En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 6 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 9 heures 2 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 10 heures 55 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 12 heures 44 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 13 heures 17 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 13 heures 37 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 13 heures 53 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 14 heures 31 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 6 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 8 heures 53 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 10 heures 50 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 12 heures 16 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 13 heures 26 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 15 heures 18 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 7 heures
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Big Bang ?

Des Paroles aux Actes : l’impuissance structurelle du quinquennat Macron

Publié le 17 juin 2020
Sébastien Laye décrypte et analyse la politique menée par Emmanuel Macron depuis le début de son quinquennat et son arrivée à l'Elysée. Le projet politique d'Emmanuel Macron va-t-il sauver le mandat du chef de l'Etat après la crise du Covid-19 et pour le monde d'après ?
Sébastien Laye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Laye est Président du Parti Quatre Piliers.  Sébastien Laye est entrepreneur immobilier, chercheur associé en économie à l'Institut Thomas More.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Laye décrypte et analyse la politique menée par Emmanuel Macron depuis le début de son quinquennat et son arrivée à l'Elysée. Le projet politique d'Emmanuel Macron va-t-il sauver le mandat du chef de l'Etat après la crise du Covid-19 et pour le monde d'après ?

Avant même l’élection d’Emmanuel Macron, alors qu’une cohorte de mes amis dans les milieux d’affaires et les médias s’agglutinaient avec un certain instinct grégaire autour du vague projet d’Emmanuel Macron, je mettais en garde contre ce qui était pour moi le principal risque de cette expérience politique : celui de l’immobilisme. J’assénai alors, dans les colonnes de nos amis de l’Opinion, la sentence suivante : « le macronisme est un gattopardisme », par allusion à ce terme de la science politique italienne, reprenant le thème du roman le Guépard, où des dirigeants s’évertuent à donner l’illusion du changement pour mieux masquer leur manque d’idées et leur acceptation du status quo : si on avait dit d’Hollande qu’il était un nouveau petit père Queuille, Macron me semblait un Renzi en puissance pour poursuivre dans la veine de l’analogie italienne. Elie Cohen avait beau dans la loge de BFM Business me susurrait que Macron savait ce qu’il faisait, que tout était basé sur un nouveau compromis avec l’Allemagne à laquelle il arracherait tant, je ne me suis jamais départi de l’idée que le Réel n’intéressait pas cette nouvelle équipe et en premier lieu le Président. 

Bien loin des pratiques managériales et empiriques qu’on lui prête, Macron conçoit son quinquennat comme une épopée lyrique ou balzacienne dont il est le Héros, endossant dès son élection de multiples costumes (aviateur, footballeur, président jupitérien) sans s’intéresser vraiment aux réformes. Le premier budget, pluri annuel et intégrant une croissance de 2% par an chaque année du quinquennat était déjà une vaste fumisterie intellectuelle : qui fait cela dans le monde de l’entreprise ? Choqué comme nous tous par l’effondrement de notre souveraineté sanitaire lors de la crise du Covid, je publiais récemment pour mon think tank, l’Institut Thomas More, une note précise sur comment relocaliser la production de médicaments en France, avec 7 propositions spécifiques, sur laquelle Atlantico m’interviewera le 16 Juin. Le même jour, nous nous attendions au plan Macron en la matière lors de sa visite sur le site de vaccins de Sanofi : que nenni, outre de grandes envolées lyriques et le contentement de soi grâce aux investissements massifs d’une entreprise privée, Macron n’avait rien à annoncer : avec toutes ses ressources, ses hordes de conseillers et malgré l’urgence, ce gouvernement ne peut même pas se hisser au niveau de deux analystes d’un think tank de taille modeste…ou le veut-il seulement ? 

