En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

06.

Nous aurons la Chine de nos mérites

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 5 min 43 sec
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 4 heures 48 sec
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 4 heures 16 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 4 heures 36 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 5 heures 5 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 6 heures 29 min
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 21 heures 38 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 42 min 54 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 3 heures 52 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 6 heures 29 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 22 heures 6 min
© DIPTENDU DUTTA / AFP
© DIPTENDU DUTTA / AFP
Rivalité indo-chinoise

Heurts dans l'Himalaya : le nationalisme délétère de l'Inde menace d'embraser toute une région fortement nucléarisée

Publié le 18 juin 2020
Pour la première fois depuis des décennies, une confrontation entre des soldats chinois et indiens a fait de nombreuses victimes. La Chine et l'Inde ont tenté de désamorcer la crise mercredi après un accrochage entre leurs armées qui a fait plusieurs dizaines de morts dans l'Himalaya.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la première fois depuis des décennies, une confrontation entre des soldats chinois et indiens a fait de nombreuses victimes. La Chine et l'Inde ont tenté de désamorcer la crise mercredi après un accrochage entre leurs armées qui a fait plusieurs dizaines de morts dans l'Himalaya.

Sous l'ère Narendra Modi, l'Inde n'est décidément plus un pays apaisé. Outre les fortes tensions communautaires que la politique ultra-nationaliste du Premier Ministre indien suscite sur le plan domestique, celle-ci corrompt également ses relations avec l'ensemble des pays voisins avec lesquels elle additionne les différends frontaliers. Or, la Chine et le Pakistan se trouvent être tous deux, comme l'Inde, des puissances nucléaires. 

La pomme de discorde fut jetée durant l'été 2019, lorsque l'Inde s'est attaquée au Cachemire, région à majorité musulmane dont elle se dispute la souveraineté avec le Pakistan depuis l'indépendance des deux pays, en 1947. Un peu moins d'un an plus tard, c'est à la Chine que l'Inde risque de s'opposer désormais sur le territoire contesté du Ladakh, situé entre le Cachemire et le Tibet. 

Au mois de mai, alors que les deux pays se trouvaient en pleine lutte contre la pandémie de Covid-19, Pékin et New Delhi ont ravivé l'ancien conflit qui les oppose sur le tracé de leur frontière dans l'Himalaya, longue de 3500 km et dessinée en 1962. Après trois ans de calme le long de la « ligne de contrôle actuelle » (LAC), près de 250 soldats chinois et indiens sont ainsi passés à l'affrontement en deux jours, et une centaine d'entre eux a été blessée des deux côtés. Vingt jours plus tard, l'Inde envoyait des renforts. Il y a fort à parier que c'est bien la perte d'autonomie de l'Etat du Jammu-et-Cachemire et sa division en deux parties, officialisée le 31 octobre 2019, qui aurait particulièrement irrité la Chine, alliée du Pakistan, et expliquerait ce regain de tensions. 

En outre, depuis ce décret, le Ladakh est un territoire indien, séparé du Cachemire, où New Delhi développe routes et infrastructures dans des villages proches de la LAC au nom du développement de la région, mais surtout pour renforcer sa position stratégique face à sa puissante voisine. Or, pour Pékin, ces chantiers constituent « une violation de l'accord de maintien du statu quo jusqu'à ce que la question des frontières soit réglée ». En marge de la session parlementaire tenue fin mai, Xi Jinping avait ainsi déclaré « qu'il était nécessaire d'intensifier les préparatifs de combat armé, de mener avec souplesse l'entraînement militaire au combat et d'améliorer la capacité de nos soldat à effectuer des missions militaires »... sans nommer personne. 

Mais ces propos à peine sibyllins ont rapidement inquiété l'Inde, d'autant plus lorsque, fort à propos, le Népal rendit publique une nouvelle carte de ses frontières intégrant des parcelles de territoire revendiqués par l'Inde. 
Petit Etat himalayen abritant l'Everest ainsi que Lumbini, le lieu de naissance du Bouddha, le Népal a de tout temps été victime de son enclavement et encerclé par ces deux géants que sont l'Inde et la Chine. Longtemps dépendant des importations indiennes, Katmandou a pourtant choisi depuis ces dernières années de se rapprocher de Pékin, qui en a fait un partenaire clé de son projet des Nouvelles Routes de la Soie. La Chine investit ainsi massivement dans les infrastructures népalaises, tandis que l'Inde perd de son influence dans le pays. Le fait que l'Assemblée nationale népalaise ait voté à l'unanimité la nouvelle carte proposée a initié une querelle diplomatique supplémentaire pour New Delhi, qui voit dans cette « mise au point » la main de la Chine. 

