En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 6 min 13 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 39 min 36 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 36 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 47 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 41 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 20 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 10 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 43 min 36 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 25 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 51 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 13 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 54 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

Publié le 30 mai 2020
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
BVA POP2017
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
POP2017, ou Plateforme des Opinions Publiques est un dispositif inédit mis en place par BVA et Salesforce dans la perspective des élections présidentielle et législatives de 2017. Il s’agit d’un laboratoire d’analyse des opinions politiques permettant...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.

Les annonces faites par Edouard Philippe, jeudi 28 mai, marquent une importante étape dans nos vies confinées depuis le 17 mars : pour l’immense majorité des Français ces annonces permettent de commencer à se projeter vraiment dans l’après-crise sanitaire. Mais tout indique que les conséquences de la crise sanitaire sur l’emploi et sur l’activité économique vont être particulièrement douloureuses. La spectaculaire hausse du nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A (hausse de 23% soit 843 000 chômeurs de plus par rapport à mars) est venue, le même jour, rappeler avec force que le plus dur ne fait que commencer en matière de chômage.

Si l’inquiétude sur le front sanitaire semble pouvoir s’atténuer un peu, celle sur le front économique et social devrait grandir dans les semaines et les mois prochains. La dernière vague du Baromètre Covid-19 sur le moral des Français, révélée hier par BVA, indique ainsi que plus de 8 Français sur 10 s’inquiètent de la situation économique de la France. Dans ce contexte, il ne fait pas de doute que le chômage et le pouvoir d’achat vont rester des enjeux majeurs pour les Français. Dans ce même baromètre, 81% des Français se déclaraient d’ailleurs inquiets pour l’avenir en pensant au pouvoir d’achat et 86% en pensant au niveau de chômage, le 15 mai. La question du rôle de l’Etat et des priorités de l’action publique (et de ses moyens) fera également un retour en force particulièrement important dans ce contexte.

Une question décisive se pose alors : de quelle manière les Français vont-ils mettre en perspective toutes ces questions ? Vont-ils suivre le chef de l’Etat qui appelle à balayer toutes les certitudes et à tout « réinventer » ? Ou vont-ils trouver que la coupe est pleine en matière de crises et de périodes difficiles ? Si l’on met bout à bout la crise des Gilets Jaunes, la crise de la réforme des retraites, la crise de la Covid-19 cela fait dix-huit mois que le pays va de crise en crise. Trois ans après son élection, alors que plus de 60% de son mandat s’est écoulé, Emmanuel Macron a vécu près d’un tiers de son quinquennat en situation de crise ! Peut-il défier les lois de la psychologie sociale et politique, se « réinventer » et sortir de l’étau des crises à répétition qui ont brouillé le message initial, le rendant presque caduc ?

Dans son « adresse aux Français » du 13 avril dernier, le Président déclarait : « le moment que nous vivons est un ébranlement intime et collectif. Sachons le vivre comme tel. Il nous rappelle que nous sommes vulnérables, nous l'avions sans doute oublié. Ne cherchons pas tout de suite à y trouver la confirmation de ce en quoi nous avions toujours cru. Non. Sachons, dans ce moment, sortir des sentiers battus, des idéologies, nous réinventer – et moi le premier ». S’il ne fait aucun doute que la crise du Covid-19 est un sérieux rappel à l’ordre sur la vulnérabilité de nos vies, y compris économiques et sociales, ce sont bien les quatre derniers mots de cette déclaration qui sont importants. En ayant recours à la forme grammaticale incidente (« et moi le premier »), Emmanuel Macron a mis en exergue un important codicille au « monde d’après » dont il indiquait, dès le 16 mars, qu’il ne serait pas « un retour au monde d’avant » : le Président doit se réinventer afin de conduire les Français vers le « monde d’après ».

Cette proposition ne tient qu’en quatre mots, mais elle ouvre une large palette d’interprétations et, pour tout dire, de perplexité. Politiquement, se « réinventer », après trois ans d’exercice des plus hautes fonctions ressemble à un oxymore : ce n’est pas comme chercher à se « réinventer » en fin de mandat, pour donner un élan à une nouvelle candidature ; ce n’est pas comme chercher à se « réinventer » à mi-mandat. Plus étonnant encore : une tentative de « réinvention » a bien eu déjà lieu à mi-mandat avec le Grand débat national qui a suivi la crise des Gilets jaunes.

S’il ne fait pas de doute que le chef de l’Etat voudrait tout à la fois ressourcer son message initial et le modifier en profondeur, l’opinion publique peut-elle le suivre ? Toutes les enquêtes produites par BVA montrent l’ampleur de la tâche, pour ne pas dire son caractère presque utopique. Les chercheurs en sciences sociales ont montré que modifier l’image d’une personne, telle que les autres la voit, se rapproche davantage de la chirurgie lourde et réparatrice que de la chirurgie cosmétique. Il en est de même pour une personnalité politique. Les données du Baromètre d’opinion du mois de mai (l’Observatoire de la politique nationale, produit par BVA avec Orange et RTL) confirment, une fois de plus, que la cristallisation de l’image d’Emmanuel Macron dans l’opinion a eu lieu il y a déjà un bon moment dans l’opinion et que les lignes ne bougent pas. Quatre discours importants ont pourtant été prononcés par le chef de l’Etat avant et pendant le confinement, l’exécutif a mis tout son poids dans l’accompagnement économique de la crise, les annonces au plan européen sont fortes. Mais rien ne bouge : le pays est coupé en deux grandes familles, les « pro » et les « anti » Macron (beaucoup plus nombreux), avec des nuances d’intensité au sein de chaque camp.

L’opération de « réinvention de soi-même » que le chef de l’Etat est en train de tenter sera donc nettement plus complexe à mener que l’opération de création de la « marque Macron » en 2016/2017. Aidé d’une équipe formée aux plus récentes techniques de campagne électorale, Emmanuel Macron avait su incarner, dans un moment de grand trouble politique (renoncement de François Hollande, Pénélopegate), le candidat d’un nouveau genre : ce que les spécialistes de marketing politique appelle un « brandidate », un candidat-marque en quelque sorte adossé à un mouvement politique poussant la logique fusionnelle jusqu’à s’appeler des initiales de son créateur (« EM ! »). Un peu comme si, à l’issue d’une phase de « rebranding », LaRem voulait dire, désormais, « la réinvention en marche »…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cmjdb
- 30/05/2020 - 15:34
MACRONIAISERIES
En fait, E. Macron est aux affaires, au plus haut niveau, depuis 2011, préparation campagne F.Hollande et prétend se "réinventer" tous les 2 ans ! Le résultat n'est pas concluant !