En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 49 min 22 sec
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 2 heures 27 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 6 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 7 heures 22 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 8 heures 27 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 9 heures 44 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 10 heures 23 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 10 heures 47 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 1 heure 21 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 3 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 7 heures 1 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 7 heures 37 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 9 heures 6 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 9 heures 33 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 10 heures 17 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 10 heures 48 min
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

Publié le 29 mai 2020
Philippe Moreau-Chevrolet décrypte et analyse la stratégie et l'attitude du professeur Didier Raoult dans le cadre de ses entretiens aux médias. Philippe Moreau-Chevrolet revient également sur les enjeux politiques et médicaux autour de la figure du professeur Raoult et de la chloroquine.
Philippe Moreau-Chevrolet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Moreau-Chevrolet est communicant et co-fondateur de l'agence de conseils en communication MCBG Conseil.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Moreau-Chevrolet décrypte et analyse la stratégie et l'attitude du professeur Didier Raoult dans le cadre de ses entretiens aux médias. Philippe Moreau-Chevrolet revient également sur les enjeux politiques et médicaux autour de la figure du professeur Raoult et de la chloroquine.

Face au phénomène médiatique Raoult, il est tentant de procéder par jugement a priori- il est dingue et il raconte n'importe quoi, ou c'est un génie et il dit la vérité vraie. Il est plus intéressant de se pencher sur sa communication et de regarder sa cohérence. 

Ce qui frappe, d'abord, c'est son attitude par rapport aux médias. Il instaure d'emblée un rapport de force, qu'il maintient pendant l'interview, avec des piqûres de rappel - je n'ai pas besoin de vous parler, je fais de l'audience, vous êtes incompétent, les médias nuisent etc. Cette posture est étonnante parce qu’elle détonne dans le domaine médical. On retrouve cette attitude et cette technique de "prise de pouvoir" sur l'interview, assez primitive, plutôt chez des politiques : Bayrou 2007, la famille Le Pen, certains macronistes ou certains LR.

Primitive ne veut pas dire bête : cette méthode marche. Elle décourage les questions difficiles, mais surtout elle "parle" au public. Il n'y a pas, comme Bayrou l'a démontré en 2007, ou Mélenchon d'ailleurs, de brevet plus simple d'"anti-establishment" que d'attaquer la presse. Quand Bayrou s’en prend à Claire Chazal, après voir flanqué une baffe à un gamin qui lui faisait les poches, il se révèle plus sûrement aux yeux du public qu'en publiant une cinquième biographie d'Henri IV. Paris vaut bien une baffe, figurée ou littérale. Donc Raoult utilise ce dispositif. Et ça plaît. L'interview devient un match et d'une certaine façon, il se "passe" quelque chose. Par Pujadas, c'est en réalité tout l'appareil de pouvoir politico-médical que Raoult affronte, comme un héros affronte un monstre.

Pour comprendre que c'est une technique et que c'est assez malin, Il faut faire exactement ce que font les partisans de Raoult : regarder dans le moteur. Quel est le moteur de Didier Raoult ? Il faut d'abord rappeler que Didier Raoult n'est pas un "petit" contre les "gros" de l'industrie médicale. Il dirige un institut qui a un énorme budget, très bien implanté, avec des politiques - LR, mais ça tient à la couleur politique locale - à son conseil d’administration. Son bras droit, qui gère sa communication, est un député suppléant LREM. Ce n'est pas un "société civile". C'est un politique. Ce n'est pas une critique. Par ailleurs, il fait plutôt très bien le job. Mais le fait est que tout cela constitue un socle. Didier Raoult écrit par ailleurs ou a écrit, en masse, dans les revues comme The Lancet. Ou dans les revues médicales en général. Autrement dit, ce n'est en rien un marginal dans son secteur. Il a grandi dans ces institutions.

D'ailleurs, il ne le nie pas. C'est, en réalité, l'un des moteurs de sa popularité : il peut alterner rappels de sa légitimité médicale, qui est bien établie, et attaques contre le système. Comme Macron, en 2017, pouvait à la fois incarner le fils de bonne famille de l'élite et le rebelle amoureux de sa prof de français, prêt à bousculer la technostructure. Cumuler à la fois une position de pouvoir forte et un discours anti-système est un énorme atout : on a une légitimité à la base qui donne encore plus de poids à sa critique.

Et on peut avoir, comme Macron, des réseaux et des financements qui aident pour une présidentielle. Tout en partant en guerre contre les élites qui ne comprennent rien et ont fait leur temps. Mélenchon est un peu dans ce schéma aussi. Ancien sénateur, voyageant en première mais anti-système. C'est ce qui le rend vulnérable à quelqu'un comme Ruffin, par exemple, qui aligne sa réalité (il se paye au SMIC) et ses principes. Pour revenir à Raoult, il a lancé un objet dans le débat, la chloroquine. Et là, ça devient intéressant.

La chloroquine est d'abord apparue, comme à chaque épidémie, comme le remède miracle qui allait nous sauver. C'est une constante dans toutes les épidémies : un homme, souvent contre le système, propose quelque chose pour nous sauver, et on a envie de le croire. C'est l'un des moteurs du film "Contagion", où Jude Law incarne cette figure à la marge, proposant un remède en apparence simple, peu coûteux, et que tout le "système" veut nous cacher. Jude Law est un blogueur sans légitimité médicale. La comparaison s'arrête là. Mais ça veut dire une chose : on est "câblés" pour avoir ce type d'espérances, en temps de crise. Donc Didier Raoult, en proposant la chloroquine, répondait à un schéma à la fois universel et fondamental dans notre façon de "gérer" émotionnellement une crise de ce genre.

L'attitude des pouvoirs publics vis-à-vis de Didier Raoult a, par ailleurs, été parfaitement incompréhensible, et ils ont fait beaucoup pour sa popularité. Et celle de la chloroquine. Au lieu d'avoir une attitude ouverte, en accueillant sa proposition et en accompagnant l'émotion populaire, les dirigeants politiques ont attaqué frontalement Raoult dans un premier temps, allant jusqu'à remettre en cause la nécessité de faire des tests sur la population. Comme le faisait Raoult. On a donné le sentiment qu'on refusait son traitement par principe.

Et dans un deuxième temps, d'une manière tout aussi incompréhensible, le Président s'est rendu chez Raoult. Ce n'est pas anodin : les chefs de partis sont convoqués à l'Elysée. Là, en pleine crise, c'est l'Elysée qui va chez Didier Raoult. Ce qui envoie un message contradictoire. Pourquoi l'Elysée va-t-il voir Raoult, si Raoult dit n'importe quoi ? La réalité est assez prosaïque : Macron veut tenter de récupérer politiquement ce qu'il peut du "mouvement" Raoult et il a une politique systématique de "couverture" de ses adversaires. C'est ce qu'on appelle le "baiser de l'araignée" : je te rencontre, je te nomme ministre ou je te fais député, pour affaiblir ou diviser ton camp et diminuer ta "charge" politique, voire récupérer toute cette belle énergie ;) Macron est un champion de la discipline. 

Sauf que là, en réalité, les conséquences étaient aussi médicales. La "politisation" du débat a fait que des élus LR, par ailleurs proches de Raoult ou à son conseil d'administration, donc solidaires, l'ont soutenu. Et la chloroquine est devenue un objet politique. En réalité il y a 2 façons de voir la chloroquine : comme un objet médical ou comme un objet politique. Soit on considère que c'est un objet politique. Et il ressemble au mur de Trump : c'est un objet magique, que Raoult répète comme un mantra, en le parant de toutes ses vertus. La chloroquine est présente depuis la nuit de temps - argument classique du paramédical -, elle n'est pas dangereuse, elle guérit à la fois au début de l'infection et dans les cas graves. Elle va nous débarrasser de l'épidémie. Le preuve, regardez Marseille et nos 4000 malades. Il faut noter que, face à Apolline de Malherbe, Didier Raoult insiste sur le fait que la chloroquine guérit aussi les cas graves. Réécoutez l'interview, c'est un même un passage qui a été caricaturé par Canteloup - "la chloroquine ramène l'être aimé", etc.

Donc c'est un objet politique, un peu comme le "mur" de Trump : il est magique, il est beau, il est grand et va résoudre nos problèmes. Pour ceux qui s'intéressent à cette technique réthorique, une excellente vidéo :

Ou la chloroquine est un objet médical et là, on a un problème. Parce qu'il existe 2 systèmes d'évaluation concurrents : le système officiel, un peu discrédité par l'agressivité injustifiée et paradoxale (je t'aime pas /je t'aime) du gouvernement au départ, et le système Raoult.

Dans un contexte où l'OMS et les médecins se sont trompés au début - c'est une "grippette" -, ce qui est normal mais laisse des traces, et où les politiques en France ont donné pour la 1ère fois le sentiment que l'Etat ne pouvait pas tout... C'est une vraie concurrence. La question ne sera pas résolue même si Raoult perd sur le terrain médical. Il est trop tard. La question est: que va faire Raoult de ce capital médiatique ? Il explique ne pas avoir besoin de la presse. Mais en réalité, comme beaucoup de personnalités qui critiquent la presse. Il donne des interviews sans arrêt. Il nie avoir des ambitions politiques mais un parcours de communication qui passe par BFMTV, LCI, l’Express... est aussi un parcours politique. Comme avec tous les profils de ce type qui émergent en ce moment, on regardera avant tout les actes.

Retrouver le thread de Philippe Moreau Chevrolet sur Twitter : https://twitter.com/moreauchevrolet/status/1265559516525068289

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 30/05/2020 - 11:20
tout ou rien
L'état ne peut pas tout? de fait il ne peut rien, même pas acheter des masques.
besicles
- 29/05/2020 - 19:50
Bravo pour cet article éclairant !
Après cette analyse brillante de la situation on peut enfin savoir si l'hydroxychloroquine est efficace ou non pour soigner, avec quel protocole et pour quels types de malades. Les mots vides de la com. c'est vraiment de la mauvaise peinture, une seule couche qui masque et laisse une impression de négligé. Heureusement que la pandémie elle-même semble désormais plutôt bonne pâte !
assougoudrel
- 29/05/2020 - 12:34
Le Pr Raoult a rejoint les
Trump, Poutine Bachar Al Assad et la famille Le Pen. "Appeler Raoul" c'est vomir en argot; ils lui vomissent dessus et l'auteur de l'article ne se fait pas prier.