En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

02.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

05.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

06.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

07.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

05.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 1 heure 21 sec
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 3 heures 19 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 3 heures 54 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 4 heures 37 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 15 heures 9 sec
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 16 heures 32 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 18 heures 6 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 20 heures 38 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 23 heures 49 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 2 heures 9 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 4 heures 55 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 15 heures 51 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 17 heures 10 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 19 heures 24 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 21 heures 13 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 1 jour 6 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Après l’automobile, l’aéronautique… : derrière les aides d’État, une politique plus libérale qu'il n’y paraît

Publié le 10 juin 2020
Le mouvement n’est pas encore visible, mais quoi qu’on dise, l’action de l’Etat revient actuellement à définir une nouvelle politique industrielle. Après l’État-Providence, l’Etat providentiel pourrait permettre aux chefs d’entreprises de reprendre leur autonomie.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mouvement n’est pas encore visible, mais quoi qu’on dise, l’action de l’Etat revient actuellement à définir une nouvelle politique industrielle. Après l’État-Providence, l’Etat providentiel pourrait permettre aux chefs d’entreprises de reprendre leur autonomie.

La crise du coronavirus n’a pas provoqué la fin du monde, mais elle a sans doute offert l’opportunité d’un monde nouveau dont on ne connaît pas encore exactement les rouages de fonctionnement, mais dont on pressent les changements.

On croyait l’Etat très protecteur, il le restera mais différemment. On pensait les chefs d’entreprise très assistés, ils vont apprendre à s’affranchir de cette administration.

La crise exceptionnelle provoquée par le coronavirus a entrainé des dégâts humains certes, mais limités compte tenu des réponses apportées. La crise sanitaire et le confinement ont surtout bousculé les organisations économiques. Le coma artificiel dans lequel les activités ont été plongées a engendré des pertes de croissance considérable qui vont nécessiter des réponses assez violentes. On pourra en voir sans doute les effets que dans six mois ou un an, mais les systèmes économiques vont repartir assez vite et vont repartir en modifiant assez profondément leur modèle.

Du côté de la sphère publique, l’Etat est peut-être en train de changer de braquet. On ne peut pas dire que l’Etat n’ait pas fait d’erreurs de gestion et de stratégie dans le management de cette crise. L’administration a beaucoup hésité et échappé à ses responsabilités en ne voulant pas toujours regarder la vérité, mais au final, l’Etat a, contraint et forcé, adopté des positions très pragmatiques. L’Etat est resté fidèle à son image politique, ou du moins à ce que l’opinion croit qu‘elle est en droit d’attendre d’un Etat tout puissant et omniprésent. Les représentants de l’Etat ont donc essayé de jouer le rôle de d’assureur providentiel.

Mais en réalité, qu‘a fait l’Etat ? A partir du moment où le pouvoir politique a choisi d’arrêter l’économie pour enfermer la population chez elle, l’Etat a tout fait pour maintenir le système économique en état de marche. De façon à ce qu’il puisse redémarrer très rapidement à la fin du confinement. D’où le chômage partiel qui avait pour avantage de ne pas rompre les contrats de travail. D’où les allègements de trésorerie et décalant tout ce qu’on pouvait décaler comme obligations de paiement (impôts, TVA et charges sociales), auquel on a ajouté 100 milliards de prêts garantis par l’Etat.

Alors l’Etat a joué son rôle historique d’Etat providence, mais il a tout fait pour éviter le chômage. L'Etat n’est pas tombé dans le piège de distribuer un revenu universel qui serait tombé du ciel, mais il a fortement invité les salariés à opter pour le télétravail quand c’était possible.

Pour les entreprises, l’Etat a évité les aides, les subventions. Contrairement à ce qu’il s’était passé en 2008 et 2009, l’Etat n’a pas béquillé, il n’a pas nationalisé, il n’est pas monté au capital, n’a pas donné d’argent. L‘Etat a organisé une mécanique de prêts garantis en s’assurant que les banques allaient distribuer ces prêts à des entreprises qui étaient en capacité de rembourser.

Cette stratégie déployée par le ministre de l’Économie revient en fait à définir une forme de politique industrielle originale puisqu'elle met les entreprises face à leur responsabilité.

Ce qui est original, c’est que Bruno Le Maire a l’intelligence de ne pas poser des conditions de maintien de l‘emploi. Ni dans l’hôtellerie, ni dans l’industrie automobile, ni dans l’aérien ou la filière de la construction aéronautique. Il trace des lignes stratégiques en soulignant la nécessité de construire une économie verte. Il rappelle la nécessité pour les entreprises d’avoir une stratégie cohérente. Bref, il n’interdit pas les restructurations, il crée un écosystème qui doit normalement permettre la protection de l’emploi. Il n‘élève pas de barrières protectionnistes, il invite à mettre en place les conditions de compétitivité capables d’encourager les relocalisations industrielles.

Dans l’automobile, l’essentiel de l’aide publique est réservé au financement des primes à l’achat, donc tout dépend du consommateur. Peugeot-Citroën ne touche pas d’argent. Renault touche un prêt de 5 milliards mais c’est un prêt qui va accompagner un changement de la stratégie qui avait été mise en place par Carlos Ghosn. L‘Etat souhaite un progrès de l’électrique mais à Bercy, on n’est pas naïf au point de penser qu’il suffirait que le ministre le demande pour que le client achète de l’électrique. Sans provocation, l’électrique ne plait pas à l’automobiliste et la vente des voitures électrique profite plus aux salariés chinois qui fabriquent les batteries et aux ingénieurs américains qui conçoivent et fournissent le digital.

Dans l’aéronautique, la position de l’Etat est la même. Bercy ne va pas imposer une stratégie. Bercy demande seulement qu'on applique les stratégies imposées par la conjoncture ou le comportement des clients. Il demande et fait en sorte que l’écosystème soit financé pour assumer ces contraintes. C’est son rôle.

Du côté des chefs d’entreprises, on a parfaitement compris que dans l’urgence et devant la lourdeur de l’appareil administratif, il fallait se débrouiller. Il n’y avait pas de masque ni de test, les entreprises privées se sont mises à fabriquer des masques et des tests. Un peu tard parce qu’on comptait sur l’Etat providence bien sûr. Les entreprises se sont bougées quand on s’est aperçu que l‘Etat n’était pas au rendez vous.

Mais plus important, dans la plupart des professions et des secteurs, on n‘a pas attendu que l‘Etat fixe des normes, on s’est réorganisés. Dans le tourisme, les restaurateurs ont découvert les terrasses et ont imposé aux collectivités locales de pouvoir les équiper sur le domaine public. L’administration a suivi. Dans les transports, les chefs d’entreprises s’organisent, dans l’hôtellerie aussi. On a rarement vu autant d’initiatives dans les hôtels pour capter une nouvelle clientèle. De la généralisation du room service à l’accueil des clients pour toute sorte de meeting. Autant d’activités qui peuvent paraître marginales ou complémentaires mais qui vont évidemment perdurer et apporter un supplément de création de valeur à la prestation d’origine.

Tout se passe comme si les chefs d’entreprise avaient entrepris la reconquête de leur autonomie et de responsabilité. Les échecs de l’Etat, sa lourdeur et les changements d’approche les aident beaucoup, mais pas seulement.

La seule seule grosse difficulté qui va abimer le tissu économique et social, c’est le nombre d’entreprises qui étaient malades avant la crise et qui se retrouvent encore plus affaiblies. Toutes ces entreprises ont découvert que la crise pouvait leur offrir une opportunité de dissimuler leur erreur et de trouver des aides et des assistances. Pour ces entreprises-là, le rendez-vous de septembre sera douloureux. L’Etat comme les collectivités locales n’ont pas les moyens de sauver des entreprises qui étaient malades de longue date et qui ont déjà consommé avant leur part de subventions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 10/06/2020 - 12:32
Action et communication.
Dans les actions du gouvernement il y a surtout des garanties et des prêts remboursables, très peu d'aides ou de commandes de l'état dans les domaines où il est un gros acheteur ( défense) ou équipement civil. De surcroît ces actions sont subordonnées à des objectifs écolos aberrants qui ne déboucheront que sur des produits difficilement vendables. En plus, l'essentiel de l'argent frais va à des groupes publiques ou parapublique comme la SNCF ou Air France, qui déjà en temps normal sont des gouffres de cash et des pétaudières syndicales.
Ganesha
- 10/06/2020 - 09:14
Rapace
Réjouissez-vous, mr. Sylvestre, l'Etat est le seul capable d'assurer la survie du pays, mais il n'a pas encore tout nationalisé.
La France n'est pas encore l'Union Soviétique !
Mais, si voulez que cela dure, il va falloir que mr. Roux de Bézieux et son MEDEF ne se montre pas trop rapace !