Quand la genèse d’un projet politique est de capitaliser sur l’image et de refuser un programme précis, d’aucuns attendaient que Macron abatte ses cartes. Trois ans après, le roi est nu et comme le disait le cardinal de Retz, si on ne sort de l’ambiguïté qua ses dépens, Macron ne cesse pas de ne point choisir : sa dernière allocution, meilleure que ses précédentes dans la forme, ne contenaient aucune annonce majeure. Ce leitmotiv se répète inlassablement depuis le quinquennat : de longs discours avec beaucoup de concepts et d’orientations, à la manière d’une dissertation de Sciences Po, qui ne donnent jamais lieu à une vraie exécution au-delà des quelques mesures -souvent en contradiction avec ce premier discours généraliste- prises par le gouvernement. Car il y a de facto deux gouvernements de la Cité, au sens politique du terme, qui coexistent depuis 2017 ; le premier, présidentiel, boursouflé de ses mots et qui croit que le Verbe vaut Action (mais ce n’est pas le premier dans l’histoire politicienne tant s’en faut) croit qu’il est possible à la fois de prétendre régler tout problème et de se cantonner dans la généralité ; le second, celui d’Edouard Philippe, tente au jour le jour de proposer quelques mesures sans grande envergure, traduisant parfois maladroitement en lois et décrets la pensée présidentielle.

On pourrait égrener ici la litanie des moments manqués : l’emploi du terme Big Bang pour parler de quelques ordonnances du droit du travail  qui pour être utiles, ne constituent pas un changement systémique de notre droit social sclérosé ; les digressions sur le modèle scandinave et la flexisécurité, qui n’ont donné presque rien en matières de formation, apprentissage ou mobilité sociale ; les discours agressifs sur la fiscalité, alors que le ratio prélèvements obligatoires sur PIB est resté au même niveau (une petite baisse de l’ISF en IFI d’un côté, une forte hausse de la CSG de l’autre) ; un enthousiasme sur la réforme de l’assurance chômage qui concrètement accouche d’une souris : le basculement d’une partie des cotisations sociales salariales sur l’impôt et la CSG avec quasi étatisation du système au passage ;une réforme des retraites présentée comme la mère des réformes, alors que le passage au point, confus et remis aux calendes grecques, ne résout rien des déséquilibres financiers du système ; une réforme de la SNCF qui sera un boulet pour les gouvernements futurs avec la reprise de la dette du réseau pour obtenir quelques concessions symboliques de la part des syndicats ; les grandes déclarations du Grand Débat qui auraient du donner lieu à un Acte II du quinquennat, dont nous n’avons jamais compris les contours alors qu’on nous annonce l’Acte III.

In fine, Macron aura démonétisé les termes de réformes et de changements, en en parlant sans cesse jusqu’à l’ivresse pour masquer son absence d’idées. A dire le vrai, il n’y avait pas de génie caché derrière l’élection de Macron : juste une ambition brutale qui n’a trouvé à se déployer que par la naïveté et le manque de courage de beaucoup de Français. Je n’en suis pas et n’en serai jamais, comme beaucoup des lecteurs d’Atlantico.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 18/06/2020 - 05:11
Ni fait ni à faire, en même temps les orages grondent.
L'orage de cette crise sanitaire du mensonge chronique, de ce confinement stupide, vain et ruineux, ainsi que désespérant pour ceux qui travaillent, l'orage du désastre économique maintenant présent, bref la tempête est bien là, le capitaine essaie de mettre le navire à la cape quand pointe la vague scélérate de la vérité judiciaire sur l'assassinat politique du candidat Fillon. Et Macron cherchait la porte étroite de sa réélection en soudoyant les Pts des Régions !
ajm
- 17/06/2020 - 16:33
Plombier en chef.
Macron est un avatar social-démocrate de Bercy , mis au pouvoir pour ajuster les grands tuyaux de dérivation CSG et autres, usines à gaz pour reculer le risque de faillite. La création d'une cinquième branche de la SC sur la dépendance va permettre, comme la vignette pour les vieux autrefois, de construire une nouvelle installation pour plombiers experts, avec hausse de CSG à la clef, transfert de liquides financiers etc..
jurgio
- 17/06/2020 - 16:04
Tout peut s'écrouler bientôt
quand on a construit un gouvernement avec du tout-venant.