En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 1 heure 3 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 3 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 4 heures 17 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 6 heures 15 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 39 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 7 heures 11 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 42 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 8 heures 49 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 8 heures 57 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 3 heures 56 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 5 heures 18 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 6 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 32 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 8 heures 3 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 39 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 9 heures 55 min
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Déconfinement

Juste avant le monde d’après : pour une approche systémique de la crise et de ses opportunités

Publié le 03 juin 2020
Les enjeux sont nombreux face à l'ampleur de la tâche dans le cadre de la phase du déconfinement et pour construire et repenser le "monde d'après". Après le temps de l’analyse, vient celui des décisions et des actions. Saurons-nous être suffisamment courageux pour revoir nos priorités et nos modèles ?
Barbara Malrieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Malrieu est Directrice Business Models pour l'agence Insign.
Voir la bio
Jean-Philippe Martzel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Martzel est Head Coach Creative Strategy pour l'agence Insign.
Voir la bio
Audrey Touchard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Audrey Touchard est Directrice Générale Influence Insign-Proches.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les enjeux sont nombreux face à l'ampleur de la tâche dans le cadre de la phase du déconfinement et pour construire et repenser le "monde d'après". Après le temps de l’analyse, vient celui des décisions et des actions. Saurons-nous être suffisamment courageux pour revoir nos priorités et nos modèles ?

Le flot d’études, opinions et avis sur la crise engendrée par la COVID19 ne cesse de croître à mesure qu’il nous semble apercevoir les rives de cette terra incognita que nous avons collectivement nommée “le monde d’Après”. Le lien entre compréhension de l’impact de la crise et formulation d’hypothèses de sortie est majeur et il a été réaffirmé de façon urgente par le philosophe Bruno Latour lors de ses d’interventions récentes dans les médias : "Si on ne profite pas de cette situation incroyable pour changer, c’est gâcher une crise". Nous avons souhaité apporter humblement notre contribution à cette ambition : ne pas gâcher cette crise. Ainsi donc, sur notre champs de compétence - que l’on peut résumer par l’optimisation des relations entre les marques et les individus - “ne pas gâcher la crise” a consisté à mobiliser sans exclusive plusieurs regards experts pour tâcher de comprendre les tenants et les aboutissants d’une situation unique de par son amplitude. Sanitaire, économique, comportementale et institutionnelle, les différentes dimensions de la crise que nous vivons sont à ce point imbriquées les unes dans les autres que seuls des regards croisés peuvent tenter d’en appréhender la structure et en dessiner les enjeux. 

D’ici et maintenant, de ce moment “juste avant le monde d’Après”, notre approche nous a permis d’aborder une crise sans précédent car profondément polymorphe. 

Jamais auparavant le vivant n’avait autant remis en question notre économie - réelle et financière - mais aussi nos comportements et institutions. La fin du confinement, qui ne signe par ailleurs pas forcément la fin de la crise sanitaire, n’est qu’une nouvelle étape dans la crise économique et financière, voire peut-être sociétale. Même si les chaînes de production repartent et que les magasins ré-ouvrent, les entreprises resteront encore trop longtemps - de quelques mois à plusieurs années selon les secteurs - sous tension, entre la difficulté de se financer (sur les marchés, auprès des banques et des investisseurs) et une demande ralentie et probablement différente.

S’il est acté que la plupart des secteurs et catégories seront en décroissance en 2020, on assistera également à une évolution de la structure de la demande. D’une part sous les effets de substitution entre catégories ou produits d’une même catégorie, pour palier à la baisse de pouvoir d’achat des ménages, mais également en lien avec les nouvelles habitudes prises lors de la parenthèse du confinement - et dans une moindre mesure celle du déconfinement. Pas de “grande nouveauté”, mais une véritable accélération dans l’adoption de certaines façons de consommer et d’interagir, encore minoritaires avant le confinement. Si la pérennité des évolutions reste la grande question, il est indéniable que certaines tendances transformeront durablement les habitudes d’achat et d’usage. Ainsi, les propositions de valeur qui intégreront les nouvelles exigences d’hygiène et de distanciation sociale seront probablement préférées à celles du monde d’avant et les acteurs qui réussiront à ré-inventer leur terrain de jeu pour répondre aux nouveaux besoins tireront forcément leur épingle du jeu. Une évolution de la demande qui contribuera donc également à transformer le paysage concurrentiel, entre re-positionnements, consolidations, et très probablement émergence de nouveaux acteurs.

Une crise totale de confiance

La gravité de la crise sanitaire que nous vivons en cache une autre : une crise de confiance inédite. Alors que les français n’ont jamais autant été en attente d’une intervention historique de l’Etat, ils ont rejeté la lenteur, l’indécision et les doubles discours du politique. Certaines marques ont alors pu pallier à ces manquements et avoir un réel impact sur la crise grâce à des actions concrètes. Plus que jamais, elles ont dû faire avant de dire, être utile avant d’être fortes. 

Une crise qui met à mal les modèles existants mais en révèle aussi de nouveaux

Mais les marques sont challengées par de nouveaux modèles vers lesquels se tournent les citoyens face à l’échec du politique à défendre l’intérêt général. Parmi eux, la figure du scientifique est une boussole dans la réponse à la crise. Ces ambassadeurs de l’intérêt général vont également avoir un impact sur la réputation d’utilité (ou non) des marques.

A l’inverse, les anciens modèles, au premier rang desquels l’Europe et la mondialisation, sont bouleversés par un double choc de l’offre et la demande. Et c’est bien notre modèle de société qui est lui-même remis en question. Les entreprises incarnent aujourd’hui encore le modèle dans lequel l’enjeu économique prend systématiquement le pas sur les autres et notamment environnementaux. Conséquence directe de l’idéologie libérale, ce mode de pensée “TINA” (There Is No Alternative) cher à Margaret Thatcher, accepté bon gré mal gré par les consommateurs et les citoyens, risque de voir sa domination s’essouffler au détriment de modèles ne transigeant pas sur les autres enjeux qui vont émerger parceque devenus essentiels. Les entreprises doivent prendre en compte ce nouveau paradigme dans la conception de leur modèle économique de demain.

Après le temps de l’analyse, vient celui des décisions et des actions. 

Saurons-nous être suffisamment courageux pour revoir nos priorités et nos modèles ? Saurons-nous ne pas gâcher cette crise pour repenser réellement nos relations à toutes les parties prenantes de notre écosystème ? 

Seuls des regards croisés qui ont permis d’appréhender la structure de la crise offriront le champs pour définir la nature des actions à mener. Seuls des regards croisés permettront d’imaginer des solutions globales, qui apporteront des réponses à l’essence des problèmes et non juste à leurs symptômes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires