En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 4 heures 36 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 14 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 2 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 11 heures 9 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 13 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 13 heures 6 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 31 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 10 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 14 heures 34 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 5 heures 7 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 7 heures 28 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 10 heures 48 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 24 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 12 heures 53 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 20 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 14 heures 35 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Paradoxe

Le grand paradoxe de l’épidémie qui en dit long sur nos sociétés

Publié le 10 juin 2020
Le confinement et les restrictions des libertés de tous ont pourtant été acceptés au nom de la protection des plus vulnérables. Tout le monde a néanmoins fermé les yeux sur les ravages du virus chez les personnes âgées. Qu'est-ce que le confinement nous a appris sur notre société ?
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le confinement et les restrictions des libertés de tous ont pourtant été acceptés au nom de la protection des plus vulnérables. Tout le monde a néanmoins fermé les yeux sur les ravages du virus chez les personnes âgées. Qu'est-ce que le confinement nous a appris sur notre société ?

Atlantico.fr : Le confinement a été présenté comme un moment sans précédent dans l’histoire avec comme sens  de préserver avant tout les plus vulnérables en imposant des règles sanitaires strictes. Or, les choses se sont déroulées autrement que ce que l’on avait escompté puisque l’on a observé un taux élevé de mortalité chez les personnes âgées. Alors qu’il s’agissait de protéger ces dernières, on a l’impression qu’elles ont été abandonnées. 

Qu’est-ce que cette expérience de confinement nous apprend de nous mêmes, de la nature morale et de la solidarité effective à l’œuvre de notre société ?

Bertrand Vergely : La période que nous venons de passer montre, me semble-t-il, deux choses. 

En premier lieu, les Français sont apparus comme étant bien plus vertueux qu’on aurait pu l’imaginer. Il y a en France, ce que l’on peut appeler une tendance « Astérix », à savoir un vieux fond d’irréductible Gaulois. Ce qui a fait dire à Emmanuel Macron qu’ils sont des « Gaulois réfractaires ». Or, durant le confinement, pas du tout. Les Français ont été étonnamment vertueux, étonnamment patients, étonnamment disciplinés.  Qui plus est, ils ont fait preuve d’une solidarité touchante en allant, sur leurs balcons à 20h, ovationner le personnel soignant. Enfin, il y a eu beaucoup d’humour, de créativité, de sens du beau ainsi qu’une intelligente distanciation face à l’événement. Néanmoins, la pandémie a aussi fait apparaître un effet pervers de cette dimension vertueuse. 

Le pouvoir politique s’est révélé être étonnamment autoritaire. En étant étonnamment autoritaire, il a réveillé le fond archaïque de la mémoire politique et morale de notre pays reposant sur le couple surveiller et punir. 
À propos des règles sanitaires, on n’a pas été dans la règle. On a été dans le zèle de la règle soit pour édicter et contraindre soit pour pinailler et contester sournoisement.

Il existe en France une tendance jacobine, centralisatrice, administratrice et procédurière débouchant sur un ordre insidieusement autoritaire. À l’occasion du confinement, cette tendance a profité du comportement vertueux des Français pour opérer une surenchère en matière d’ordre et de discipline. 

Ainsi, on a pu voir de bonnes âmes devenir spontanément policières en se mettant à surveiller et parfois à dénoncer. De sorte que, s’il y a eu de la vertu, de l’obéissance, de la responsabilité et de la solidarité il y a  eu aussi la mise en place d’un ordre sanitaire hygiéniste faisant régner un intégrisme médical à la fois puritain et intégriste. 

Dans le cas des personnes âgées, cela explique le paradoxe auquel on a abouti. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, celles-ci n’ont pas été abandonnées. Elles ont au contraire été surprotégées. Elles l’ont tellement été que cette surprotection tournant à l’incarcération, les a fait mourir, non pas à cause du Covid, mais de chagrin  à cause de leur solitude.

Ceci est particulièrement vrai pour les personnes âgées vivant seules à domicile. N’ayant personne à qui parler durant des jours, le confinement est devenu pour elles un enfer provoquant chez certaines des AVC en cascades. 

En cherchant à bien agir pour servir autrui et lui venir en aide, on peut faire du mal sans s’en apercevoir. C’est ce qui, semble-t-il, s’est passé. Par peur de ne pas respecter les règles sanitaires, un certain nombre d’acteurs du soin et de la solidarité ont tellement pensé à obéir aux lois qu’ils en ont oublié les personnes à qui le soin et la solidarité étaient destinés. 

Ce paradoxe vient de ce que nous sommes encore dans l’enfance de la morale comme de la politique. Nous attendons tout de la loi comme du pouvoir sans avoir une véritable vie morale. Quand on aura un peu plus de vraie vie morale, on fera un peu moins de lois. On attendra un peu moins du pouvoir. Et on cessera d’avoir un rapport absurde à la règle qui aboutit au contraire du résultat escompté. 

Le confinement a-t-il été un moment de solidarité ou d’hystérie collective ?

Le confinement a été un coup de tonnerre qui a assommé les esprits, lesquels, ne sachant pas trop quoi faire,  se sont rabattus sur les consignes de protection qui ont été données. 

Au début, le confinement a été vécu comme un jeu. Ensuite, il est devenu une épreuve à laquelle les Français ont essayé de faire face avec le maximum de responsabilité. D’où un esprit de solidarité qui s’est manifesté par de belles actions d’entraide et d’attention à l’autre. Enfin, il s’est achevé dans un certain climat de fatigue voire d’épuisement collectif. 

Si problème d’ « hystérie » il y a, pesons nos mots et mettons des guillemets : c’est aujourd’hui qu’il se pose. Il semble que bon nombre de gens ont du mal à arrêter le confinement et qu’une attitude de peur gagne du terrain. 

 Tout comme il y a du plaisir à faire du zèle à propos de la règle en édictant ou en pinaillant, il y a un certain plaisir à avoir peur et à faire peur. 

Le Français qui est rebelle ne supporte pas le pouvoir. En même temps, il l’adore. Il est ainsi double parce qu’il aime le pouvoir pour protéger le sien et contester celui de l’autre. 

Dans les comportements qui ont cours, on aperçoit le poids de ce paradoxe. On a du mal à ne pas exagérer les gestes barrière, les faire respecter donnant un certain pouvoir. D’où cet étrange climat que nous vivons actuellement. Bien que nous soyons déconfinés, le confinement n’a pas cessé. Il est même en train de s’installer sous la forme d’un compagnonnage avec la peur auquel on a pris goût et auquel on s’habitue, non sans un certain plaisir dissimulé. 

Quelles sont les questions non résolues ayant resurgi lors de cette période de confinement ? Quels problèmes structurels à ont été révélés au grand jour ?  

Les problèmes structurels que le confinement a fait apparaître sont d’abord ceux de notre système de santé. 

Nous avons été prévenus dès 2006 que s’il y avait une pandémie, nous n’étions absolument pas préparés pour y faire face. C’est ce qui s’est passé. Le gouvernement a pris la décision de confiner tout le pays. Il n’est pas le seul. Quasiment tous les gouvernements ont pris cette décision. Pourquoi ? Pour éviter un afflux massif de malades à l’hôpital, l’incapacité de faire face à cet afflux massif, la colère des malades et des familles, les critiques des medias et une crise sociale et politique à la suite de cette colère et de cette critique.  

Par ailleurs, puisque de médecine il s’agit, on ne peut pas ne pas mentionner l’affaire soulevée par Didier Raoult, celle-ci mettant en jeu une vision du monde, une vision de la politique, une vision de la médecine et une vision de la philosophie générale de la connaissance. 

 Didier Raoult est un médecin qui se veut pragmatique. Cherchant à soigner ses malades, il a constaté que la chloroquine prise dès le début de la maladie donnait des résultats positifs. Pas  sur tous les malades, mais sur un grand nombre d’entre eux, précise-t-il. 

Face à lui, on a vu s’opposer une logique politique et médicale disant que son comportement médical était dangereux, la chloroquine n’ayant pas été encore homologuée comme étant le médicament à utiliser. 

À travers Didier Raoult et l’autorité médicale officielle, il y a deux logiques qui s’affrontent, celle de Didier Raoult qui est pragmatique et celle de l’autorité médicale officielle qui se veut scientifique et homologuée. Il va falloir savoir demain quelle logique est la bonne et en définitive ce qu’est la médecine et ce qu’elle doit être. Est-elle un art ? ou est-elle une science ? On retiendra qu’en cette affaire Didier Raoult a fait l’objet d’une levée de boucliers confinant à la haine. On retiendra également que la revue Britannique Lancet, la référence en matière de publications scientifiques et médicales, s’est ridiculisée en publiant un article totalement faux afin de discréditer Didier Raoult. Erreur qu’elle a reconnu publiquement. 

Enfin, troisième problème en suspens. La pandémie a révélé que notre système mental et politique demeure sournoisement très autoritaire, très crispé, très apeuré et parfois très brutal. Manifestement nous vivons dans un monde qui n’a pas confiance en lui. Il n’a pas confiance en lui parce qu’il est déséquilibré. Croyant trop au pouvoir et à la technique il lui manque de croire un peu plus à la sagesse, à l’éthique fondamentale et à la connaissance qu’elle amène. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 12/06/2020 - 10:03
"Le confinement et les
"Le confinement et les restrictions des libertés de tous" ? De tous ? L'actualité est telle, qui rend cette réflexion totalement débile, que je ne peux m'empêcher de rire jaune. Ah pardon, je me confonds en excuses et je mets un genou en terre. Que voici une expression raciste ! Eh non, je me relève : les personnes "jaunes" ne font pas partie des personnes "racisées". Ouf, mon honneur est sauf !
Hiris
- 12/06/2020 - 09:30
Merci deckardblue
C est ce que je viens de vivre avec ma mère et toute cette dégoulinade d hypocrisie ,je me mets à la fenêtre tous les soirs pour applaudir ,oh là là, quel acte majeur ,difficile,impactant,aussi con et inutile que je suis Charlie ! Nos anciens ont payé un TRÈS lourd tribu et le confinement n a pas été là pour les protéger mais pour protéger le gouvernement incapable de mettre en place des mesures simples et efficaces comme en Allemagne par manque d organisation et de prévention ! Nos parents ont été assassinés par la com ' ,tout dans la gueule rien dans le concret ...
deckardblue
- 10/06/2020 - 16:12
Philosophe médecin ?
Monsieur le Philosophe, pourriez-vous me fournir autre chose que vos fantasmes pour me montrer que les personnes âgées ne sont pas mortes de la Covid mais de chagrin dû à leur solitude ?
Sortez-vous de temps en temps de chez vous ?
Vous arrive-t-il d'aller voir le monde ou tournez-vous en rond dans votre appartement feutré d'artisan philosophe comme vous vous définissez, juste pour triturer les mots et les pensées et donner des leçons de morale aux autres ?
Etes vous allé voir de vos yeux mourir un "vieux" du Covid en HEPAD ? Il tousse, il crache, il souffre, il râle, ce n'est pas beau à voir. Croyez-moi, ce n'est pas de chagrin.
Vous avez trouvé bien d'applaudir les soignants ?
Bougez-vous un peu. Proposez-vous pour une aide véritable, mettez les mains dans le cambouis. Vous direz moins de bêtises....