En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

07.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Antisémitisme

Adrénochrome : une vieille théorie complotiste de récolte forcée de sang sur des humains resurgit puissamment sur les réseaux sociaux

il y a 9 min 26 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

il y a 1 heure 12 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 13 heures 1 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 17 heures 5 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 18 heures 21 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 19 heures 17 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 22 heures 36 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 23 heures 27 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 1 jour 2 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : jetez vous à l’eau ! Fine Calvados, parjure pour certains, divin pour tous

il y a 11 min 59 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 12 heures 11 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 14 heures 2 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 17 heures 46 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 18 heures 40 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 22 heures 17 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 22 heures 58 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 23 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 1 jour 29 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Effets néfastes du confinement

Ces nouvelles formes de harcèlement qui se sont installées en même temps que le télétravail

Publié le 18 juin 2020
Lors de la période du confinement, le télétravail aurait dû permettre aux employés de se libérer des comportements toxiques de certains de leurs collègues. La communication virtuelle a-t-elle encouragé les harceleurs lors de la généralisation du télétravail ?
Sabine Grégoire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sabine Grégoire est psychologue du travail et coache professionnelle certifiée, spécialisée dans la prévention et la prise en charge du trauma psychique au travail, intervient sur le terrain en situations dégradées et de crise ainsi qu'en prévention...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de la période du confinement, le télétravail aurait dû permettre aux employés de se libérer des comportements toxiques de certains de leurs collègues. La communication virtuelle a-t-elle encouragé les harceleurs lors de la généralisation du télétravail ?

Atlantico.fr :  Le travail à domicile aurait dû libérer les employés des comportements toxiques de certains de leurs collègues, et pourtant, ceux-ci ont continué à la maison. Avez-vous constaté une hausse des victimes de harcèlement à domicile ? Est-ce un sujet abordé plus fréquemment ces dernières semaines ? 

Sabine Grégoire : Si dans certains cas, les comportements ont perduré pendant le confinement, d’autres situations se sont apaisées et les agissements se sont atténués.

Ce sujet est fréquemment abordé dans mes consultations, et pour cause, compte tenu de mon activité.

Chaque situation de harcèlement présumé est singulière et s’inscrit dans un contexte particulier, il est donc difficile de généraliser. Toutefois, les nombreux suivis que j’ai pu assumer pendant cette période tourmentée de télétravail imposée me permettent de constater deux principaux cas de figure:

- le soulagement de la part de victimes subissant, de fait, bien moins, voir plus du tout, d’agissements délétères de la part de celui-celle déclaré-e comme harceleur-se, 
- l’effondrement des victimes qui se sont trouvées encore plus harcelées, d’autant qu’elles n’avaient plus les « remparts » ou protections que peuvent parfois apporter le groupe, le lieu de travail, l'environnement professionnel.

Tout dépend de la personnalité du dit harceleur ainsi que des contextes, tant professionnel que personnel, ceux-ci pouvant jouer comme facteurs de risques ou comme facteurs de protections, accentuant ou tempérant les impacts des agissements.

Quels sont les éléments qui ont selon vous encouragés ces profils à poursuivre leur harcèlement ? Pensez-vous que la communication virtuelle (favorisant de toute évidence l'anonymat) à encourager ces harceleurs ?

Une forme assez spécifique a pu être plus souvent rapportée ; celle du harcèlement descendant d’un manager déstabilisé et insécurisé par une situation inédite, alors même qu’il n’avait déjà pas initialement les prédispositions et compétences pour assumer ses responsabilités. Celui-ci a pu alors développer des comportements d’hyper-contrôle sur ses équipes et d’hyper-exigence en matière de rendus, de présence visio, de réactivité... Cela renvoie à sa propre insécurité et le harcèlement n’est alors pas systématiquement intentionnel (ce qui ne retire rien à sa caractéristique). Cette situation est toujours à replacer dans son contexte global : ce manager reçoit-il lui-même cette pression de la part de sa hiérarchie ? A-t-il été lui-même sécurisé par sa propre hiérarchie dans ce contexte d’incertitudes ?

Le harceleur présumé avait-il auparavant des agissements dont il ne mesurait pas l’impact sur sa victime ? Alors il pourra prendre conscience, par le recul relationnel imposé, de ses propres dysfonctionnements et ainsi réajuster son comportement.

Un autre cas de figure est celui du harceleur atteint d’un trouble pathologique de la personnalité. Dans ce cas, il n’aura pas suffisamment de discernement pour analyser la situation et trouvera tous les moyens et canaux pour poursuivre ses agissements.

J’ai pu constater à quel point ceux-ci ont pu être, en quelque sorte, « débridés » dans leurs agissements, profitant de l’absence de témoins directs, pour décupler leur emprise sur leur victime, elle-même parfois fragilisée par son isolement.

Les mails, téléphones, réseaux sociaux peuvent être utilisés à des fins d’une violence extrême, consciemment, intentionnellement ou non. Ce n’est pas parce qu’il n’a pas plus de prise physique sur sa victime qu’il n’y a plus d’emprise ! L’emprise psychologique est l’illustration d’une dynamique qui peut s’exerce, rappelons le, sous plusieurs forme : descendante (d’un hiérarchique sur son subordonné), ascendante (l’inverse), transversal (entre pairs) mais aussi d’un collectif envers un individu (bouc émissaire). Que ce soit via les mails, le téléphone ou encore les groupes de discussions type whatsapp, j’ai pu constater à quel point les agissements qualifiables perduraient. De même que la visio, type skype, teams (…) ; les personnes surveillées, contrôlées par leurs collègues ou leur chef, dont celui qui vous appelle systématiquement lorsqu’il vous voit en rouge ou en orange, pour vous demander avec qui vous êtes ou pourquoi vous n’êtes pas disponible.

