En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 9 heures 44 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 11 heures 17 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 13 heures 34 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 17 heures 26 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 17 heures 56 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 18 heures 35 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 19 heures 16 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 19 heures 41 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 20 heures 15 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 20 heures 30 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 10 heures 42 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 11 heures 38 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 17 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 18 heures 34 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 18 heures 50 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 19 heures 54 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 20 heures 17 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 20 heures 39 min
© ludovic MARIN / AFP / POOL
© ludovic MARIN / AFP / POOL
Responsabilité pénale ?

Gestion de la Covid-19 : faut-il se réjouir que le gouvernement soit éventuellement jugé… ou s’en inquiéter ?

Publié le 10 juin 2020
Le parquet de Paris vient d’ouvrir une enquête préliminaire sur la gestion critiquée de la crise sanitaire. Cette enquête vise principalement les chefs de "mise en danger de la vie d’autrui" et d’"homicides et blessures involontaires".
Régis de Castelnau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avocat depuis 1972, Régis de Castelnau a fondé son cabinet, en se spécialisant en droit social et économie sociale.Membre fondateur du Syndicat des Avocats de France, il a développé une importante activité au plan international. Président de l’ONG «...
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parquet de Paris vient d’ouvrir une enquête préliminaire sur la gestion critiquée de la crise sanitaire. Cette enquête vise principalement les chefs de "mise en danger de la vie d’autrui" et d’"homicides et blessures involontaires".

Atlantico.fr : Le Parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "mise en danger de la vie d'autrui" afin d'interroger le gouvernement sur sa responsabilité dans la gestion de la crise du coronavirus. Doit-on pour autant se féliciter de l'ouverture de cette enquête ?

Edouard Husson : Il faut d’abord constater que le pouvoir des juges a augmenté parallèlement à la crise de la politique. Lorsque François Mitterrand refuse de mettre son mandat en jeu, après la perte des élections législatives de 1986, les institutions voulues par de Gaulle commencent à se bloquer. C’est à ce moment que démarrent les premières enquêtes sur la corruption du parti socialiste de l’époque. En soi elles étaient une bonne chose mais elles ont acquis un poids démesuré dans la vie publique (et toutes les autres enquêtes sur les autres partis dans les années qui ont suivi) car ce qu’on appelle les partis de gouvernement se sont arrangés pour bloquer la respiration du système démocratique par trois cohabitations puis l’instauration du quinquennat - qui tend à phagocyter la fonction du Premier ministre et réduit l’espace d'initiative du Parlement. On a fini par poursuivre les présidents de la République après la fin de leurs mandats. Après une crise de l’ampleur des Gilets Jaunes, Emmanuel Macron aurait dû dissoudre et, en cas de défaite, remettre son mandat en jeu. C’est un président et un gouvernement profondément discrédités par le conflit des Gilets Jaunes et le fiasco des retraites qui a organisé la réponse à la pandémie. Comme une fois encore il a échoué mais qu’aucune alternance politique ne se dessine, il est normal que beaucoup mettent leur espoir dans le système judiciaire, pour compenser les dysfonctionnements du système démocratique. 

Que signifie l'ouverture de cette enquête pour "mise en danger de la vie d'autrui" du Parquet sur la gestion de la crise du coronavirus par le gouvernement ? Cette enquête peut-elle aboutir ?

Régis de Castelnau : Il y a deux façons de répondre à votre question. Tout d’abord quelle est la signification procédurale de cette annonce ? Ensuite qu’elle en est la signification politique, car le moment de l’annonce, et le fait qu’elles émanent du procureur du Tribunal judiciaire de Paris a un sens politique.

 Alors la procédure dont on vient de nous informer du début, et ce que l’on appelle « l’enquête préliminaire » qui est une compétence qui appartient à l’autorité de poursuite c’est-à-dire au parquet. Rappelons que si des magistrats forment un corps unique, celui-ci est partagé en deux. Les magistrats du siège d’une part qui doive être impartiaux et par conséquents indépendants, et les procureurs qui sont des fonctionnaires dépendants hiérarchiquement du ministre de la justice. Dans les procès pénaux, ces derniers sont des parties à l’instance comme la défense ou la partie civile. Se sont en fait les « avocats de la République ». Ils ont la prérogative de déclencher les poursuites de rassembler les éléments pour le faire et ensuite de saisir le juge du siège (juges d’instruction, Tribunaux correctionnels ou Cours d’assises). Ils disposent pour ce faire de compétences leur permettant de réaliser des enquêtes. Ces compétences sont plus restreintes que celle d’un juge d’instruction car ces enquêtes préliminaires sont secrètes et pas contradictoires. Lorsque le parquet estime que les infractions sur lesquelles il a enquêté sont établies, il doit saisir le juge du siège, soit un juge d’instruction en demandant l’ouverture d’une « information judiciaire » soit citer directement les personnes concernées devant le Tribunal. Au contraire s’il considère qu’il n’y a pas d’infraction il rend ce que l’on appelle une ordonnance de « classement sans suite » mettant fin à son enquête.

Cela c’est le fonctionnement normal de la justice pénale. Dans l’affaire de la gestion par le gouvernement et par l’État de la pandémie, il est bien évident que nous sommes dans une situation complètement exceptionnelle.

Les précédents du sang contaminé, de l’hormone de croissance ou de l’amiante sont là pour nous rappeler que l’action publique, quand elle est fautive du fait de fautes commises par ses agents, doit elle aussi rendre des comptes au juge pénal.

Alors que penser de cette ouverture alors que nous sommes encore soumis à l’état d’urgence sanitaire et contraints à des réglementations pour certaines drastiques ?

Le moment d’abord, il apparaît clairement que ce qui ressemble à une précipitation reflète la volonté de mettre fin à une forme d’agitation autour de cette question de la responsabilité pénale des décideurs publics pendant la crise. Il sera désormais possible de répondre : « la justice est saisie, laissons la travailler ». Il y a un impératif technique ensuite, puisque d’ores et déjà un grand nombre de plaintes ont été déposées. Le parquet dispose de trois mois pour y répondre pendant lesquels il a le monopole de l’initiative des poursuites. Au bout de ces trois mois, les plaignants peuvent directement saisir le juge pénal en déposant des plaintes avec « constitution de partie civile » et obtenir la désignation d’un juge d’instruction. Je comprends que le parquet de Paris souhaite pour l’instant garder la maîtrise. Parce que c’est la troisième observation, celle relative au parquet qui va diligenter cette enquête préliminaire, celui du Tribunal judiciaire de Paris. Il est en effet dirigé par un magistrat dont chacun doit savoir qu’il a été personnellement choisi par Emmanuel Macron. Et que ce dernier n’a pas se plaindre de la façon dont le parquet de Paris s’est comporté vis-à-vis de lui-même. Brutalité dans la répression des gilets jaunes, utilisation systématique de gardes à vue manifestement illégales, mansuétude vis-à-vis de l’entourage d’Emmanuel Macron et aussi des violences policières. Alors quand vous me demandez si cette enquête peut aboutir, je dois répondre que je ne sais pas, mais que pour l’instant la célérité ne sera pas l’ordre du jour. Et que ministres et fonctionnaires n’ont pas encore trop de souci à se faire.

N'y a-t-il pas un risque de confusion entre la responsabilité politique et la responsabilité pénale du gouvernement dans cette crise ?

Régis de Castelnau : D’abord ce ne sont pas seulement les ministres ou les responsables politiques qui sont concernés par ces mises en cause, mais également les fonctionnaires. Ensuite la démarche pénale vise non pas des erreurs, mais des fautes identifiées commises par un certain nombre de responsables et dont les plaignants prétendent qu’elles sont en lien direct avec le préjudice qu’ils ont subi. Actuellement le débat fait rage sur l’impréparation, la défaillance et les fautes commises par autorités publiques pendant la pandémie.

Dans un État de droit, on va rappeler que les responsables publics, ministre ou pas, restent des citoyens et des justiciables susceptibles d’être jugés par les tribunaux et de répondre de leurs actes individuels, dès lors que ceux-ci peuvent recevoir, une fois établis, une qualification pénale prévue par le code du même nom. Il ne s’agit pas de demander au juge pénal de contrôler l’action des décideurs politiques, mais d’établir au travers d’un débat judiciaire contradictoire la réalité d’un certain nombre de faits, de leur donner une qualification pénale, de prononcer les sanctions prévues par le code et d’indemniser les victimes. Si cela n’était pas possible, parce qu’existerait une immunité pour les agents publics, nous ne serions plus dans un État de droit. Alors évidemment, le contrôle de la politique du gouvernement relève de la compétence du Parlement. Celui-ci apprécie la qualité de cette politique mise en application en application de l’article 20 de la constitution : « le gouvernement détermine et conduit la politique de la Nation ». En théorie, le pouvoir exécutif a un mandat qui lui a été confié par les élections. Mais la confiance du peuple doit pouvoir accompagner cette mise en œuvre. Le peuple a donc a confié l’expression de sa confiance ou de sa défiance aux parlementaires qu’il a élus et qu’ils exercent en son nom. Pour exercer ce contrôle Parlement dispose de deux prérogatives : tout d’abord pour l’Assemblée nationale le pouvoir de renverser le gouvernement, pour les deux assemblées ensuite les commissions d’enquête parlementaire qui dispose d’un certain nombre de prérogatives d’investigation, et qui produisent des rapports destinés à informer le citoyen électeur.

L’intervention du juge pénal c’est autre chose. Celui-ci n’a aucun jugement politique à former et ne doit pas s’exprimer sur ce que fait le gouvernement. Mais il peut être saisi de faits précis commis par des agents publics qu’ils soient ministres élus ou fonctionnaires. L’accomplissement de leur mission de service public n’en fait pas des citoyens à part, ce sont bien ces citoyens qui peuvent être jugés pour les fautes qu’ils ont commises personnellement. C’est tellement vrai, que le code pénal comporte un certain nombre d’infractions qui ne peuvent être reprochées qu’aux agents publics ! Il est donc savoureux de venir aujourd’hui exiger que ceux-là soient au-dessus de la loi.

Par conséquent, non seulement ces deux « contrôles » ne se superposent pas mais sont compatibles et bien articulés. 

Ceux qui prétendent aujourd’hui s’inquiéter de la « judiciarisation » de la vie publique sont les mêmes qui avaient applaudi le raid judiciaire contre le député candidat François Fillon.

Le seul objectif est de mettre à l’abri leurs amis défaillants.

Quels risques démocratiques l'ouverture d'un procès politique peuvent-ils créer ?

Edouard Husson : Le problème est beaucoup plus large que l’on croit. Le système judiciaire lui-même risque d’être dépassé. A partir du moment où un ministre de l’Intérieur déclare que « l’émotion dépasse les règles juridiques », le pouvoir politique nie l’état de droit. La justice est faite, comme la politique, pour canaliser ou abolir provisoirement la violence intestine de la société. Mais la formule de Castaner ouvre la porte à tous les excès. Si l’enquête préliminaire déclenchée par le Parquet ne débouche pas sur un procès; ou si, à l’issue d’un procès, aucune condamnation n’est prononcée, l’émotion populaire frustrée se retournera contre la justice et contre le gouvernement en place. Nous sommes donc entrés dans une deuxième phase de la décomposition du système de nos institutions: nous ne pouvons plus attendre du système judiciaire qu’il mette fin à la crise de la politique. Nous sommes entrés dans une crise de société, une crise de la légitimité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 10/06/2020 - 17:19
Irresponsables mais pas coupables ?
La Constitution de 58 n'est plus, en effet, depuis Mitterrand qu'un sauf-conduit fasciste pour les ruffians et les aventuriers qui abusent régulièrement des cerveaux pétrifiés de citoyens auxquels on a inculqué qu'ils étaient dans un pays modèle de démocratie. Tous les décrets, lois, règlements, arrêtés, et maintenant dogmes ne sont publiés que pour durer en place et aveugler les électeurs. Tout sera donc fait pour obtenir un non-lieu.
LYH
- 10/06/2020 - 13:52
Voila enfin un observateur
Voila enfin un observateur averti qui n'a pas peur de dater le début de la déchéance de la République Française réhabilitée par De Gaulle, la 5ème, au refus de Mitterrand de se soumettre à la décision du peuple français en ne démissionnant pas alors que les Français l'avaient désavoué. Ce fut le premier épisode de l'anti-démocratie en vigueur depuis !
ajm
- 10/06/2020 - 12:43
Gouvernement des juges.
La responsabilité des politiques dans leur action politique doit être politique, pas judiciaire. Si on met des juges partout, y compris pour juger de l'opportunité d'une action politique, on remet l'intégralité du pouvoir à des juges, pas plus exemplaires que les politiques et non élus. C'est une très fausse bonne idée que de s'en remettre pour tout à la justice.