En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 30 min 19 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 4 heures 52 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 5 heures 35 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 7 heures 7 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 10 heures 55 sec
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 11 heures 21 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 11 heures 44 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 12 heures 21 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 13 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 13 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 4 heures 33 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 5 heures 8 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 6 heures 4 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 8 heures 20 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 10 heures 36 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 12 heures 45 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 14 heures 23 min
© MYCHELE DANIAU / AFP
© MYCHELE DANIAU / AFP
Veaux, vaches, cochons

Adieu Paris, Lyon ou Lille ? Le mirage d’un exode urbain post-Coronavirus

Publié le 01 juin 2020
Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, de nombreux experts ont annoncé une revanche des campagnes ainsi que des petites et moyennes villes sur les grandes métropoles. Mais les dynamiques territoriales hexagonales sont très bien ancrées et risquent de peu bouger.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, de nombreux experts ont annoncé une revanche des campagnes ainsi que des petites et moyennes villes sur les grandes métropoles. Mais les dynamiques territoriales hexagonales sont très bien ancrées et risquent de peu bouger.

Atlantico : La prédiction selon laquelle la crise du coronavirus permettra un retour des populations urbaines vers les villes moyennes et la campagne deviendra-t-elle une réalité ? 

Laurent Chalard : Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, de nombreux experts ont annoncé une revanche des campagnes ainsi que des petites et moyennes villes sur les grandes métropoles, dont le dynamisme semblait inexorable depuis plusieurs dizaines d’années. Si ces prédictions reposent sur des perspectives souhaitables dans l’optique d’un aménagement équilibré du territoire, dans les faits, les choses ne sont pas si simples et rien ne dit qu’une crise sanitaire temporaire puisse venir chambouler de fond en comble les dynamiques territoriales hexagonales. En effet, le principal moteur des migrations en France pour les personnes en âge actif, en particulier les plus jeunes d’entre-elles, est l’emploi. Or, tant que les créations d’emploi se feront essentiellement dans les grandes métropoles, il n’y a aucune raison qu’elles perdent totalement de leur attractivité, même si elles vont probablement souffrir d’une désaffection temporaire pour les personnes inactives ou celles souhaitant changer de vie. Il s’ensuit que l’exode urbain annoncé ne pourrait s’inscrire dans la durée que si les campagnes et les villes moyennes venaient à créer plus d’emplois (ou à en perdre moins) que les grandes villes, ce qui passerait par un changement de modèle économique, reposant moins sur la tertiarisation, moteur de la croissance métropolitaine, grâce à une réindustrialisation du territoire consécutive d’une relocalisation d’une partie des activités délocalisées vers les pays à plus bas coût de main-d’œuvre au cours des dernières décennies. Cependant, à l’heure actuelle, il est beaucoup trop tôt pour savoir quelles seront les conséquences économiques de la crise sanitaire du covid-19 : coup d’arrêt pour la mondialisation et son corollaire, la métropolisation, ou simple pause ?

Le télétravail ne permettra-t-il pas d'accentuer cette tendance ?

Le télétravail constitue la grande chimère de l’économie de ces dernières décennies. Périodiquement, on nous annonce que le télétravail va bouleverser nos sociétés, permettant aux travailleurs de ne plus résider à proximité d’un lieu d’emploi, conduisant à une certaine homogénéité territoriale. Pour résumer, en théorie, le télétravail devrait permettre d’instaurer une égalité des territoires puisque les travailleurs pourraient résider où bon leur semble, aussi bien dans une campagne enclavée que dans une grande ville bien connectée au reste du monde. Pourtant, jusqu’ici, les faits sont têtus ! Malgré les facilités de plus en plus importantes offertes par la technologie d’exercer une forme de télétravail, l’emploi continue de se concentrer géographiquement car la majorité des dirigeants d’entreprises ne sont pas prêts à laisser leurs employés dans la nature, ayant besoin d’un minimum de contrôle social pour garantir un niveau de productivité acceptable, et aussi car ces mêmes employés ayant besoin de contacts sociaux privilégient les grandes villes, qui leur permettent un plus grand choix de rencontres de personnes, leur assurent la préservation d’un certain anonymat et, last but not least, leur proposent une offre de services inégalables. Le télétravail ne peut à lui seul venir résoudre les problèmes inhérents à l’habitat à la campagne comme les relations sociales limitées, le manque d’intimité ou encore la disparition des services. C’est un facilitateur du retour à la campagne, surtout pour les indépendants (qui, rappelons-le, ne constituent qu’une petite minorité de la population active), mais ce n’est pas la solution miracle !

Ce n'est pas la première fois que la question d'un rebond des migrations vers les villes moyennes ou rurales est abordée après une crise majeure. Quelles leçons du passé pouvons-nous retenir ?

Effectivement, suite au très fort exode rural des Trente Glorieuses, dans les années 1970, après la rupture culturelle de Mai 1968 et l’apparence du mouvement écologiste, un premier retour à la campagne a eu lieu en France, à travers, entre autres, les communautés hippies constituées de jeunes gens quittant les villes pour aller s’installer dans des territoires ruraux, comme, par exemple, les Cévennes ou le Larzac, ou de jeunes couples d’urbains s’installant comme agriculteurs. Cependant, les études sociologiques ont montré que la plupart de ces néo-ruraux sont ensuite repartis à la ville du fait, pour les uns, de l’échec du modèle de vie collective des communautés, qui s’était d’ailleurs déjà constaté au XIX° siècle, et pour les autres car ils ont eu du mal à s’adapter à la vie à la campagne, le travail à la ferme étant très dur, les revenus faibles et les relations sociales avec les locaux pas toujours faciles à supporter pour des citadins, sans parler du manque d’activités culturelles.

La principale leçon que l’on peut tirer de ce premier mouvement de retour à la campagne est que la principale difficulté à surmonter pour les territoires ruraux n’est pas tant d’attirer les populations urbaines que de les maintenir sur place ainsi que leurs enfants, en évitant qu’ils repartent à la ville. Pour cela, outre la question primordiale du développement de l’emploi, il faut que ces territoires s’interrogent sur les éléments à améliorer dans leur fonctionnement pour que les jeunes ressentent l’envie de continuer d’y vivre, le slogan des années 1970, « vivre et travailler au pays », restant grandement d’actualité. Rappelons que le principal reproche que les jeunes actifs font aux territoires ruraux comme aux petites et moyennes villes est « l’ennui ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre marie
- 01/06/2020 - 16:01
je vis à "la campagne"
Bac plus x... Grande école, troisième cycle, etc. Après une carrière parisienne, vis fort bien dans la cambrousse. N'ai aucune envie d'aller en vacances dans les îles...
Ai créé des emplois, dont le mien.
L'ennui ? Dans la cambrousse, jamais.
Seule angoisse : quand va t il enfin pleuvoir !
C'est bon la pluie, quand on habite "à la campagne".

clo-ette
- 01/06/2020 - 12:24
Désir de campagne
certes, mais l'internet marche moins bien ;