Ce qui a aussi pu jouer est le phénomène de complicité latente très souvent observé sur le terrain : les collègues ne disent rien et ne réagissent pas alors même qu’ils voient bien la dynamique d’emprise, de focalisation et de destruction. Les groupes de communication informels qui se sont spontanément créées, excluant par principe même les personnes malveillantes, ont souvent permis de sortir de cette complicité pour enfin oser se positionner comme soutien pour les victimes. Ceci a alors permis une sorte de régulation de la situation.

Le confinement et le télétravail n’ont pas apporté de répit pour certaines victimes de harcèlement sexuel, leur harceleur s’étant cru tout permis par la distanciation, inondant alors sa victime de messages sous toutes ces formes. D’autres ont cessé leurs agissements, trop frustrés du manque d’interaction physique. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne recommenceront pas. Notons, là encore, que les cas réellement pathologiques ne discernent pas les contextes et poursuivent leurs agissements sans retenue. 

Notons l’importance de la contextualisation car, en dehors des profils particulièrement toxiques et pervers (rares, mais d’ailleurs, se sont-ils recrutés tout seuls ?...), il y a souvent un ensemble de facteurs déclenchant des agissements délétères tels une forte pression, des incohérences organisationnelles, un climat d’injonctions paradoxales, mais aussi des effets anxiogènes de la crise en tant que telle, exacerbant certaines réactions et comportements.

L’organisation peut alors éviter ces agissements en sécurisant l’ensemble de sa force salariale par des consignes et mesures claires, par des plans d’action permettant la projection collective, par la mise en place d’espace de débriefing…

Aujourd’hui et les mois à venir sont des moments importants, cruciaux. Repérons les signaux faibles, les décompensations, les arrêts maladies ou des comportements d’évitements comme autant de symptômes potentiels de harcèlement, à décrypter absolument. Une personne fragilisée demandera peut être à passer en télétravail à temps plein, non par choix, mais par instinct de survie.

Que conseillez-vous à un employé victime de harcèlement sexuel, moral ou racial ? 

Tout d’abord, de ne surtout pas rester seul ! Il peut trouver des espaces d’écoute neutre et bienveillante : chez son médecin traitant, auprès du service de santé au travail (médecin de prévention, psychologue du travail, infirmier). Ce premier échange permet de « poser les choses » (faits et ressentis) et d’être accompagné dans une démarche de compréhension de ce qui se joue. Sans compréhension, sans décryptage, le faire face et la reconstruction seront complexes. Lui conseiller de garder toutes les preuves des agissements et propos : mails, messages, témoignages… Ensuite, évoquer les différentes possibilités : alerter les RH, alerter sa hiérarchie, alerter les référents harcèlement du CSE (qui sont formés à cette première écoute et à l’orientation), saisir l’inspection du travail, les syndicats, porter plainte, consulter un avocat spécialisé, contacter les associations d’aides aux victimes… Dès lors que l’employé ou le cadre alerte, son employeur a pour obligation de réagir. La victime peut également exercer son droit de retrait, dès lors qu’elle estime être face à un danger grave et imminent. 

Il est essentiel de ne pas brusquer la victime, de la sécuriser, sans lui cacher les effets que peuvent entrainer des démarches loin d’être anodines sur le plan psychologique. En effet, une enquête peut, par exemple, en fonction de la façon dont elle est menée, être parfois plus délétère que salvatrice. Il faut s’assurer que la personne a les soutiens sociaux et les ressources psychiques pour gérer une telle épreuve. Sécuriser la victime présumée comme le harceleur présumé est un devoir déontologique pour nous, professionnels de la santé au travail. Parfois, il sera plus judicieux de travailler à un changement volontaire (et non subi), de poste, d’organisation, d’orientation.

Quoiqu’il en soit, l’essentiel est de rester très vigilant quant à la santé de tous les protagonistes, ainsi que de celles des victimes collatérales. Enfin, je précise que je fais très attention aux mots que j'emploie, tant que je n’ai pas tous les éléments.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 18/06/2020 - 11:00
Il est une chose certaine.....
le Covid a conduit à paralyser l'économie utile mais pas à fermer les officines des "ing" et"logues" de tous poils du type mademoiselle Martin qui s'en donnent à coeur joie! Cette fois c'est Sabine, votre copine...Bon! cela donne envie de défendre les harceleurs car très franchement, si vous aviez une collaboratrice tout juste apte à produire une logorrhée aussi creuse qu'inféconde, vous aimeriez que l'on vous en débarrasse mais.... gardez vous en ! le juge assisté du psy va vous faire rien de moins qu'un procès de Nuremberg
Alors assez! le Covid aura au mois démontré que dans ce pays, 25% des actifs font vivre les autres parmi lesquels tous ces diplômés grassement payés au regard de ce qu'ils produisent et vomis en abondance par la Gorgone universitaire! Non aux doryphores!Défendons les patates