En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 heure 10 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 5 heures 48 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 6 heures 37 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 7 heures 14 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 7 heures 52 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 8 heures 29 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 10 heures 25 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 heures 9 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 6 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 6 heures 59 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 7 heures 31 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 8 heures 6 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 9 heures 56 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 10 heures 5 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 10 heures 27 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
À côté de la plaque

Le RN servi par des critiques paresseux

Publié le 29 mai 2020
Les critiques envers le Rassemblement national se fondent souvent sur le fait qu'il n'est pas un parti républicain. La revendication de l'héritage gaulliste pourrait-elle masquer les autres dangers que le parti pourrait représenter pour la démocratie française ?
Jean-Yves Camus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Voir la bio
Christophe Bourseiller
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les critiques envers le Rassemblement national se fondent souvent sur le fait qu'il n'est pas un parti républicain. La revendication de l'héritage gaulliste pourrait-elle masquer les autres dangers que le parti pourrait représenter pour la démocratie française ?

Atlantico.fr : De part ses origines et celles de ses fondateurs, le Front puis Rassemblement National ne se revendiquait pas et n'était pas perçu comme un parti gaulliste, y a-t-il eu une évolution ces dernières années ? 

Christophe Bourseiller : Le Front national est un vieux parti, puisqu’il a été créé en 1972 par le mouvement néo-fasciste Ordre nouveau dans le but de disséminer dans l’opinion des thèses incubées à l’extrême-droite. Il est tributaire de ces origines. Dans le Front national de Jean-Marie Le Pen, on observait un nombre non négligeable d’anciens Waffen SS. Le FN évoluait originellement dans l’atmosphère idéologique de l’extrême droite.

Si on met de côté l’héritage collaborationniste, il est clair que le FN historique plonge ses racines dans une droite antigaulliste, composée en partie d’anciens défenseurs de l’Algérie française. 

Voir aujourd’hui les héritiers du FN se réclamer du gaullisme semble donc cocasse. 

Il y a dans le gaullisme une double dimension souverainiste et populiste. 

Mais l’actuel Rassemblement national peut difficilement revendiquer une étiquette gaulliste. L’appellation même de ce parti renvoie au Rassemblement national populaire de Marcel Déat pendant l’occupation, ou après la guerre au Rassemblement national mis en place par le mouvement Jeune Nation. 

Certes, le Rassemblement national de Marine Le Pen n’est pas un parti d’extrême droite, dans la mesure où il ne milite pas pour une révolution visant à mettre en place un « ordre nouveau ». Il se rattache plutôt au phénomène populiste contemporain. De là à en faire un héritier du Rassemblement populaire français du général de Gaulle, il y a un large pas.

Jean-Yves Camus : Lorsque l’on lit le premier tome des Mémoires de Jean-Marie Le Pen, on voit bien que depuis l’époque de la Libération jusqu’à la création du Front en passant évidemment par l’épisode de l’Algérie française, il accumule les griefs à l’égard du Général de Gaulle. Je parle bien du Général de Gaulle, plus que du gaullisme. Il raconte comment il a entendu en famille le discours du Maréchal Pétain annonçant l’armistice, il explique que personne n’a entendu le discours du Général de Gaulle, pas même dit-il, les marins de l’Ile de Sein, ce qui constitue une petite distorsion de l’Histoire. Il explique détester la période de l’épuration et détester encore plus l’attitude de De Gaulle durant la guerre d’Algérie puisqu’il l’accuse d’avoir trahi la parole qu’il avait donnée de garder l’Algérie française. Donc rien ne prédisposait le Front national à être un parti qui ait quelque indulgence que ce soit à l’égard du Général de Gaulle qui, précisons le, était déjà mort depuis 3 ans lorsque le FN a été créé en octobre 1972. Le FN n’a donc jamais été dans la compétition politique du vivant du Général. Il a connu la période du post-gaullisme, de Pompidou et de Giscard. Cela a, en quelque sorte, levé une hypothèque. Pour certains gaullistes et sur certains thèmes, il était possible de se retrouver d’accord avec le FN sur certains éléments de politiques étrangères, sur le goût de l’ordre ou encore le péril communiste. En 1981, lorsque la gauche accède au pouvoir avec à l’époque le Parti communiste au sein de la coalition gouvernementale plusieurs voix s’élèvent au sein du RPR, comme Claude Labbé le secrétaire général de l’époque, pour dire qu’il faut arrêter d’avoir des ennemis à droite.

