En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 3 min 39 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 25 min 42 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 28 min 51 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 28 min 51 sec
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 28 min 52 sec
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 28 min 52 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 28 min 52 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 12 heures 34 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 10 min 45 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 26 min 9 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 28 min 51 sec
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 28 min 52 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 28 min 52 sec
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 28 min 52 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 28 min 52 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 12 heures 21 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 13 heures 1 min
© DR / Flickr / SpaceX
© DR / Flickr / SpaceX
Crew Dragon

Premier vol habité de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

Publié le 29 mai 2020
Le premier vol habité de SpaceX vers l'ISS devait avoir lieu cette semaine. Il a été reporté à ce samedi 30 mai. Que symbolise le lancement de la capsule Crew Dragon de SpaceX et quels sont les enjeux politiques et économiques de ce projet ?
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le premier vol habité de SpaceX vers l'ISS devait avoir lieu cette semaine. Il a été reporté à ce samedi 30 mai. Que symbolise le lancement de la capsule Crew Dragon de SpaceX et quels sont les enjeux politiques et économiques de ce projet ?

Atlantico.fr : Que symbolise le décollage de la capsule Crew Dragon de SpaceX désormais prévue samedi 30 mai après le report pour météo défavorable ?

Olivier Sanguy : Tout d’abord le compte à rebours s’est parfaitement déroulé sur le plan technique. Le report du lancement est ce qu’on appelle un «rouge météo». La mission Demo-2 de SpaceX pour le compte de la NASA doit redonner aux États-Unis leur autonomie en matière de vols habités orbitaux. Depuis l’arrêt des navettes en 2011, ce pays dépend des Soyouz russes pour envoyer ses astronautes sur orbite et plus précisément vers la Station Spatiale Internationale. Ensuite, cela symbolise aussi une nouvelle approche en matière de vols habités : au lieu qu’une agence spatiale soit à l’initiative de la conception du vaisseau habité et le fasse construire par des industriels, cette fois-ci la NASA fait appel au secteur privé via des contrats de prestation clé en main.

Quels sont les enjeux politiques et économiques qui entourent le lancement de la fusée SpaceX ?

Le fait de confier le transport des astronautes de la NASA au secteur privé sur la base de contrats dits commerciaux est le résultat d’une orientation politico-économique qui remonte à la présidence de George W. Bush. Ce choix a donc continué même si le locataire de la Maison-Blanche a changé. Il a aussi survécu à des modifications importantes des orientations du programme spatial américain. Sous la présidence de George W. Bush, et après la catastrophe de la navette Columbia en 2003 (7 astronautes meurent au retour), il est décidé de mettre à la retraite les navettes de la NASA une fois que l’assemblage de la Station Spatiale Internationale (ISS) sera achevé, puis de préparer le retour sur la Lune avec le programme Constellation. Pour trouver des marges budgétaires, la NASA décide alors de confier au secteur privé la desserte cargo de la station sur la base de contrats de prestations «clé en main». L’idée est mise en application à partir de 2006 avec le Commercial Orbital Transportation Services (COTS).

L’entreprise SpaceX d’Elon Musk répond à l’appel en développant, avec l’aide des compétences de l’agence américaine et de fonds délivrés lorsq d’étapes techniques précises, le lanceur Falcon 9 et la capsule automatique Dragon. Un autre industriel réussira ces étapes avec son cargo Cygnus et son lanceur Antares. Il s’agit d’Orbital, aujourd’hui racheté par ATK puis Northrop Grumman. Sous la présidence de Barack Obama, si le volet du retour sur la Lune Constellation est annulé, la logique de confier au secteur privé la desserte de l’orbite basse et de l’ISS continue ! Le premier vol d’un Falcon 9 et la première mission cargo d’une capsule Dragon vers l’ISS se déroulera d’ailleurs sous le mandat de Barack Obama. Et c’est sous sa présidence que cette logique de privatisation s’oriente aussi vers les vols habités. En juillet 2011, la navette Atlantis signe la dernière mission du programme de l’avion spatial de la NASA. Les États-Unis perdent alors leur autonomie pour le transport des astronautes et achètent des places sur les Soyouz russes. Les prix ne feront qu’augmenter. Parallèlement, la NASA met en place un processus de sélection des entreprises privées qui transporteront à l’avenir ses astronautes (ce qui inclut ceux des pays partenaires du programme ISS, donc les Européens). En 2014, donc toujours sous Obama, l’agence américaine retient les propositions de SpaceX et Boeing qui recevront respectivement 2,6 et 4,2 milliards de dollars pour développer et tester leur solution puis accomplir les premiers vols. Il s’agit de la capsule Crew Dragon qui part au sommet du Falcon 9 pour SpaceX. Côté Boeing, ce sera la capsule Starliner qui s’envole avec un lanceur Atlas V (fourni par United Launch Alliance qui associe Boeing et Lockheed Martin).

Mettre au point un vaisseau habité a toujours été difficile et le Commercial Crew Program de la NASA a donc pris du retard. C’est ainsi que sous la présidence de Donald Trump, SpaceX a obtenu en premier l’autorisation de procéder à son vol de certification avec des astronautes à bord, le Demo-2 avec Crew Dragon. On notera que cette orientation de contrats de prestation avec le privé ne fait pas l’unanimité sur le plan politique. Et la division ne suit pas forcément le classique clivage entre Démocrates et Républicains. Pour certains élus, le privé et la nécessité, de faire des bénéfices serait incompatible avec les exigences de sécurité du vol habité. D’autres craignent un affaiblissement des prérogatives de l’État. Mais en majorité pour le moment, ce qui l’emporte sont les économies budgétaires qui résultent de l’appel à des contrats commerciaux et la volonté de créer une nouvelle activité économique basée sur les vols spatiaux privés.

Comment peut-on imaginer l'avenir de l'aérospatial mondial ?

Le spatial a toujours mélangé souveraineté et coopération. On se souvient de la course à l’espace entre les États-Unis et l’Union Soviétique par exemple. N’oublions pas non plus la famille de lanceurs Ariane, clé de voûte de l’indépendance de l’Europe dans l’accès à l’espace. Sans nos propres moyens en la matière, nous devrions demander l’autorisation de lancer nos satellites aux pays capables de le faire et serions donc à la merci de leurs conditions. Il y a aussi la coopération pour mener en commun des missions, essentiellement scientifiques, où chaque agence amène son expertise. Ce duo entre souveraineté et coopération continuera avec le curseur qui évoluera entre les 2 en fonction de la géopolitique.

Pour son retour sur la Lune, le programme Artemis de la NASA fait clairement appel à la coopération tout en voulant assurer une position de leader aux États-Unis (aspect souveraineté). L’Agence Spatiale Européenne participe déjà au retour vers notre satellite naturel en fournissant le module de service (construit par Airbus) de la capsule Orion de la NASA conçue pour les missions lunaires. On voit bien ici, le mélange souveraineté et coopération. L’Europe, par exemple, n’a pas décidé de se doter des moyens nécessaires aux vols habités, mais en coopérant de façon importante, elle compte obtenir une place de premier plan pour les retombées de ce programme lunaire, des retombées technologiques pour les industriels et aussi scientifiques pour la recherche et les universités. Pour le moment l’avenir de l’astronautique devrait se baser sur un appel de plus en plus poussé lorsque possible à la logique de contrats de prestation avec le privé au lieu des classiques modèles de maître d’œuvre et maître d’ouvrage.

Pour le retour sur la Lune, la NASA a ainsi mis en concurrence plusieurs industriels afin qu’ils conçoivent l’atterrisseur chargé d’amener les astronautes sur le sol de notre satellite naturel. Récemment, 3 ont été retenus avec Dynetics, SpaceX d’Elon Musk et Blue Origin de Jeff Bezos le fondateur d’Amazon (ou plus exactement, le groupement National Team conduit par Blue Origin). Mais même dans cette logique d’appel au privé via des contrats commerciaux, la coopération n’est pas absente. Ainsi, le module lunaire de l’équipe américaine Dynetics fait appel à un module pressurisé (là où seront hébergés les astronautes) réalisé par Thales Alenia Space en Europe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 29/05/2020 - 11:29
toutefois
Le vaisseau Crew Dragon n'est qu'une capsule Gemini très modernisée pour le transport de 4 astronautes sans bagages.
La nouveauté tient au coût de revient qui reste à comparer avec le lancement d'une Soyouz.
Parlons de M. Musk et de Tesla: Non seulement il produit des véhicules avec un bilan carbone calamiteux (production et poids mort à déplacer de 600 kg de batteries) et maintenant ses lanceurs crachent du CO2 par tonnes à chaque lancement !
Elle dit quoi Greta ?....