En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 12 min 11 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 15 min 20 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 15 min 20 sec
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 15 min 21 sec
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 15 min 21 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 15 min 21 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 12 heures 21 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 14 heures 33 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 12 min 38 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 15 min 20 sec
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 15 min 21 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 15 min 21 sec
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 15 min 21 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 15 min 21 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 12 heures 8 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 12 heures 47 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 15 heures 21 min
© MYCHELE DANIAU / AFP
© MYCHELE DANIAU / AFP
Effondrement

En 2020, le salaire moyen baissera de 5 à 10%… vers un carnage social ?

Publié le 20 juin 2020
Le décrochage du salaire moyen en France est encore passé inaperçu, mais il devrait prochainement être le phénomène social le plus marquant de l’année 2020. Il s’agit de l’une des conséquences majeures de la crise du coronavirus, et probablement l’un des préludes les plus visibles d’une grande correction sociale qui commence en France.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le décrochage du salaire moyen en France est encore passé inaperçu, mais il devrait prochainement être le phénomène social le plus marquant de l’année 2020. Il s’agit de l’une des conséquences majeures de la crise du coronavirus, et probablement l’un des préludes les plus visibles d’une grande correction sociale qui commence en France.

L’année 2020 devrait être marquée par plusieurs événements sociaux majeurs : un décrochage puissant de la masse salariale qui se traduira par un décrochage du salaire moyen français. Ces deux phénomènes extrêmement rares font entrer le pays dans une zone politiquement inconnue, car nul ne sait comment les Français, et singulièrement les salariés du secteur privé, réagiront à ces replis violents. 

Un effondrement cataclysmique de la masse salariale

Le point le plus inquiétant est aussi le plus invisible à l’oeil nu : l’effondrement brutal de la masse salariale du secteur privé qu’anticipe le réseau des URSSAF (l’Agence Centrale des Organismes de Sécurité Sociale). Selon les prévisions livrées courant juin, l’effet de la récession et du confinement sur les salaires du secteur privé devrait être redoutable. 

La masse salariale a donc diminué de 10% en un mois, et de plus de 7% par rapport à l’année précédente. En tendance longue, le phénomène pourrait être redoutable même si les officines statistiques peinent à le quantifier aujourd’hui. 

On remarquera tout de même que la Commission des Comptes de la sécurité sociale n’est guère plus optimiste. Son rapport publié aujourd’hui a abordé la question de la masse salariale en termes carrés : « Cette prévision repose sur une hypothèse de baisse en volume du PIB de 11% et une diminution de la masse salariale du secteur privé de 9,7%. » 

Autrement dit, alors que l’ACOSS ne prévoit qu’une baisse tendancielle sur l’année de 0,1% de la masse salariale, les rédacteurs du rapport sur les comptes de la sécurité sociale sont bien au-delà, à près de 10% de baisse. Voilà qui fait une sacrée différence. 

Un impact majeur sur le salaire moyen par tête

La commission des comptes de la sécurité sociale poursuit son travail d’analyse des conséquences de la crise sur le salaire moyen par tête, en notant que le maintien du chômage partiel contribue à diminuer les dégâts. « Ces hypothèses prévoient un recul très important de l’emploi total (1,2 million d’emplois perdus fin 2020 par rapport à fin 2019 ; baisse de 4,1% pour le seul emploi salarié), en raison des destructions d’emplois liées à la chute brutale d’activité induite par les mesures de confinement et les restrictions aux échanges internationaux. Cette diminution de l’emploi total resterait plus limitée que celle de l’activité, grâce au recours massif des employeurs à l’activité partielle financée par l’Etat et l’Unedic. Pour la même raison, le salaire moyen baisserait de 5,7%, l’allocation versée aux salariés dans ce dispositif n’étant pas considérée comme un salaire soumis à cotisation mais comme un revenu de remplacement. »

Voilà qui n’est pas neutre ! 1,2 million d’emplois perdus en 2020, et une baisse du salaire moyen par tête de 5,7% (c’est-à-dire de la masse salariale divisée par le nombre de salariés). Ce décrochage devrait faire du bruit dans les chaumières. 

Un décrochage inédit dans l’histoire économique

Ces chiffres hallucinants donnent une représentation assez claire du désastre social qui devrait frapper la France d’ici à la fin de l’année. Les conséquences de la pandémie, qui interviennent dans un contexte qui était, contrairement aux affirmations répandues dans la presse, très dégradé, nous feront entrer en zone absolument inconnue, tant en termes sociétaux que politiques. 

Pour mémoire, la crise de 2008 avait causé une baisse de la masse salariale en 2009 de 1,3%. On se souvient des tensions que le pays avait commencé à connaître à cette époque. 

La béance de l’effondrement qui s’annonce devrait être bien pire. On peut manifester compter sur des centaines de milliers de chômeurs supplémentaires d’ici à la fin de l’année. 

La France peut-elle gérer cette crise de façon fluide ?

Toute la question est de savoir si nous avons les moyens de gérer cette crise de façon fluide dans les mois à venir. Dans tous les cas, la crise se traduira par une augmentation du chômage, un plongeon des recrutements et une modération salariale imposée par la trésorerie des entreprises. 

Les premiers événements survenus dans nos banlieues ces dernières semaines montrent que les quartiers dépendants de l’économie parallèle sont déjà fortement affectés par la crise. Rien ne garantit qu’un épaississement des difficultés ne se traduise pas par des mouvements d’humeur tout aussi violents que ceux que Dijon a connus. 

Une interrogation apparaît donc sur la capacité de la France à maîtriser la situation dans un contexte politique dégradé. 

Vers un carnage social inconnu jusqu’ici ?

L’hypothèse la plus vraisemblable désormais est que l’été ait raison de tous les fantasmes qui courent sur une reprise rapide et pleine de l’activité. La preuve : nous sommes sortis du confinement depuis plus d’un mois, et aucun rebond ne se produit. L’été devrait confirmer une hécatombe dans le secteur touristique, et l’automne devrait amener une puissante correction boursière

Bref, tant que le chômage partiel et les vacances tiennent, tout va bien. Mais la rentrée de septembre sera sanglante et l’état psychique de la France en fin d’année 2020 est une grande inconnue. 

Mais une chose est sûre : les nouvelles ne sont pas bonnes. 

Cet article a été initialement publié sur le site Le Courrier des stratèges, cliquez ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 21/06/2020 - 21:54
bah
Un peu de décroissance ne fera pas de mal si ça ne dure pas trop longtemps .
ajm
- 21/06/2020 - 14:38
Ombre de Staline
Le système capitaliste libéral néo ou pas est le seul qui crée des richesses. Il faut voir le film l" 'ombre de Staline " pour réaliser quel est l'aboutissement de la folie idéologique socialiste, néo ou pas ! Heureusement, la France n'a jamais connu une telle expérience, même, et de très, très, loin, pendant l'occupation !
Ganesha
- 21/06/2020 - 08:27
Étincelle
L'explosion du système capitaliste néo-libéral était non seulement largement prévisible, mais parfaitement souhaitable, et même urgente.
Peu importe l'étincelle salvatrice !