En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

07.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 11 heures 48 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 13 heures 26 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 14 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 18 heures 21 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 19 heures 25 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 18 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 20 heures 43 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 21 heures 22 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 21 heures 46 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 12 heures 20 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 51 sec
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 18 heures 36 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 5 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 20 heures 32 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 16 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 21 heures 47 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Second tour

Elections municipales : quand le Conseil d'Etat joue la montre...

Publié le 04 juin 2020
Le Conseil d'Etat a été très actif durant la phase du confinement. Didier Maus revient sur deux récentes décisions prises par le Conseil d'Etat liées aux élections municipales.
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est Président émérite de l’association française de droit constitutionnel et ancien maire de Samois-sur-Seine (2014-2020).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil d'Etat a été très actif durant la phase du confinement. Didier Maus revient sur deux récentes décisions prises par le Conseil d'Etat liées aux élections municipales.

La perspective de retrouver début juillet, une situation presque normale, notamment la possibilité de penser à autre chose qu’aux grèves de fin 2019/début 2020 et à la crise sanitaire, conduit à n’accorder que très peu d’attention à l’évolution des contentieux liés aux élections municipales. L’impression qu’elles sont désormais derrière nous domine. Et pourtant ! Le Conseil d’État et le Conseil constitutionnel y jouent désormais leur rôle, un rôle normal.

Le Conseil d’État vient, dans une réelle discrétion médiatique, de rendre deux décisions, l’une le 25 mai (transmission d’une Question prioritaire de constitutionnalité au Conseil constitutionnel), l’autre le 26 (non-lieu à statuer sur une demande de référé suspension), qui intéressent l’observateur politique et soulèvent quelques sérieuses questions. Seule la chronologie permet de comprendre l’enchaînement et l’enjeu :

1) Des électeurs contestent devant le tribunal administratif de Nice les élections municipales du 15 mars dans la commune de La Brigue. Cette protestation est accompagnée d’une QPC visant la non-conformité à la Constitution de l’article 19 de la loi du 23 mars 2020, celui qui « valide » les résultats du 15 mars. De manière parfaitement normale, et sans perdre de temps, le tribunal administratif transmet, le 20 avril, la QPC au Conseil d’Etat. Celui-ci dispose de trois mois pour statuer sur son renvoi au Conseil constitutionnel.

2) Le Journal officiel du 15 mai publie le décret de la veille relatif à l’entrée en fonction des conseils municipaux élus au complet le 15 mars. Il est en particulier prévu que l’élection des nouveaux maires aura lieu entre le 23 et le 28 mai, conformément à ce qui était prévu dans la loi du 23 mars 2020. Ce  même 15 mai, l’association « 50 millions d’électeurs » dépose devant le Conseil d’État un recours sur le fond et une QPC pour contester le décret et la constitutionnalité de l’article 19 de la loi. Elle se fonde, comme la QPC concernant La Bigue, sur le fait que les résultats du 15 mars ne seraient pas sincères en raison tout à la fois de la très forte augmentation du taux moyen d’abstention en France (20%), de l’impressionnante montée en puissance de l’épidémie et des déclarations quelque peu alarmistes du Président de la République (le 12 mars) et du Premier ministre (le 14 mars au soir). L’association dépose en même temps - et elle ne pouvait pas aller plus vite – un référé suspension, procédure qui permet au Conseil d’État de suspendre (et non d’annuler) une décision administrative lorsqu’il y a, à la fois, urgence et doute sérieux sur sa légalité. « 50 millions d’électeurs » estimait que le Conseil d’Etat allait avant le 22 mai, donc avant la première réunion d’un nouveau conseil municipal, se prononcer sur l’éventuelle suspension du décret. Il avait devant lui une semaine, délai parfaitement raisonnable dans une  affaire de ce type.

3) Le 25 mai le Conseil d’État se prononce sur la demande de QPC relative à La Bigue.

 

Il considère que les arguments qui la soutiennent « présentent un caractère sérieux », qu’ils sont susceptibles de mettre en cause des « droits et libertés garantis par la Constitution », notamment au regard du principe de sincérité du scrutin, élément central et décisif de toute la controverse juridique. La QPC est donc renvoyée au Conseil constitutionnel. À lui désormais de se prononcer (sans doute assez vite) sur la sincérité des résultats du 15 mars. Toujours rien sur la demande de référé suspension.

4) Le 26 mai, le lendemain du renvoi de la QPC au Conseil constitutionnel, le juge des référés du Conseil d’État, sans même tenir une audience et sans échange de mémoires contradictoires, décide qu’il n’y pas lieu de statuer sur cette demande de référé suspension au motif que le décret du 14 mai est entré en vigueur. De ce fait, il n’y a pas besoin d’examiner la QPC déposée à l’appui de cette demande.

Ce rejet du référé suspension laisse une véritable impression de malaise. On peut avoir le sentiment que le Conseil d’Etat a décidé de jouer la montre et que son juge des référés a attendu que la QPC d’origine de La Bigue soit transmise au Conseil constitutionnel pour ne pas avoir, lui-même, à se prononcer sur le renvoi dont il était saisi. De ce fait, il aurait volontairement laissé passer le délai du 22 mai, date limite pour une suspension du décret relatif à l’installation des conseils municipaux. Comme les deux QPC soutenaient à peu près la même argumentation, il aurait été difficile, par exemple le 20 mai, de refuser la transmission au Conseil constitutionnel, sachant qu’il était probable qu’elle le serait le 25 en vertu d’une autre procédure. Un renvoi de la QPC « 50 millions d’électeurs » impliquait la suspension du décret du 14 mai et mettait donc à mal la stratégie du gouvernement et des forces politiques d’en finir le plus vite possible avec les suites du premier tour du 15 mars. 

Dans le jeu de billard, auquel ressemble assez souvent les procédures imbriquant le droit et l’actualité, le Conseil d’Etat a donné satisfaction à ceux qui souhaitaient que le Conseil constitutionnel soit enfin saisi et a évité de compliquer la sortie politique du confinement. Pour parvenir à ce résultat, il a quelque peu oublié que le référé suspension est une procédure d’urgence et que laisser passer l’urgence relève plus de la stratégie que d’une bonne administration de la justice.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pig
- 04/06/2020 - 14:32
C'est une habitude, hélas, au Conseil d'État...
Merci de relever comment, une nouvelle fois, cette Haute assemblée "indépendante" ne l'est pas tant que ça.
Loupdessteppes
- 04/06/2020 - 11:59
Des élections entachées par la hâte électorale suspecte !
Tous comme la vague de diplômes de convenance de 2020 les élections seront entachées d'une course, parfois mortelle pour certains, vers le pouvoir ! Alors même que le confinement fut l'un des plus strict du monde les elections seront les dernières et les premières à jouir d'un liberté presque totale. Cela en dit long sur la corruption du cerveau de nos politicards "Julot-casse-croute" hexagonaux..