En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 1 min 48 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 39 min 35 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 54 min 59 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 57 min 41 sec
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 57 min 42 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 57 min 42 sec
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 57 min 42 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 57 min 42 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 32 min 29 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 54 min 32 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 57 min 41 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 57 min 41 sec
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 57 min 42 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 57 min 42 sec
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 57 min 42 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 13 heures 3 min
© BARBARA GINDL / APA / AFP
© BARBARA GINDL / APA / AFP
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

Publié le 29 mai 2020
Bernard Meunier revient sur les atouts du télétravail en cette période difficile pour les entreprises face à la crise du Covid-19.
Bernard Meunier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Meunier est un ex-négociateur au GIGN, Consultant en sûreté et conférencier. Il est titulaire d'un DEA en négociation de crise (Sciences de l’Information et de la Communication). Il a publié : Passage à l’acte (Ed. Kiwi) et Négociation de crise ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Meunier revient sur les atouts du télétravail en cette période difficile pour les entreprises face à la crise du Covid-19.

Si le télétravail alors inventé dans les années 50 par Norbert Winer, prend véritablement naissance à l’aune de la télématique dans les années 70, il continue à se développer, mais cette fois-ci à la vitesse du débit de la fibre optique. Aujourd’hui, si 30% des américains l’ont adopté contre seulement 10 à 20% des européens, la France est quant à elle, cantonnée dans les taux les plus faibles.

Il est conseillé dans les administrations aux Pays-Bas, accompagné financièrement en Allemagne, outil de lutte pour une meilleure qualité de vie au travail en Belgique. Bref, tout le monde, au sens propre, y va de son idée pour le favoriser et l’intégrer dans un nouveau mode de fonctionnement. Travailler de chez soi ou dans ces espaces dédiés au coworking qui ont envahi les capitales depuis une quinzaine d’années, et ouvrant par centaines chaque année en province.

Le télétravail c’est une progression fois 10 à l’échelle de la planète en moins de 8 ans. Avec un taux de satisfaction des télétravailleurs comme des employeurs draguant les 100%, tout le monde y trouve son compte.

Envolés, les trajets maison travail synonymes de stress, de perte de temps, de coûts parfois exorbitants, de lieux d’agression concernant les transports en commun, et l’on ne peut écarter les problèmes de pollution inhérents ou encore de proxémiques, générateurs de contamination, entre autres.

Meilleur équilibre de vie et plus de sommeil pour les employés, gain de foncier et productivité accrue de 20% pour les employeurs, le monde professionnel change.

La vérité comme souvent, se trouve très certainement entre les deux

Il est évident que tous les métiers et toutes les strates de responsabilité et d’encadrement ne peuvent être remplacés par de la productivité en ligne. De même que certains remarqueront que leurs idées ont du mal à être partagées à distance, d’autres que les réunions pourtant chronophages en présentiel ont du mal à être remplacées par la visio, prétextant un manque d’efficacité ou encore d’assiduité et de concentration des participants.

Force est de constater de surcroît, que plus de la majorité des salariés sont heureux de retourner travailler à l’issue de cette période de confinement. Même Michel E. Leclerc confiné en Bretagne, déclarait il y a peu sur Linkedin, que « les rencontres et la présence de ses collaborateurs » lui manquaient, car il y « puise des idées et de l’énergie ».

Nous fonctionnons quasiment tous de la même manière, mais l’avis de ce grand patron ne fait pas loi en la matière. Des salariés moqués, harcelés, déprimés ou encore en burn-out pensent l’inverse.

C’est du WIN–WIN

Le télétravail est un mix des deux ; il faut du win-win, aussi bien pour son propre équilibre, psychologique et intraprofessionnel, mais aussi pour celui de LA ou de SA productivité.

Dans le GIGN des années 80 déjà, une fois formé et breveté, le rythme de travail était cadencé par les semaines d’alerte. Une de PREMIERE, pour être prêts à partir dans le quart d’heure sur tout le territoire national comme à l’étranger et pour tout type de crise. Et une de SECONDE, avec un top départ à deux heures pour venir en support de la précédente, ou pour une mission connexe. Ces dernières pouvant être courtes, d’une douzaine d’heures comme d’une durée de plusieurs jours voire plusieurs semaines. Tel est le prix de la gestion d’une crise.

Le rythme est donc soutenu et la dépense nerveuse et énergétique importante. Les corps mais aussi le mental sont soumis à rude épreuve. Aussi, les deux semaines restantes du mois commencé sont vouées à renforcer les groupes d’alerte si nécessaire. Mais en dehors de cet impératif, c’est du télétravail.

Nous savons ce que nous faisons, mais ignorons ce que nous pourrions faire

Le télétravail n’est pas forcément synonyme de bureau, d’écran d’ordinateur ou encore de visioconférence. Il peut être le maintien des compétences par de la formation ou encore de l’entrainement personnel, de la révision, mais aussi par de la poursuite d’objectif, de spécialisation, de progression donc, dans un esprit plus calme, de tension apaisée et même de … méditation.

Cela permet de garder voire de développer sa pensée critique, ce qui amène à trouver des solutions concrètes, plus pragmatiques peut-être.

De retrouver de fait, plus de capacité d’initiative, de créativité même, et développer ses facultés organisationnelles.

De savoir travailler aussi sans pression, sans promiscuité et sans bruit, sans stress donc, ce qui favorise un bon résultat.

Le luxe est bien de ne pas se laisser distraire en permanence, avoir un fractionnement ad hoc et personnalisé de son temps de travail en compartimentant sa journée sans être  inondé de mails et de sollicitations diverses. Car l’efficacité passe par la concentration sur une seule tâche à la fois.

N’est-ce pas là le cœur de la problématique … Stay focused sur son objectif afin de l’atteindre de la meilleure façon qu’il soit ?

Tel est le mode de fonctionnement et l’état d’esprit d’une unité de gestion des crises majeures, dont la prospective en est le moteur.

La réussite et l’excellente réputation l’accompagnent depuis presque 50 ans.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires