En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 3 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 7 heures 51 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 8 heures 34 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 10 heures 6 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 12 heures 59 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 14 heures 19 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 14 heures 43 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 15 heures 20 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 16 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 16 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 7 heures 32 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 8 heures 6 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 9 heures 3 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 11 heures 19 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 15 heures 44 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 17 heures 21 min
© CARL DE SOUZA / AFP
© CARL DE SOUZA / AFP
Le point de vue de Dov Zerah

L'Amérique latine, épicentre de l'épidémie

Publié le 09 juin 2020
Avec Dov Zerah
La propagation du virus s’est accélérée en Amérique latine. Dov Zerah revient notamment sur la situation au Brésil, en Argentine, au Venezuela, au Chili, en Equateur et au Paraguay.
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La propagation du virus s’est accélérée en Amérique latine. Dov Zerah revient notamment sur la situation au Brésil, en Argentine, au Venezuela, au Chili, en Equateur et au Paraguay.
Avec Dov Zerah

Aujourd’hui, l’épicentre de la pandémie semble s’être déplacé de l’Europe vers l’Amérique latine. Même si nous sommes marqués par les images du Brésil avec un Président Jair Bolsonaro contestant le confinement et les décisions des Gouverneurs des États, la situation est très différente selon les États, les régions.

Commençons par le plus grand pays du sous-continent, le Brésil. Depuis le début du fléau, le président n’a cessé de minimiser le phénomène, allant jusqu’à qualifier la maladie de « petite grippe saisonnière ». Comme Donald Trump, il a régulièrement critiqué les Gouverneurs des États, véritables décisionnaires en la matière dans cet État fédéral. Son arbitrage était clair, accepter une surmortalité plutôt qu’une crise économique.

En avril, il est même allé jusqu’à limoger son ministre de la santé, M. Luiz Henrique Mandetta qui avait osé afficher ses désaccords avec la stratégie suivie au niveau fédéral.

Pour braver ses détracteurs, il n’a pas hésité à s’afficher dans des rassemblements de très nombreuses personnes sans aucun respect des règles de distanciation. Aujourd’hui, la presse nationale accuse le gouvernement fédéral de maquiller les statistiques sur les effets du fléau, et notamment sur le nombre de morts qui serait de près de 40 000, pour une population de plus de 210 millions d’habitants. Très critique à l’égard du Président, elle utilise des expressions fortes comme « coup d’État statistique », « responsabilité d’un véritable génocide » … Le Président Bolsonaro est l’objet d’une trentaine de procédures en destitution.

Il est encore trop tôt pour connaître l’impact économique de la pandémie même si le gouvernement a légèrement revu à la baisse la prévision de croissance pour l’année.

Á la différence du Brésil, l’Argentine a géré la pandémie avec une extrême rigueur et plus de 80 jours de confinement, peut être un record mondial. Le résultat est au rendez-vous. Pour une population de 44 millions d’habitants, le pays a enregistré moins de 700 morts pour plus de 22 000 personnes atteintes. Survenu en pleine catastrophique économique, le confinement n’a pas amélioré la situation…

Fin décembre 2015, la victoire de Mauricio Macri à la présidence de l’Argentine permettait d’envisager une véritable et durable de sortie de crises. Il avait pris des engagements forts tant macroéconomiques que structurels. Au-delà d’un véritable « big bang » libéral, l’élection de Mauricio Macri devait marquer la fin du péronisme.

Cette perspective a permis au pays de mettre fin au conflit avec les créanciers, et notamment « les fonds vautours » américains qui avaient refusé, en 2005 et 2010, des rééchelonnements de la dette souveraine. Cela a même conduit les marchés à occulter les difficultés récurrentes de l’Argentine depuis plus de 50 ans, ainsi que les huit défauts depuis son indépendance en 1816 et à lui prêter à nouveau.

