En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 10 heures 1 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 57 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 11 heures 53 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 16 heures 9 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 16 heures 53 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 17 heures 30 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 9 heures 50 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 10 heures 35 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 11 heures 18 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 16 heures 1 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 16 heures 36 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 57 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 19 heures 22 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Le déconfinement de l’économie se passe mieux et plus vite que prévu... mais les Français craignent une 2e vague de chômage massif à la rentrée

Publié le 04 juin 2020
La reprise de l’économie sera plus rapide que prévu, tous les moteurs sont allumés, mais la majorité des Français craignent la vague de licenciements à la rentrée de septembre.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La reprise de l’économie sera plus rapide que prévu, tous les moteurs sont allumés, mais la majorité des Français craignent la vague de licenciements à la rentrée de septembre.

L’ambiance a changé. Tout se passe mieux que prévu. L’ouverture des magasins et des cafés restaurants a été bien accueillie dans les grandes villes et dans toutes les stations balnéaires, en Bretagne comme dans le Midi. Les consommateurs sont au rendez-vous. D’autant que la liberté de circuler a permis au plus grand nombre de profiter du beau temps. Du coup, tous ceux qui pleuraient d’inquiétude à l’idée de repartir si tôt se sont tus. Même les instituteurs et les profs, même la CGT qui avait entrepris d’apprendre à ses troupes le mode d’emploi du « droit de retrait ».

Donc ça redémarre. Alors ça ne redémarre pas au même rythme dans toutes les régions. Dans l’Est de la France, la situation reste compliquée, alors que tout l’Ouest a déjà bien rebondi. Tous les secteurs ne sont pas logés à la même enseigne.

L’industrie automobile, qui a été violemment touchée, attend les clients pour écouler leurs stocks (400 000 véhicules) et n’a pas la preuve que ce même client se précipitera pas sur l‘électrique pour accélérer la transformation vers la transition énergétique.

L’industrie de voyage aérien n’est pas encore repartie. Elle sait que le poids des normes sanitaires augmentera les prix mais ne connaît pas l‘impact de ces prix sur le voyageur.

Actuellement, le voyageur ne voyage plus. Qu’il soit touriste, étudiant ou homme d’affaires.

Puisque les avions ne volent pas, les compagnies n’achètent pas d’avion, et du coup, toute la filière qui participe à l’industrie aéronautique se retrouve au point mort.

En revanche, l’industrie du bâtiment n’a pas trop souffert, les chantiers qui s’étaient arrêtés ont redémarré. L’agroalimentaire a plutôt profité de la crise. Mais les grands gagnants sont des acteurs mangeurs du système de santé et toute l’industrie du digital.

Cela dit, le mur de la catastrophe annoncée s’est éloigné et les seules entreprises qui peuvent le craindre sérieusement sont celles qui étaient fragiles et vulnérables avant même la crise du Covid-19. Les entreprises ont risqué, soit parce qu’elles sont anciennes, soit parce qu’elles ne s’étayent pas structurées et modernisées, toutes ces entreprises sont condamnées à plus ou moins brève échéance.

Le Covid-19 a surtout tué les personnes à risque et âgées et notamment celles qui avaient déjà des pathologies graves. Le déconfinement va provoquer le même phénomène dans le monde des affaires.

Mais hormis cette caractéristique structurelle et quasi-démographique, on peut faire le pari que la reprise économique sera plus rapide et plus forte que prévue. Il existe une convergence de phénomènes qui peuvent contribuer à aligner les planètes et faire mentir toutes les perspectives très anxiogènes qui ont dominé toute cette période.

Le facteur premier, c’est évidemment le recul de l’épidémie et peut-être même la disparition du virus. Tous les indicateurs sont au vert. C’était évidemment la condition première du retour à des conditions de vie normales. Finie l’inquiétude qui minait le mental de tout le monde. Espérons simplement que le jeu des gestes barrières aura imprimé chez tout le monde un réflexe automatique de conserver les pratiques des mesures d’hygiène. Première étape d’un système de santé qui prioriserait la prévention, ce qui n’était pas dans sa culture.

Au-delà de la neutralisation du virus, la plupart des planètes et des facteurs de la reprise de croissance sont alignés.

1er facteur de reprise : l’action de l’Etat pour faire face à la crise économique et amortir la crise sociale. On pourra faire toutes les critiques possibles à l’exécutif dans la gestion de la crise pandémique, mais pas celle d’avoir hésiter pour amortir la crise économique et sociale. La généralisation du chômage partiel, l’allègement des trésoreries des entreprises à l’arrêt, le moratoire des dettes fiscales et sociales, les garanties de prêts bancaires, la création d’un fonds de garantis ouvert jusqu'à la fin de l’année, et toutes les mesures de relance de la consommation et de l’investissement au bénéfice des secteurs industriels à risque - l’automobile, l’aérien, la construction aéronautique, le tourisme etc… La facture globale est très lourde. Elle sera a priori financée sur emprunt à la charge du budget de l’Etat, des collectivités locales et de la Sécurité sociale, au minimum 250 milliards soit l’équivalent grosso modo de la destruction de valeur pendant le confinement. Cet effort public et immédiat est à la hauteur de ce qu’ont fait les grands pays occidentaux. Pour sauver son économie, l’Etat français a pris le risque d’une crise budgétaire qu’il faudra assumer.

2e facteur de reprise, les initiatives de l’Union européenne. Là encore, on pourra critiquer l’action de l'Europe, regretter sa timidité ou son incohérence, sa lourdeur administrative, mais au total, tout se passe comme si l’Union européenne s’était reconstruite sur le terrain économique et financier. La banque centrale a fait le job de fournir les liquidités que les pays partenaires de la zone euro pouvaient avoir besoin, afin de sécuriser les systèmes bancaires (500 milliards), les organismes d’interventions européens, le MES et le FES, ont été activés, ils pourraient apporter jusqu'à 500 milliards. Enfin, la France et l’Allemagne ont convenu de lancer au niveau de l’Union des emprunts garantis par les différents Etats. C’est la première fois que l’Allemagne accepte cette forme de mutualisation des dettes. Alors on pourra toujours rétorquer que certains pays européens rechignent à signer, que l‘Allemagne mettra des conditions... Sans doute, il n’empêche que la mécanique de financement de la solidarité intra-européenne est lancée. 

3e facteur de reprise, une capacité d’épargne record et disponible de la part des particuliers. Les bas de laine se sont gonflés de 60 milliards d’euros mis en réserve qu’il faudra bien recycler d’une façon ou d’une autre. La plus intelligente serait de les dépenser en consommation ou en investissement productif (actions d’entreprise). Mais pour cela, il faut que le consommateur en ait envie ou besoin. Ça n’est pas gagné. C’est aux entreprises de faire des offres désirables. L’enjeu est important. Si le consommateur ne dépense pas son argent, les hommes politiques vont se mettre à convoiter ce pactole et inventer des impôts nouveaux. C’est un vrai risque.

4e facteur de reprise, les appareils de production n’ont pas été détruits. La guerre détruit des actifs et désorganise les circuits. Le confinement a simplement endormi le système. Les actifs sont restés entretenus, et les contrats de travail n’ont pas été rompus. Il faut donc réveiller le système et les hommes qui travaillent dans le système. La sortie d’un coma est toujours compliquée, le réveil est difficile et parfois douloureux mais les fondamentaux existent à deux exceptions près.

-D’une part, les actifs immatériels ont été détruits ou abimés. L’image de l’entreprise a pu être hypothéquée, l’histoire qu’on raconte sur le produit ou le process a sans doute vieilli.  Ça peut être grave

-D’autre part, les défauts structurels de l'entreprises apparaissent au grand jour et peuvent la paralyser (trop forte dépendance à un partenaire étranger, retard flagrant dans la digitalisation, personnel démotivé etc…).

La révélation de ces problèmes peut être catastrophique. Ce sont toutes les restructurations qui n’ont pas été faites avant qui vont provoquer cette deuxième vague de chômage gonflée par des licenciements massifs.

Pour reprendre une phrase de Warren Buffet un peu brutale (et même vulgaire), c’est quand la mer se retire à marée basse qu’on découvre ceux qui ne savaient pas nager ou qui étaient sans maillot. Un peu énervé au lendemain de la crise de subprimes, le gourou américain parlait lui de tous ceux qui « se baignaient à poil... ». C’est encore plus explicite !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 05/06/2020 - 13:58
je voulais juste vous dire
attention au deconfinement. En Israel on a deconfine mais on se retrouve avec des foyers de contagion en particulier dans certaines grandes villes ou dans des ecoles. Il faut dire qu'on a tout de meme pas mal d'inconscients qui oublient de laisser de l'espace et qui surtout oublient les masques. Heureusement Bibi veille et nous menace mais je pense qu'on ne reconfinera pas car l'economie est en train de repartir.... par contre des sanctions, c'est toujours possible ... et je l'espere
Labarthe
- 05/06/2020 - 11:10
Pas grave...que des vieux.
Ce discours subliminal est insupportable.....quand au reste de l’analyse...
pierre de robion
- 04/06/2020 - 22:07
Contre sens?
Au lu de tous ses "si" et ces "mais", je ne vois que notre beau Bruno qui puisse y déceler que la reprise est là!
Comme le dit W. Buffet, la France est à poil et la mer baisse!