En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

02.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

03.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

04.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

05.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 11 heures 50 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 12 heures 58 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 14 heures 38 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 16 heures 45 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 18 heures 12 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 19 heures 19 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 22 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 22 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 12 heures 14 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 13 heures 16 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 15 heures 11 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 17 heures 36 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 18 heures 28 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 20 heures 24 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 21 heures 45 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 23 heures 16 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 11 heures
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Patrons et syndicats sauront-ils s’accorder pour éviter le chômage de masse ?

Publié le 03 juin 2020
Le nombre d’inscriptions au chômage a explosé en avril et en mai en pleine crise, mais on s’attend à une nouvelle vague de licenciements d’ici le mois de septembre. Le gouvernement, les chefs d’entreprise et les syndicats ont mis tous les outils sur la table pour essayer de l’arrêter.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nombre d’inscriptions au chômage a explosé en avril et en mai en pleine crise, mais on s’attend à une nouvelle vague de licenciements d’ici le mois de septembre. Le gouvernement, les chefs d’entreprise et les syndicats ont mis tous les outils sur la table pour essayer de l’arrêter.

Tout faire pour freiner le risque de licenciements sans passer par le moyen extrême de les déclarer interdits, comme le suggère déjà certains courants politiques radicaux. « On n’a qu’à tout nationaliser et mettre les emplois sous statut de la fonction publique » : le vieux rêve d’une gauche extrême qui a perdu le souvenir de ce qu’il s’est passé en union soviétique et qui s’est terminé dans le cauchemar et la ruine, ressort, pour le meilleur de la démagogie populiste et le pire de l’équilibre du système et pour l’avenir.

Au plus fort de la crise, Pôle emploi a déjà recensé une explosion des inscrits au chômage. 850 000 demandeurs d’emplois supplémentaires sur le seul mois d’avril. On connaitra les chiffres du mois de mai, mais ils ne seront pas meilleurs.

Sur trois mois, 1.065.200 d'inscriptions supplémentaires ont été enregistrées soit +30% depuis fin janvier.

Depuis le 1er juin, le système de chômage partiel, s’étant modifié et devenant beaucoup moins généreux, va obliger les chefs d’entreprise à puiser un peu plus dans leur trésorerie. Beaucoup vont jeter l’éponge. Et de l’avis des experts, pour le mois de septembre qui va voir débouler sur le marché toute une nouvelle génération de premiers emplois, le gouvernement craint le pire. Les syndicats aussi.

Les taux de chômage n’ont jamais été aussi élevés que depuis 1996, ce qui pourrait nous amener à un chiffre global d’inscrits au chômage proche de 7 millions. Socialement insupportable, financièrement ruineux, et politiquement intenable.

Dans ces conditions, le ministère de l’Economie essaie de mobiliser avec le ministère des Affaires sociales tous les moyens possibles et imaginables pour éviter l’effondrement de pans entiers de l’économie et notamment dans l’automobile, l’aéronautique, les moyens de transport, le bâtiment et surtout le tourisme où près d’un million de petites unités sont menacées. On estime que le tiers de ces entreprises, des petits restaurants, des hôteliers indépendants, des campings, des services de transports ne passeront pas l’été, compte tenu de l’impossibilité qu’elles auront de se mettre aux normes sanitaires et du déficit de fréquentation de la clientèle.

Du côté de chez Bruno Le Maire, on a évidemment dépassé tous les plafonds budgétaires d’aides financières pour soutenir les trésoreries et relancer la demande. Dans la majorité des secteurs, les clients sont primés et les entreprises aidées par des prêts garantis ou des reports de charges. Mais pour les entreprises les plus vulnérables, ça ne suffira pas. Les entreprises qui étaient fragiles avant la crise seront sans doute asphyxiées et éteintes après. A Bercy, la consigne a été donnée de ne pas avoir de tabou. Le seul interdit serait   d’imaginer augmenter les impôts. Dans tous les bureaux, on est convaincu que ça serait la pire des solutions.

Du côté du ministère du Travail, on est prêt à examiner toutes les formules qui permettraient d’alléger le cout du travail.

-Les reports et les exonérations de charges pour les jeunes embauchés qui arrivent sont évidemment à l’étude.

-les abandons, les reports ou les rachats de RTT sont sur la table dans la plupart des entreprises.

-une attention particulière sera apportée aux contrats d’apprentissage et aux contrats en alternance qui sont complètement à l‘arrêt actuellement et qui touchent 2 millions de jeunes.

-Enfin, beaucoup d’entreprises songent à organiser des baisses de salaires comme étant le seul moyen d’éviter les licenciements. C’est le cas dans l'aéronautique et même dans le tourisme. Ryanair, par exemple, est sur le point d’imposer 20% de baisse sur les salaires les plus élevés, seule solution pour la direction de sauver le modèle économique et les emplois.

La baisse des niveaux de salaires est évidemment une arme à double tranchant. Elle peut donner de l’air à certaines entreprises mais généralisées à beaucoup d’entreprises, la baisse des salaires porte un risque de déflation qui serait préjudiciable à la reprise de l'économie en général.

Cette mesure extrême comporte également un risque juridique dans la mesure où on touche aux normes salariales et particulièrement au Smic. Les chefs d’entreprises sont à la limite acceptable de la flexibilité.

Le contexte syndical ne le permettra pas. Les syndicats importants comme la CFDT et sans doute la CGT sont prêts à négocier des accords d’entreprise. Ces deux syndicats ont déjà signé beaucoup d’accords de compétitivité qui limitent les majorations de salaires mais dans des conditions très strictes de créations d’emplois. Cela dit, ces syndicats ne sont pas assez forts et représentatifs pour engager l’ensemble du monde salarié sur des modèles de cogestion comme il en existe en Allemagne et qui font la force du système d’outre-Rhin. Sans grande légitimité, ils prennent le risque d’être débordés par des courants plus radicaux. C’est le cas de la CGT...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 03/06/2020 - 15:41
Les effets attendus de l'été
Si l'été va peut-être tuer le virus Corona, la connerie magnifique et auréolée de certains, elle, se porte et se portera toujours très bien, décuplée au contraire par la crise provoquée à 100% par ce confinement indifférencié dont l'utilité sanitaire reste à démontrer par rapport aux pays qui ont misé sur une approche pragmatique et sélective.
Ganesha
- 03/06/2020 - 12:49
Bonnes Nouvelles
La situation paraît effectivement cataclysmique !
Cependant, il y a un ''cadeau surprise'', inespéré, mais probable : si l'on en croit le pr. Raoult, nous allons connaître un été caniculaire, et la chaleur va tuer le virus.
La distanciation sociale ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir.
Reste que lorsqu' on voit la photo qui illustre le début de cet article, on comprend immédiatement que ces deux guignols ne nous apporteront pas plus la solution au problème du chômage que leurs sinistres prédecesseurs qui, depuis Mitterrand en 1983, nous font connaître les flammes de l'enfer du Libéralisme !
Il va falloir inventer un nouveau système !
Ganesha
- 03/06/2020 - 12:44
Un programme ?
Mon proposition : une ''nouvelle société'', qui garantira la paix sociale par un revenu de base, éventuellement sous forme de chèques ''nourriture'' et logement : il y a bien déjà des chèques ''électricité''...!
Le travail salarié permettant d'obtenir, pour ceux qui le souhaitent, un supplément de confort.
Strictement réservé aux citoyens français, avec maintien d'un salaire minimum, mais inférieur au Smig actuel.
Et bien sûr, obligation de signer un contrat de travail : une chasse impitoyable contre les marchands de travail au noir : les jeunes qui vont arriver en Septembre ne deviendront pas tous, avec leur vélo, des ''joyeux livreurs de colis auto-entrepreneurs'' !
En somme, un libéralisme, mais tenu en laisse par la muselière de Karl Marx...