Mais cela n’a pas duré longtemps et l’Argentine a renoué avec ses démons. Sans entrer dans le détail des causes du retournement macroéconomique, l’année 2019 a été particulièrement chahutée : récession pour la seconde année, inflation supérieure à 50 %, taux de pauvreté en augmentation au-delà des 40 %, grève générale contre les mesures d’austérité adoptées pour obtenir 57 Md$ du FMI, difficultés pour assurer le service de la dette au point que le FMI la déclare non soutenable, dépréciation du peso de près de la moitié de sa valeur, mise en place d’un contrôle des changes… Le nouveau Président élu il y a huit mois, M. Alberto Fernandez a promis de « remettre le pays sur les pieds… ». C’était avant le Covid-19.

La pandémie est en ce moment à son pic au Chili avec près d’une centaine de morts par jour. Bien qu’ayant fermé ses frontières et déclaré « l’état d’exception constitutionnel pour catastrophe » permettant le déploiement de l’armée, le Gouvernement a longtemps refusé le confinement notamment pour la région de Santiago où est concentrée la pandémie ; il a allégé le dispositif courant avril avant de le durcir à la mi-mai. Il a clairement privilégié l’économie d’autant que le mouvement de protestation contre le gouvernement a pris fin avec la pandémie. Á ce jour, le pari est peut-être réussi avec un peu plus de 2 200 morts pour une population de plus de 22 millions d’habitants.

Le Venezuela a le quatrième PIB latino-américain. Il est en réduction constante depuis 2013. Au-delà de la crise institutionnelle, le pays enregistre une diminution de 90 % de sa capacité industrielle, connait une hyper inflation, un effondrement de ses réserves en or et devises et du Bolivar..., nonobstant un des prix, des changes, la mise en place d’une économie totalement administrée par des fonctionnaires et des apparatchiks.

Le désastre du socialisme bolivarien est caractérisé par une statistique : avant l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chavez, le pays était au premier rang latino-américain pour la production par habitant ; vingt ans après, elle est de moitié inférieure à celle du premier du classement, le Chili. Doté d’immenses réserves pétrolières, sa production n’a cessé de baisser faute d’investissements, et il en est arrivé à importer des produits raffinés.

La crise économique se traduit par une crise humanitaire de grande ampleur avec des pénuries de médicaments et de produits alimentaires…, tout cela dans un climat de terreur alimenté par les milices à la solde du pouvoir en place. Près de 90 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté, ce qui a conduit près de deux millions d’entre eux à fuir leur pays notamment vers la Colombie voisine dont les performances lui ont permis d’intégrer récemment l’OCDE, mais aussi pour le Chili à la prospérité florissante. Le drame vénézuélien peut durer longtemps grâce aux soutiens chinois et russe cherchant à accaparer la rente pétrolière.

L’Équateur est le pays latino-américain le plus touché avec plus de 3 500 morts pour plus de 17 millions d’habitants et malgré des mesures drastiques. Enclavé, le Paraguay s’est protégé derrière ses frontières, a pris des mesures drastiques d’isolation dans les hôtels et de confinement ; plus de dix morts et de 1 200 cas sur une population de plus de 7 millions d’habitants.

Au-delà de ses chiffres et des dispositifs adoptés, la crise a mis en évidence la faiblesse des structures hospitalières dans ses pays très inégalitaires ; les pauvres ont difficilement accès aux hôpitaux. Elle démontre une nouvelle fois l’absence de coordination entre ses pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 09/06/2020 - 13:13
Dov Zerah
me semble être de plus en plus le scribe du n'importe quoi....Le Brésil 40 000 morts pour 200 Mh .....la France en a eu combien? Il me semble qu'avec le taux de mortalité français , le Brésil devrait en avoir 90 000 ....je me trompe? Alors, si , pour moins de morts, il n'a pas massacré l'économie!!!!Mais peu être notre Dov Zerah va -t-il nous dire qu'avec Raoult comme ministre de Balsonaro, le Brésil aurait déjà 500 000 morts...hein, pendant qu'on y est!