En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 6 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 8 heures 53 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 10 heures 46 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 12 heures 35 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 13 heures 8 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 13 heures 28 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 13 heures 44 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 14 heures 22 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 15 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 6 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 8 heures 44 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 10 heures 41 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 12 heures 7 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 13 heures 17 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 15 heures 9 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 7 heures
Atlanti Culture

"Downton Abbey" de Julian Fellowes et Gareth Neame : une série culte, qui allie humanité et élégance

Publié le 11 juin 2020
"Downton Abbey" est une série de Julian Fellowes et Gareth Neame. "Les héritiers de Downton Abbey ayant péri lors du naufrage du Titanic, la famille Crawley se retrouve dans une position délicate, les trois descendantes ne pouvant prétendre au titre de Lord Grantham. Matthew Crawley, nouveau successeur et lointain cousin, arrive à Downton Abbey".
Bertrand Devevey pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Devevey est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Downton Abbey" est une série de Julian Fellowes et Gareth Neame. "Les héritiers de Downton Abbey ayant péri lors du naufrage du Titanic, la famille Crawley se retrouve dans une position délicate, les trois descendantes ne pouvant prétendre au titre de Lord Grantham. Matthew Crawley, nouveau successeur et lointain cousin, arrive à Downton Abbey".

"Downton Abbey" de Julian Fellowes et Gareth Neame

PrimeVidéo et en DVD 6 saisons, 52 épisodes
Mise en scène : Maggie Smith, Michelle Dockery, Hugh Bonneville…

 

RECOMMANDATION
En priorité


THEME
Du naufrage du Titanic (1912) au début des années 30, cette série nous fait partager le quotidien de la famille Crawley, famille britannique aristocratique propriétaire d'un château et d'un riche domaine dans le Yorkshire. Ce qui en fait l'originalité est de partager aussi la vie de la "domesticité", tous les personnels dédiés au service "des maîtres" et à l'entretien du domaine. Ces 20 années sont balayées par de nombreux événements - la question de la transmission du domaine à un héritier mâle - les Crawley ayant trois filles, la 1ère Guerre Mondiale et ses bouleversements, notamment la place des femmes dans la société, les amours et l'émancipation des sœurs Crawley dans les années 20. La vie des domestiques, leurs rapports, complicités et rivalités, la vie mondaine et la vie du domaine se croisent, parfois se rejoignent ou se percutent, dans des faits divers parfois dramatiques qui vont bouleverser et remodeler cette société si particulière, où la solidarité dépasse finalement les antagonismes. 

Chaque saison aborde une "tranche de vie" de 1 à 3 ans, exposant les uns et les autres à plus d'événements que la série ne pourrait le laisser penser à priori !

Parler de l'évidence des beaux décors et des bons acteurs ne fait pas nécessairement une "série culte". 

Sans son concept, Downton Abbey ne serait qu’une chronique de la vie anglaise des années 1912 aux années 30. La série répond aux règles des 3 unités  : unité de Lieu ( le Château)  unité de Temps (déroulement chronologique des épisodes sur la totalité de ces années) unité d'Action (la vie quotidienne au domaine et dans les communes voisines, avec quelques escapades londoniennes). A ces fils conducteurs, s'ajoute la mise en scène du monde d’en haut et du monde d’en bas, monde des maîtres et monde des domestiques, chacun étant régi par des règles très strictes de protocole et de hiérarchie. Voilà le concept !

Soulignons enfin que le scénario sait rendre captivante la découverte progressive de la vie des uns et des autres, des liens qui les unissent, des rivalités qui transpirent, des transformations de ces années "folles".

 

POINTS FORTS
Avec une telle série, la liste des points forts peut être extrêmement longue. Contentons nous d'en lister quelques uns : 

les acteurs, tous excellents et parfaitement crédibles dans leur rôle (dont une incomparable Maggie Smith en comtesse douairière vieux-jeux et complice de ses petites filles), 

des costumes et des décors qu'il faut bien qualifier de somptueux, pour restituer fidèlement la vie des aristocrates anglais de ce premier quart du 20ème siècle, 

des ambiances absolument crédibles car tournées - pour beaucoup, dans des lieux authentiques - et un peu en studio pour les "offices" - ceux-ci ayant été transformés dans les 80 ans qui ont précédé les tournages ! 

Et pour les amateurs de VO, un anglais d'une grande clarté, voire de charme !

Parler de l'évidence des beaux décors et des bons acteurs ne fait pas nécessairement une "série culte". 

Sans son concept, Downton Abbey ne serait qu’une chronique de la vie anglaise des années 1912 aux années 30. La série répond aux règles des 3 unités  : unité de Lieu ( le Château)  unité de Temps (déroulement chronologique des épisodes sur la totalité de ces années) unité d'Action (la vie quotidienne au domaine et dans les communes voisines, avec quelques escapades londoniennes). A ces fils conducteurs, s'ajoute la mise en scène du monde d’en haut et du monde d’en bas, monde des maîtres et monde des domestiques, chacun étant régi par des règles très strictes de protocole et de hiérarchie. Voilà le concept !

Soulignons enfin que le scénario sait rendre captivante la découverte progressive de la vie des uns et des autres, des liens qui les unissent, des rivalités qui transpirent, des transformations de ces années "folles". 

 

POINTS FAIBLES
Il est juste d'en signaler un : il faut aimer les films et séries qui témoignent de la vie (pas tout à fait ordinaire) d'une région et d'une famille à une époque où la "hiérarchie" des classes sociales ne se discute pas encore. Amateur de crimes sanglants et de scènes "trash", passez votre chemin ! Tout dans l'image est normé, "propre", même si les situations vécues tendent, au fil des épisodes, à fissurer le cadre !!

 

EN DEUX MOTS
Excellent, addictif, culte ! Trois mots au lieu de deux pour décrire une série qui pourrait être ce que Barry Lyndon fut aux films des années 80 - une référence scénaristique et esthétique ! 52 épisodes, dont des fins de saisons plus longues, vous transporteront 100 ans en arrière, du sourire aux larmes, de la stupeur à l'approbation, de la complicité à la réprobation. Bref, sauf à ne pas aimer le genre, vous ferez rapidement partie de la famille - que vous vous sentiez Crawley ou de la famille "du personnel" - et aurez envie, accroché à votre fauteuil, à en démêler les tensions et les passions !

Et si vous en redemandez, sachez qu'un film - avec au scénario Julian Fellowes le concepteur de la série, et (presque) tous ses acteurs - est sorti fin septembre 2019. Il dure 2h, se situe à la fin de la saison 6, et a pour enjeu la venue, à Downton Abbey, du couple royal !

Ne manquez pas la chronique de Dominique Poncet, sur notre site : Au nom de la terre (dans le paragraphe "Et aussi").

 

LE REALISATEUR
Downton Abbey est écrite, scénarisée et produite par les britanniques Julian Fellowes et Gareth Neame, ce dernier, des studios Carnival Films. Beaucoup d'éléments de l'histoire sont inspirés de faits aussi réels que les reconstitutions historiques furent rigoureuses.

Produite et diffusée entre 2010 et 2015, son succès est tel que les critiques affirment qu'elle a renouvelé le genre des séries historiques. Downton Abbey, ses acteurs, réalisateurs, costumiers (près de 1.300 costumes différents pour les 5 personnages principaux !), techniciens, compositeurs ont reçu, jusqu'en 2016, une avalanche de prix.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires