En direct
Best of
Best of du 8 au 14 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

03.

Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques

04.

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

05.

La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov

06.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

07.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
light > Religion
Contexte particulier
Pèlerinage du 15 août à Lourdes : des milliers de pèlerins sont attendus, le masque sera obligatoire
il y a 7 heures 18 min
pépite vidéo > France
Vive émotion
Retrouvez l’hommage de Jean Castex aux six humanitaires français tués au Niger
il y a 9 heures 33 min
pépites > International
Noms d'oiseaux
La Turquie accuse la France de se comporter "comme un caïd" en Méditerranée
il y a 10 heures 45 min
pépites > Politique
Couple franco-allemand
Emmanuel Macron va recevoir Angela Merkel au Fort de Brégançon le 20 août prochain
il y a 13 heures 19 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Santé
Nouvel espoir

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 18 heures 13 min
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 19 heures 6 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 1 jour 8 heures
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 1 jour 9 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk, un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 7 heures 58 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov
il y a 10 heures 6 min
pépites > International
Vague de critiques
L'Autorité palestinienne, l’Iran et la Turquie rejettent l'accord entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 12 heures 34 min
light > Culture
Succès fou
Le livre de Nicolas Sarkozy, Le Temps des tempêtes, devient officiellement le best-seller de l'été 2020
il y a 14 heures 23 min
pépite vidéo > Europe
Distanciation sociale
Interdiction en Galice : la fumée de cigarette peut-elle transmettre le coronavirus ?
il y a 16 heures 37 min
décryptage > France
Ecoutons-là

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 1 jour 8 heures
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 1 jour 9 heures
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 1 jour 11 heures
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Tourbillon

Covid-19 : le cyclone semble quitter les États-Unis et la zone euro. Les marchés financiers exultent. A quel continent le tour ?

Publié le 08 juin 2020
Mais est-ce pour aller en Amérique Latine, en Asie puis en Afrique ? Jean-Paul Betbeze revient sur l'impact du coronavirus sur les marchés financiers et sur l'économie.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mais est-ce pour aller en Amérique Latine, en Asie puis en Afrique ? Jean-Paul Betbeze revient sur l'impact du coronavirus sur les marchés financiers et sur l'économie.

100 000 nouveaux cas par jour dans le monde, en hausse constante. Pourtant, les marchés financiers et la pandémie ont des réactions décidément opposées, face à ce phénomène. Quand les chiffres des nombres de malades semblent décélérer aux États-Unis et en Europe, les marchés s’imaginent en effet que le pire est passé et regardent le futur. Mais ce nombre de malades explose en Amérique Latine, en Asie et commence à monter en Afrique. Pour les marchés financiers, dans les pays avancés, la crainte était celle d’une seconde vague, mais elle semble s’éloigner, alors qu’une première vague touche cette fois d’autres pays, émergents. Et elle est autrement plus sérieuse comme le montre l’illustration que nous proposons, avec le nombre de nouveaux cas par jour et par grande région. Ces régions sont l’Asie, avec l’Inde, deuxième pays le plus peuplé du monde, et l’Afrique, ensemble de pays fragiles. 

De jour en jour, le nombre de cas montre ainsi la progression de la pandémie, cette fois dans les pays émergents. Les États-Unis sont toujours en tête par le nombre de cas, avec 1,9 millions de personnes atteintes, mais ils sont désormais suivis du Brésil, avec (officiellement) 630 000 cas. Ensuite viennent la Russie (450 000 cas), l’Espagne (290 000), le Royaume-Uni (285 000), l’Inde (240 000), l’Italie (235 000), le Pérou (190 000), l’Allemagne (190 000), la Turquie (168 000), l’Iran (168 000) et la France (153 000 cas). Par continent, l’Amérique Latine devient de plus en plus touchée, puis l’Asie revient, puis ce pourrait être l’Afrique.

Le graphique qui suit montre ce qui se passe en Amérique latine avec le nombre déjà élevé de cas par million d’habitants, mais avec un nombre plus faible de décès, ce qui est un très mauvais signal. En effet, on peut penser que ces pays récemment touchés le seront plus encore dans les jours qui viennent, avec un taux de létalité qui sera plus élevé encore. Et que ceci va gagner l’Asie, où l’Inde qui est un pays évidemment très fragile.

 

La deuxième vague du COVID-19 arrive, mais les marchés regardent ailleurs

Nous devons être très attentifs à cette évolution et aux risques qu’elle comporte, alors que les marchés financiers regardent ailleurs : vers une reprise plus forte que prévu. Ceci nous vient des États-Unis où, fin mai, le taux de chômage baisse à 13,3%, alors que les marchés attendaient 19,8%. Ce sont 2,1 millions chômeurs de moins : les entreprises réembauchent à un niveau record en très peu de temps ! L’explication est simple : dans une économie où le chômage partiel n’existe pas, les salariés le sont, ou bien ne le sont pas. Un restaurant qui ferme licencie, dans la journée, et s’il ouvre, il doit aussi embaucher, la veille. Des nouvelles de reprise plus forte que prévu viennent aussi d’Europe. Partout, les bourses sont brutalement remontées, saluant les signes de reprise, notamment américains et allemands. Elles se prennent à rêver à une reprise américaine en V, ce qui n’est pourtant pas l’évolution la plus plausible.

Le Nasdaq, avec les GAFAM (et Zoom) renforce malgré tout son avance, le Dow Jones réduit ses pertes, le DAX fait une très forte remontée, comme le CAC 40. Même si les chiffres de perte d’activité sont revus à la hausse, les marchés regardent ceux de reprise du travail dans les entreprises et dans les bureaux, avec les nouvelles prévisions des entrepreneurs.  

Les marchés financiers sont, en plus, très satisfaits par la Fed et par la Banque Centrale Européenne

Les États-Unis (hors les tensions raciales et politiques) en viennent en effet à l’idée, avec l’emploi, le soutien de la Fed et l’assurance que d’autres plans de soutien vont venir, que le point bas de la crise est passé et qu’il s’agit de repartir. En zone euro, la Banque centrale européenne annonce d’abord de mauvaises nouvelles, intégrant l'impact de la crise du coronavirus sur une croissance déjà faible… pour pouvoir agir davantage ! La BCE s'attend ainsi à une contraction de 8,7% du produit intérieur brut de la zone cette année, avant un rebond de 5,2% l'an prochain et de 3,3% en 2022. La perte ne sera donc pas compensée. Surtout, les chiffres d’inflation sont pires : 0,3% en 2020, 0,8% en 2021 et 1,3% en 2022. Nous ne sommes donc pas du tout à 2% d’inflation, faute de croissance.

La BCE annonce alors 600 milliards d’euros en plus dans son plan de rachat de bons du trésor spécial pour lutter contre la pandémie (PEEP), un plan calibré au début à 500 milliards. Il ira jusqu’en septembre 2021 et non plus juin, avec l’idée de réinvestir les bons des trésors arrivant à maturité jusqu’à la fin de 2022. En fait, le PEEP entre de plain-pied dans la panoplie des outils de la politique monétaire de la BCE, à côté des achats d’actifs d’obligations d’entreprises et des soutiens aux banques. C’est un outil qui devrait encore augmenter de taille et surtout qui est plus souple d’utilisation car il ne risque pas d’être jugé par la Cour Fédérale Allemande : pas de croissance, pas d’inflation. Il est légitime !  

Si la situation économique anticipée s’améliore, même si l’inflation est faible, les taux longs remontent subitement

C’est mécanique : si les marchés se mettent à penser à une reprise plus proche et plus forte. Ils anticipent qu’investir en actions sera plus rentable qu’en obligations publiques. Leurs taux montent. Pour compenser, les banques centrales renforcent leurs programmes d’achats de titres, mais ceci ne suffit pas à empêcher la forte hausse des taux longs réels. 

On pourra dire que ce phénomène récent pèse sur la croissance et le rétablissement des comptes, sauf si les anticipations de reprise continuent de se renforcer encore. C’est le revers de la médaille : si le pire est passé, dans l’esprit des marchés, les actions et les taux longs nominaux rebondissent, bien avant l’inflation. Les taux réels augmentent donc et les banques centrales doivent continuer leur action, pour modérer l’enthousiasme des marchés. Il en faut, mais pas trop.

L’amélioration se répand : la montée de l’or est réduite, devant le reflux des inquiétudes, les baisses des prix des matières premières sont réduites, le pétrole amorce une forte reprise.

Cette remontée du pétrole vient de la prolongation de l’accord de l’OPEP+ (avec la Russie), pour réduire encore un peu les production, les prolonger d’un mois et instaurer des règles de vérification, pour dépister des « tricheurs ». Cet accord est assez bien vu, non parce qu’il pourrait aider les pays pétroliers très dépendants, mais sans doute parce qu’il pourrait atténuer les difficultés du secteur du pétrole de schiste aux États-Unis eux-mêmes. N’empêche, si l’activité repart, les prix suivront d’autant plus.

Le dollar est toujours la devise forte, surtout par rapport aux pays émergents, mais le soutien de la Banque Centrale Européenne, plus le programme européen dopent l’euro

L’euro est sans doute le gagnant de ces derniers jours, avec les bourses. L’euro bénéficie en effet d’un double soutien :

  • celui de la Banque Centrale Européenne, qui a surpris, alors qu’il était assez normal face à la détérioration de la situation, aux baisses prévues d’inflation et plus encore aux fermetures des autres solutions par la Cour Fédérale Allemande, en attendant les effets des plaidoiries allemandes, dont celle de la BUBA. La BCE a donc largement utilisé le PEEP (le fonds de lutte contre les effets de la pandémie) car il était, en fait, le seul vraiment disponible,
  • celui de l’Union Européenne,
    • avec un programme accru de crédits pour mener une politique industrielle : soutenir des recherches dans des domaines spécifiques (informatique notamment), renforcer des secteurs stratégiques (santé notamment), soutenir le raccourcissement et le renforcement de chaînes de production. Le tout pour peser davantage dans le monde, au milieu de ses révolutions technologiques, de ses risques sanitaires et des tensions géopolitiques américano-chinoises,
    • avec un programme d’emprunts au nom de l’Union, avec des prêts et des dons aux pays et secteurs les plus affecté : une nouveauté, qui n’ira pas sans difficultés (oppositions des 4 frugaux : Pays Bas, Autriche, Danemark, Suède),

et avec l’idée d’une stratégie fiscale pour lever des impôts européens : taxe GAFAM, taxe carbone aux frontières, réorganisation des taux d’impôts sur les sociétés – ce qui n’ira pas non plus de soi.

Au total, la remontée de l’emploi américain d’abord et surtout, qui est automatique dans une économie de services qui ne connaît pas le chômage partiel, puis les nouveautés monétaires et budgétaires en zone euro, ont fortement amélioré les anticipations dans les pays avancés, au point d’effacer ce qui se passe ailleurs (et qui est grave). Mais, pour en sortir, il faut y croire !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 08/06/2020 - 14:44
La peur franchouillarde est mauvaise conseillère...
C'est une angoisse pleine d'ignorance et d'arrogance... Jetable... comme les masques (?)...