En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 24 min 7 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 46 min 10 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 49 min 19 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 49 min 19 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 49 min 20 sec
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 49 min 20 sec
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 49 min 20 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 12 heures 55 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 31 min 13 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 46 min 37 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 49 min 19 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 49 min 20 sec
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 49 min 20 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 49 min 20 sec
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 49 min 20 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 12 heures 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 12 heures 42 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 13 heures 21 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Patrons et syndicats sauront-ils s’accorder pour éviter le chômage de masse ?

Publié le 03 juin 2020
Le nombre d’inscriptions au chômage a explosé en avril et en mai en pleine crise, mais on s’attend à une nouvelle vague de licenciements d’ici le mois de septembre. Le gouvernement, les chefs d’entreprise et les syndicats ont mis tous les outils sur la table pour essayer de l’arrêter.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nombre d’inscriptions au chômage a explosé en avril et en mai en pleine crise, mais on s’attend à une nouvelle vague de licenciements d’ici le mois de septembre. Le gouvernement, les chefs d’entreprise et les syndicats ont mis tous les outils sur la table pour essayer de l’arrêter.

Tout faire pour freiner le risque de licenciements sans passer par le moyen extrême de les déclarer interdits, comme le suggère déjà certains courants politiques radicaux. « On n’a qu’à tout nationaliser et mettre les emplois sous statut de la fonction publique » : le vieux rêve d’une gauche extrême qui a perdu le souvenir de ce qu’il s’est passé en union soviétique et qui s’est terminé dans le cauchemar et la ruine, ressort, pour le meilleur de la démagogie populiste et le pire de l’équilibre du système et pour l’avenir.

Au plus fort de la crise, Pôle emploi a déjà recensé une explosion des inscrits au chômage. 850 000 demandeurs d’emplois supplémentaires sur le seul mois d’avril. On connaitra les chiffres du mois de mai, mais ils ne seront pas meilleurs.

Sur trois mois, 1.065.200 d'inscriptions supplémentaires ont été enregistrées soit +30% depuis fin janvier.

Depuis le 1er juin, le système de chômage partiel, s’étant modifié et devenant beaucoup moins généreux, va obliger les chefs d’entreprise à puiser un peu plus dans leur trésorerie. Beaucoup vont jeter l’éponge. Et de l’avis des experts, pour le mois de septembre qui va voir débouler sur le marché toute une nouvelle génération de premiers emplois, le gouvernement craint le pire. Les syndicats aussi.

Les taux de chômage n’ont jamais été aussi élevés que depuis 1996, ce qui pourrait nous amener à un chiffre global d’inscrits au chômage proche de 7 millions. Socialement insupportable, financièrement ruineux, et politiquement intenable.

Dans ces conditions, le ministère de l’Economie essaie de mobiliser avec le ministère des Affaires sociales tous les moyens possibles et imaginables pour éviter l’effondrement de pans entiers de l’économie et notamment dans l’automobile, l’aéronautique, les moyens de transport, le bâtiment et surtout le tourisme où près d’un million de petites unités sont menacées. On estime que le tiers de ces entreprises, des petits restaurants, des hôteliers indépendants, des campings, des services de transports ne passeront pas l’été, compte tenu de l’impossibilité qu’elles auront de se mettre aux normes sanitaires et du déficit de fréquentation de la clientèle.

Du côté de chez Bruno Le Maire, on a évidemment dépassé tous les plafonds budgétaires d’aides financières pour soutenir les trésoreries et relancer la demande. Dans la majorité des secteurs, les clients sont primés et les entreprises aidées par des prêts garantis ou des reports de charges. Mais pour les entreprises les plus vulnérables, ça ne suffira pas. Les entreprises qui étaient fragiles avant la crise seront sans doute asphyxiées et éteintes après. A Bercy, la consigne a été donnée de ne pas avoir de tabou. Le seul interdit serait   d’imaginer augmenter les impôts. Dans tous les bureaux, on est convaincu que ça serait la pire des solutions.

Du côté du ministère du Travail, on est prêt à examiner toutes les formules qui permettraient d’alléger le cout du travail.

-Les reports et les exonérations de charges pour les jeunes embauchés qui arrivent sont évidemment à l’étude.

-les abandons, les reports ou les rachats de RTT sont sur la table dans la plupart des entreprises.

-une attention particulière sera apportée aux contrats d’apprentissage et aux contrats en alternance qui sont complètement à l‘arrêt actuellement et qui touchent 2 millions de jeunes.

-Enfin, beaucoup d’entreprises songent à organiser des baisses de salaires comme étant le seul moyen d’éviter les licenciements. C’est le cas dans l'aéronautique et même dans le tourisme. Ryanair, par exemple, est sur le point d’imposer 20% de baisse sur les salaires les plus élevés, seule solution pour la direction de sauver le modèle économique et les emplois.

La baisse des niveaux de salaires est évidemment une arme à double tranchant. Elle peut donner de l’air à certaines entreprises mais généralisées à beaucoup d’entreprises, la baisse des salaires porte un risque de déflation qui serait préjudiciable à la reprise de l'économie en général.

Cette mesure extrême comporte également un risque juridique dans la mesure où on touche aux normes salariales et particulièrement au Smic. Les chefs d’entreprises sont à la limite acceptable de la flexibilité.

Le contexte syndical ne le permettra pas. Les syndicats importants comme la CFDT et sans doute la CGT sont prêts à négocier des accords d’entreprise. Ces deux syndicats ont déjà signé beaucoup d’accords de compétitivité qui limitent les majorations de salaires mais dans des conditions très strictes de créations d’emplois. Cela dit, ces syndicats ne sont pas assez forts et représentatifs pour engager l’ensemble du monde salarié sur des modèles de cogestion comme il en existe en Allemagne et qui font la force du système d’outre-Rhin. Sans grande légitimité, ils prennent le risque d’être débordés par des courants plus radicaux. C’est le cas de la CGT...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 03/06/2020 - 15:41
Les effets attendus de l'été
Si l'été va peut-être tuer le virus Corona, la connerie magnifique et auréolée de certains, elle, se porte et se portera toujours très bien, décuplée au contraire par la crise provoquée à 100% par ce confinement indifférencié dont l'utilité sanitaire reste à démontrer par rapport aux pays qui ont misé sur une approche pragmatique et sélective.
Ganesha
- 03/06/2020 - 12:49
Bonnes Nouvelles
La situation paraît effectivement cataclysmique !
Cependant, il y a un ''cadeau surprise'', inespéré, mais probable : si l'on en croit le pr. Raoult, nous allons connaître un été caniculaire, et la chaleur va tuer le virus.
La distanciation sociale ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir.
Reste que lorsqu' on voit la photo qui illustre le début de cet article, on comprend immédiatement que ces deux guignols ne nous apporteront pas plus la solution au problème du chômage que leurs sinistres prédecesseurs qui, depuis Mitterrand en 1983, nous font connaître les flammes de l'enfer du Libéralisme !
Il va falloir inventer un nouveau système !
Ganesha
- 03/06/2020 - 12:44
Un programme ?
Mon proposition : une ''nouvelle société'', qui garantira la paix sociale par un revenu de base, éventuellement sous forme de chèques ''nourriture'' et logement : il y a bien déjà des chèques ''électricité''...!
Le travail salarié permettant d'obtenir, pour ceux qui le souhaitent, un supplément de confort.
Strictement réservé aux citoyens français, avec maintien d'un salaire minimum, mais inférieur au Smig actuel.
Et bien sûr, obligation de signer un contrat de travail : une chasse impitoyable contre les marchands de travail au noir : les jeunes qui vont arriver en Septembre ne deviendront pas tous, avec leur vélo, des ''joyeux livreurs de colis auto-entrepreneurs'' !
En somme, un libéralisme, mais tenu en laisse par la muselière de Karl Marx...