En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 34 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 14 heures 12 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 18 heures 35 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 19 heures 7 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 20 heures 11 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 21 heures 4 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 21 heures 29 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 22 heures 8 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 32 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 13 heures 5 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 46 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 19 heures 22 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 51 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 21 heures 18 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 22 heures 2 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 33 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Conséquences politiques

Sincérité des élections municipales : que peut faire le Conseil constitutionnel ?

Publié le 17 juin 2020
Didier Maus évoque le rôle du Conseil constitutionnel sur la question, sensible et cruciale en ces temps de pandémie de Covid-19, des résultats des élections municipales.
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est Président émérite de l’association française de droit constitutionnel et ancien maire de Samois-sur-Seine (2014-2020).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus évoque le rôle du Conseil constitutionnel sur la question, sensible et cruciale en ces temps de pandémie de Covid-19, des résultats des élections municipales.

Il y a presque trois mois que le Conseil constitutionnel aurait dû être appelé à se prononcer sur la conformité à la Constitution des dispositions de la loi du 23 mars 2020 d’urgence sanitaire relatives aux élections municipales. À l’époque, malgré quelques incitations en ce sens, personne n’a voulu prendre le risque de saisir le juge constitutionnel. Et pourtant ! La question de fond était déjà présente ; elle l’est toujours. Elle est simple à formuler : les conditions qui ont entouré le scrutin du premier tour des élections municipales, le 15 mars, sont-elle de nature à remettre en cause la sincérité des résultats proclamés ce jour-là, qu’il s’agisse de l’élection d’équipes au complet dans 30 000 communes ou de la nécessité de procéder à un second tour dans les 5 000 autres villes et villages ? En deux mots, le climat de montée en puissance de la pandémie dans la semaine précédente avec son cortège d’images à la télévision, les déclarations alarmistes du Président de la République, le 12 mars, et du Premier ministre, le 14 mars (douze heures avant l’ouverture du scrutin), ont-ils découragé environ 20% de l’électorat de se rendre dans les bureaux de vote, alors que les élections municipales sont traditionnellement des élections très populaires ? Pour la première fois dans une consultation de ce type (à la différence, par exemple des élections européennes), moins d’un électeur sur deux a participé au scrutin. On se souvent que Mme Buzyn, ancienne ministre de la Santé, a utilisé à ce propos le terme de « mascarade » et encore il y a quelques jours Luc Ferry a estimé que ce scrutin du 15 mars était « biaisé à la racine » (Le Figaro, 11 juin 2020). Dans son entretien au Figaro du 18 avril le président Laurent Fabius avait d’ailleurs estimé qu’il serait logique que le Conseil constitutionnel soit saisi d’une manière ou d’une autre et avait rappelé qu’il  existe un principe constitutionnel de sincérité des élections.

Grâce à une question prioritaire de constitutionnalité déposée par des électeurs du village de La Brigue (Alpes-Maritimes) et à son renvoi au Conseil constitutionnel par le Conseil d’État la question est clairement posée : les dispositions législatives qui valident les résultats du 15 mars sont-elle contraires au principe constitutionnel de sincérité des élections tel qu’il découle de l’article 3 de la Constitution, lui-même interprété dans ce sens par le Conseil constitutionnel dans une décision du 20 décembre 2018 à propos de la loi relative à la manipulation de l’information. L’enjeu est sérieux : si les résultats du 15 mars sont jugés non sincères, il faut tout recommencer. S’ils sont jugés sincères, il pèsera toujours sur eux le soupçon de l’insincérité, même si celui-ci s’atténuera au fil des mois et des années.

Le Parlement avait senti le risque qui avait entouré le 15 mars. C’est la commission mixte paritaire (sept députés, sept sénateurs) qui a introduit dans la loi définitive une référence à l’article 3  de la Constitution, espérant par là garantir la pérennité des résultats. Par définition, le Conseil constitutionnel doit apprécier la conformité de la loi à la Constitution à la date de son adoption, le 22 mars, et non en fonction du contexte d’aujourd’hui, au moment où l’état d’urgence sanitaire va prendre fin. Sans faire preuve d’un excès d’imagination, trois solutions sont envisageables.

Il peut être jugé que malgré un environnement et des circonstances défavorables, les électeurs ont pu se rendre librement dans les bureaux de vote et que, par conséquent, la montée en puissance de l’abstentionnisme ne remet pas en cause la sincérité des résultats. Cette position, conforme à la jurisprudence locale traditionnelle, ne prend pas en compte le caractère national très exceptionnel et imprévisible de l’épidémie de Covid 19. 

Une deuxième possibilité, à l’inverse, consiste à insister sur les aspects anxiogènes qui ont entouré le 15 mars et à considérer que, notamment, les mesures annoncées par MM. Macron et Philippe ont détourné un nombre important d’électeurs, quel que soit leur âge, d’aller vers les urnes. Dans ce cas, la sincérité des résultats, c’est-à-dire la capacité d’exprimer librement son choix, est atteinte et il convient de juger que la loi est contraire à la Constitution, ce qui implique l’annulation de tous les résultats du 15 mars. Il devient alors indispensable, dans un délai de quelques semaines (au maximum de quelques mois), d’organiser de nouvelles élections municipales. Cela ne soulève aucune impossibilité constitutionnelle.

Les conséquences, politiquement graves, de cette hypothétique solution, conduisent à imaginer une alternative. Tout en décidant que les résultats du 15 mars sont contraires à l’exigence constitutionnelle de sincérité, il pourrait être fait appel à un autre principe constitutionnel, celui de la continuité des pouvoirs publics. Dans ce cas, le juge constitutionnel, en France comme ailleurs, met en balance les avantages et les inconvénients du respect ou de la méconnaissance de chacun des principes, les circonstances de l’espèce et tente de faire prévaloir et le bon sens. C’est la très fameuse théorie du curseur, sous sa forme juridique de la proportionnalité : quel est l’équilibre raisonnable entre des solutions contradictoires ?

Les parlementaires, au fond d’eux-mêmes, savaient, les 18 et 20 mars, qu’il aurait été préférable de reporter le premier tour des élections municipales. Cela n’a pas été fait. On peut le regretter. Faut-il alors privilégier l’enfer ou les bonnes intentions ? La Constitution fournit des clés. Elle n’ouvre pas automatiquement les serrures.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tatouzou
- 17/06/2020 - 14:43
Existe-t-il une métrique des circonstances ?
La sincérité du scrutin repose sur le libre accès aux bureaux de vote, le secret du vote, l'information des citoyens sur les candidatures et l'absence de fraudes importantes susceptibles d'inverser les résultats.
Les scrutins de mars 2020 cochent toutes ces cases.
Tout le reste n'est pas mesurable.
Les gagnants diront que le scrutin est sincère, les perdants que la toile de fond de la pandémie a perturbé les choix des électeurs.
Mais si le juge constitutionnel devait prendre en considération le contexte, ce serait ouvrir une boîte de Pandore.
D'ailleurs la sincérité de la présidentielle de 2017 n'a pas été remise en cause au motif des démêlés judiciaires d'un des principaux candidats, arrivé troisième mais assez proche de celui arrivé deuxième.
Pourtant il est vraisemblable que le zèle du parquet, instruisant à charge, a modifié l'image de ce candidat auprès de l'électorat.
Et que cela aurait pu inverser le résultat final ou celui des législatives de juin 2017.