En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 4 min 21 sec
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 1 heure 14 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 1 heure 53 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 2 heures 18 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 2 heures 51 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 3 heures 17 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 3 heures 34 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 4 heures 20 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 4 heures 48 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 5 heures 31 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 39 min 12 sec
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 1 heure 54 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 3 heures 2 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 3 heures 22 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 5 heures 6 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 21 heures 13 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Plan d'urgence

La réindustrialisation ne se décrétera pas "d’en haut"

Publié le 03 juin 2020
Edouard Husson revient sur les failles du modèle français sur la question de la réindustrialisation face à la crise économique liée au Covid-19 et sur le rôle, les choix, la stratégie et les erreurs de la classe politique.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson revient sur les failles du modèle français sur la question de la réindustrialisation face à la crise économique liée au Covid-19 et sur le rôle, les choix, la stratégie et les erreurs de la classe politique.

Le Coronavirus provoque une onde de choc majeure. Elle révèle, si besoin en était, les failles de notre société. Elle confirme, si besoin était, les asymétries de la mondialisation. Aussi fermés aient-ils été aux notions de souveraineté, de communauté nationale et d’intérêts stratégiques, nos dirigeants sentent bien qu’il leur faut changer. Tandis que le président de la République s’accroche à la « souveraineté européenne » comme à un mantra - et voudrait nous faire entrer dans un accord européen de financement d’urgence à notre désavantage,  le Ministre  de l’Economie, lui, se remet à parler de « souveraineté nationale ». Dans le Figaro, un esprit brillant et perspicace, qui a toujours un temps d’avance sur le reste de nos milieux dirigeants entreprend cependant de baliser la route: « La désindustrialisation est un facteur majeur de vulnérabilité... » écrit-il; mais, selon lui, « ....Les relocalisations ont vocation à être sélectives. Toute production industrielle n’est pas stratégique. Certaines étapes des chaînes de valeur ne peuvent pas être transférées, à commencer par l’exploitation de certaines matières premières, y compris agricoles, ou sources d’énergie. Certaines filières ou technologies présentent une complexité et exigent des investissements tels qu’elles ne peuvent être dupliquées, à l’image de l’infrastructure et des services de base de l’industrie numérique qui demeurent entre les mains des Etats-Unis et de la Chine... ». 

Je cite ce passage parce qu’il est très révélateur, de mon point de vue, de ce qui risque de bloquer le nécessaire changement de politique dans les années qui viennent. Contrairement à ce que l’on entend ici et là, ce n’est pas d’abord de la mondialisation ou de l’euro que notre pays souffre. Certes ce sont deux facteurs aggravants de la crise économique et sociale de notre pays. Mais la France aurait pu s’en tirer comme d’autres dans l’actuelle mondialisation. Elle aurait pu faire de l’euro un stimulant pour dynamiser notre économie. Ce qui nous a bloqué, c’est le mode de pensée de nos milieux dirigeants. Il y a deux usages de la raison: celui de Platon et de Descartes, qui part des idées pour chercher un point d’application dans le réel; celui d’Aristote ou de Hume, qui consiste à partir du réel pour en tirer des enseignements généraux toujours susceptibles d’être remis en cause par l’expérience. C’est malheureusement la première voie, la moins appropriée pour la politique et l’économie, que nos dirigeants ont choisie depuis quarante ans. On n’en finit plus d’énumérer les énoncés de la raison a priori qui ont cassé notre économie et contribué à la désintégration de notre société: l’Allemagne serait forcément plus performante que la France; la lutte contre l’inflation serait le seul objectif vraiment important de la politique monétaire; le protectionnisme économique serait toujours une mauvaise chose; les domaines où l’Etat doit ou ne doit pas intervenir seraient fixés durablement; plus récemment, la transition énergétique demanderait d’abandonner le nucléaire, pourtant énergie décarbonnée. 

C’est exactement ainsi que fonctionne le papier que je citais à l’instant: « Les relocalisations ont  vocation à être sélectives ». Certes, mais qui fera cette sélection? Une fois que l’on est sorti des intérêts vitaux du pays, il ne faut surtout pas que l’Etat cherche à déterminer lui-même ce qu’il faut, ce que l’on peut relocaliser en France. « Certaines étapes des chaînes de valeur ne peuvent pas être transférées »: mais au nom de quoi? En lisant une phrase de ce type on comprend que non seulement « Paris » tend au pilotage centralisé permanent mais aussi que ce qui pouvait fonctionner durant les Trente Glorieuses, d’une part parce que la masse des informations à traiter restait limitée, d’autre part parce que le patriotisme venait en permanence stimuler la réflexion, ne peut plus marcher dans le monde de l’information surabondante et de la Troisième Révolution industrielle. Lorsque notre auteur se résigne à ce que les USA et la Chine continuent à dominer l’industrie numérique, il finit de nous dévoiler le mécanisme qui paralyse notre pays: la raison a priori devant toujours faire prévaloir ses droits, elle a tendance à figer le statu quo mondial, ou du moins la perception qu’elle en a. Du coup, guidé par une raison ainsi figée dans ses certitudes, l’Etat, que le Général de Gaulle avait envisagé comme le moyen suprême de notre indépendance, devient le vecteur du renoncement. Ajoutons d’ailleurs que l’Inde, Israël, la Corée du Sud, le Japon ou Taïwan seront perplexes d’apprendre qu’ils ne jouent aucun rôle dans l’industrie numérique. 

Non, ce n’est pas ainsi qu’il faudra s’y prendre si l’on veut rendre à notre pays le rang qu’il devrait tenir dans la compétition internationale. Que l’Etat se concentre sur les secteurs stratégiques, qui permettront la défense du pays, sa cybersécurité, sa protection sanitaire etc... Et, pour le reste, qu’il laisse faire les industriels, en se contentant de favoriser leurs réinstallation par la fiscalité et surtout la suppression de toutes ces normes qui entravent au lieu de libérer. La réforme du Code du travail sous François Hollande et Emmanuel Macron est le contraire de ce qu’il faut faire: au nom de la libéralisation, on a complexifié tous les processus. Notre pays regorge de ressources, de savoir-faire et son capital humain reste élevé. L’industrie du futur c’est l’industrie nucléaire que nous maîtrisons, la technologie des drones, l’informatique quantique, l’intelligence artificielle mais c’est aussi le fablab et ses imprimantes 3D, la réplication des médicaments génériques, les circuits courts, l’énergie naturelle utilisée dans des modèles d’économie symbiotique. Nous avons d’excellentes universités: il faut reprendre le fil de la politique de Nicolas Sarkozy et les autonomiser encore plus, assouplir leur réglementation pour leur permettre de faire venir les meilleurs chercheurs du monde sans avoir des contorsions à faire pour payer des salaires compétitifs et créer les infrastructures de recherche appropriées. Nous avons des inventeurs et des startups qui se comparent aux meilleurs du monde: encore faudrait-il savoir les retenir en France ou bien faire revenir ceux de nos innovateurs qui sont partis à l’étranger. Cela se fait par l’incitation, la bonne réputation du pays, la dématérialisation mais aussi la simplification des procédures. 

A l’heure où nous avons tous bien plus d’informations dans notre smartphone que l’unique ordinateur du Pentagone en 1960, qui occupait plusieurs pièces, il serait temps que nos dirigeants et ceux qui les conseillent commencent à faire confiance à nos industriels, nos territoires et aux immenses énergies que recèle notre société, malgré des décennies de politique erratique. Il devrait y avoir une seule réforme de l’ENA qui tienne: l’obligation, pour chacun des diplômés, avant d’aller occuper un poste dans la haute fonction publique, de passer cinq ans dans une grande entreprise industrielle française ou internationale ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
PhloxxX
- 05/06/2020 - 06:03
Nationalisme réel
Tant que l'idéologie politique dominante sera matinée de macronisme qui ne jure que par l'internationalisme, je ne vois pas comment nous pourrions arriver à créer les conditions morales de réindustrialisation.
Si le nationalisme n'est pas existant quel dirigeant, quel chercheur, quelle entreprise aura une volonté de considérer ses projets en terme de production nationale.
En fait il faudrait recréer le sentiment nationaliste, selon un modèle similaire à l'enseignement dispensé sous la IIIe république, pour susciter ensuite des volontés de privilégier les intérêts nationaux que ce soit en qualité de dirigeant ou de chercheur.
Qu'est-ce que font constamment le Japon ou la Chine, connaissez-vous beaucoup de chercheur ou de chinois qui privilégient d'autres nation que la leur ?
Les stages en entreprise ne changeront rien si l'intérêt national n'existe pas, il suffit effectivement de se référer à ce que nous propose le président actuel.
En tous cas j'apprécie les questionnement suscités par vos articles.
Pig
- 04/06/2020 - 13:53
Réforme de l'ENA
"Il devrait y avoir une seule réforme de l’ENA qui tienne: l’obligation, pour chacun des diplômés, avant d’aller occuper un poste dans la haute fonction publique, de passer cinq ans dans une grande entreprise industrielle française ou internationale ! "
Je crains que les postes occupés dans ces grandes entreprises ressemblent plutôt à des postes de "chargés de mission" plus ou moins bidon uniquement occupés en prévision d'un pantouflage...
Je préconise l'inverse : que le concours de l'ENA ne soit ouvert qu'à des personnes ayant occupé au moins cinq ans des postes de responsabilité dans une entreprise privée et motivés par une seconde carrière.
evgueniesokolof
- 04/06/2020 - 11:34
Il y aurait beaucoup de choses...
à dire sur cet article d'Husson et surtout du bien ...
Une petite remarque s'agissant de l'ENA : à la fin des années 80, un des directeurs de l'ENA ( son nom m'échappe) avait institué un stage obligatoire que quelques mois en entreprise pour les élèves. J'ai donc fait un stage dans une entreprise allemande....
Je ne suis pas certain que cela m'ait appris les moeurs de l'administration française....qui est déjà en elle même un frein au développement. Plus tard, un collègue allemand s'étonnera que la France puisse entretenir des postes d'expansion économique dont la valeur ajoutée laisse perplexe
Et puis, que les énarques passent 5 ans dans une entreprise....Macron l'a fait non ? et on voit le résultat
Peut être faudrait il mieux songer à apprendre aux enseignants, par exemple mais pas uniquement à eux comment fonctionne l'économie et pourquoi et....pour quoi on les paie!!!
Si dans ce pays, tout le monde savait d'où vient la "richesse des nations", il s'en porterait mieux!
Des ânes comme Toutankhamon ne pourraient, en même temps proposer le revenu universel et foirer le gâteau qui va permettre de le payer par des meures écolo débiles