En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Chine : éveillée mais coincée

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 3 heures 3 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 6 heures 40 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 6 heures 52 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 7 heures 52 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 10 heures 44 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 10 heures 44 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 3 heures 35 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 4 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 6 heures 43 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 7 heures 20 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 8 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 9 heures 48 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 10 heures 44 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Big Bang ?

Des Paroles aux Actes : l’impuissance structurelle du quinquennat Macron

Publié le 17 juin 2020
Sébastien Laye décrypte et analyse la politique menée par Emmanuel Macron depuis le début de son quinquennat et son arrivée à l'Elysée. Le projet politique d'Emmanuel Macron va-t-il sauver le mandat du chef de l'Etat après la crise du Covid-19 et pour le monde d'après ?
Sébastien Laye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Laye est Président du Parti Quatre Piliers.  Sébastien Laye est entrepreneur immobilier, chercheur associé en économie à l'Institut Thomas More.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Laye décrypte et analyse la politique menée par Emmanuel Macron depuis le début de son quinquennat et son arrivée à l'Elysée. Le projet politique d'Emmanuel Macron va-t-il sauver le mandat du chef de l'Etat après la crise du Covid-19 et pour le monde d'après ?

Avant même l’élection d’Emmanuel Macron, alors qu’une cohorte de mes amis dans les milieux d’affaires et les médias s’agglutinaient avec un certain instinct grégaire autour du vague projet d’Emmanuel Macron, je mettais en garde contre ce qui était pour moi le principal risque de cette expérience politique : celui de l’immobilisme. J’assénai alors, dans les colonnes de nos amis de l’Opinion, la sentence suivante : « le macronisme est un gattopardisme », par allusion à ce terme de la science politique italienne, reprenant le thème du roman le Guépard, où des dirigeants s’évertuent à donner l’illusion du changement pour mieux masquer leur manque d’idées et leur acceptation du status quo : si on avait dit d’Hollande qu’il était un nouveau petit père Queuille, Macron me semblait un Renzi en puissance pour poursuivre dans la veine de l’analogie italienne. Elie Cohen avait beau dans la loge de BFM Business me susurrait que Macron savait ce qu’il faisait, que tout était basé sur un nouveau compromis avec l’Allemagne à laquelle il arracherait tant, je ne me suis jamais départi de l’idée que le Réel n’intéressait pas cette nouvelle équipe et en premier lieu le Président. 

Bien loin des pratiques managériales et empiriques qu’on lui prête, Macron conçoit son quinquennat comme une épopée lyrique ou balzacienne dont il est le Héros, endossant dès son élection de multiples costumes (aviateur, footballeur, président jupitérien) sans s’intéresser vraiment aux réformes. Le premier budget, pluri annuel et intégrant une croissance de 2% par an chaque année du quinquennat était déjà une vaste fumisterie intellectuelle : qui fait cela dans le monde de l’entreprise ? Choqué comme nous tous par l’effondrement de notre souveraineté sanitaire lors de la crise du Covid, je publiais récemment pour mon think tank, l’Institut Thomas More, une note précise sur comment relocaliser la production de médicaments en France, avec 7 propositions spécifiques, sur laquelle Atlantico m’interviewera le 16 Juin. Le même jour, nous nous attendions au plan Macron en la matière lors de sa visite sur le site de vaccins de Sanofi : que nenni, outre de grandes envolées lyriques et le contentement de soi grâce aux investissements massifs d’une entreprise privée, Macron n’avait rien à annoncer : avec toutes ses ressources, ses hordes de conseillers et malgré l’urgence, ce gouvernement ne peut même pas se hisser au niveau de deux analystes d’un think tank de taille modeste…ou le veut-il seulement ? 

Quand la genèse d’un projet politique est de capitaliser sur l’image et de refuser un programme précis, d’aucuns attendaient que Macron abatte ses cartes. Trois ans après, le roi est nu et comme le disait le cardinal de Retz, si on ne sort de l’ambiguïté qua ses dépens, Macron ne cesse pas de ne point choisir : sa dernière allocution, meilleure que ses précédentes dans la forme, ne contenaient aucune annonce majeure. Ce leitmotiv se répète inlassablement depuis le quinquennat : de longs discours avec beaucoup de concepts et d’orientations, à la manière d’une dissertation de Sciences Po, qui ne donnent jamais lieu à une vraie exécution au-delà des quelques mesures -souvent en contradiction avec ce premier discours généraliste- prises par le gouvernement. Car il y a de facto deux gouvernements de la Cité, au sens politique du terme, qui coexistent depuis 2017 ; le premier, présidentiel, boursouflé de ses mots et qui croit que le Verbe vaut Action (mais ce n’est pas le premier dans l’histoire politicienne tant s’en faut) croit qu’il est possible à la fois de prétendre régler tout problème et de se cantonner dans la généralité ; le second, celui d’Edouard Philippe, tente au jour le jour de proposer quelques mesures sans grande envergure, traduisant parfois maladroitement en lois et décrets la pensée présidentielle.

On pourrait égrener ici la litanie des moments manqués : l’emploi du terme Big Bang pour parler de quelques ordonnances du droit du travail  qui pour être utiles, ne constituent pas un changement systémique de notre droit social sclérosé ; les digressions sur le modèle scandinave et la flexisécurité, qui n’ont donné presque rien en matières de formation, apprentissage ou mobilité sociale ; les discours agressifs sur la fiscalité, alors que le ratio prélèvements obligatoires sur PIB est resté au même niveau (une petite baisse de l’ISF en IFI d’un côté, une forte hausse de la CSG de l’autre) ; un enthousiasme sur la réforme de l’assurance chômage qui concrètement accouche d’une souris : le basculement d’une partie des cotisations sociales salariales sur l’impôt et la CSG avec quasi étatisation du système au passage ;une réforme des retraites présentée comme la mère des réformes, alors que le passage au point, confus et remis aux calendes grecques, ne résout rien des déséquilibres financiers du système ; une réforme de la SNCF qui sera un boulet pour les gouvernements futurs avec la reprise de la dette du réseau pour obtenir quelques concessions symboliques de la part des syndicats ; les grandes déclarations du Grand Débat qui auraient du donner lieu à un Acte II du quinquennat, dont nous n’avons jamais compris les contours alors qu’on nous annonce l’Acte III.

In fine, Macron aura démonétisé les termes de réformes et de changements, en en parlant sans cesse jusqu’à l’ivresse pour masquer son absence d’idées. A dire le vrai, il n’y avait pas de génie caché derrière l’élection de Macron : juste une ambition brutale qui n’a trouvé à se déployer que par la naïveté et le manque de courage de beaucoup de Français. Je n’en suis pas et n’en serai jamais, comme beaucoup des lecteurs d’Atlantico.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 18/06/2020 - 05:11
Ni fait ni à faire, en même temps les orages grondent.
L'orage de cette crise sanitaire du mensonge chronique, de ce confinement stupide, vain et ruineux, ainsi que désespérant pour ceux qui travaillent, l'orage du désastre économique maintenant présent, bref la tempête est bien là, le capitaine essaie de mettre le navire à la cape quand pointe la vague scélérate de la vérité judiciaire sur l'assassinat politique du candidat Fillon. Et Macron cherchait la porte étroite de sa réélection en soudoyant les Pts des Régions !
ajm
- 17/06/2020 - 16:33
Plombier en chef.
Macron est un avatar social-démocrate de Bercy , mis au pouvoir pour ajuster les grands tuyaux de dérivation CSG et autres, usines à gaz pour reculer le risque de faillite. La création d'une cinquième branche de la SC sur la dépendance va permettre, comme la vignette pour les vieux autrefois, de construire une nouvelle installation pour plombiers experts, avec hausse de CSG à la clef, transfert de liquides financiers etc..
jurgio
- 17/06/2020 - 16:04
Tout peut s'écrouler bientôt
quand on a construit un gouvernement avec du tout-venant.