En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

07.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 11 heures 42 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 13 heures 21 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 9 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 18 heures 16 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 19 heures 20 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 13 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 20 heures 37 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 21 heures 17 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 21 heures 41 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 12 heures 14 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 17 heures 55 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 18 heures 31 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 22 sec
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 20 heures 27 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 11 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 21 heures 42 min
© Kerem Yucel / AFP
© Kerem Yucel / AFP
George Floyd

Émeutes aux Etats-Unis : des émeutes sociales plus que raciales

Publié le 01 juin 2020
Aux Etats-Unis, les manifestations après la mort de George Floyd se multiplient. Cet Afro-Américain de 46 ans est décédé suite à un contrôle de la police. Après Minneapolis, la contestation gagne d'autres grandes villes, comme New York, Los Angeles, Denver ou Columbus. L'ampleur des protestations est-elle inédite ?
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux Etats-Unis, les manifestations après la mort de George Floyd se multiplient. Cet Afro-Américain de 46 ans est décédé suite à un contrôle de la police. Après Minneapolis, la contestation gagne d'autres grandes villes, comme New York, Los Angeles, Denver ou Columbus. L'ampleur des protestations est-elle inédite ?

Atlantico.fr : Minneapolis bien sûr, mais aussi New York, Seattle, Columbia, Philadelphie, Atlanta, Los Angeles... Les manifestations, parfois émaillées d'affrontements avec la police, s'étendent à tous les Etats-Unis après la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, tué lundi par la police. Plusieurs grandes villes (dont Los Angeles, Philadelphie ou Chicago et Louisville) ont annoncé un couvre-feu, samedi, et au moins huit Etats ont demandé à la garde nationale d’aider la police locale. L'ampleur des protestations est-elle inédite ?

Gérald Olivier : Malheureusement, non. Le scénario auquel on assiste depuis le début de la semaine est très familier aux Etats-Unis. Vous avez d'abord un incident avec brutalité policière, une victime noire qui, dans ce cas, meurt, puis une manifestation pour protester contre cette mort inutile, contre les brutalités policières et contre les discriminations. La manifestation dégénère en émeute toute la nuit et le lendemain, les manifestations de soutien et les émeutes font tâche d'huile. Progressivement, ce qui a commencé à un endroit – cette fois, Minneapolis – se répand à travers le pays et il faut plusieurs jours pour que les choses se calment. C'est un scénario très familier aux Etats-Unis. Il n'y a pas eu beaucoup d'émeutes sous la présidence de Donald Trump, je crois même que ce sont les premières depuis qu'il est entré en fonction. Il y en avait eu à plusieurs reprises sous la présidence de Barack Obama : en 2016, en 2015...

Deux éléments sont cette fois à souligner. D'une part, l'apparition de groupes de casseurs quasi-professionnels sous la bannière des "Antifas", pour "antifascistes",le prétexte de la brutalité policière et la mort de George Floyd sont déjà oubliés : nous avons maintenant affaire à des émeutiers, qui sont là pour casser (en Californie, à New York...). La foule qui se rassemble n'est pas noire, mais elle est très mélangée, jeune, masculine, bien préparée à casser et à piller. La situation n'est pas liée à l'évènement d'origine. D'autre part, ce ne sont pas des émeutes raciales ou sociales. Ce n'est pas l'équivalent de ce qui s'est passé dans les années 1960, où il y a eu à plusieurs reprises des émeutes meurtrières (à Détroit en 1967, il y avait eu près  de 50 morts). Il s'agissait alors d'émeutes à motivation sociale dans les ghettos. En 1968, après l'assassinat du révérend Martin Luther King, il y avait eu une semaine d'émeutes dans tous les ghettos américains. Ce n'est pas ce à quoi on assiste actuellement.

Ce mouvement de colère intervient alors que l'épidémie de Covid-19 continue à tuer. Donald Trump a été très critiqué pour sa gestion de l'épidémie et, dans certains Etats, les tensions ont été fortes entre pro et anti-confinements. Alors que cette épidémie aurait pu être l'occasion pour la société américaine de s'unir, la mort de George Floyd sur fond de racisme policier et les polémiques autour du confinement ne montrent-elles pas une société américaine est-elle en train de se fracturer comme jamais auparavant ?

La société américaine est certainement plus violente. Elle ne possède pas de « social safety net », autrement dit le filet de protection sociale que nous avons en France, et les aléas économiques sont par voie de conséquences beaucoup plus violents. Nous avons affaire à une société très polarisée au sens où les communautés sont figées. Elles se font face les unes aux autres sans violence, pour l’instant. Je mets les émeutes actuelles à part car nous sommes face à des cas de pillages, certes exacerbés par la crise économique du à la pandémie, mais dévaliser des magasins d’électronique n’est pas à lier avec la nécessité de se nourrir ce n’est donc qu’un pillage sauvage et chaotique qui n’est pas d’origine social. En revanche sur le plan politique, la société américaine est divisée. Cela a commencé avec l’élection de Barack Obama qui, il faut le dire aujourd’hui, n’a pas été acceptée par tout le monde. Elle a été acceptée par une majorité d’Américains et rejetée par certains autres. La division s’est encore accentuée au moment de l’élection de Donald Trump, . Une fois au pouvoir, la polarisation n’a fait qu’empirer, car il est un personnage très clivant.

La situation est  d’autant plus tendue qu’il y a une volonté politique de la part de l’opposition de se débarrasser de Donald Trump. Les démocrates espèrent, à tort ou à raison, qu’il ne sera pas réélu et pour cela, ils sont prêts à tout. Les grands médias les soutiennent. À part Fox News, toutes les chaînes de télévision disent du mal du président. Mais la base électorale du président reste solide, car ses électeurs neregardent plus ces autres chaines. On a donc deux Amériques, qui se font face, se détdestent et ne se ^parlent plus  80 % des électeurs ont déjà fait leur choix pour l'élection présidentielle, ils n'en changeront pas.   Les 20 % restants font donc l’objet d’une vive campagne, car ce sont eux qui feront l’élection. 

La campagne pour la présidentielle américaine exacerbe-t-elle ces tensions ? Comment Donald Trump pourrait-il réagir, alors que son électorat n'est pas forcément le plus enclin à soutenir un mouvement tel que le Black Lives Matter ?

Il ne faudrait pas réduire aujourd’hui la communauté afro-américaine au mouvement Black Lives Matter. Ce mouvement est un mouvement radical, né il y a quelques années après le décès d’un jeune homme noir, Treyvon Martin, tué alors qu’il se promenait la nuit dans un voisinage qui n’était pas le sien. Son assassin avait été acquitté ce qui avait déjà provoqué des émeutes, à l'époque. BLM est un mouvement identitaire de promotion de la race noire, qui cherche à construire un monde nouveau  sans admettre les vrais problèmes. BLM dénonce le "racisme institutionnel" existant au Etats-Unis et justifie la sous prolétarisation d'une partie de la communauté noire par ce racisme. C'est un feu facile et très réducteur. Certes il exsite des formes de racisme au sein de la soxiété américaine, mais il existe aussi de nombreuses bonnes volontés. Comment Barack Obama aurait-il pu être élu si tous les blancs étaient racistes?  Les noirs c'est 13% de la population et de l'électorat. Donc il a bénéficié du vote de millions de blancs qu'on ne peut pas dénigrer et accuser de racisme.

Depuis 40 ans, nous assistons aussi à une progression de la communauté noire, même si une petite partie reste  en retrait, et c’est justement cette population qu’il faut aider. Or ce segment de la communauté noire est désemparé, il a perdu tous ses repères. Les fondements même de la communauté sont cassés.  Au sein de la communauté afro-américaine, 7 naissances sur 10 sont le fait  de femmes non-mariées. La structure familiale n’existe plus,  les pères sont absents, les mères sont débordées, pour les enfants grandir et s'en sortir est un défi deux fois plus difficile. Il y a un cycle de la pauvreté et du crime qu’il faut parvenir à briser. C’est pour cela que tous les noirs ne se reconnaissent pas dans BLM : ils ne veulent pas forcément mettre le système par terre. Beaucoup veulent travailler à l’intérieur de ce système. Ce que Trump offre à cette communauté, ce n’est plus l’assistanat  proposé par les Démocrates, c'est un job, stable et rémunérateur, pour leur permettre de participer à la croissance économique du pays. De prendre leur place pour accéder au rêve amériain. Jusqu’à cette pandémie, il avait plutôt réussi dans cette entreprise !

Donald Trump a été profondément choqué par la vidéo de l'arrestation de Georges Floyd, choqué et révolté parce qu'il a vu combien ce crime était injuste, injustifié et préjudiciable à l'ensemble de la société américaine. Le président a pris le parti de la famille en appelant les proches de Georges Floyd et en leur présentant les condoléances de la Nation ainsi que ses condoléances personnelles. Donald Trump voudrait que la fracture raciale aux Etats-Unis s'efface sur l'autel de la croissance économique. Il ne souhaite rien de plus que de voir toute la communauté noire sortir de la pauvreté et de l'aide gouvernementale. L'élection de novbembre nous dira s'il a progressé dans ce sens ou pas. Habituellement, le vote noir se porte à près de 90%  (jusqu’à 97 % pour Obama) vers les Démocrates. Si les Républicains obtiennent entre 10 et 15 %, ils en sont contents et c’est à peu près ce qu’avait obtenu Trump en 2016. Si en 2020, il obtient plus de 15 %, voir plus de 20% il aura accompli quelque chose de remarquable et il s'y emploie malgré les circonstances. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 02/06/2020 - 09:45
l'extrême gauche à la manoeuvre
L’homicide manifestement raciste est prouvé, on comprend aisément la colère de la communauté noire.
Toutefois, cessons l'amalgame entre les états du sud est des années 60 et l'ensemble des états unis en 2020 !
Ces émeutes (pillage de magasins d'articles de sports, de smartphones à NYC) sont clairement déclenchées par une extrême gauche militante qui croit faire le jeu des démocrates contre les républicains.
TADD
- 02/06/2020 - 08:56
Inévitable dans toute société multiculturelle
Après les états unis ce sera bientôt le tour de la France . Nous nous dirigeons , et c'est évident , avec la complicité de certains politiciens complètement irresponsables, souvent de gauche ( maintenant écologiste ) vers une guerre civile qui s'annonce et j'en suis de plus en plus sûr inéluctable .
TPV
- 01/06/2020 - 12:56
Comme dit Ganesha,
Beaucoup de similitudes en effet. Concernant les 70 % de mères célibataires, la situation n'est pas l'absence de mariage (effectivement en France pres de 57% de naissances hors mariage), mais l'absence de père. En France 30 % sans père (encore une fois 70 % des jeunes noirs (sans e) sans pères. Là il y a un problème qui touche beaucoup moins les 77% de blancs américains (même proportion de pères presents que les Français). Ceux qui ont des adolescents comprendront.