En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 29 min 15 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 51 min 18 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 54 min 27 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 54 min 27 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 54 min 28 sec
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 54 min 28 sec
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 54 min 28 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 11 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 13 heures 14 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 36 min 21 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 51 min 45 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 54 min 27 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 54 min 28 sec
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 54 min 28 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 54 min 28 sec
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 54 min 28 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 12 heures 47 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 13 heures 26 min
© KAZUHIRO NOGI / AFP
© KAZUHIRO NOGI / AFP
Conséquences du Covid-19

De l’inutilité des prédictions économiques actuelles

Publié le 02 juin 2020
Branko Milanovic revient sur l'impact de l'épidémie de Covid-19 sur le plan économique et sur les difficultés des prédictions en temps de crise.
Branko Milanovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic revient sur l'impact de l'épidémie de Covid-19 sur le plan économique et sur les difficultés des prédictions en temps de crise.

Dans un de ses poèmes, Constantin Cavafy distingue, dans l'art de prédire les événements futurs, trois groupes : les hommes capables de voir ce qui existe maintenant, les dieux qui sont les seuls à connaître l'avenir, et les sages qui perçoivent "ce qui est sur le point d'arriver" :

Les mortels ordinaires savent ce qui se passe maintenant,
les Dieux savent ce que l'avenir leur réserve
parce qu'ils sont les seuls à être totalement éclairés.
Les sages sont conscients des choses à venir
sur le point de se produire.

Nous aspirons tous à être les sages pouvant voir l'avenir immédiat (Cavafy ne croit pas que les sages puissent voir l'avenir lointain) et la demande de tels sages est élevée lorsque les temps sont aussi troublés qu'ils le sont maintenant. Les économistes sont souvent particulièrement demandés parce qu'ils prétendent pouvoir dire la forme de l'offre et de la demande future, du chômage et de la croissance. Pour ce faire, ils ont recours à des modèles qui, par le biais d'équations comportementales et d'identités, montrent l'évolution future des variables clés et prétendent pouvoir prédire la durée de la dépression et la rapidité et la force de la reprise.

Mon argument est que de tels modèles sont inutiles dans les conditions actuelles. Il y a plusieurs raisons à cela.

Tous les modèles économiques, par définition, considèrent l'économie comme un système autonome qui est exposé aux chocs économiques, que ce soit sous la forme d'une politique monétaire plus ou moins assouplie, de taxes plus ou moins élevées, d'un salaire minimum plus ou moins élevé, etc. Ils ne peuvent pas, par nature, prendre en compte les chocs discrets extra-économiques. Ces chocs ne sont tout simplement pas prévisibles. On ne peut pas dire aujourd'hui si la Chine va envahir Hong Kong, ou si Trump va interdire toutes les importations en provenance de Chine, ou si les émeutes raciales aux États-Unis peuvent se poursuivre pendant des mois, ou si des émeutes similaires vont éclater ailleurs dans le monde (Amérique latine, Afrique, Indonésie) ou même si les États-Unis ne vont pas terminer cette année avec un gouvernement militaire aux commandes.

Tous ces chocs sociaux et politiques que j'ai énumérés sont dus à la pandémie ou ont été exacerbés par celle-ci. Il ne fait guère de doute que la "relation la plus importante" (pour citer Henry Kissinger), celle entre la Chine et les États-Unis, s'est considérablement détériorée à cause de la pandémie. Certains aux États-Unis considèrent que la pandémie a été intentionnellement conçue par la Chine pour affaiblir l'économie américaine et son président. Il ne fait guère de doute non plus que les différentes réactions, entre les pays, pour contrer la pandémie ont soit déstabilisé les situations politiques intérieures (Brésil, États-Unis, Hongrie, Grande-Bretagne), soit modifié la corrélation relative de la puissance économique et politique mondiale (plus particulièrement entre les États-Unis et la Chine).

Il est donc totalement faux de croire que l'histoire n'a pas d'importance et que les changements sociaux et politiques provoqués par la pandémie peuvent être ignorés, de sorte que, si la pandémie est miraculeusement terminée en décembre 2020, décembre 2020 sera comme décembre 2019 avec un décalage de douze mois. Pas du tout : même si la pandémie est terminée d'ici là, décembre 2020 sera totalement différent de décembre 2019, et les forces politiques que ces douze mois auront mises en mouvement - et que nous ne pouvons pas prévoir actuellement - affecteront fondamentalement le comportement des économies à l'avenir.

Avec la crise du Covid-19, nous sommes confrontés à une situation qui (à l'exception de deux guerres mondiales) n'a pas de précédent. Ceci, à deux égards : la nature globale du problème, et son caractère ouvert et incontrôlable. Cette pandémie, contrairement aux autres pandémies les plus récentes (SRAS, MERS, grippe porcine), est véritablement mondiale. Elle a touché presque tous les territoires du monde. Par rapport aux crises économiques précédentes, sa nature mondiale se démarque également. Que l'on pense à la crise de la dette des années 1980, à la crise des économies post-communistes des années 1990, à la crise financière asiatique de 1998 ou encore à la Grande Récession, toutes ces crises ont été contenues au niveau régional. Certes, il y a eu des retombées, mais nous pourrions essentiellement, dans notre évaluation ou nos prévisions des affaires mondiales, placer entre parenthèses les pays qui ont été les plus touchés (pour ainsi dire) et regarder le reste du monde en utilisant l'approche économique standard. Nous ne pouvons pas faire cela maintenant que le monde entier est touché.

La deuxième caractéristique de la situation actuelle est son caractère ouvert : personne ne sait quand la pandémie prendra fin, comment elle affectera les différents pays, et même si penser à une fin claire et nette de la pandémie a un sens. En fait, nous pourrions vivre pendant des années avec des politiques d'arrêt et de départ où les mouvements d'ouverture de l'économie sont suivis par une recrudescence de l'infection, puis par de nouvelles fermetures et de nouveaux verrouillages. Nous ne savons pas non plus quels pays et continents seront touchés par la pandémie et s'il y aura une deuxième vague, mais nous ne pouvons pas du tout prédire dans quelle mesure les différents pays parviendront à l'endiguer.  Personne n'aurait pu prédire qu'un pays ayant les dépenses de santé par habitant les plus élevées du monde, et disposant de centaines d'universités dotées de départements de santé publique et publiant probablement des milliers d'articles scientifiques chaque année, échouerait totalement dans le contrôle de la pandémie et aurait le plus grand nombre de cas et de décès. De même, très peu de gens auraient prédit que le Royaume-Uni, avec son légendaire NHS, serait en tête de l'Europe pour le nombre de décès. Ou que le Vietnam, modestement riche, ne connaîtrait aucun décès dû à la pandémie.

De telles inconnues abondent. Il ne s'agit pas d'inconnues à un niveau, mais d'inconnues à trois ou quatre dimensions. La future propagation géographique de la pandémie est inconnue (frappera-t-elle sévèrement l'Afrique ?), les réactions des pays, comme nous venons de le voir, sont tout aussi impossibles à prévoir (quel sera le succès de l'Inde ? La Chine arrêtera-t-elle la deuxième vague ?), et peut-être plus important encore, les conséquences sociales et politiques sont inconnues. Elles pourraient s'avérer, comme je l'ai soutenu dans l'article de mars 2020 du magazine Foreign Affairs, le produit à long terme le plus néfaste de la pandémie, avec des effets évidents sur la reprise mondiale.

Il n'y a que peu de choses que nous pouvons, avec une certaine dose de confiance, prévoir :

1. l'aggravation du conflit entre les États-Unis et la Chine, la Chine étant "reclassée" au rang de "challenger" ;
2. une tendance à un rôle accru de l'État dans de nombreux pays ;
3. un recul de la mondialisation, en termes de capacité des personnes à voyager à l'étranger et des capitaux à franchir les frontières (en partie en raison des incertitudes politiques) ; et
4. l'augmentation de l'instabilité politique tant au niveau interne qu'au niveau mondial.

Cette crise est comme "le guerrier qui laisse la dévastation à sa place". Faire des projections en supposant qu'aucune de ces dévastations n'a lieu, et même si elles ont eu lieu, qu'elles n'auront aucun impact sur le fonctionnement futur de l'économie est tout simplement faux. Nous devons admettre qu'il y a des limites à notre capacité de prédire l'avenir : nous ne sommes pas des "Dieux totalement éclairés".    

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 02/06/2020 - 16:58
il faut dire que quand on prévoit:
." l'augmentation de l'instabilité politique tant au niveau interne qu'au niveau mondial." .....y a pas de grand risque d'avoir tout faux vu que les systèmes humains, à la différence des chaises sont....instables
Cela étant, l'auteur a raison...
Une chose m'a frappé: parfois, un évênement apparemment mineur déclenche un cataclysme: l'invention de l'imprimerie c'est comme l'a souligné Zemmour le début de la crise de l'église car la fin de son monopole et il y a de multiples autres exemples
Dans le cas présent, quelque chose va bouger mais quoi? L'entrée de l'Europe sur une orbite de sous-développement: cela c'est du prévisible mais il y a surement autre chose que nous comprendrons dans un an ou deux peut être avant...
Nous ne sommes que des bonobos améliorés, si......Forbanova ne nous a pas lobotomisés dans son laboratoire inernal....