En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 14 min 5 sec
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 28 min 52 sec
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 1 heure 55 sec
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 1 heure 36 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 1 heure 56 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 3 heures 40 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 19 heures 47 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 20 heures 56 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 27 min 27 sec
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 52 min 33 sec
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 1 heure 25 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 1 heure 51 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 2 heures 8 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 2 heures 55 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 3 heures 22 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 4 heures 5 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 20 heures 36 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 21 heures 35 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Atlantico Business

Automobile, aéronautique, tourisme : tous ces secteurs menacés l’étaient bien avant la catastrophe sanitaire

Publié le 02 juin 2020
La situation économique française est au bord de la catastrophe : dans l’automobile, l'aéronautique et le transport, parce que la vulnérabilité des entreprises est antérieure à la crise sanitaire. Dans le tourisme, ça pourra s’arranger et la banque est sans doute préservée.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La situation économique française est au bord de la catastrophe : dans l’automobile, l'aéronautique et le transport, parce que la vulnérabilité des entreprises est antérieure à la crise sanitaire. Dans le tourisme, ça pourra s’arranger et la banque est sans doute préservée.

La crise sanitaire, le choix du confinement pour arrêter la circulation du virus et préserver des vies humaines, puis le déconfinement, ces trois séquences ont eu à l’évidence des conséquences sur les secteurs et les entreprises qui étaient les plus vulnérables et par conséquent les moins résilientes.

La crise agit comme un révélateur de vérité. Pour reprendre une phrase très célèbre de Warren Buffet, c’est à marée basse qu’on mesure vraiment les dégâts de la tempête. Les déchets et les « cadavres » gisent sur la plage. 

Et les secteurs économiques les plus atteints ne sont pas ceux que l’on redoute le plus.

La banque, par exemple inquiète énormément. Mais sauf accident improbable, le secteur de la banque en Europe est relativement résilient, c’est-à-dire, pour reprendre le concept de Boris Cyrulnick, la banque est solide et capable de résister. La banque en Europe a tiré les leçons de la crise financière de 2008. Les accords de Bale 3 ont renforcé les contraintes de sécurité (au niveau des ratios de fonds propres et de solvabilité), au point d’ailleurs de durcir ses critères de fonctionnement. En plus, la Banque centrale européenne approvisionne le système en liquidités, ce qui n’était pas autant le cas en 2008. D’autant que les conditions de taux partout dans le monde facilitent les opérations de crédit. Ajoutons à cela que la procédure des prêts garantis par l’Etat (70% ou 90% en France et 100 % en Allemagne) a allégé le cout des risques pris par la banque.

Lindustrie du tourisme qui pèse un poids considérable en Europe du Sud (près de 25% du PIB et des emplois) sest retrouvée en situation de quasi- faillite, les hôtels et restaurants, les clubs de vacances et les terrains de camping ayant été fermés. Pas de tourisme, pas de voyageurs donc pas de chiffres d’affaires mais des charges qui ont continué de courir. Le secteur ne pouvait pas tenir dans ces conditions. D’où les aides de l'Etat avec le chômage partiel, le report de certaines charges et une négociation serrée dans la mise en place des conditions de sécurité sanitaire.

Les normes de protection sanitaire vont peser sur le modèle économique. Il va donc falloir changer le modèle pour amortir le surcout de la prestation de services. En théorie, si on réduit le nombre de clients par deux, dans un restaurant, il faudra diminuer les charges par deux ou doubler le prix client.

La grande majorité des entreprises du tourisme vont trouver des solutions avec l’aide de l’Etat et des collectivités locales (les mairies notamment). Mais pour le reste, la fonction de production n’a pas été détruite. Les actifs peuvent fonctionner et les contrats de travail n’ont pas été rompus. Le secteur se compose d’une multitude de très petites unités indépendantes qui ont la flexibilité voulue pour s’adapter ou courber l’échine un moment. Par ailleurs, le secteur est aussi dominé par des grands groupes très modernisés, très structurés et de fait très résilients : le groupe Accor pour l’hôtellerie, Pierre et Vacances dans les résidences hôtelières, Disney, le Puy du fou, Parc Astérix...

Enfin, si les clients étrangers ne peuvent pas venir, les clients français et européens sont bien portant et décidés à prendre des vacances. Le pouvoir d’achat existe. Il est stocké à la Caisse d’épargne.

