En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 25 min 38 sec
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 56 min 46 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 1 heure 31 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 15 heures 4 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 47 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 17 heures 19 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 20 heures 12 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 21 heures 32 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 53 min 34 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 45 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 15 heures 19 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 16 heures 16 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 18 heures 32 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 47 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 47 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Réponse de l'Etat ?

L’AGIRC-ARRCO obligée d’emprunter en urgence pour payer les pensions face à la crise du coronavirus

Publié le 05 juin 2020
Comme ceci a été évoqué au mois de mai, par exemple sur Tripalio.fr, la crise sanitaire du coronavirus a des conséquences financières importantes pour l'AGIRC-ARRCO. Ses recettes ayant largement diminué du fait du ralentissement brutal de l'économie nationale, l'organisme a dû demander une avance de 8 milliards d'euros à l'Etat afin de sécuriser sa trésorerie.
Mickaël Ciccotelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mickaël Ciccotelli est journaliste à Tripalio.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme ceci a été évoqué au mois de mai, par exemple sur Tripalio.fr, la crise sanitaire du coronavirus a des conséquences financières importantes pour l'AGIRC-ARRCO. Ses recettes ayant largement diminué du fait du ralentissement brutal de l'économie nationale, l'organisme a dû demander une avance de 8 milliards d'euros à l'Etat afin de sécuriser sa trésorerie.

Hélas pour les responsables de l'AGIRC-ARRCO, l'Etat ne semble pas vouloir s'engager sur une telle avance, contribuant ainsi à tendre la situation financière de l'institution. 

L'absence de réponse de l'Etat à l'AGIRC-ARRCO

C'est début mai que Jean-Claude Barboul et Didier Weckner, respectivement président CFDT et vice-président Medef de l'AGIRC-ARRCO, ont fait parvenir un courrier à Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes Publics, afin de lui demander cette avance de trésorerie. Aux dernières nouvelles, en date de la fin du mois de mai, MM. Barboul et Weckner n'ont toujours pas reçu de réponse à cette demande. Interrogée à ce sujet, la coprésidence de l'institution ne nous a pas encore répondu. 

Les responsables de l'AGIRC-ARRCO ayant considéré qu'il ne s'agissait pas là d'un simple problème de lenteur dans la distribution du courrier, ils ont jugé prudent de considérer que Bercy n'était pas disposé à leur accorder la fameuse avance de huit milliards d'euros. Du moins dans l'état actuel des choses. 

Une trésorerie mise en tension

Or, comme ceci était prévisible, les encaissements réalisés par l'AGIRC-ARRCO durant le mois de mai se seraient avérés proches de ceux réalisés durant le mois d'avril - de l'ordre de 4,5 milliards d'euros, contre 7 milliards d'euros en temps normal. Après deux mois de diminution sensible des recettes et sans avance de trésorerie par l'Etat, la trésorerie de l'organisme se trouverait désormais mise sous tension. 

A la fin du mois de mai, les gestionnaires de l'AGIRC-ARRCO auraient dû se rendre à l'évidence : le versement des pensions du mois de juin allait s'avérer complexe. L'état de la trésorerie risquait fort de ne pas se trouver pleinement compatible avec la sécurisation de cette opération, prévue au début du mois. 

Des solutions pour le court terme...

Dans ces conditions, les dirigeants de l'institution auraient entrepris une action forte. Ils auraient en effet décidé de solliciter deux établissements financiers, la CACEIS et Natixis, afin d'obtenir deux emprunts à courte échéance. Le montant total de l'opération se situerait autour du milliard d'euros. 

Cette première décision, qui devrait permettre de faire face à la toute prochaine échéance de versement des pensions, ne suffira toutefois pas à assumer les engagements estivaux ultérieurs. Aussi les responsables de la rue Jules César auraient-ils dû commencer à songer sérieusement à une mobilisation de leur trésor de guerre. Si l'opération n'est pas sans risque, étant donné l'état des marchés financiers, on voit mal comment elle pourrait être évitée. 

