En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Allemagne : fin du nucléaire

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 1 heure 18 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 1 heure 51 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 3 heures 16 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 3 heures 53 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 4 heures 50 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 6 heures 20 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 1 heure 32 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 4 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 4 heures 54 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 5 heures 27 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 6 heures 9 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 7 heures 35 min
© (DR)
© (DR)
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

La plaie républicaine ouverte par Christophe Castaner n’est pas prête de cicatriser

Publié le 15 juin 2020
Laurence Sailliet revient cette semaine sur le discours de Christophe Castaner et sur la polémique liée aux propos du ministre de l'Intérieur sur les accusations de racisme et de "violences policières" au sein de la police.
Laurence Sailliet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Sailliet, ex-porte-parole Les Républicains, est chroniqueuse politique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Sailliet revient cette semaine sur le discours de Christophe Castaner et sur la polémique liée aux propos du ministre de l'Intérieur sur les accusations de racisme et de "violences policières" au sein de la police.

« L’émotion dépasse les règles juridiques ». Cette affirmation de Christophe Castaner résonnera longtemps dans les esprits de tous ceux qui pensent légitimement que la France est un État de Droit. Nous aurions pu l’entendre de la bouche d’un révolutionnaire de pacotille ou d’un quelconque agitateur, ceci nous aurait peu éms. Que l’émetteur soit le Ministre de l’intérieur lui-même, qui a pour principale mission de maintenir la cohésion des institutions du pays et de garantir aux citoyens l'exercice des droits, devoirs et libertés affirmés par la Constitution, rend l’affirmation grave et lourde de conséquences. 

Le propos n’est pas d’accabler un acteur politique fragilisé, même si l’on ne peut que ressentir une très grande incompréhension et de la colère, parce qu’il a lâché les « siens » oubliant qu’il était le premier flic de France. Il ne s’agit pas non plus de décrire les coulisses de cette faute politique mais plutôt de constater le délitement de l’Etat de droit et ses conséquences. Sur quoi peut-on se baser, sur quelles règles et valeurs si ce qui est interdit est en fait autorisé ? Vaste question... Plus concrètement nous devons déjà admettre qu’en France, il ne sera dorénavant plus possible d’interdire un rassemblement quel qu’en soit les risques pour nos concitoyens. La sécurité des biens et des personnes n’est plus une priorité dans le monde d’après, celui que pourtant on espérait meilleur. Enfin en tous cas, ce sont nos forces de l’ordre qui une fois de plus compensent par leur dévouement et leur courage les mauvaises décisions prises en amont. Au passage, constatons que le risque sanitaire lié au Coronavirus a disparu, comme par magie, le temps des manifestations. Un peu comme si les participants avaient trouvé une forme d’immunité dans cette émotion qui les mobilise, la même qui rend tolérable ce qui est interdit. Oust les théories scientifiques sur les risques de contamination, les mesures barrières ou même la recherche d’un vaccin et d’un remède. Tout ceci n’existe plus, s’est effacé un temps et a cédé face à la pression de quelques organisateurs désireux d’exploiter la mort tragique d’un homme en attisant la haine des flics. Des milliers de personnes se sont donc rassemblées et entassées en pleine période d’un déconfinement qui se voulait pourtant progressif. Comment ne pas comprendre la colère de tous ceux qui perdent leur emploi, déposent le bilan de leur entreprise, subissent les contraintes strictes liées aux règles sanitaires et qui constatent que d’autres s’en affranchissent sans vergogne ? Comment ne pas comprendre la lassitude et l’incompréhension des restaurateurs qui jusqu’à hier se cantonnaient avec discipline à recevoir leurs clients en terrasse avec les difficultés financières occasionnées par cette organisation imposée ? 

Emmanuel Macron a donc pris la parole au crépuscule d’une semaine triste pour la cohésion nationale et l’idéal républicain. Au- delà de quelques bonnes nouvelles, qui par ailleurs auraient pu être énoncées par son premier ministre, il a prononcé la phrase tant attendue en direction des policiers : « Sans ordre républicain il n’y a ni sécurité, ni liberté. Ils méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la Nation ». Celle-ci ne manquait ni de justesse et ni de profondeur. 

Peut-être aurait-il pu l’énoncer avec plus de force, celle du chef de guerre auquel il nous a habituée.  Il est pourtant difficile de lui en faire la critique tant elle désavouait son ministre de l’intérieur. Sera-t-elle suivie d’effet ? En tous cas ce qui est certain c’est que nos policiers et gendarmes ne s’en contenteront pas et que le temps sera nécessaire pour que cicatrise cette plaie républicaine. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 15/06/2020 - 18:40
Émeutes à Dijon avec des tchétchènes
Mais c'est la Police qui est violente et raciste.....https://actu.orange.fr/france/renforts-de-police-depeches-a-dijon-apres-des-violences-inedites-CNT000001qSBuC.html
J'accuse
- 15/06/2020 - 17:45
Plus de chef, plus d'Etat
Si un flic veut me coller un PV, je lui répondrais que mon émotion me permet de m'affranchir des lois, et que j'ai l'autorisation personnelle du ministre pour violer la loi parce que je suis ému.
En réalité, ce n'est qu'une génuflexion de plus de la macronie, dont la lâcheté ne connait pas de limite. A force, ils doivent avoir les rotules en compote.
Macron a parlé d'ordre républicain ? Le problème est qu'il ne fait qu'en parler, et qu'il laisse se répandre un désordre pas du tout républicain.
"En somme, pour être chef d’État, il ne lui manque que deux choses: qu'il soit un chef, qu'il y ait un État".
Il suffit de dire à Macron "tu fais ça ou je te casse la gueule" et il le fait. Bon bah, on sait ce qu'on doit faire...
Gpo
- 15/06/2020 - 15:04
Cette clique est cramée définitivement
avec le jeu de bonneteau dont ils sont friands pour enfumer le chaland citoyen, ces énarques ou traitres, menteurs, fraudeurs ont lassé le peuple tant méprisé et insulté comme les gilets jaunes ou les "gens qui ne sont rien"..
Encore un discours pour rien et le mignon continue à désintégrer notre civilisation, nos valeurs en supprimant le défilé militaire du 14 juillet alors que les soignants veulent une autre reconnaissance..