En revanche, il existe des secteurs industriels qui auront beaucoup plus de mal à relever la tête. Leur état est fragile, vulnérable et ne date pas dhier. La crise sanitaire n’a fait que révéler leur état de santé. Ils vont être obligés maintenant de lancer des réformes structurelles qu’ils auraient dû lancer bien avant.

Dans lautomobile, la crise sanitaire a mis à mal les trésoreries et va obliger les groupes à remettre à plat les stratégies. Les groupes français et particulièrement Renault étaient obsédés par la course à la taille. Il fallait atteindre 10 millions de véhicules produits par an. Carlos Ghosn en avait fait son objectif. Il a quasiment réussi avant d’être sorti du jeu par ses actionnaires japonais dans des conditions un peu violentes et expéditives. Le groupe Renault-Nissan s’était hissé dans le tiercé de tête des constructeurs mondiaux, mais les conditions de rentabilité n’étaient pas au rendez vous et cette ambition a conduit le groupe en état de surcapacité de production. La conjoncture s’étant calmée depuis près d’un an avant la crise du coronavirus, le modèle Renault défendu par Carlos Ghosn ne pouvait pas tenir. D’où la nécessité de faire machine arrière avec des plans de restructuration qui vont coûter 15 000 emplois dans un premier temps. On réduit la voilure mais parallèlement, il faudra resserrer la stratégie produit.

Le pari de faire du tout électrique est risqué parce que la France ne produit pas ses batteries et parce que nous n’avons pas de fournisseurs digitaux. En bref, l’électrique ne déclenche pas l’enthousiasme des foules mais en plus, nous met en dépendance des producteurs chinois de batteries et des fournisseurs américains pour la connectique. Le discours sur la voiture électrique plait aux écolos, mais pour l‘instant il n’a pas d’avenir national.

Lautre secteur malade structurellement, cest le transport aérien. La crise de sanitaire a cloué au sol les avions. Du coup, une compagnie comme Air France ou Lufthansa ont dépensé 2,5 millions d’euros par jour pendant trois mois. Le redémarrage ne résoudra pas le problème de fond des transporteurs aériens, celui du coût du transport, des émissions de Co2 et de la concurrence des low cost. Le prix du billet d’avion va augmenter mécaniquement puisque le nombre de passagers sera divisé par deux pour respecter les seules normes sanitaires, mais les conditions seront les mêmes pour tout le monde. Les compagnies low cost resteront compétitives. Les grandes compagnies sont tombées dans le brouillard. Elles ont besoin de trésorerie mais elles ne sont pas exonérées de se transformer. La compagnie allemande, la Lufthansa, a été nationalisée (partiellement, à hauteur de 20%) par le gouvernement allemand qui va ainsi lui apporter de quoi survivre dans l’immédiat. Air France KLM a reçu 7 milliards d’euros de prêts de la BPI, l’Etat français a mis la compagnie à l'abri de la faillite, mais il faudra bien qu’Air France poursuive sa rénovation et se découvre un modèle de fonctionnement. Cela suppose de réinventer la politique commerciale, le type d’avions utilisables et la politique de gestion de personnel dont les contraintes n’ont pas disparu avec le virus.

Enfin, toute lindustrie aéronautique est fragilisée. Puisque le trafic a été arrêté, toute la filière s’est retrouvée asphyxiée avec annulation de beaucoup de commandes d’avion. L’américain Boeing, qui était déjà mal en point, a annoncé la suppression de 10% du total de ses effectifs. En France, le gouvernement, et notamment le ministre de l’économie Bruno Le Maire, doit annoncer cette semaine le plan de redressement qui devra aller non seulement aux gros constructeurs mais aussi aux 400 entreprises qui emploient 195 000 personnes qui travaillent dans la filière. Plusieurs sont en réelles et grosses difficultés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
legall
- 02/06/2020 - 14:47
Mise à jour des conditions de vol
Les mesures de distanciation physique ne sont pas obligatoires dans les avions depuis la mi-mai. Elle ne sont que recommandées. Air France se limite donc au port du masque obligatoire et à la prise de température devant être < 38.
ajm
- 02/06/2020 - 12:48
"Business model" effondré.
Si des conditions d'exploitation normales pour le transport aérien ne sont pas rétablies, toutes les compagnies aériennes feront faillite et ce ne sont pas les prêts étatiques qui y changeront quoique ce soit. A moins de transformer toutes les places en business ou first class ( avec la clientèle qui puisse payer !!!) qui permettent la fameuse " distanciation sociale, le modèle d'exploitation "virus" *( un siège sur deux voir 3) ne peut pas être rentable.