... et quelques questions sur les réserves

Au-delà de l'épisode actuel de tension sur la trésorerie, il y a tout lieu de penser qu'à moyen terme, le niveau des recettes mensuelles de l'AGIRC-ARRCO devrait demeurer inférieur à ce qu'il était avant le déclenchement de la crise sanitaire - dans une mesure qu'il est, certes, impossible à prévoir aujourd'hui. Cette perspective explique que certains de ses gestionnaires commenceraient à poser la question de l'impact sur les réserves des régimes de la crise sanitaire et de la crise économique qui s'annonce. 

Rappelons, il est vrai, qu'aux termes de l'ANI de 2019, "les réserves techniques du régime ne se situent jamais en deçà de 6 mois de prestations dans la période courant jusqu'à fin 2033". Concrètement, ceci signifie que les réserves doivent demeurer supérieures à 45 milliards d'euros. Elles sont actuellement nettement supérieures à ce niveau - 65 milliards d'euros - mais en ces temps troublés, les milliards filent à toute allure... 

Cet article a été initialement publié sur le site Le Courrier des stratèges, cliquez ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 07/06/2020 - 18:17
Redéfinir la gestion financière des régimes complémentaires
Les régimes complémentaires de retraites comme l'AGIRC-ARRCO sont des régimes par répartition, pas des régimes par capitalisation . Les réserves de ces régimes permettent de faire face à des décalages de trésorerie, pas à des blocages durables de l'économie entraînant l'arrêt des cotisations . C'est l' Etat qui a rompu unilatéralement le flux des cotisations. Si vous vivez de la rentrée de loyers d'appartements que vous possédez et que l'Etat bloque le versement de ces loyers, c'est lui qui est responsable juridiquement et moralement, puisqu'il a de facto cassé le contrat qui vous lie à vos locataires. D'ailleurs, l'État continue à verser le paiement des retraites des fonctionnaires avec l'argent de VOS impôts, malgré l'arrêt de l'économie provoqué par SES DECISIONS. Dans le cas présent, il s'agissait d'avance de trésorerie à très court terme, en aucune façon de dons ou de subventions, que d'ailleurs l'État n'arrête pas de déverser sous les formes les plus discutables, y compris à des non français, à Bruxelles etc...Ceci dit, les responsables de ces régimes de retraite sont bien naïfs et doivent,pour l'avenir, redéfinir en conséquence leur gestion financière.
moneo
- 06/06/2020 - 11:28
HUM
a quoi servent de réserves ?si on ne les utilisent pas quand on en a besoin?
JBL
- 06/06/2020 - 07:53
Qui doit assumer ?
Ajm : dans ce pays, tout tourne autour de l'Etat. Donc, quoi qu'il se passe, le responsable est trouvé, et on voit ça dans tous les domaines. Le citoyen, qui a compris, se retourne maintenant vers l'Etat, qui est devenu sa mère, pour tout et pour rien. L'ARRCO serait bien inspiré de demander l'aide de l'Etat pour le cas, ou la trésorerie serait abondante et dans les caisses, ce qui n'est pas le cas. Dans votre raisonnement, il est donc logique que l'Etat emprunte à la place de l'ARRCO, sous prétexte qu'il a confiné, de manière discutable. Personellement j'appelle ça de l'assistanat. Dans un grande entreprise, lorsqu'une décision est prise, tout le monde assume et fait avec. Il n' y a pas de parapluie, chacun peut ronger son frein et gémir intérieurement, mais il assume ses responsabilités ou il part. C'est mon point de vue, il est sans doute discutable et à contrecourant, mais j'ai toujours préféré l'autonomie à la dépendance. Maintenant, avec un Etat qui s'est fait la réputation de distribuer du fric à tous les lobbys, sans contrepartie ni contrôle, il est bien évidemment tentant de se servir dans la caisse.