En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 3 min 18 sec
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 1 heure 41 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 5 heures 29 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 6 heures 36 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 7 heures 40 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 8 heures 33 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 9 heures 37 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 10 heures 1 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 34 min 59 sec
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 6 heures 15 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 6 heures 51 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 8 heures 20 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 8 heures 47 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 10 heures 2 min
© Romain GAILLARD / POOL / AFP
© Romain GAILLARD / POOL / AFP
Cherche nouveau clivage désespérément

Alliances aux municipales : un grand moment de clarification politique... ou pas

Publié le 04 juin 2020
Comme le constatait Olivier Faure, les alliances LREM-LR parachèvent la mutation du ni droite, ni gauche d’En marche vers la réinvention d’un centre-droit. Mais l’échiquier politique français s’en trouve-t-il vraiment si clarifié ?
Gilles Clavreul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Clavreul est un ancien délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah). Il a remis au gouvernement, en février 2018, un rapport sur la laïcité. Il a cofondé en 2015 le Printemps...
Voir la bio
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin.
Voir la bio
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme le constatait Olivier Faure, les alliances LREM-LR parachèvent la mutation du ni droite, ni gauche d’En marche vers la réinvention d’un centre-droit. Mais l’échiquier politique français s’en trouve-t-il vraiment si clarifié ?

Atlantico.fr : Comme le constatait Olivier Faure au micro de franceinfo mercredi, les alliances LREM-LR parachèvent la mutation du ni droite ni gauche d’En marche vers la réinvention d'un centre-droit. Mais l'échiquier politique français s'en trouve-t-il vraiment si clarifié ?

Les alliances entre En Marche et Les Républicains pour les Municipales sont-elles une surprise ? Qu'indiquent-elles quant à la nature du parti présidentiel ?

Maxime Tandonnet : Ces alliances ne sont pas généralisées et ne procèdent d’aucun accord d’état-major national.  Elles interviennent dans quelques villes, notamment à Bordeaux, Clermont-Ferrand, Strasbourg pour éviter une victoire verts-gauche. La preuve qu’elles n’ont pas de caractère politique national : à Lyon, le soutien de M Collomb au candidat LR lui a valu d’être sanctionné par le parti macroniste qui lui a retiré son investiture. Il me semble que ces quelques alliances sont pourtant révélatrices de beaucoup de choses. Elles marquent l’effondrement de LREM qui n’a pas réussi son implantation locale et se raccroche à ce qu’il peut dans un mouvement désordonné. Elles sont sans doute le signe de l’agonie en cours de ce parti champignon dont l’existence est liée à l’élection du président Macron, et qui peut disparaître aussi vite qu’il est apparu. Elles montrent que localement, en province, les sympathisants LREM souvent des notables, sont idéologiquement plus proches de LR que d’une alliance gauche-vert.  Quelques rares exemples inverses, d’alliance LREM verts-gauche existent aussi, comme à Dreux. Tout cela montre que ce parti, qui n’existe que du fait de l’élection de 2017, est privé de toute colonne vertébrale et de cohésion. Son extinction est désormais probable. 

Gilles Clavreul : Non, elles consacrent l’incapacité d’En Marche à faire émerger des candidatures crédibles, sauf pour des élus déjà bien implantés comme Gérald Darmanin ou Edouard Philippe. Soit LREM a acté dès avant la campagne qu’elle n’avait de toute façon aucune chance et a investi un maire sortant, comme à Toulouse avec Jean-Luc Moudenc, soit elle a dû faire le constat de son échec au premier tour, comme à Bordeaux et, dans un contexte très particulier, à Paris. Le déplacement progressif du centre de gravité de la majorité présidentielle depuis trois ans rendait difficile que des alliances fussent conclues avec des partenaires de gauche. C’est donc logiquement et faute d’alternative que des candidats LREM se sont tournés vers des candidats LR lorsque c’était possible.

Cela marque clairement les limites du positionnement « et de droite, et de gauche » voulu par Emmanuel Macron, possible dans un moment de décomposition dont il a su pleinement tirer parti, mais qui devient difficile à tenir dans la durée si une recomposition ne se produit pas. Elle aurait pu se produire s’il avait réussi à manger la droite, mais finalement celle-ci résiste plutôt bien. D’où un risque d’UDFisation du macronisme, en effet.

Luc Rouban : Pour commencer, il faut bien constater que le premier tour des municipales a été un échec pour LREM. D’autre part, il faut aussi constater l’impasse dans laquelle se trouve le macronisme aujourd’hui. LREM va devoir se redéployer. Il y a deux contraintes fortes : la première est de sauver les meubles au second tour : à Strasbourg, réparer le désastre à Paris, le fait que Collomb a passé un accord avec LR et puis a été désavoué etc. En somme, il y a eu deux temps : d’abord le temps des stratégies lisibles de LREM aux municipales et tout le jeu des candidats assez peu clair sur les nuances de LREM. Le parti a essayé de se fondre dans le divers gauche ou divers droite : cela leur a coûté cher parce qu’aujourd’hui avec la crise on voit réapparaître le clivage gauche-droite. En réalité, ils sont demandeurs d’alliances à droite et gauche : on l’a vu à Bordeaux et à Strasbourg. 

D’autre part, les maires sortants républicains ont eu de beaux résultats dès le premier tour : 50% des maires de droite ont été réélus dès le premier tour, 41% à gauche mais ils sont plutôt victime de la fragmentation de l’offre électorale à gauche.

Le deuxième tour va être l’occasion d’une nouvelle donne de la vie politique. Il faut réfléchir par rapport au premier tour. Au premier tour, on a vu apparaître une relocalisation des élections municipales. On a vu émergé les listes citoyennes et une importante demande de renouvellement de la démocratie, notamment au niveau local. Même au-delà de la sanitaire, tout cela reste inscrit à l’horizon politique, surtout avec la réussite assez remarquable des écologistes dans certaines villes (Lyon, Bordeaux etc.) Du côté de la gauche, il y a des occasions de nouvelles alliances socialiste-écologistes qui ont l’air de bien fonctionner (Nantes, Paris, Rennes, Toulouse). Il y a donc, notamment à gauche, la recherche de ces alliances pour compenser la fragmentation parfois trop forte, notamment à Montpellier où il y a trop de candidats et où les jeux sont trop ouverts. Cette recomposition de l’offre électorale du côté de la gauche et de l’écologie est en train de se jouer pour le second tour.

Du côté de la droite, LR sont plutôt en position de force. Finalement, François Bayrou et le Modem sont aussi en position de force et pas seulement aux élections municipales mais aussi parce que LREM n’a plus majorité à l’Assemblée nationale. Bayrou va donc pouvoir négocier son appui et a un bras de levier pour obtenir des concessions. Il ne faut pas oublier non plus que certains maires communistes ont bien résisté au premier tour (en Seine Saint-Denis par exemple) et que le succès du RN n’est pas négligeable : Louis Alliot a fait une percée à Perpignan. On a une situation qui ressemble en fait progressivement à celle de l’ancien monde

Les accords tacites et autres alliances se multiplient sur l'échiquier politique, à gauche comme à droite. Ce renouvellement des clivages clarifient-ils les différentes tendances politiques ou ne fait-il qu’accroître la confusion ?

Maxime Tandonnet : Ces accords pourraient s’interpréter comme étant révélateurs d’une évolution en profondeur de la politique française. Celle-ci, longtemps dominée par la bataille droite/gauche, évoluerait vers un retour à un système de « troisième force », comme aux débuts de la Quatrième République c’est-à-dire une force centrale, composée de LR et de LREM, combattue à la fois par la gauche (une alliance Insoumis-Verts-PS) et par la droite (RN).  Ce schéma est cependant peu probable. Il suppose des ententes nationales qui n’ont rien d’évident, notamment entre PS et Insoumis qui ne se supportent pas, entre LR et LREM alors que des différences nombreuses les séparent en tout cas une partie de LR sur la sécurité, la maîtrise de l’immigration, la vision de la nation et de l’Europe. Et puis surtout, le système politique français est fondé sur un gigantesque aléa : l’élection présidentielle repose sur une émotion collective, étouffant le débat d’idées et de projet cohérent. Face à elle les partis, les programmes et jeux d’alliances sont réduits à un rôle secondaire. Cette élection présidentielle devient une affaire médiatique, avec une dizaine de candidats possibles, déconnectée de la vie des partis qui risque de s’enfoncer toujours plus dans le chaos. Demain, on aura un président sans parti ni majorité présidentielle. Peu importe : il ne sera plus là pour gouverner ni légiférer mais pour pavoiser. Dès lors, à quoi servirait une majorité ? 

Gilles Clavreul : La situation est étrange : jamais le pouvoir n’avait été si centralisé entre les mains de l’exécutif, poussant la logique de la Vème République à son extrême limite ; et en même temps le jeu politique se fragmente comme sous la IVème, en témoigne la création d’un 9ème puis d’un 10ème groupe à l’Assemblée nationale. Le clivage gauche-droite semble se réformer, mais sur quels critères ? Les résultats des municipales vont certes faire évoluer les rapports de force, au bénéfice de LR et des écologistes principalement, dans une moindre mesure au profit du PS et des communistes qui feront mieux que résister, mais ils n’apporteront pas de clarification sur le plan des idées et des projets ; les prises de position sur le « monde d’après », très contradictoires de part et d’autre, que ce soit sur la place de l’Etat, la transition écologique ou le projet européen, le montrent bien. On voit par exemple la droite hésiter entre une ligne libérale traditionnelle et des marqueurs plus interventionnistes, voire protectionnistes, en matière économique. De façon assez frappante, le « travailler plus pour gagner plus », le slogan populaire et fédérateur de Sarkozy, n’est repris que du bout des lèvres par les ténors de la droite. A gauche, si la thématique écologique semble s’imposer, il n’est pas sûr que tout le monde au PS et à la France Insoumise achète la ligne « décroissante » que certains voudraient pousser, à EELV ou à Génération.s. Sur les questions régaliennes et culturelles, les clivages sont plus marqués encore, y compris au sein de chaque formation : François Ruffin par exemple, est beaucoup plus prudent que sa formation sur la question des « violences policières » ; idem sur la laïcité. La tribune récemment publiée dans l’Obs a ainsi recueilli un grand nombre de signatures, mais sur une plate-forme minimaliste. Mais le parti qui a le plus à perdre à une éventuelle clarification, c’est LREM. Au vu de la grogne suscitée par les accords municipaux avec la droite, on pourrait dire à première vue que c’est la nervure droite-gauche qui réapparait. A y regarder de plus près, d’autres clivages jouent : par exemple à travers le reproche adressé au gouvernement d’être trop technocratique, centralisateur et parisien. Même chose sur les questions de société, le débat sur la PMA le montre. Une problématique a d’ailleurs traversé tous les partis et bousculé les repères traditionnels durant le confinement : c’est la dialectique liberté/protection. Des intellectuels comme François Sureau s’en sont emparés ; mais les politiques ont été sur des charbons ardents à ce sujet.

En somme, la recomposition espérée ou promise tarde en fait à se mettre en place. En promettant de « se réinventer », le Président de la République garde cependant l’avantage que les institutions de la Vème lui offrent : c’est lui qui est en situation de donner le « la » en proposant quelque chose…au risque toutefois, s’il s’engage sur une voie à la fois plus étatiste, plus sociale et plus écologiste comme certains lui en prêtent l’intention, de déconcerter une fois de plus sa majorité, dont l’alchimie première est davantage « libérale-sociale », et d’aller sur des terrains ou certains de ses opposants, de droite comme de gauche, seront pour une fois plus à l’aise que lui.

Reste une hypothèque, que les municipales ne lèvent pas : le surgissement populiste, à partir de l’existant RN, ou sous une forme inédite. Les ingrédients sont là, le pays apparait très fracturé et la crise économique gigantesque qui vient n’arrangera rien. Les petites recompositions-consolidations auxquelles nous assistons en ce moment risquent d’être vite oubliées si ce surgissement intervient.

Luc Rouban : Comme c’est souvent le cas avec le jeu des alliances, on va voir réapparaître deux blocs : la droite et la gauche avec le RN à la périphérie. Le clivage est clair puisqu’il s’appuie sur des politiques municipales fortement différenciées. Jusqu’à présent, le macronisme reposait sur un discours de pragmatisme managérial droite-gauche. Lorsqu’on aura des municipalités avec des alliances PS-ELV, on pourra assister au lancement de politiques environnementales etc. Certaines municipalités feront aussi des efforts sur les dépenses municipales avec des mesures relevant davantage de la droite libérale. Le clivage, brouillé sur la carte, va donc se dissoudre et apparaître clairement dans les politiques municipales.

Tel est le problème pour le macronisme : on voit réapparaitre des formules politiques qui seront différentes et qui seront des laboratoires pour 2022. On sort de l’idée qu’il y avait un consensus mou qui était le fond de commerce du macronisme. On peut s’attendre à des expériences municipales intéressantes à suivre, comme à un lendemain de guerre en quelque sorte, sauf que ces expériences concerneront surtout les sujets environnementaux et celui du développement durable. Derrière toute cette nouvelle donne politique, il y a l’idée que le macronisme a échoué dans la crise sanitaire en s’appuyant sur la verticalité de l’Etat. C’est d’ailleurs la différence entre l’Allemagne et la France. L’enjeu concerne maintenant la centralisation qui est mise à mal : on va vers des différenciations plus fortes au sein des municipalités et on voit réapparaître des formules politiques différentes. 

Plus généralement, qu’il s’agisse de négocier et modifier les traités européens ou d’agir pour le climat en assumant l’impact social, pourquoi est-il si délicat d'initier un changement dans la société actuelle ? Cela s'applique-t-il aussi à l’échiquier politique ?

Maxime Tandonnet : Parce que de monde moderne est d’une complexité inouïe. L’élection présidentielle donne lieu à une surenchère de promesses ou de slogans destinés à séduire l’électorat. Par exemple le thème de la « transformation de la France ». Mais elle repose sur une monumentale imposture. Les contraintes à l’exercice du pouvoir national sont aujourd’hui titanesques :  jurisprudence du Conseil constitutionnel et des autres juridictions nationales et européennes, transferts à l’union européenne (monnaie, concurrence, commerce, etc), décentralisation, contraintes financières, résistance de la société, médiatisation. Aucun président de la République n’a les moyens de « transformer la France ». Dès lors, les chefs de l’Etats élus n’ont pas d’autre solution que de se livrer à une communication à outrance et de jongler avec les illusions pour compenser la déception de leurs promesses non tenues et espérer ainsi être réélus. C’est la cause profonde de l’effondrement du système des partis. A quoi bon bâtir des projets dès lors que la politique est réduite à l’impuissance et à la fuite dans la posture et la communication. De fait, ces alliances sont en trompe-l’œil. Elles ne marquent en rien une clarification mais vont dans le sens d’une décomposition politique qui se poursuit avec des partis qui n’ont plus d’idées et plus de projets.

Gilles Clavreul : Parce qu’il n’y a plus de respiration démocratique, de va-et-vient entre représentants et représentés. La dislocation des partis et des corps intermédiaires provoque l’atomisation du corps social et empêche toute communication, ascendante et descendante, entre le pouvoir et les citoyens. Dès lors, toutes les initiatives du pouvoir sont frappés d’une présomption d’illégitimité, parce que les dirigeants ne sont pas perçus comme des représentants, seulement comme des patrons tantôt séducteurs, tantôt autoritaires, mais peu en phase avec les attentes des représentés. Plus on descend dans l’échelle des revenus et des diplômes et plus ce sentiment de ne pas être représenté est fort. Cela fait un long moment que les gouvernants successifs se sont illusionnés en caressant un mirage techniciste : nous allons faire les bonnes réformes, et ainsi les Français constateront que nous avons agi pour leur bien. Mais, même quand les réformes sont bonnes, cela ne marche pas comme cela !  Le préalable, qui est la fonction par excellence du politique, c’est d’instituer la société, de faire que les citoyens, par-delà les clivages, se sentent participer d’un destin commun. Là-dessus, il faut bien reconnaître que personne n’a trouvé la solution…Au risque de laisser de l’espace à une aventure populiste.

Luc Rouban : Il risque d’y avoir une réaffirmation du clivage droite-gauche mais dans un contexte différente. L’écologie va prendre davantage de place, la recherche d’une démocratie locale sera toujours plus forte et la volonté de renforcer l’échelon municipal face à l’appareil d’Etat. On va jouer un autre jeu, assez différent parce qu’il y a dans le fond l’idée - et c’est une des grandes leçons de la crise sanitaire - qu’il y a un déficit de confiance dans les institutions françaises qui a beaucoup handicapé gouvernement. On partait déjà d’un niveau de confiance très bas et ce malaise démocratique ne fait que perdurer et amplifier les problèmes. C’est au niveau municipal que les choses vont se reconstituer. Affaire à suivre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 04/06/2020 - 17:55
Un parti zombie!
La secte en marche n'est rien d'autre qu'un parti zombie,artificiellement créé pour servir les desseins d'un gourou qui n'a fait que multiplier les impostures et manipulations,pour arriver et ensuite se maintenir au pouvoir.Aujourd'hui,dans une mauvaise passe,à court d'inspiration et d'idées,il aimerait bien se réinventer dans le rôle du bon samaritain,doublé de celui du Père Noël.Malheureusement on ne réécrit pas l'histoire,celle de 3 années d'un règne despotiques et calamiteux qui n'a pas fait que des heureux et qui a laissé quelques graves et douloureuses séquelles chez ceux très nombreux qui ont payé et vont encore payer plus cher avec la crise qui s'annonce pour les erreurs et les fautes du roitelet.La secte en marche se trouve donc entraînée fort logiquement dans la chute de son chef, bien en peine de redorer un blason définitivement terni dans l'opinion,un machiaviel clownesque qui croyait qu'il suffisait de tromper son monde en permanence pour être sacré roi.
cagnotte
- 04/06/2020 - 11:06
en résumé
Macron a toujours été un neo conservateur très à droite!
En auriez vous douté?