En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

01.

Prévoir le diabète

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 14 min 58 sec
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 3 heures 20 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 4 heures 3 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 4 heures 52 min
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 20 heures 3 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 21 heures 30 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 22 heures 2 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 1 jour 39 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 56 min 39 sec
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 3 heures 42 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 4 heures 25 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

il y a 5 heures 7 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 20 heures 16 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 21 heures 46 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 22 heures 39 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 1 jour 56 min
© Olivier Douliery / AFP
© Olivier Douliery / AFP
Réseaux sociaux

Alerte au retour du FOMO : la peur que la vie des autres soit meilleure que la nôtre fait son retour en force

Publié le 09 juin 2020
Pendant le confinement le syndrome FOMO (Fear of Missing Out, la peur de passer à côté de sa vie) s’était évaporé, car tout le monde était logé à la même enseigne. Mais la pression de l’image et des réseaux sociaux est réapparue. Comment est-il possible de ne pas retomber dans la même maladie des réseaux sociaux ? Comment arrêter de se comparer sans cesse ?
Vincenzo Susca
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincenzo Susca est maître de conférences en sociologie de l’imaginaire, directeur du département de sociologie et chercheur au Lerserm-Irsa à l’Université Paul-Valéry de Montpellier. McLuhan Fellow à l’Université de Toronto et directeur éditorial des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant le confinement le syndrome FOMO (Fear of Missing Out, la peur de passer à côté de sa vie) s’était évaporé, car tout le monde était logé à la même enseigne. Mais la pression de l’image et des réseaux sociaux est réapparue. Comment est-il possible de ne pas retomber dans la même maladie des réseaux sociaux ? Comment arrêter de se comparer sans cesse ?

Atlantico.fr : Pourquoi le syndrome FOMO, fear of missing out, est-il de plus en plus répandu dans nos sociétés ? Qui sont les personnes les plus touchées par ce phénomène ?

Vincenzo Susca : Nous vivons dans un environnement où les flux culturels et communicatifs se multiplient de manière exponentielle. La vie numérique et les identités numériques désormais précèdent et excèdent nos existences physiques. Cela implique que nous sommes d’une certaine manière dépassés. C’est pourquoi l’on peut considérer notre époque en tant qu’achèvement de l’humanisme, là où l’individu a perdu sa centralité dans le monde. Avec les algorithmes, la prolifération des réseaux dont on fait partie, la multiplication des contacts et des demandes que nous recevons, nous sommes de plus en plus en difficulté car nous n’avons plus la possibilité de répondre à tout, d’être présents et d’être à la hauteur des défis. Maurizio Ferraris utilise à cet égard la métaphore de la « mobilitation totale ». Selon lui, nous vivons une espèce de guerre dont les armes sont les dispositifs communicationnels, les moyens de communication. Dans ce contexte, les personnes atteintes de la FOMO sont celles qui sont les plus fragiles, qui souffrent de fracture numérique, limites culturels, ou bien ayant choisi de ne pas être « branchées ». Souvent, un tel scénario s’accompagne d’anxiété et est suivi par une course forcenée à l’information, via des multiples posts, des tentatives d’élargir ses réseaux, des cours de motivation… C’est un véritable enfer qui éloigne l’individu de soi-même en le mettant à « disposition » de l’autre, d’une machine techno-sociétale qui le dirige plus qu’il ne puisse la diriger. Toutefois, tout cela n’est pas vraiment nouveau. Plusieurs auteurs en parlaient déjà pendant le siècle dernier : Martin Heidegger, Marshall McLuhan, Gunter Anders, Jean Baudrillard, Michel Maffesoli. 

Ils n’ont pas été lus ?

