il ne suffit pas d’être souverainiste mais compétitive et attractive

Publié le 23 juin 2020
Si Emmanuel Macron veut relocaliser les industries jugées essentielles dans le pays, il n’a pas d’autre choix que de revenir sur le terrain de l’attractivité économique et la compétitivité, comme au tout début de son mandat.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si Emmanuel Macron veut relocaliser les industries jugées essentielles dans le pays, il n’a pas d’autre choix que de revenir sur le terrain de l’attractivité économique et la compétitivité, comme au tout début de son mandat.

Pas de masques, pas de tests, pas d’équipements médicaux. On ne reviendra jamais assez sur le triste constat que le pouvoir a essayé d’ignorer au début de l’épidémie. Mais il fallait se rendre à l‘évidence. La France était complètement dépendante de ses quelques fournisseurs étrangers et notamment chinois pour assurer ses approvisionnent en masques, en tests et plus généralement en produit essentiels à l’état sanitaire qui se retrouvait en risque. La catastrophe économique et sociale provoquée par l’épidémie du coronavirus a mis en évidence la pauvreté de nos équipement industriels. Du haut en bas de l’Etat, on s’est aperçu que la France, puissance économique mondiale, était sans doute un pays formidable, champion du monde des industries touristiques et gastronomiques, start-up nation en puissance, mais un pays qui avait perdu les équipements industriels de base pour satisfaire des besoins essentiels de protection et d’hygiène.

Dans le discours, l’exécutif a promis qu’il fallait nécessairement restaurer un appareil industriel, prendre de la distance avec l’euphorie de la mondialisation et dans les faits, il a entrepris de rapatrier certaines fabrications stratégiques comme celles des équipements médicaux et des produits pharmaceutiques afin de s’affranchir de nos fournisseurs.

Si le plan de soutien à l’économie à plus de 100 milliards d’euros a rassuré, il était surtout destiné à l’urgence et au soutien aux entreprises déjà présentes sur le territoire. Il s’agissait de financer des mesures comme le chômage partiel ou le fonds de solidarité aux indépendants et aux entreprises, de mobiliser des ressources pour garantir les prêts aux entreprises ou de s’équiper en urgence en matériel sanitaire. Il a fallu aussi répondre à la grogne sociale et accorder des primes de revalorisation au personnel soignant.

Mais, pour donner un second souffle à l’économie, pour éponger un taux de chômage qui va exploser dès l’automne, l’économie va avoir besoin d’un véritable plan de relance de l’économie. De débloquer la consommation et favoriser les investissements. D’un côté, se lancer dans les activités nouvelles mais de l’autre, rapatrier des productions dans des secteurs stratégiques. Facile à dire, parce que les relocalisations ne se décident pas d’un claquement de doigt. Pour relocaliser une industrie, encore faut-il que l’industriel ou l’investisseur y ait intérêt. Parce que s’il est parti dans les pays émergents, ce n’est évidemment pas par hasard. 

Aujourd’hui, il s’agit de sécuriser les chaines de valeur, qui sont éclatées dans le monde et surtout en Asie.  L’idée serait par la même occasion de recréer des bassins d’emplois industriels en France. Mais pour engendrer ces relocalisations, il faudra bien plus que les 600 millions d’euros de Sanofi pour la construction d’une nouvelle usine de vaccin. Il faudrait une vague d’investissements.

Comme en début de son mandat, Emmanuel Macron va devoir réinventer l’attractivité de l’économie française. Découvrir les moyens d’une nouvelle compétitivité. Les beaux discours sur la nécessité d’une souveraineté française dans le domaine du médicament ou du numérique ne suffiront pas à faire venir les acteurs économiques. Il leur faudra des actes, des avantages relatifs et il faudra, pour le président de la République et plus que jamais, adopter de nouveau le discours « Choose France », son credo depuis le début de mandat, tout en l’adaptant à la nouvelle situation économique. Les moyens existent, encore faut-il qu’ils soient acceptés par le marché.

La TVA sociale qui reviendrait à taxer plus fortement les produits importés de l’étranger est parfaitement envisageable, à condition de ne pas provoquer des mesures de rétorsion. Qu‘on le veuille ou non, la TVA sociale sur les produits importés revient à mettre une barrière protectionniste. Et donc à prendre le risque d’une mesure de rétorsion sur les produits exportés.