La rivalité indo-chinoise s'observe exactement de la même manière au Bhoutan, autre petit royaume himalayen qui cherche à se défaire de la tutelle étouffante de l'Inde au profit de la Chine, qui est devenue en quelques années le troisième fournisseur du pays. A l'été 2017, le Bhoutan avait justement été le terrain d'affrontement entre les deux puissances, New Delhi cherchant à empêcher Pékin de construire une route militaire en altitude. 

Le 10 juin, la Chine et l'Inde semblaient néanmoins avoir trouvé un accord consensuel, et pour le moins flou, concernant leurs positions au Ladakh. Aucun des deux pays n'a voulu donner des détails sur le recul de leurs troupes respectives le long de la ligne de contrôle actuelle... Le quotidien Hindustan Times, citant des sources anonymes, évoquait un recul de l'armée chinoise de 1,5 km. Mais le Telegraph estimait pour sa part que la Chine avait su profiter des tensions des semaines précédentes pour sécuriser à son profit 40 à 60 kilomètres carrés de territoire indien dans trois zones contestées. 
Six jours plus tard, le fragile cessez-le-feu, qui devait initier un processus de désengagement militaire, était déjà mis à bas après la mort de vingt soldats indiens. Une responsabilité indienne pour le ministère des Affaires étrangères chinois, qui rapporte que « des troupes indiennes [avaient] gravement violé, le 15 juin, le consensus bilatéral et franchi la frontière à deux reprises, avant de se livrer à des activités illégales et de provoquer et d’attaquer des soldats chinois, avec pour résultat une grave confrontation physique ».

De longue date, l'Himalaya a servi de terrain d'expression à la rivalité entre l'Inde et la Chine. Mais aujourd'hui, celle-ci s'exprime avec d'autant plus de virulence que l'accélération des ambitions économiques et politiques chinoises, depuis l'arrivée de Xi Jinping au pouvoir, se heurte fortement à la politique ultra-nationaliste de Narendra Modi en Inde. Le nationalisme du premier ministre indien va à l’encontre du positionnement de pays non-aligné que naguère Nehru a dessiné et on ne saurait attribuer l’attitude belliqueuse de New Delhi à un semblant de volonté de maintenir une politique de non-alignement face aux Etats-Unis et à la Chine ou d'acquérir une indépendance stratégique dans la région. 

Mais force est de constater que cette tactique, louable dans son esprit, ne produit concrètement que des effets délétères, car elle opte pour l'agressivité envers tous ses voisins. Or, l'Inde n'a pourtant pas les moyens de ses ambitions. La menace d'un nouveau conflit armé avec la Chine, après soixante ans de paix relative, est tout à fait réelle et d'autant plus inquiétante que l'écart de puissance entre les forces militaires indiennes et chinoises est considérable. 

L'Inde devrait donc rapidement faire le choix de la prudence... ou faire appel à l'aide américaine, que Donald Trump, grand ami de Narendra Modi, sera sans doute trop heureux de lui fournir alors que ses relations avec la Chine se dégradent de jour en jour. Pour l'heure, le processus de désescalade semble dans l'impasse, alors que le risque d'embrasement de la région entre trois nations – l'Inde, la Chine et le Pakistan - qui possèdent l'arme nucléaire est plus prégnant que jamais. Cela confirme bien le vieil adage : « Qui sème le vent, récolte la tempête ». 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 18/06/2020 - 20:51
J'ai d'abord pensé que....
C'était un article de Bruno Guigue puis .....je me suis aperçu que c'était l'insubmersible Ardavan ( ben oui s'il s'appelait Albert on saurait quel est le prénom)
Pas la peine de se prendre le chou: l'Inde ne doit pas être copine avec les mollahs iraniens!!!! T'es un peu lourd Ardavan....si tu nous disais que l'Inde est secretement dirigée par le Mossad.....Ganesha te croirait !
ajm
- 18/06/2020 - 15:17
Vilaine Inde et gentille Chine
En somme, d'après notre auteur, la Chine a le droit d'être ultra -nationaliste et agressive, remettant en cause les statu- quo, mais l'Inde, elle, se doit de rester douce et molle avec ses vaches sacrées et son non-alignement àla Gandhi....sinon elle est vilaine et méchante, d'extrême droite finalement !
Marie Esther
- 18/06/2020 - 13:32
vive l'Inde
ou Narendra Modi est tres ecoute par Trump et tres ami avec Netanyahu ... et je ne parle pas des liens militaires et technologiques