En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© OZAN KOSE / AFP
© OZAN KOSE / AFP
Statut particulier

La fin du roi dollar est-elle en vue ?

Publié le 10 juin 2020
Les erreurs de la gestion de la crise, liée au Covid-19, ont terriblement fragilisé la devise américaine. La situation économique américaine peut-elle amener le dollar à perdre ses avantages ? Quelles pourraient être les conséquences sur la scène internationale d'un effondrement du dollar ?
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les erreurs de la gestion de la crise, liée au Covid-19, ont terriblement fragilisé la devise américaine. La situation économique américaine peut-elle amener le dollar à perdre ses avantages ? Quelles pourraient être les conséquences sur la scène internationale d'un effondrement du dollar ?

Atlantico.fr : Sur quoi repose le rôle extraordinaire du dollar ? 

Michel Ruimy : Le dollar n’est pas une devise comme une autre. Il a un double statut : monnaie nationale et internationale c’est-à-dire qu’il est accepté comme monnaie de facturation et de règlement dans le commerce international. Si certaines autres devises mondiales (euro, yen…) le sont également, le dollar américain demeure la plus largement utilisée.

Ce statut remonte à la fin de la Seconde guerre mondiale. Les accords de Bretton-Woods (1944) établirent le dollar américain comme « monnaie mondiale », mettant fin au système monétaire antérieur de l’étalon-or. L’ensemble des devises sont alors arrimées au dollar américain, dont la valeur est fixée par rapport à l’or. 

Pourquoi le dollar ? Car l’économie américaine était la plus robuste de la planète et que les dollars étaient abondants. Au sortir de la guerre, les États-Unis disposent de la plus grande partie des capitaux mondiaux et dominent la production manufacturière et les exportations. Ils produisent la moitié du charbon, les 2/3 du pétrole et plus de la moitié de l’électricité au niveau mondial... De plus, 2/3 des réserves mondiales d’or sont détenues par les Américains.

Cependant, quelques années plus tard, dans les années 1960, certains pays ont commencé à exiger de l’or en échange des dollars qu’ils détenaient pour combattre l’inflation domestique. De peur d’épuiser toutes leurs réserves d’or, le président américain Nixon décida l’inconvertibilité du dollar en or (15 août 1971). 

Malgré cette décision, le dollar est devenu la monnaie de réserve dominante dans le monde. Ceci signifie que la plupart des pays acceptent le dollar comme mode de paiement, même à la place de leur propre monnaie. Près de 50% de l’ensemble du commerce international et la plupart des contrats pétroliers sont libellés en dollars. Cette situation donne ainsi aux Etats-Unis un pouvoir extraordinaire sur presque toutes les entités qui importent ou exportent quoi que ce soit, et cela où qu’elles soient. 

Ce pouvoir exaspère depuis longtemps les adversaires et partenaires commerciaux des Etats-Unis car cette domination les rend vulnérables aux sanctions commerciales américaines.

La situation économique américaine peut-elle amener le dollar à perdre ses avantages ? 

La situation économique, actuellement dégradée, des États-Unis n’annonce pas la fin de la suprématie du dollar dans la mesure où il n’y a pas eu notamment d’attaques spéculatives contre la devise. Peu de pays offrent le même niveau de sécurité que les États-Unis en tant que superpuissance économique, ayant des places financières dynamiques, stable au plan politique…, toutes caractéristiques qui lui permettent de soutenir aisément ses institutions financières, acteurs importants du commerce mondial.

Certains pensent que le dollar ne perdra pas son hégémonie. Il y a un mantra bien connu qui est souvent énoncé : « Ne luttez pas contre la Federal Reserve ». En effet, la domination du système bancaire américain et la liquidité du dollar, soutenues par la banque centrale américaine, semblent devoir lui offrir, pour une durée indéterminée, une suprématie incontestée dans le système monétaire et financier mondial. 

D’autres vous diront que le dollar ne peut être remplacé car il n’existe aucune alternative crédible. 

Enfin, une autre solution est avancée. Il s’agit de la renaissance de la « monnaie » du Fonds monétaire international : les droits de tirage spéciaux (DTS), panier composé de plusieurs devises (dollar américain, euro, yuan renminbi, livre sterling, yen). Mais qui des États-Unis, de la Chine et/ou de l’Europe acceptera que sa monnaie nationale soit supplantée ?

Que peut impliquer sur la scène internationale un effondrement du dollar ?

La Chine et la Russie notamment, sont désireuses de s’affranchir du contrôle du système monétaire international par les Etats-Unis. Elles souhaitent commercer avec des yuans renminbi (RMB) et des roubles en lieu et place des dollars dans les transactions commerciales.

La Chine avance déjà dans cette démarche, comme le montre son initiative de créer d’une monnaie digitale souveraine. L’adoption de cet « e-RMB » pourrait bien bénéficier de l’initiative chinoise des « Nouvelles Routes de la Soie ». Son utilisation pourrait être vue comme une alternative attrayante pour les pays et les entreprises voulant commercer entre eux, sans avoir à utiliser du dollar américain. 

Une autre stratégie consiste en l’achat d’or. Les statistiques montrent que la Chine et la Russie sont des acheteurs importants depuis plusieurs mois. Leur objectif est d’utiliser le métal précieux comme une couverture pour réduire leur dépendance vis-à-vis du dollar.

L’euro, qui représente environ 20% des réserves monétaires mondiales, aurait pu constituer une solution de remplacement sérieuse pour contrer l’hégémonie mondiale de la devise américaine. Or, l’incertitude politique de l’Union européenne n’offre pas suffisamment de garantie pour le moment.

Un autre évènement pourrait rebattre les cartes au niveau mondial. C’est l’affaiblissement des liens entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite. La fixation du prix du pétrole en dollar est une des raisons majeures pour laquelle la plupart des banques centrales et investisseurs mondiaux souhaitent détenir prioritairement des dollars. Si les États-Unis n’envisagent pas de changer de stratégie en matière énergétique dans le futur, l’Arabie Saoudite aura à trouver un nouvel acheteur privilégié pour son pétrole. Compte tenu de ses importants besoins énergétiques, la Chine pourrait devenir ce client privilégié. Il est alors certain qu’elle exigerait que le prix de ce pétrole soit fixé en renminbi. Ceci ferait alors chuter la demande mondiale de dollars.

Un monde post-dollar américain est ainsi en train de prendre forme. L’émergence d’un monde bipolaire où Etats-Unis et Chine s’opposeront pourrait fragiliser le statut de monnaie de réserve mondiale du dollar. La nature ayant horreur du vide, une alternative devra émerger. L’euro, l’or, ou encore l’e-RMB, sont des alternatives potentielles. Mais, ces différentes solutions souffrent de défauts majeurs. 

Il n’en demeure pas moins que les nouveaux mécanismes ne modifieront pas la domination du dollar dans le commerce mondial, mais ils diminueront le pouvoir des Etats-Unis d’imposer leurs politiques, y compris des sanctions, partout dans le monde. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 11/06/2020 - 09:22
C'est du Ruimy
Une fois de plus, un titre et.....une analyse qui n'apporte rien de ce qu'on savait déjà
Atlantico va finir par être la Gazette des bâteleurs de foire
ajm
- 10/06/2020 - 12:19
Marchés et monnaie.
Ce sont les marchés qui décident la valeur d'une monnaie, pas Merkel, Macron ou Poutine.
philippe de commynes
- 10/06/2020 - 11:49
Un roi politique
Plus que l'économie, c'est la politique qui fait la force du dollar.
Que l'Europe, le Japon, la Corée estiment que se soient leur intérêt de se distancer du dollar et de se joindre aux efforts des Russes et des Chinois, et plus encore qu'ils soient prêt à renoncer à leur alliance (sujétion ?) inconditionnelle avec les USA, et l'on pourrait voir un scénario de début de la fin de l'hégémonie du dollar ( avec des DTS , un panier comprenant toutes les grandes monnaies hors dollar), mais pour l'instant avec une Merkel et un Macron inconditionnellement pro-Américains, ce n'est pas possible.