En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 11 min 20 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 14 min 29 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 14 min 29 sec
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 14 min 30 sec
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 14 min 30 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 14 min 30 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 11 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 12 heures 20 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 11 min 47 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 14 min 29 sec
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 14 min 30 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 14 min 30 sec
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 14 min 30 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 14 min 30 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 12 heures 7 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 12 heures 46 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 15 heures 20 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Nouvelle organisation du travail

Pire que l’absence de souveraineté numérique, les fragilités digitales françaises révélées par le coronavirus

Publié le 03 juin 2020
Le télétravail imposé par le confinement a mis en évidence les mille et une défaites de compétences chez les salariés, au niveau des structures publiques comme privées.
Frédéric Lefret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Lefret est enseignant de marketing digital politique à l'Efap (L'école des nouveaux métiers de la communication)  et consultant en communication politique.
Voir la bio
Bruno Walther
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Walther est un entrepreneur et un spécialiste de l'Internet français. Il est co-fondateur et CEO de Captain Dash. En janvier 2010 il abandonne la présidence d'OgilvyOne pour créer avec Gilles Babinet une start-up, CaptainDash focalisée sur la Big...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le télétravail imposé par le confinement a mis en évidence les mille et une défaites de compétences chez les salariés, au niveau des structures publiques comme privées.

Atlantico.fr : Avec le coronavirus, des milliers de travailleurs français ont dû s'adapter au télétravail. Près de vingt ans après l'avènement du numérique, quelles failles du système français cette nouvelle organisation du travail a-t-elle révélé ? 

Frédéric Lefret : C’est une faille d’abord idéologique avant une faille technique.

On peut catégoriser les salariés en 3 groupes. 

Ceux travaillant dans des entreprises où la nomadité numérique est la règle, chez qui le confinement n’a eu que peu d’impact.

Ceux éloignés des accès numériques de part leur localisation ou le type de travail.

Ceux que je nomme les paradoxes, qui bien qu’ils soient suréquipés au niveau digital dans leur bureaux n’ont pas pu devenir nomade numérique.

En effet, depuis de nombreuses années l’idéologie dominante pour ce dernier groupe repose sur le fait qu’un salarié travaillant à distance, travaille moins, mal et surtout qu’il n’est pas possible de « contrôler » ce qu’il fait.

Concernant la faille technologique, c‘est à dire la non préparation dans l’entreprise au nomadisme avec une absence d’ordinateur portable, des serveurs pas assez puissant pour une connexion externe et une sécurisation des entrées externes pour éviter le piratage.

Enfin, des connexions à domicile ne supportent pas un télétravail important.

Bruno Walther : C’est incroyable que la France ait attendue une crise sanitaire et 2020 pour comprendre que nous pouvions travailler sérieusement et efficacement à distance. Les Français plébiscitent le digital. Ils l’utilisent en permanence. Les succès d’audience des sites comme le bon coin, marmiton le démontre tout les jours. Même dans le domaine de l’intime les Français ont compris que pour trouver un compagnon une App pouvait être plus efficace qu’un bal de village. 

Mais les entreprises françaises, elles, sont très en retard. Elles restent dans le dogme du travail au bureau. C’est comme si elles avaient besoin de contrôler par une forme de présencialisme que les salariés sont bien derrière leur poste de travail. Nous payons là une société de la défiance, du contrôle. Les enterprises investissent dans des locaux, dans des salles réunion mais très peu investissent dans des outils technologiques pour augmenter la productivité numérique de leurs collaborateurs. 

Résultat : les Français ont deux cerveaux digitaux. Le premier, qu’ils utilisent dans leur vie personnelle, est hyper digital, le deuxième, qu’ils utilisent pour bosser est archaïque et peu productif. 

C’est un probable de schéma mental qu’il faut totalement réinventer. Les entreprises doivent comprendre qu’un salarié est payé pour faire un travail et pas pour faire de la présence. 

Comment expliquer un tel un retard ? Est-il spécifique à la France ?

Frédéric Lefret : Ce retard est lié pour beaucoup à une rigidité du travail en France que ce soit juridique ou culturel concernant le télétravail.

Ce n’est pas culturellement accepté par la société et rien n’est organisé comme des centres de télétravail au départ de lignes de transport en commun en grande banlieue ou en milieu rural notamment.

Les pays où les conditions climatiques sont parfois extrêmes on contraint les entreprises à s’adapter.

Même avec de grandes grèves de transports ou d’épisodes de canicule, l’adaptation a été plutôt de suspendre le travail et de reprendre comme avant dès la fin des grèves ou des conditions climatiques.

Bruno Walther : Ce retard s’explique par des freins culturels. C’est le cas des vieux pays latins qui font peu confiances aux individus. Les Espagnols, les Italiens sont encore plus en retard que nous. 

En France nous payons une forme d’analphabétisme numérique qui a plusieurs facteurs.

Premièrement la haute administration et une partie des cadres dirigeants des grandes entreprises françaises n’ont pas compris que nous étions au vingt-et-unième siècle. Ils n’ont pas réellement changé leurs modes de travail. Ils font traverser les océans à des collaborateurs pour pouvoir discuter avec eux en face à face ou passe leurs temps dans des avions, ce qui est non seulement insensé en terme écologique mais absurde en terme d’organisation du travail. Ils imposent aux administrations ou aux entreprises qu’ils dirigent leurs modes d’organisation archaïques. 

Deuxièmement en France nous pensons le travail en terme de présencialisme. C’est un peu comme si je vendais mon temps de cerveau disponible de 9H00 à 18h00 à mon entreprise. On laisse très peu d’autonomie et de capacité d’auto-organisations aux équipes. Il est temps d’en finir avec cette vision archaïque et enfermante du travail. Les entreprises devraient laisser une capacité d’auto organisation à leurs collaborateurs. Ce qui compte à la fin de la journée c’est la qualité du travail pas la quantité d’heures passées derrière un bureau ou en réunion .

Troisièmement nous n’accompagnons pas assez les plus fragiles à apprendre à s’organiser et à utiliser les technologies pour être plus efficace. 

Quel est l'impact économique du manque d'adaptabilité des Français face au télétravail ?

Frédéric Lefret : La perte peut-être facilement évalué. 

Pour toutes les personnes qui pourraient travailler en partie à distance et qui se déplacent longuement pour travailler c’est un nombre d’heures perdues considérable, une empreinte écologique qui pourraient être meilleure, une fatigue moindre des salariés…Bref, tout cela pourrait concourir à une productivité plus forte et une meilleure qualité de vie au travail.

Pour se faire, il faudrait une volonté de rendre le télétravail attractif avec des formations aux outils due télétravail, un aménagement technologique des postes de travail mais aussi une confiance réciproque entre salariés et employeurs sur le travail en distanciation.

Bruno Walther : Il est colossal. Pour la collectivité d’abord avec ces transhumances folles où des dizaines de millions passent des heures dans les transports alors qu’ils pourraient probablement rester chez eux plus souvent. C’est des milliards d’euro d’infrastructures que nous pourrions économiser. Pour les familles où le temps passé dans les transports se fait au détriment du temps passée à l’éducation de ses enfants. Pour les entreprises enfin où il y a là une opportunité massive de compétitivité qui est abandonnée parce qu’on refuse de faire confiance aux salariés. Harvard évalue le potentiel de productivité salariale perdue par les entreprises américaine entre 15 et 20 %. C’est massif. 

Le télé travail est probablement la plus grosse réserve de compétitivité en France. Laissez aux salariés et aux fonctionnaires la liberté de s’organiser en leur fournissant un peu de moyen pour s’équiper d’un espace de travail à domicile efficient et vous boosterez la productivité française.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Atlantico
- 03/06/2020 - 11:51
Arrivé à la 10ème faute d
Arrivé à la 10ème faute d'orthographe, j'ai interrompu ma lecture.
JBL
- 03/06/2020 - 11:33
Les crises
La finalité des crises est souvent de permettre ce qu'il est difficile d'imposer dans la continuité normale de l'entreprise. Mais l'objectif des commentateurs seraient plutôt de rendre possible ces évolutions avant les crises !!! Parce que commenter les trains qui n'arrivent pas à l'heure, chacun sait faire. Le télétravail n'est pas si simple. C'est d'abord très technique, et ça ne concerne, le plus souvent que les cadres. Dans le secteur bancaire, depuis très longtemps, la cadres ont accès à leur messagerie. Avoir accès à tout le système de la banque, demande une grosse infrastructure. Et il y a plus grave. La technique Internet, le plus souvent gérée par Orange, et à laquelle se rattache tous les opérateurs est de médiocre qualité, dès qu'on sort du centre ville, et pas très loin, le débit est lamentable. La guerre entre les opérateurs assure un SAV médiocre. Parfois 2 mois, pour un rétablissement de ligne. Souvent la visioconférence est impossible. En 20 ans, rien n'a vraiment changé, à part ceux qui ont la fibre. Et en attendant la 5 G, déjà dépassée, il ne se passera rien. Ensuite, le télétravail va supprimer l'esprit d'équipe. Et là, tout reste à inventer sur ce point.

J'accuse
- 03/06/2020 - 10:04
Pas qu'en France, pas que dans le privé
Pourquoi les organisations internationales (ONU, OMS, UE) maintiennent-elles de gigantesques salles de réunion dans de gigantesques locaux ?
Pourquoi les rencontres internationales (G7, G20, COP, FMI) donnent-elles lieu à des déplacements ?
Pourquoi les parlementaires (nationaux, européens) doivent-ils débattre et voter dans leurs hémicycles ? Pourquoi élus, assistants et fonctionnaires ne travaillent-ils pas de chez eux ?
Pourquoi les conférences de presse des élus ne se font-elles pas par vidéo ?
Pourquoi les conseils des ministres ne se tiennent-ils pas en visioconférence ? Même question pour les conseils municipaux, départementaux, régionaux.
Ça ferait pourtant d'importantes économies d'argent public et de fortes réductions des pollutions. Oui mais chez ces gens-là, c'est toujours les autres qui doivent économiser (pour payer les taxes) et moins polluer.