Pas vraiment, car il s’agissait de penseurs hétérodoxes, loin du pouvoir académique, distants des élites. Toutefois, même si on les avait lus, on n’aurait pas pu empêcher ce que nous vivons, car au moins à partir de la moitié du XXème siècle l’être humain a fait un pas en arrière par rapport à la technique. Il s’est mis à son service en inversant la hiérarchie entre les causes et les effets. Les bombes atomiques, les camps de concentrations et les guerres mondiales ont été les témoins d’un passage historique crucial : l’obsolescence de l’homme comme l'écrivait Anders.

Comment expliquer que ce syndrome se soit atténué pendant la période de confinement ?

Le confinement a été un repli généralisé des individus sur eux-mêmes. On est revenus à l’essentiel, coupés des relations physiques avec les autres, limités à des activités très circonscrites. Par conséquent, le stress lié à la recherche de contacts, aux réseaux et à l'approbation sociale a été réduit. Toutefois, un autre s’est installé à sa place, celui lié à la quête des bonnes informations sur la Covid-19 (les responsables, les effets, la protection, les masques, les gants, les remèdes…). Tout un chacun n’a pu se passer d’être informé comme il se doit – voire trop, mal et n’importe où – pour connaître les toutes dernières nouvelles sur la pandémie. L’incertitude sur la question a été une source de panique poussant à des recherches toujours plus approfondies et d’une certaine manière désespérées. Dans ce cadre, les institutions ont eu des responsabilités dans la propagation de doutes et de l’anxiété au sein de la société, car il y a eu souvent de confusions et de messages contradictoires au niveau de la communication. L’exemple des masques est en ce sens emblématique. 

Y a-t-il un risque de reprise du syndrome avec le déconfinement ? Comment pourrions-nous l'éviter ?

Nous sommes en train de reprendre toute une série de nos activités ordinaires. Toutefois, les apparenceq ne doivent pas être trompeuses : rien ne sera normal pendant au moins plusieurs mois. Par conséquent, nous avons encore la chance de freiner les dérives caractérisant la vie avant la pandémie, y compris la frénésie de nos existences numériques. On ne peut exclure, par exemple, que le JOMO soit encore plus important qu’auparavant : joy of missing out. C’est le comportement contraire de ce dont on vient de parler. Il consiste en une forme de légèreté et d’insouciance par rapport aux flux de communication autour de nous, poussant les individus à restreindre leurs champs d’intérêts. 

Dans votre livre sur la communication contemporaine, visant à explorer les « formes élémentaires de la vie électronique », vous évoquez la montée d’un sentiment de joie tragique. Qu’est-ce que cela implique pour le sujet de notre entretien ?

La vie numérique, la socialité électronique et toutes les effervescences liées aux nouvelles formes de communication portent en elles une exubérance tout à fait festive étroitement liée au côté ludique et joyeux de l’existence. On ne peut pas contester, par exemple, les jeux et les plaisirs – quoi qu’éphémères – qui animent les mondes des jeux vidéos en ligne, de Tik Tok, Instagram ou Snapchat. Toutefois, l’apparence ne doit pas nous tromper : dans toutes ces situations, la jouissance en question est le corollaire du sacrifice de l’individu en tant qu’être séparé, autonome et rationnel. C’est pourquoi, par exemple, sa vie privée est en question avec la prolifération des big data. Ses données personnelles ne lui appartiennent plus vraiment, ses mouvements sont tracés, ses comportement anticipés et dirigés par les algorithmes. Nous sommes en train d’assister à l’achèvement d’une crise ayant commencé il y a longtemps. Comme c’est toujours le cas dans l’histoire, celle-ci s’accompagne de grandes fêtes rappelant le carnaval du Moyen Age. Dans celui-ci, on assistait toujours à la mise à mort d’une forme de vie pour laisser la place à la suite. Pour l’instant, on voit bien ce que nous sommes en train de perdre et d’abandonner, mais pas encore ce qui est en train de naître. Ou bien, cette nouvelle réalité est déjà là mais nous ne sommes pas capables de la voir, de la comprendre et de l’accepter. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires