En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 5 min 36 sec
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 1 heure 15 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 1 heure 54 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 2 heures 19 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 2 heures 52 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 3 heures 18 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 3 heures 35 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 4 heures 22 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 4 heures 49 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 5 heures 32 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 40 min 27 sec
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 1 heure 55 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 3 heures 3 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 3 heures 23 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 5 heures 7 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 21 heures 14 min
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Nocivité

Coronavirus et pollution de l’air : pourquoi la réalité est beaucoup plus complexe que ce qu’en montrent les premières études

Publié le 04 juin 2020
Un récent article publié dans le journal du CNRS a abordé le sujet des liens éventuels entre la pollution de l'air et la CoVid-19. Que révèle cette étude ? Comment des personnes fragilisées par la pollution de l'air peuvent-elles lutter contre la CoVid-19 ?
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un récent article publié dans le journal du CNRS a abordé le sujet des liens éventuels entre la pollution de l'air et la CoVid-19. Que révèle cette étude ? Comment des personnes fragilisées par la pollution de l'air peuvent-elles lutter contre la CoVid-19 ?

Atlantico : Les liens entre pollution de l'air et la CoVid 19 sont-ils aussi inexistants que le présume l'article publié dans le journal du CNRS ?

Pollution de l’air : de quoi parlons-nous ?

Stéphane Gayet : Le phénomène appelé pollution atmosphérique est la présence, au sein de l'air, d'un mélange de gaz nocifs et de particules délétères (néfastes pour la santé) qui sont principalement émis par les véhicules, les industries et le chauffage domestique, ou qui résultent de réactions chimiques, comme l'ozone. Il faut leur ajouter les pesticides et les dioxines. Les gaz polluants sont nombreux, parmi lesquels les oxydes de carbone (CO2, CO), les oxydes d'azote (dont NO2) et les oxydes de soufre (dont SO2). On désigne par le terme « particules » un ensemble d'éléments microscopiques, dont le diamètre moyen est de l'ordre du micromètre (micron, millième de millimètre), solides ou liquides, et qui restent en suspension. Elles sont désignées en anglais par l'expression particulate matter (PM, matières particulaires). On distingue trois tailles de PM : les PM 1, particules ultrafines dont le diamètre moyen est inférieur ou égal au micron ; les PM 2,5, particules fines, dont le diamètre moyen est inférieur ou égal à 2,5 microns (essentiellement produites par les phénomènes de combustion) ; les PM 10, dont le diamètre moyen est inférieur ou égal à 10 microns. Plus elles sont petites, plus elles sont dangereuses. La durée de persistance dans l'air de ces particules varie de quelques jours, pour les PM 10 et les PM 2,5, à quelques semaines pour les PM 1. Elles finissent par retomber au sol, notamment du fait des précipitations. Les plus légères peuvent parcourir des milliers de kilomètres. Cette pollution de l’air a des effets néfastes sur la santé, même à des concentrations assez faibles. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) dit que la pollution de l’air constitue un risque environnemental de premier plan pour la santé et qu'elle est en cause dans sept millions de décès prématurés par an dans le Monde. De nombreuses études scientifiques l’attestent.

Les conséquences de la pollution aérienne sur la santé

Le diagramme ci-dessous provient de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il indique que 47 % des décès liés à la pollution de l’air extérieur et intérieur résultent d’une pathologie broncho-pulmonaire. Il faut savoir que la pollution de l’air intérieur découle de la pollution extérieure à laquelle s’ajoutent tous les polluants intérieurs qui sont nombreux.

Le diagramme ci-dessous provient également de l’OMS. Il présente une estimation grossière de la répartition mondiale des décès prématurés liés à la pollution aérienne. Plusieurs types de cartes sont disponibles concernant la pollution de l’air ; il faut bien faire attention à leur signification, car il est fréquent qu’elles ne prennent en compte qu’un seul polluant, comme les PM 2,5 ou particules fines, tout simplement parce qu’elles sont plus souvent dosées et plus faciles à doser que les autres polluants. Au contraire, cette carte de l’OMS estime les conséquences médicales de la pollution aérienne en termes de décès. On remarque facilement que l’Inde, la Chine et tous les pays situés entre eux deux (Indochine : Bangladesh, Birmanie ou Myanmar, Thaïlande, Laos, Cambodge, Viet Nam), sans oublier la Malaisie, l'Indonésie et les Philippines, sont les parties du globe où la pollution aérienne (selon cette estimation) est la plus dangereuse pour la santé.

Les effets de la pollution aérienne sur l’appareil respiratoire et sur la circulation des virus respiratoires

Deux phénomènes sont à bien distinguer

1. De nombreuses études scientifiques, réalisées depuis trois à quatre décennies, ont prouvé la nocivité de la pollution aérienne – qu’elle soit extérieure ou intérieure – sur l’appareil respiratoire. Elle favorise en effet l’asthme, la bronchite chronique ou plutôt selon la terminologie actuelle la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) au sens large, les bronchites aiguës et en fin de compte l’insuffisance respiratoire chronique, sans oublier le cancer bronchique (cancer du « du poumon »).

L’illustration ci-dessous provient de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), agence dite de « la transition écologique ». Elle a le mérite de mettre en évidence tous les éléments qui contribuent à aggraver la pollution de l’air intérieur en venant se surajouter à la pollution de l’air extérieur qui pénètre dans les habitations.

2. De plus, s’agissant des infections respiratoires virales épidémiques comme la CoVid-19, une étude italienne très récente souligne le probable effet de propagation exercé par les PM 2,5 et les PM 10. En effet, les plus fines des microgouttelettes émises par la toux et la parole (5 à 150 microns) peuvent théoriquement, lors de leur rencontre avec des PM 2,5 et des PM 10, les contaminer avec des particules virales ou virions de SARS-CoV-2, transformant de ce fait ces PM 2,5 et PM 10 en vecteurs aériens efficaces de ces virus. C’est l’hypothèse qui a été avancée pour expliquer les flambées épidémiques dans les régions très polluées, comme la région de Wuhan et certaines régions d’Italie du Nord (Lombardie et Émilie-Romagne).

Que dit cette étude du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ?

Cette étude publiée par le CNRS conteste radicalement l’existence du phénomène n°2 envisagé ci-dessus. Il ne s’agit pas d’une étude au sens où on l’entend habituellement, mais d’un raisonnement scientifique. L’auteur, bon connaisseur de la pollution aérienne et des aérosols, explique pourquoi ce phénomène n°2, développé par des chercheurs italiens, est tout à fait improbable et qu’il ne faut pas lui accorder de crédit. En revanche, son argumentaire n’est pas d’ordre médical et cet auteur ne conteste pas le phénomène n°1.

Donc, attention : cet article du CNRS ne saurait bien sûr pas contester les effets pathogènes de la pollution de l’air sur la santé ni le fait qu’un appareil respiratoire humain malade de la pollution soit plus vulnérable face à une infection respiratoire virale.

Comment expliquer cet angle mort dans l'étude du CNRS ?

Ce travail publié par des chercheurs italiens – avec semble-t-il trop de précipitation et insuffisamment de rigueur - au sujet d’une possible diffusion aérienne des coronavirus par les PM 2,5 et PM 10 a fait grand bruit ; ses conclusions ont largement circulé sur Internet. Du coup, on a eu beaucoup trop tendance à expliquer la gravité des foyers épidémiques dans certaines régions du Monde par l’existence d’une pollution intense aux PM 2,5 et PM 10 (sans parler des PM 1).

L’objet de cet article du CNRS – très intéressant, il faut le souligner – est de couper court à cette rumeur selon laquelle il y aurait une sorte de fatalité épidémique dans certaines régions du Monde très polluées en PM 2,5 et PM 10.

L’auteur tenait à rectifier cette hypothèse qu’il considère comme erronée, parce qu’il s’est rendu compte que la circulation de cette fausse information était néfaste à une bonne gestion de la pandémie.

Comment des personnes fragilisées par la pollution de l'air peuvent-elles lutter contre la CoVid-19 ?

Si l’on se recentre sur les phénomènes proprement médicaux, la nocivité de la pollution aérienne sur l’appareil respiratoire n’est pas à mettre en cause. C’est comme nous l’avons dit quelque chose qui fait l’objet d’études depuis trois à quatre décennies. Les personnes souffrant d’une pathologie chronique des bronches ont une muqueuse bronchique altérée et font souvent des épisodes infectieux bactériens (bronchites aiguës suppurées), généralement initiés par une infection virale (phénomène de surinfection bactérienne d’une infection virale).

De telles personnes aux bronches altérées et fragiles - notamment en raison d’une exposition de longue durée à la pollution aérienne - doivent être particulièrement observantes des mesures de prévention (masque, distanciation physique de 1,50 mètre et lavage des mains avant de toucher une muqueuse ou de la nourriture). Elles ont tout intérêt à renforcer leur système immunitaire, par exemple grâce à de la phytothérapie ou de l’aromathérapie. En cas d’infection virale des voies aériennes, qu’il s’agisse d’une CoVid-19 ou d’une autre infection virale, le risque de surinfection bactérienne est élevé chez ces personnes : il leur sera souvent nécessaire de prendre un ou plusieurs (pour éviter les résistances) antibiotiques. Sans entrer dans le débat sur l’hydroxy chloroquine, ces personnes fragiles seraient – selon la position du professeur Didier Raoult – justiciables de ce traitement dès le début de leur infection.

Faut-il insister sur le fait que la prévention est l’essentiel de la lutte contre la CoVid-19 ? Ces mesures doivent être bien comprises et assimilées pour qu’elles puissent être appliquées avec pertinence ; mais encore faut-il s’y intéresser…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cmjdb
- 05/06/2020 - 16:40
.".ENCORE FAUDRAIT-IL S'Y INTERESSER ".!
L'auteur S. Gayet a raison, à mon avis… Mais définir le Covid 19, comme le GRAND ENNEMI à abattre permet au garçonnet qui joue au soldats de plomb d'avoir l'air d'être un chef de guerre victorieux et de s'arroger la gloire en dissimulant sous le confinement les manifestations, grèves et gilets jaunes. C'est vieux comme les soldats de plomb et les dictateurs !
pierre marie
- 04/06/2020 - 14:33
une europe.... très large !
J'apprends avec intérêt que les 500.000 morts "européens" habitaient de Brest à Vladivostok... Istanbul, etc... Je ne savais pas que l'Europe était aussi grande ?
Heu, c'est pas un peu de "l'enfumage" ?
moneo
- 04/06/2020 - 10:31
l'imagination écolo est sans limite
la pollution atmospherique c'est l 'asie du Sud Est parait il ?ok question pourquoi cette region est lamons mortifère pour le covid?