En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

05.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 28 min 15 sec
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 2 heures 22 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 3 heures 5 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 46 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 4 heures 9 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 17 heures 47 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 57 min 21 sec
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 2 heures 58 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 3 heures 33 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 5 heures 54 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 17 heures 34 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 18 heures 11 min
© KAZUHIRO NOGI / AFP
© KAZUHIRO NOGI / AFP
Effets de la pandémie

Covid-19 : entre vague des pays émergents et déflation en zone euro ?

Publié le 01 juin 2020
Le nombre de cas de Covid-19 augmente dans les pays émergents. Jean-Paul Betbeze décrypte les effets du coronavirus sur le plan économique.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nombre de cas de Covid-19 augmente dans les pays émergents. Jean-Paul Betbeze décrypte les effets du coronavirus sur le plan économique.

De jour en jour, le nombre de cas montre la progression de la pandémie dans les pays émergents. Les États-Unis sont toujours en tête, avec 18 millions de personnes atteintes, mais ils sont suivis du Brésil, avec (officiellement) 470 000 cas le 30 mai. Ensuite viennent la Russie (396 000 cas), l’Espagne (285 000), le Royaume-Uni (271 000), l’Italie (232 000), la France (186 000 cas) et l’Allemagne (183 000). Viennent alors l’Inde (174 000), la Turquie (162 000), le Pérou (148 000) et l’Iran (146 000). Par continent, l’Amérique Latine devient de plus en plus touchée, puis l’Asie, puis ce pourrait être l’Afrique.

La deuxième vague du COVID-19 arrive, mais pas ici

Bien sûr, on contestera ces derniers chiffres, d’autant plus qu’ils viennent de pays où les systèmes statistiques (et de soin) sont encore peu développés. Mais ils montrent l’étendue de la maladie, après une vague qui ralentit dans les pays industrialisés, souvent qualifiés de riches – la Chine étant supposée avoir arrêté chez elle le mouvement. Cependant, la grande différence que l’on voit avec les nouveaux pays affectés, émergents, et leurs prédécesseurs de quelques semaines est leur faiblesse financière et budgétaire : ils ne pourront demander aux banques de soutenir les entreprises, avoir un budget dont le déficit suffirait à amortir le choc et un marché financier qui achèterait les nouveaux bons de leurs trésors. La vague du virus dans les pays émergents sera donc économiquement et socialement particulièrement violente. 

Les marchés financiers sont satisfaits par la Fed et par l’Europe

Mais la vague du virus dans les pays émergents n’est pas du tout celle que regardent les marchés financiers, où les bourses reprennent de la vigueur. Aux Etats-Unis, la Fed demande plus de soutiens budgétaires, qu’elle obtient. Le débat technique y porte même autour de taux négatifs, pour aider les banques et pour pousser à la consommation. Mais cette proposition est (pour l’instant) refusée par la Fed qui préfère agir sur les taux longs, ce qui soutient la bourse et surtout l’immobilier, en permettant aux ménages américains d’acheter moins cher et de renégocier leurs dettes à des taux plus bas encore. En Europe, les marchés financiers saluent les avancées de financements proposées par Angela Merkel et Emmanuel Macron, avancées reprises et même prolongées par la Commission Européenne. Elle propose en effet plus de financements mutualisés et, cette fois, des impôts européens ! Les marchés attendront le résultat de cette double avancée, mais se disent qu’il y aura, en toute hypothèse, plus de moyens pour financer la relance. Bien sûr, personne n’oublie que la Banque Centrale Allemande devra répondre à la Cour Fédérale Allemande et que les « Quatre frugaux » : Autriche, Danemark, Pays-Bas, Suède vont demander plus de vérifications, des soutiens plus réduits et s’opposer plus encore à des taxes européennes. Mais les marchés n’imaginent pas un refus complet.

En revanche, la coopération semble encore modeste au niveau de l’Europe, compte tenu des besoins et des enjeux, le tout en notant qu’un plan d’alliance avec l’Afrique n’est pas prévu, moins encore évalué et que tout suppose qu’une deuxième vague n’aura pas lieu ici. Pour les marchés, les nouvelles sont positives et ce sont donc les structures et les entreprises les plus modernes qui gagnent toujours.

Pourtant, le ralentissement de l’inflation est partout sensible : la baisse de l’activité pèse sur les prix et fait monter les taux réels

En France : très peu d’inflation. En mai, la hausse des prix a été de 0,2%, après 0,3% en avril. Cette faible hausse est la conséquence de deux processus contraires : les prix des produits alimentaires montent de 3,1% sur un an, mais les prix industriels et de l’énergie baissent. Aux États-Unis : on voit un peu de baisse des prix, même. En avril les prix baissent de 0,8% sur un mois, ce qui fait que la hausse des prix n’est plus que de 0,3% sur un an, contre 1,5% en mars. Les baisses viennent de l’essence certes, des vêtements, des tickets d’avions (bien sûr), mais aussi des assurances et des loyers. Et elles dépassent les hausses des produits alimentaires : 3,5%, comme en France.

Inflation ou déflation ? La pandémie, par le confinement et plus encore par la montée des sinquiétudes, fait chuter l’offre donc l’emploi, qui pèse à son tour sur la demande. Plus les inquiétudes sur une « nouvelle vague » du  virus, plus la montée des tensions géopolitiques. Les prix s’orientent à la baisse. Les entreprises font des réduction pour vendre autant que possible et diminuer leurs stocks, les commerces soldent. La baisse des prix gagne les esprits et alimente les risques déflationnistes. Tout ceci va-t-il repousser les achats des ménages et les investisements des entreprises, donc raviver la crise, éventuellement sous une forme nouvelle ? La pression sur certains coûts de production va-t-elle pousser l’inflation, au risque de réprimer la reprise de la demande ?

En même temps, on voit monter un nouveau combat, non plus inflation contre déflation, mais montée des défictits budgétaires, qui pousse les rendements à la hausse, contre poursuite des achats de bons du trésor par les banques centrales, qui les fait baisser. Dans le cas américain, la baisse des prix est la plus forte et fait remonter les taux réels, ce qui pousse la Fed à plus financer encore, directement, le trésor. Dans celui de la Banque Centrale Européenne, le temps presse pour l’Italie et y éviter la spirale déflationniste. Les taux longs réels sont le danger. C’est bien ce qui est en jeu : la déflation est le pire ennemi de la zone euro, encore faut-il que le mot déflation soit prononcé, or il ne l’est pas encore.

La montée de l’or et les baisses des prix des matières premières renforcent les craintes déflationnistes

Pire, en zone euro, le 5 mai, la Cour Fédérale Allemande semble donner un coup d’arrêt, au moins dans le cadre allemand, aux achats de bons du trésor de la Banque Centrale Allemande. La Banque Centrale Européenne indique le même jour ne pas être astreinte à ce jugement. Mais… la BUBA ne peut faire comme s’il n’avait pas eu lieu et doit donner son explication pour pouvoir continuer, si elle convainc la Cour. Pendant ce temps, les programmes publics de dépenses continuent (soutien au chômage partiel : 250 milliards d’euros, soutien à des secteurs en difficulté : 500 milliards) ce à quoi vient s’ajouter le 18 mai une proposition Franco-allemande d’un programme de 500 milliards supplémentaires avec un système explicite de transferts !

Alors, le 27 mai, l’Union propose d’augmenter ce programme de 250 milliards supplémentaires et, pour trouver cet argent, propose d’avoir plus de ressources propres (taxe carbone et/ou un impôt européen sur les sociétés). Et des chiffres sortent sur les « bénéficiaires » de ces plans de soutien : dans l’ordre, Italie, Espagne et France. Mutualisation de la dette, plus fiscalité européenne, plus transferts ! Nul ne sait encore comment ceci se règlera juridiquement, politiquement, mais il semble peu probable que de telles avancées politiques, notamment d’Angela Merkel, aient été prises, sans négociations et garanties. Les marchés ne croient pas un « non » des responsables des états, et il serait bon qu’ils aient raison ! Ensuite, il faudra bien revoir les Traités.

Bref, dans ce contexte où les prix des matières premières continuent de baisser et celui de l’or monter, la pression n’a jamais été aussi forte pour un soutien monétaire et budgétaire. Les pays industrialisés y parviennent, le problème est évidement plus rude pour les émergents.

Le dollar encore et toujours superstar

Les taux de change reflètent et accentuent les problèmes liés à la pandémie et aux capacités de résistance et de réaction des économies. Le dollar est toujours le gagnant, toujours étroitement escorté du franc suisse, avec un léger affaiblissement de l’euro, un affaiblissement plus important de l’euro, mais avec des affaiblissements bien plus importants des monnaies émergentes. C’est là que frappe la « deuxième vague ».

Pour les temps qui viennent, tout dépendra donc de l’évolution du virus bien sûr, des politiques des banques centrales et, pour les pays émergents, d’importants soutiens du FMI.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires