En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

02.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

03.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

04.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

07.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 4 heures 8 min
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 5 heures 5 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 7 heures 34 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 8 heures 3 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 10 heures 21 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 11 heures 35 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 11 heures 53 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 12 heures 39 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 13 heures 12 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 4 heures 38 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 6 heures 37 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 7 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 8 heures 22 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 10 heures 49 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 13 heures 14 min
© Reuters
© Reuters
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

Publié le 29 mai 2020
L'IPTV (Internet Protocol Television), légal, permet de regarder la télévision ou d’accéder à des contenus à la demande sur le Web, grâce à un boîtier Android. Des pirates parviennent à accéder à des centaines de chaînes payantes sans souscrire d'abonnement au préalable.
Margaux Duquesne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Margaux Duquesne, Ancienne journaliste spécialiste des nouvelles technologies, Margaux Duquesne a travaillé en 2010 à l’émission TV Intelligence Économique de France 24 avant d’intégrer le groupe PC Presse. De 2014 à 2016, elle produit une chronique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'IPTV (Internet Protocol Television), légal, permet de regarder la télévision ou d’accéder à des contenus à la demande sur le Web, grâce à un boîtier Android. Des pirates parviennent à accéder à des centaines de chaînes payantes sans souscrire d'abonnement au préalable.

Au grand désarroi d’Europol, l’IPTV pirate a gagné en choix et en qualité afin de s’adapter au confinement mondial. Une nouvelle démonstration de la part de ses instigateurs, des mafias européennes ayant déjà réussi le tour de force de s’assurer illégalement un revenu régulier, le tout sans risque inconsidéré, et qui profitent même de la complicité d’acteurs comme Google, AliExpress, ou encore eBay et de la mauvaise volonté des fournisseurs d’accès Internet. 

L’IPTV (Internet Protocol Television), légal, permet de regarder la télévision ou d’accéder à des contenus à la demande sur le Web, grâce à un boîtier Android — très facile à trouver — devant simplement être connecté à une télé. Détournée, cette technologie permet aux utilisateurs pirates d’accéder à des centaines de chaînes payantes — RMC Sport, Sky, beIN, Canal Plus, etc. — sans avoir souscrit d’abonnement au préalable.

Mais l’habileté des fournisseurs de flux contrefaits ne réside pas dans le piratage à proprement parler, mais bien dans les offres d’abonnements annuels, qui oscillent entre 15 et 30 euros, que les utilisateurs doivent souscrire pour recevoir ces flux piratés. Soyons pragmatiques : tout le monde s’y retrouve. Les utilisateurs déboursent, en moyenne, 20 euros par an pour accéder à une multitude de chaînes payantes, ce qui leur coûterait, légalement, plusieurs centaines d’euros, et les fournisseurs de flux s’assurent un revenu annuel plutôt confortable.

« On estime qu’entre 2,5 et 3 millions de Français ont recours à cette pratique illégale, cela représente environ 5 % des internautes, mais c’est le type de piratage qui progresse le plus », a récemment confié la secrétaire générale de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (HADOPI), Pauline Blassel.

Mainmise de la mafia

Mais qui se cache derrière ces flux pirates ayant parcouru plusieurs milliers de kilomètres avant d’arriver sur nos écrans ? L’image du gentil geek piratant les contenus de richissimes multinationales depuis sa chambre dans le but de permettre à ses concitoyens de se faire plaisir tout en économisant quelques deniers relève, de plus en plus, du mythe.

Ce sont en réalité de véritables réseaux mafieux qui sont à la manœuvre derrière cette nouvelle pratique. De la Russie à l’Italie en passant par l’Europe de l’Est, ces criminels numériques ont mis en place un vaste système mondial de piratage de contenus audiovisuels. Jouant sur les vides juridiques et la quasi-impossibilité de leurs cibles de faire valoir leurs droits à l’international, ils sont presque intouchables.

Fin octobre dernier, la Gazzetta dello Sport relayait ainsi les résultats d’une enquête de longue haleine menée par le parquet de Naples depuis 2015 et selon laquelle des soldats de la Camorra, l’organisation mafieuse la plus puissante de Naples, étaient impliqués dans l’IPTV illégal.

« Le crime organisé a pris le virage du numérique plus vite — et bien mieux — que bon nombre d’entreprises classiques », confirmait ainsi Wieland Alge, vice-président et directeur général EMEA de Barracuda Networks, une société experte en sécurité réseau. Parmi les nombreuses pratiques numériques employées par les mafias européennes, on trouve notamment le ransomware, le phishing, et bien d’autres. 

Leurs points communs : elles participent à leur financement et leur offrent un certain degré de protection. Ainsi, l’utilisateur français qui prend un abonnement IPTV pour regarder, depuis son canapé, un quart de final de Ligue des Champions avec des amis, participe, bien souvent sans le savoir, au financement de réseaux mafieux situés à des milliers de kilomètres et dont les activités vont de la prostitution au trafic de drogue en passant par le racket.

Google, AliExpress et eBay impliqués

« Certaines personnes pensent que, s’ils paient, ça rend la chose plus légale, ce qui est complètement faux », déplore Pauline Blassel. Une illusion de légalité renforcée par la qualité des plateformes sur lesquelles s’effectue ce paiement numérique. Ces dernières ont en effet pignon sur rue : AliExpress, eBay, etc.  On trouve quantité d’annonces pour des abonnements IPTV illégaux, sur ces sites, et chacune de ces annonces est par ailleurs référencée sur Google Shopping.

De quoi déculpabiliser l’internaute lors de son achat illégal. Comment imaginer que l’on puisse, via Google Shopping puis eBay, participer au financement de réseaux de prostitution en Europe de l’Est ? C’est bien là toute l’habilité des pirates : donner l’illusion de la légalité à des pratiques illicites.

Une lutte difficile

Si les différences de législation entre pays compliquent la tâche des ayants droit floués, le Royaume-Uni s’érige en exemple en matière de lutte contre le piratage en ligne, quand la France est à la traîne. La raison est simple : le championnat de football britannique, la Premier League, qui détient les droits de diffusion de chaque match est parvenue à s’attacher les services des fournisseurs d’accès Internet (FAI). Un travail de titan, tant certains d’entre eux étaient au départ réticents.

Une procédure de blocage a dès lors pu voir le jour au Royaume-Uni, en grande partie financée par La Premier League, qui permet de couper le flux plutôt que le site. Une technique efficace. « En France, la non-coopération des FAI est l’un des problèmes principaux, parce que ça empêche les détenteurs de droits et les organisations sportives de savoir quels sont les sites et les serveurs les plus populaires, puisqu’ils n’ont pas d’informations sur le trafic. Deuxièmement, cela ne permet même pas d’envisager un blocage, car les FAI traînent des pieds ou demandent des compensations financières exorbitantes », déplore un expert de la lutte contre le piratage en ligne interrogé par Rude Baguette.

Les FAI chercheraient ainsi à monnayer leurs services. Business is business. Justifiant par ailleurs leur position au prétexte de la « neutralité du Web », qu’ils n’hésitent pourtant pas à contourner quand il s’agit de contenus plus polémiques. Sans forcément savoir, là encore, qu’ils participent de facto à l’enrichissement de réseaux criminels.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires