En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

07.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 1 heure 10 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 5 heures 35 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 7 heures 43 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 8 heures 6 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 21 heures 14 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 2 heures 50 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 4 heures 11 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 4 heures 34 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 5 heures 11 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 6 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 6 heures 35 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 7 heures 19 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 8 heures 43 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 21 heures 38 min
© CHRISTOPHE SIMON / AFP / POOL
Elections municipales Marseille AFP
© CHRISTOPHE SIMON / AFP / POOL
Elections municipales Marseille AFP
Élections en vue

Municipales à Marseille : la guerre des secteurs fait rage entre les candidats

Publié le 21 juin 2020
À Marseille, la bataille des municipales prend une tournure quasi nationale. Entre accusations de corruption, clivage gauche-droite, affrontements des partis dans les arrondissements et opposition entre quartiers modestes et quartiers riches, ces élections ont un fort enjeu politique.
Virginie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin est une professeure-chercheure à Kedge Business School et politologue française. Elle est présidente du Think Tank Different, laboratoire politique créé en 2012, et est l'auteur de Ce monde qui nous échappe : pour un universalisme...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
À Marseille, la bataille des municipales prend une tournure quasi nationale. Entre accusations de corruption, clivage gauche-droite, affrontements des partis dans les arrondissements et opposition entre quartiers modestes et quartiers riches, ces élections ont un fort enjeu politique.

À Marseille, la bataille des municipales prend une tournure quasi nationale. Entre accusations de corruption, clivage gauche-droite, affrontements des partis dans les arrondissements et opposition entre quartiers modestes et quartiers riches, ces élections ont un fort enjeu politique.

Le scrutin va aussi permettre d’évaluer les rapports de force politiques dans la ville, après le long épisode Jean‑Claude Gaudin, maire de Marseille depuis 1995, qui a renoncé à briguer un cinquième mandat.

Politiquement, se joue une pièce où les cavaliers seuls, tels Bruno Gilles (sénateur des Bouches-du-Rhône, candidat dissident Les Républicains) ou Samia Ghali (sénatrice des Bouches-du-Rhône, ex-PS), se heurtent aux coalitions partisanes et où le candidat La République en marche (LREM) sans expérience ni implantation, fait face à un jeu qui semble le dépasser.

Le Rassemblement national, relativement bien implanté dans certains arrondissements, affronte de son côté les grandes coalitions traditionnelles que sont les forces de gauche et celles de droite.

Sociologiquement, les résultats du premier tour des municipales révèlent les fractures de la ville : quartiers modestes qui se tournent plutôt vers la gauche, quartiers en très grande précarité qui peuvent être séduits par le RN, arrondissements aisés qui sont en général séduits par la droite.

Outre ces enjeux forts, la loi Paris-Lyon-Marseille (PLM), instaurée dans les années 1980 dans les trois plus grandes villes françaises, complique le jeu électoral de la cité phocéenne et fige aussi les stratégies.

 

La loi PLM divise Marseille en bastions électoraux

Ce mode de scrutin demande non pas de gagner la ville en nombre de voix, mais de gagner des conseillers par secteur. Les électeurs votent en effet pour les conseillers d’arrondissements et les conseillers municipaux, qui désigneront le maire à l’issue du second tour.

À Marseille, cette loi a conduit, en 1983, à un premier découpage par Gaston Defferre, alors maire de Marseille et ministre de l’Intérieur, puis à un second en 1986 par Charles Pasqua, son successeur place Beauvau sous Jacques Chirac.

Ce découpage au « hachoir », comme le disent certains, a pu faciliter le maintien de la droite depuis 20 ans (entretien avec un candidat). Certains expliquent en effet que dans le redécoupage opéré par Charles Pasqua, il s’est agi de faire des paires d’arrondissements très différents sociologiquement : l’un modeste, l’autre aisé, mais que numériquement, l’arrondissement le plus aisé étouffait le plus modeste. C’est le cas des VIe et VIIIe arrondissements par exemple, qui forment le 4e secteur.

 

À lire aussi : La loi « Paris–Lyon–Marseille » : un scrutin opaque, complexe et peu démocratique

 

La ville comporte huit secteurs, chacun composé donc de deux arrondissements. Il s’agit bien d’être tactique pour gagner. Les secteurs sud, sociologiquement plus aisés, sont plus privilégiés par la droite, ceux du nord, plus modestes, plutôt par la gauche et le RN. En d’autres termes, les candidats de droite misent davantage sur les arrondissements du sud et ceux de gauche, sur ceux du centre et du nord.

D’autres secteurs sont plus hétérogènes : le 1er secteur par exemple, regroupe un arrondissement populaire avec les quartiers de Noailles et de Belsunce, et un arrondissement plutôt chic du côté de la corniche et de Bompard.

 

À ces éléments, ajoutons le personnage de Jean‑Claude Gaudin, membre du parti Les Républicains (LR), maire depuis 1995, dont la figure plane sur la campagne, bien qu’il ne se représente pas.

Quelle que soit la couleur politique du futur maire, il s’agira d’une femme : Michèle Rubirola, candidate du Printemps marseillais (très large coalition de gauche), arrivée en tête au premier tour, ou Martine Vassal (LR), qui s’est placée en 2e position.

Ce rapide tableau nous permet de proposer quelques éclairages sur cette élection à fort enjeu.

 

Opposition nord-sud : l’éternel combat entre quartiers modestes et aisés

Marseille est une ville particulièrement hétéroclite. Cette capitale du sud, composée de 111 « villages » est finalement divisée en 3 zones : les quartiers nord (secteurs 7 et 8), les quartiers sud (secteurs 1, 4, 5 et 6) et une zone de transition formée par le cœur de ville (secteurs 2 et 3). La ville est tellement scindée, que finalement « chacun voit midi à sa porte » nous confiait un membre d’une des équipes de campagne. Les quartiers sud réclament de la propreté, quand les quartiers nord demandent plus de sécurité.

Le cœur de ville lui, a besoin d’être mieux aménagé sans tomber dans une éventuelle gentrification, estiment certains responsables politiques que nous avons interrogés.

Pourtant, dans une ville aussi découpée et divisée, il ne faut jamais oublier, nous disait un candidat, que les destins du nord et du sud demeurent liés.

Il reste, par ailleurs, que la ville est marquée par de nombreuses dérives clientélistes. Un clientélisme décrit par le sociologue Cesare Mattina, qui évoque des demandes faites aux élu·e·s qui sont souvent d’ordre privé : aide pour les crèches, le logement, le travail.

Ces données sociologiques se répercutent électoralement : l’écologiste Michèle Rubirola et le Printemps marseillais (union de partis de gauche dont le PS, le PCF, LFI, et de mouvements citoyens), séduisent très fortement le cœur de ville. Michèle Rubirola arrive ainsi en tête, au premier tour des municipales, dans les trois premiers secteurs et y frôle parfois les 40 % (39,02 % dans le 1er secteur et 37,38 % dans le 3e secteur). Ces quartiers de « transition » sont plutôt populaires, mais n’ont pas la rugosité des quartiers nord, séduits par le RN.

Martine Vassal (LR), arrive en première position dans les quartiers aisés du sud de la ville avec des scores autour des 30 %.

Le Rassemblement national (RN) est lui en tête dans le 7e secteur qui recouvre une partie des quartiers nord. Mais le RN passe en deuxième position, avec tout de même 22,17 % des suffrages exprimés, derrière la sénatrice Samia Ghali, ex-PS, dans le secteur 8 qui regroupe l’autre partie des quartiers nord des XVᵉ et XVIᵉ arrondissements.

 

L’échec du jeu des alliances brouille les cartes

Trois sociologies de population, trois résultats électoraux très tranchés : des fractures sociales et donc politiques fortes se jouent devant nos yeux, Marseille étant loin d’avoir réussi sa mixité sociale.

Dans ce contexte sociologique très marqué par les disparités entre quartiers modestes et quartiers riches, Yvon Berland, le candidat de La République en marche (LREM), ne dépasse les 10 % que dans le 4ᵉ secteur, le plus aisé de la ville. Dans les autres secteurs, ses scores sont très bas, avoisinants les 5 à 8 %. L’échec de l’implantation locale du parti du président est patent à Marseille ; la loi PLM compliquant encore un peu sa conquête de la cité phocéenne.

