En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 1 heure 1 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 2 heures 39 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 5 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 6 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 7 heures 34 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 8 heures 38 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 9 heures 31 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 10 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 10 heures 59 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 1 heure 32 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 3 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 7 heures 13 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 7 heures 49 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 9 heures 18 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 9 heures 45 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 11 heures 26 sec
© Olivier HOSLET / EPA / AFP
© Olivier HOSLET / EPA / AFP
Sauvetage

Plan de relance européen : beaucoup d’argent, peu de plans concrets pour l’utiliser

Publié le 12 juin 2020
Les plans nationaux européens pour relancer l'économie vont-ils pouvoir garantir une bonne répartition des milliards d'euros débloqués par la BCE ? Quels sont les pays européens ayant réussi à établir un plan de relance économique efficace et cohérent ?
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les plans nationaux européens pour relancer l'économie vont-ils pouvoir garantir une bonne répartition des milliards d'euros débloqués par la BCE ? Quels sont les pays européens ayant réussi à établir un plan de relance économique efficace et cohérent ?

Atlantico.fr : Les plans nationaux européens pour relancer l'économie sont-ils suffisamment concrets afin de garantir une utilisation utile des milliards d'euros débloqués par la BCE ?

Jean-Paul Betbeze : D’abord, rien ne sera rapide. Le COVID-19 a atteint une économie française qui allait un peu mieux, mais qui n’était pas en forte reprise. Les preuves abondent de la faiblesse de la croissance française : pas simplement le déficit budgétaire ou le chômage permanent mais, fondamentalement, le fait que les entreprises françaises n’arrivent pas à exporter et ne sont pas suffisamment rentables. Les deux. Les salaires sont élevés par rapport à une productivité et une compétitivité insuffisantes. Tout ceci entraîne des pertes de parts de marché externes et internes, un sous-investissement permanent et une formation insuffisante des salariés. C’est dans ce contexte de « convalescence précaire » que le COVID-19 est arrivé, avec des effets très négatifs et violents.

Les plans européens auront des effets dans plus de deux ans. Avant, dans le trouble de la crise, rien n’aurait marché, faute de visibilité. En urgence il s’est ainsi agi d’arrêter la dégradation des trésoreries des entreprises, notamment des PME. Elles ont en effet réagi en allongeant leurs délais de paiement, remède individuel, catastrophe globale. Fort heureusement les banques ont joué le jeu de soutien aux entreprises, et la puissance publique a permis le financement du chômage partiel et aussi de différer diverses taxes et impôts. Bref, à court terme, le pire a été évité, même si la chute a été importante. Qu’est-ce que cela aurait été sans cela ?

Pour les mois qui suivent, les entreprises ne savent toujours pas trop ce qu’il va se passer, en France comme ailleurs. C’est bien pour cela qu’il est important, en France comme ailleurs, de prolonger, en les réduisant graduellement, les programmes d’aide et de soutien, en particulier le chômage partiel et de préparer aussi des plans sectoriels à moyen terme (aviation, automobile, culture...) pour montrer les ruptures obligatoires. En même temps, la Banque Centrale Européenne sera toujours là.

C’est à ce moment-là que l’on verra mieux la nature et le contenu des programmes européens. Pour le moment en effet, on parle de centaines de milliards de soutien à des écosystèmes. Tout ceci est évidemment très important mais vague, parce que le cadrage politique n’est pas encore là. Il faut en effet que les partenaires de l’Union Européenne acceptent, au-delà des milliards proposés, le principe d’une Union de transfert qui soutient la démarche d’ensemble. Ce n’est pas fait, et c’est bien pour cela que les prévisions de l’Union Européenne commencent en 2021/2022. Il s’agit donc d’un plan à moyen terme, complémentaire des actions monétaires et budgétaires, très largement commencées sur une base nationale.

Il faut donc éclairer l’avenir. On voit en effet que les entreprises ont immédiatement décidé d’arrêter les embauches et certaines de lancer des programmes de licenciement. On voit également que les programmes de soutien monétaire et budgétaire ont permis à des entreprises déjà très fragiles de continuer à exister, et personne ne sait combien de temps cela pourra durer, notamment si la reprise est lente.

Il faut donc ne pas considérer que l’excès d’épargne chez les ménages est la « garantie » de la reprise économique, par leur dépense. Cette épargne est la conséquence du confinement, à savoir l’impossibilité physique de dépenser et aussi des peurs sur l’emploi. Donc il faudra du temps pour que, au niveau européen, les choses deviennent plus claires – et plus sûres. Et, tout de suite, il faut expliquer et convaincre en France, des efforts à faire. Aujourd’hui, il faut se remettre à produire de manière plus efficace que jamais.

Quels pays européens ont réussi à établir un plan de relance économique efficace et cohérent ? 

L’Allemagne semble-t-il, en appui de ses entreprises (qui sont solides) et à l’aune des capacités de ses comptes publics (qui sont sains). Inutile de comparer : par temps de crise, l’Allemagne peut bénéficier de son sérieux (et en faire bénéficier les autres).

Ici, et partout, il s’agit en fait de relancer rapidement mais, surtout, bien. Rapidement, parce qu’il va y avoir une « concurrence à la sortie », pour montrer aux autres pays et aux marchés quelles sont les économies qui repartent. Bien, pour convaincre les marchés financiers dans « la concurrence à la sortie » qui va se jouer. Cette concurrence, quantitative et qualitative, n’est pas estimée à sa juste valeur. Il faut donc travailler d’ores et déjà à l’organisation des plans nationaux, avec nos voisins (espagnol, italien, allemand…), puis africains – et les lier aux programmes européens. C’est l’organisation de cet ensemble de projets qui fera la différence.
Ce sont donc aussi, obligatoirement, des projets dans lesquels les entreprises auront un rôle décisif, en précisant les secteurs fins et les domaines dans lesquels elles veulent investir, avec des formations obligatoires. Sans repartir en plus haut de gamme, en meilleure qualité, en mettant en avant un emploi mieux formé, nous ne réussirons pas.

En même temps ceci implique, pour éviter les effets d’une reprise déséquilibrée, inégalitaire, de prendre en compte le réservoir considérable d’emploi que représentent les services à la personne. C’est, là aussi, un réservoir d’emploi, local, qu’il faudra soutenir et former.

Comment la France peut-elle relancer rapidement son économie grâce à l'aide de l'Europe ?

En réfléchissant : la relance économique en France et en Europe ne pourra venir que des analyses précises sur ce qui nous est arrivé. Le mot clé sera celui de résilience, pour résister à un environnement qui sera sans doute de plus en plus perturbé. On ne veut pas croire non plus que les pays aujourd’hui moins touchés ne vont pas continuer à souffrir. En particulier, les pays émergents vont avoir des crises sanitaires, humaines, sociales, financières et politiques : les effets de la crise du COVID-19 seront multiples et étalés dans le temps. Rien n’est fini.

En s’unissant : c’est par une stratégie d’alliances et de renforcements des liens au sein même de l’Union Européenne et plus particulièrement de la zone euro et, avec nos voisins, en Afrique notamment, qu’il faut repartir. Il s’agit de résister à l’environnement plus compliqué plus instable des années qui viennent. Concrètement, cela voudra dire qu’il faudra revoir nos points de faiblesse : sanitaire, alimentaire, militaires, en recherche, en logistique… pour être moins sensibles à des chocs des chaînes de production internationales. Elles ont montré leurs limites. 

En agissant : fabriquer aujourd’hui une zone euro plus solide, plus intégrée et plus proche du Maroc ou de la Tunisie, avoir une politique de near shoring, et le dire, c’est la bonne réaction rapide. Après l’avoir dit, il faudra passer à l’acte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 12/06/2020 - 15:38
Réflexions hors sol?
À part quelques "vieux croyants", qui peut imaginer que Bruxelles serve encore à quelque chose avec la dislocation du rêve démocratique européen que ses commissaires ont provoqué depuis trente ans.