Avec la TVA sociale, le taux de TVA augmenterait pour tous les produits. Mais en contrepartie, les cotisations patronales baissent, pour les entreprises en France. Pour les produits français – ou européens, le résultat serait assez indolore puisqu’il y aura un effet de compensation. Pour les produits provenant des pays à faible cout de main d’œuvre, cela entrainerait une hausse des prix. D’où le risque pour eux de perdre une part de leurs activités. Les recettes de cette TVA seraient destinées à financer les dépenses de protection sociale, d’où son nom de « sociale ».

Ce mécanisme de compensation résoudrait le problème de l’écart de prix entre le « made in France » et les produits chinois. Car, quoiqu’on en dise, le prix reste aujourd’hui le premier critère d’achat et incite bien souvent le consommateur à choisir pour le produit qui fera le moins de mal à son porte-monnaie. C’est le même comportement qu’adoptent les entreprises, qui se tournent systématiquement, dans le cadre de leurs achats de BtoB, vers l’international pour aller chercher la compétitivité. Un moyen de faire changer les comportement, mais la TVA sociale impliquerait une conséquence sur le pouvoir d’achat et il faudrait alors, pour l’exécutif, fournir un gros travail d’explications auprès de l’opinion.

La deuxième piste, pour privilégier le retour des entreprises et de leurs fabrications, serait d’alléger le poids des impôts et des charges. Si le coût du travail joue un rôle dans les délocalisations, le prix de revient est aussi plus élevé en France à cause des impôts dits de production, qui pèsent deux fois plus que l’impôt sur les sociétés.

Ces impôts de production, qui s’appliquent avant même que l’entreprise ne dégage un chiffre d’affaires, sont en France, particulièrement élevés.  Ils sont déconnectés du résultat dégagé par l’entreprise mais calculés sur d’autres critères : chiffre d’affaires, masse salariale, importance du foncier et il en existerait plus de 900 différents, dont les plus connus cotisation foncière des entreprises, contribution sociale de solidarité des sociétés et cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises.

Une troisième piste serait de revenir vers la taxe carbone ou de prendre en compte les coûts externes sur l’environnement. L’une des composantes du prix de revient des produits importés (ou pas) se cache dans le transport et dans le coût de l’émission de CO2. La fixation d’un prix à payer sur le carbone émis à la production ou au transport inciterait les investisseurs à opter pour des fonctions de production plus rationnelles, et moins consommatrices d’énergie.

La boite à outils anti-délocalisations est principalement remplie d’expédients. Le cœur de l’attractivité industrielle se situe au niveau de la compétitivité du produit. Et cette compétitivité ne dépend que de deux facteurs :

Le premier est la qualité de l’offre et le montant de la valeur ajoutée. L’innovation technologique. La puissance des grands pays industriels dépend avant tout de leur potentiel d’innovation et de recherche.

Le deuxième facteur dépend de la combinaison entre le prix de la main d’oeuvre et des charges sociales, c’est à dire du cout du modèle social. Il est évident que le poids des dépenses publiques et sociales, qui se retrouve d’une façon ou d’une autre dans le prix de revient des produits, hypothèque la compétitivité.

Paradoxe : le poids des dépenses publiques permet de soutenir un modèle social de qualité et les contraintes environnementales prouvent la volonté de respecter l’environnement. Ces deux éléments participent aussi à l’attractivité de l’économie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DANIEL74
- 24/06/2020 - 08:46
Antoine PINAY
En 1974, à la prise de pouvoir par l'oligarchie il avait suggéré de
Remplacer toutes les charges sur salaires par une taxe et non une TVA récupérable par certains par une taxe sur tout chiffre d'affaires et sur les énergies produites et consommées. Pas de Grenelle mais du bon sens afin de ne pas distribuer l'argent du contribuable à des associations faux nez ou syndicats ou monopoles d'état. Respect et Dignité ce qui n'existe plus au sommet de la pyramide FRANCE DES COPAINS/COQUINS
DANIEL74
- 24/06/2020 - 08:39
Les solutions existent
Antoine PINAY, Homme intelligent et non trop instruit à la pensée unique av
moneo
- 23/06/2020 - 22:35
l'erreur est humaine
taux d échange de l'euro à sa création 6,55957