De son côté, Bruno Gilles (divers droite) parvient à confirmer sa bonne implantation dans les secteurs 2 et 3

Et comme souvent, à quelques semaines du second tour, certains vont tenter d’emporter la ville, car leur implantation relativement complète sur la cité le leur permet, quand d’autres jouent plutôt à valoriser leur propre notoriété, leur seul nom, pour pouvoir entamer des négociations autour de ce « name branding ».

D’ailleurs, les alliances n’ont pas abouti : LREM a subi ce que certains ont appelé une « humiliation » dans ses négociations. Le Printemps marseillais aurait fait miroiter jusqu’au dernier moment une éventuelle possibilité d’alliance avec Yvon Berland, la droite n’a donc pas eu la main ni la possibilité de récupérer ce candidat de la majorité. Le « En même temps » de LREM qui conclue de potentielles alliances parfois avec la droite, parfois avec la gauche et qui, faute d’implantation réelle, a besoin des autres partis pour se maintenir, n’a pas été concluant à Marseille.

Certains refus d’alliances ont été justifiés au nom de la formule « ni système ni extrême(s) ». C’est-à-dire le refus en bloc de Martine Vassal (LR), vue comme l’héritière du « système Gaudin », du Rassemblement national (RN) et de l’alliance des gauches qui inclue La France insoumise.

 

Le maintien du candidat divers droite Bruno Gilles affaiblit Martine Vassal, bien sûr. Mais celle-ci pourra tout de même compter sur quelques conseillers municipaux supplémentaires grâce au retrait du Printemps marseillais dans les quartiers nord (en la personne de Jeremy Bacchi), cette liste s’étant retirée pour faire barrage au Rassemblement national (RN).

Ce front républicain face au candidat du Rassemblement national Stéphane Ravier fragilise d’ailleurs la gauche dans sa conquête de la mairie. Mais c’est un retrait que la gauche assume pleinement, au nom, dit-elle, de l’éthique de conviction et de responsabilité, chère au sociologue Max Weber.

 

Traité de paix entre la gauche et la droite ?

Finalement, l’histoire politique et électorale de la ville de Marseille s’explique en partie par cette fameuse loi PLM qui est une élection par secteur.

Ce mode de scrutin, outre son aspect peu démocratique, favorise le clientélisme de quartier. Il permet les destins individuels sur des petites pastilles géographiques, comme Bruno Gilles dans le 3e secteur (dont il fut maire de maire de 1995 à 2017) ou Samia Ghali dans le 8e secteur (dont elle fut maire de 2008 à 2017). Il est en effet possible d’avoir une mainmise forte sur certains arrondissements, voire secteurs, et d’être un leader puissant sur une partie très limitée de la ville.

Ce mode de scrutin pousse aussi les candidats à bichonner certains secteurs et à en délaisser d’autres puisque la loi PLM entérine une victoire via les secteurs et non par nombre de voix.

C’est vrai à Marseille, comme à Lyon et Paris. Cette loi doit être remise à plat pour davantage de démocratie locale.

Au-delà de ce mode de scrutin, à Marseille, le clivage gauche-droite joue à fond ; Martine Vassal et ses équipes ont ainsi appelé à lutter contre ce qu’ils appellent « le péril rouge » en évoquant le Printemps marseillais.

Alors que du point de vue national, le président de la République n’a de cesse d’évoquer la fin de ce clivage, la cité phocéenne remet en ordre de marche cette séparation entre les « partis de l’ordre » et ceux « du progrès », comme on les nomme traditionnellement.

Cela est certainement rassurant pour les partis de gauche, à moins de deux ans de la présidentielle de 2022. Si les formations classiques ont une chance de battre Emmanuel Macron, s’il se représente, ce sera en ravivant ce clivage – même corrigé de nouveaux enjeux venant compliquer l’affaire, par exemple la question européenne.

À Marseille, il y a de toute façon fort à parier qu’au soir du 28 juin, on ne puisse pas savoir avec certitude qui sera élue maire la semaine d’après. Que la gauche ou la droite l’emporte, gouverner la ville ne sera pas chose aisée, faute de majorité forte et stable.

 

Article à lire sur The conversation : https://theconversation.com/municipales-a-marseille-la-guerre-des-secteu...

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 22/06/2020 - 12:22
Ah mademoiselle Martin
Quelle puissante analyse!!!! Sans abonnement à Atlantico, on n'aurait pas le bonheur de lire mademoiselle Martin...