En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© Juan Mabromata / AFP
© Juan Mabromata / AFP
Urgence à agir

La génération sacrifiée des "diplômés Covid"

Publié le 11 juin 2020
Jean-Claude Puerto-Salavert s'interroge sur les difficultés et les obstacles pour les générations de jeunes qui s'apprêtent à arriver sur le marché du travail en ces temps de pandémie de coronavirus. Il y a urgence à agir pour la jeunesse.
Jean-Claude Puerto-Salavert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Puerto-Salavert est un entrepreneur, chef d'entreprise et essayiste français. Il est le fondateur et actuel dirigeant de la société de location de voitures Ucar.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Puerto-Salavert s'interroge sur les difficultés et les obstacles pour les générations de jeunes qui s'apprêtent à arriver sur le marché du travail en ces temps de pandémie de coronavirus. Il y a urgence à agir pour la jeunesse.

Une réunion a eu lieu à l’Élysée, ce jeudi 4 juin, pour favoriser l’intégration des 700 000 jeunes étudiants qui parviennent sur le marché de travail. Il était grand temps !

Les secousses économique provoquées par la crise sanitaire, seront-elles dévastatrices ? Elle le sont déjà ! Et elles le sont d’abord, sans qu’on le réalise vraiment, pour les 700 000 jeunes qui sortent des écoles et arrivent avant l’été sur le marché du travail. La réalité, la voici : les portes leurs sont fermées. 

Nous nous préparons à accueillir cette nouvelle génération. Mais le tsunami qui nous a pris par surprise nous oblige à éponger les déficits sans nous poser trop de questions. Il s’agit de remettre progressivement nos entreprises en ordre de marche, remettre au travail nos collaborateurs anesthésiés par le confinement, renouer avec un chiffre d’affaires qui puisse sauver l’emploi. Les États, les banques centrales, les institutions internationales et européennes, ne ménagent pas leurs efforts pour amortir le choc. Les entreprises, grandes, moyennes, petites, démontrent qu’elles aussi, jouent le jeu, s’adaptent, innovent, assument leurs responsabilités.

L’absence de visibilité

Hélas, l’embauche des jeunes diplômés est remise à plus tard. Le retour à la normale prendra des mois. C’est ce délai qui est anormal ; une génération entière est abandonnée sur le bord de la route.

Comment nos jeunes diplômés vont-ils faire ? Les plus chanceux sont aidés par leur famille, qui elle-même, parfois, est frappée par la crise ; d’autres doivent impérativement trouver un emploi précaire. Ne serait-ce que pour rembourser ce prêt étudiant qui leur aura permis de financer leurs études.

Le plus traumatisant est de gérer une absence de statut. Ces jeunes ne bénéficient plus du statut protecteur de l’étudiant et pas encore de celui du salarié. À la perspective de se retrouver sans emploi, l’anxiété grandit dans un isolement néfaste. Nous devons leur tendre la main, nous mobiliser et proposer des mesures exceptionnelles.

Des frais de scolarité réduits

Les écoles doivent assumer leurs responsabilités et accompagner leurs étudiants conformément à leurs promesses lors des recrutements. Pourquoi ne pas prolonger le statut d’étudiant, très provisoirement ? Et leur permettre de passer ce cap difficile grâce à un stage ? Mieux vaut entrouvrir les portes du marché de l’emploi plutôt que tourner en rond dans un studio.

Pourquoi ne pas réduire les frais de scolarité ? La dernière année a été contrariée dans son déroulement et les écoles ont fait quelques économies du fait du confinement.

Président de l’Association des Diplômés de l’Inseec, je suis conscient du rôle que doit jouer le réseau des alumni dans ce contexte. Nous soutenons nos jeunes camarades qui demandent un moratoire sur les frais de scolarité. Nous sommes prêts à participer à l’élaboration d’un statut transitoire de “l’étudiant covid”. Nous engageons l’école à trouver les modalités financières pour répondre à la demande des étudiants en recherche d’alternance. Nous sommes prêts à mobiliser notre réseau de 68 000 anciens élèves pour procurer dans leurs entreprises des stages et des emplois aux jeunes diplômés. Nous venons d’en faire la démonstration en décrochant en quelques jours des stages en France, pour des étudiants qui n’ont pu partir à l’étranger. Et bien sûr, conscients que ces problèmes se posent de la même manière aux étudiants des autres grandes écoles, nous sommes prêts à collaborer avec les associations d’alumni du secteur privé comme des universités.

La jeunesse nous parle, nous observe, attend que nous nous montrions à la hauteur des enjeux. Il y a urgence à agir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 11/06/2020 - 15:36
Au lieu de braire....
l'auteur devrait se mettre des lunettes...
S'il est bien un secteur que le Covid n'a pas ravagé c'est l'éducation nationale car....elle l'était déjà!!!
De l'école primaire , fabrique d'illettrés, au secondaire qui déverse des bacheliers ne maîtrisant pas le français jusqu'aux facs qui sont devenues des machines à fabriquer des diplômes ( autrefois il n'y avait que les facs de lettre s mais le mal s'est propagé), l'éducation nationale est devenue une machine à casser l'ascenseur social avec la bénédiction des gouvernements successifs et la complicité des enseignants.
L'éducation est la partie la plus pourrie de ce pays en décomposition. Nos brillants scientifiques ne l'avaient pas vu: le Covid s'acharne sur la charogne et c'est pour cela que vous avons été parmi les plus atteints