Cela a eu pour effet plusieurs alliances locales comme la fameuse alliance de Dreux lors de l’élection municipale partielle en 1983. Certains à l’intérieur de la droite ne voyaient donc plus le FN uniquement comme un adversaire et par effet de vase communicant, certains au sein du FN se disait que finalement l’hypothèque personnelle du Général était levée puisqu’il était mort. Les événements d’Algérie s’éloignaient et par conséquent, on pouvait, compte tenu du contexte très particulier (URSS, PCF autour de 20 % des voix et au gouvernement) il dallait s’unir. Mais tout cela relève de la technique. Car sur le fond, mon interprétation personnelle du gaullisme fait qu’il y a une incompatibilité totale entre le gaullisme et ce que représentait le Front national.

Au-delà même de la présence d’un certain nombre de collaborateurs parmi les membres du premier Front, le problème est que les logiciels politiques ne s’accordent pas. La France du Général de Gaulle appartient au marché commun. Souverainiste, il l’était certainement, car l’Union européenne n’était pas comme elle l’est maintenant imposant le droit communautaire sur le droit national etc. Mais le Général de Gaulle ne souhaitait pas que la France soit seule ! La politique étrangère était particulièrement audacieuse envers de nombreux pays y compris proches de l’URSS, voire l’URSS elle-même ! Ce n’était pas une politique de complaisance, mais une real-politique stipulant que la France était libre de ses choix. Il n’a jamais demandé aux Français de choisir la priorité nationale. 

Les critiques envers le RN se fondent souvent sur le fait qu'il n'est pas un parti républicain, la revendication de l'héritage gaulliste pourrait-elle masquer les autres dangers que le parti pourrait représenter pour la démocratie française ?

Christophe Bourseiller : Dire que l’actuel Rassemblement national n’est pas républicain n’a pas de sens. Le RN accepte le jeu démocratique. Je vous rappelle que les partis populistes prônent en général un souverainisme libéral anti-immigration. Le RN n’est certes pas franchement libéral. Mais il s’agit aujourd’hui d’un parti souverainiste et populiste.

Jean-Yves Camus : Il ne faut pas jeter la pierre au RN dans ce cas là, il existe un cynisme assez partagé. Nous sommes un pays où, a quelques exceptions près, tout le monde se défini d’une manière ou d’une par rapport au Général de Gaulle. Il y a une sorte de sport national qui consiste à se placer dans le sillage de tel ou tel aspect de la personnalité ou de l'action du Général. Le RN joue son jeu permis cela, il essaye d’attirer les électeurs de la droite classique dont certains ont toujours des restes de gaullisme. Pour cela, il faut prouver que les antagonismes du passé n’ont plus de raison d’être. Pour beaucoup de militants qui n’ont pas connu ou creusé le sujet, le Général de Gaulle, c’est la souveraineté. Cela participe aussi du processus général de dédiabolisation. Lorsque vous commémorez le général de Gaulle et donnez d’autres signes comme le dépôt d’une gerbe par Marine Le Pen à Moscou sur le mémorial de l’escadrille de Normandie ou le tweet de Jordan Bardella qui rappelait Jean Moulin et le Conseil National de la Résistance… Tout cela plaide pour que l’on dise que le contentieux s’amoindrit, c’est absolument incontestable, mais le logiciel reste très différent.

Si le RN version Marine Le Pen voire Marion Maréchal-Le Pen semble assez éloigné de la pensée des fondateurs du parti, celles de ceux dont il se rapproche à l'étranger (de l'AFD allemand au Cinque Stelle italien) apparaissent plus radicales, comment expliquer cette différence ? 

Christophe Bourseiller : Marion Maréchal semble aujourd’hui très éloignée du RN. Elle me semble jouer une carte personnelle. 

L’AFD répond aux critères du populisme. 

Quant au Mouvement 5 Etoiles, qui provient d’une forme de « gauche » anticonformiste, il est intéressant dans la mesure où il gouverne actuellement en Italie avec la gauche modérée. Il s’est en quelque sorte intégré au système. Or, les populistes, s’ils veulent gouverner, sont forcés de négocier leur intégration au jeu politique traditionnel.

Jean-Yves Camus : Ces partis ne seraient pas les choix du Général de Gaulle, c’est certain. Il faisait alliance avec les partis démocrates-chrétiens comme la CDU ou la Démocratie Chrétienne d’Italie. Je ne nie pas le caractère républicain du RN dans la mesure où factuellement lorsque l’on regarde son programme, ce n’est pas un parti qui réclame l’établissement d’un autre régime que celui républicain. On ne se sait d’ailleurs pas très bien ce qu’il ferait exactement de ces institutions, mais ce n’est pas un parti anti-républicain de manière déclarée. Je ne nie pas non plus que parmi les jeunes génération, celles à laquelle appartiennent les Bardella, Odoul et quantité d’autres, il y ai beaucoup moins de charges négatives à l’égald du Général de Gaulle car encore une fois, la Seconde Guerre Mondiale est loin (même si je ne les classes pas parmi ceux qui auraient pris le parti de l’occupant), la guerre d’Algérie aussi.

Mais le problème, c’est qu’en rendant hommage au Général de Gaulle, ils ne prennent qu’un certain nombre d’items dans son logiciel, notamment le souverainisme et une certaine forme de patriotisme économique, une volonté industrialisation, la planification, l’autonomie internationale quoique je ne suis pas sûr qu’il aurait fait le choix de Saddam Hussein ou de Vladimir Putin, mais je peux me tromper… Mais le gaullisme ce n’est pas uniquement cela !

Cela a aussi été à un moment la société de participation. C’est d’ailleurs pour cela que le Général est parti en 1969 à la suite du référendum. Ce dernier était une tentative d’une part de décentralisation, ce qui va à l’encontre du logiciel jacobin du RN, et d’autre part un pas vers une société que le Général voulait être plus ouverte. C’était une sorte de pied de nez à la droite que le Général détestait, la droite classique, conservatrice, d’argent. Je pense qu’il s’est lancé dans ce référendum en sachant qu’il allait perdre. Mais il voulait partir en affirmant la particularité de son programme par rapport à une droite conservatrice qui commençait déjà à relever la tête. Donc si on veut se réclamer du Général de Gaulle, il faut prendre la totalité de son programme et il faut prendre la totalité de son action dans la durée, depuis la résistance jusqu’à sa mort. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 30/05/2020 - 22:18
Ya-ka et idées générales.
La question c'est comment faire au-delà des slogans et des ya-ka. Relocaliser concrètement que faire ? Quid de l'euro, de la politique monétaire et de ses avantages et contraintes ? Quid des traités signés par la France, traités européens et traités de commerce signés collectivement par le biais de Bruxelles ? Quid de notre fiscalité et de nos facteurs de compétitivité ? Quid de l'escrologie ? Quid des questions de l'énergie, de l'industrie de défense, sur l'immigration quid de la de-ratification des traités qui nous retire toute latitude, quid de la justice , du Conseil Constitutionnel et du Conseil d'Etat qui, en gros, exécutent le programme de Soros etc...Sur tous ces sujets, que propose le RN précisément et dans quel ordre , avec quel mode opératoire ? En fait, MLP n'en sait trop rien, elle reste dans les idées générales et le clair obscur.
clo-ette
- 30/05/2020 - 17:40
Le RN
Son programme est actuellement celui qui est prôné depuis la crise sanitaire ( souverainiste, relocalisations , même sur l'Euro de çi de là on a bien cru un moment que A Merkel revenait au Mark !...) . Quant aux têtes qui s'assemblent à son pelage, bof, son ramage parvient à leurs oreilles .... Je ne suis pas une adhérente au RN, je ne suis pas politisée, mais on mettrait dans un logiciel, son score électoral présidentiel, la crise, son propos, ses adversaires, tout ceci maintenu jusqu'à 2022, son plafond de verre se briserait peut être bien !!
jurgio
- 30/05/2020 - 15:32
Le RN serait un parti séduisant
s'il avait les têtes qui s'assemblent à son pelage.