En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 11 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 15 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 16 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 17 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 17 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 18 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 20 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 14 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 16 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 17 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 17 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 20 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 20 heures
© YOAN VALAT / POOL / AFP
© YOAN VALAT / POOL / AFP
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

Publié le 28 mai 2020
Alors que le départ d'Edouard Philippe est évoqué dans de nombreux médias à l'issue du second tour des municipales dans le cadre d'un nouveau remaniement, Michel Fize s'interroge sur les deux personnalités de l'exécutif (le Premier ministre et le Président de la République).
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le départ d'Edouard Philippe est évoqué dans de nombreux médias à l'issue du second tour des municipales dans le cadre d'un nouveau remaniement, Michel Fize s'interroge sur les deux personnalités de l'exécutif (le Premier ministre et le Président de la République).

Partira, partira pas ? La question du départ de Matignon d’Edouard Philippe est posée. Avant d’entrer dans le vif du sujet, examinons la situation politique du moment. Après le retrait de vingt députés, dix du groupe LREM et dix non-inscrits, le mouvement du Président a perdu sa majorité absolue à l’Assemblée. C’est un point négatif pour Emmanuel Macron, même s’il peut compter sur le soutien des quarante-six députés Modem de François Bayrou. Un deuxième point négatif est la popularité du Premier ministre. Au dernier sondage ELABE, celui-ci vient de gagner 2 points, à 46 %, quand le Président en perdait 3, à 39 %. Les Français, à l’évidence, pour la gestion de l’épidémie de coronavirus, préfère le discours d’Edouard Philippe à celui d’Emmanuel Macron. Plus clair, plus construit, plus rassurant sans doute.

Edouard Philippe, dans l’esprit du Président, est certainement, dans les circonstances actuelles, utile au pays, donc à lui. Il est aussi sa caution de droite. Peut-il se l’aliéner aujourd’hui ? Probablement pas, ce qui pencherait en faveur de son maintien à l’Hôtel Matignon, au moins encore quelque temps. Et puis, Emmanuel Macron est fort démuni sur sa gauche, écolo ou pas. Peut-il, de ce fait, vraiment espérer des ralliements significatifs à sa personne ? Mais, sans aucun doute, il a besoin, pour l’Acte 2 de son quinquennat, de perspectives de gauche. 

Donc remplacer Edouard Philippe, mais par qui ? Un « progressiste de gauche ». C’est une piste. Mais d’autres options sont possibles. Il y a des prétendants comme Gérald Darmanin qui se morfond au Budget. Un écologiste, comme Yannick Jadot par exemple, après l’échec de Nicolas Hulot, paraît au contraire assez improbable. Pourquoi pas François Bayrou qui peut désormais peser à l’Assemblée nationale ? Une chose est sûre, il n’est pas simple de remplacer Edouard Philippe d’autant que, pour nombre de députés de la majorité, il n’a pas démérité.

Prenons à présent un peu de recul par rapport à l’évènement à venir (ou pas). En régime de quinquennat, aucun « duo » à la tête de l’Etat ne peut fonctionner. La présidence Sarkozy est l’exception qui confirme la règle, parce que François Fillon accepta, par intérêt politique, son rôle de « collaborateur » du Président. L’introduction du quinquennat en 2002 (avec 70 % d’abstentions lors du vote) a été une véritable faute politique parce que la réforme ne s’est accompagnée d’aucun autre changement institutionnel, qui était cependant nécessaire. Il eut fallu réfléchir sur le bien-fondé de maintenir le bicéphalisme de l’Exécutif. Il y avait désormais un homme de trop. En effet, le quinquennat pousse naturellement le Président à descendre dans l’arène politique, à vouloir s’occuper du quotidien, et même du « détail » pour reprendre une expression récente d’Emmanuel Macron. Or, comme le Premier ministre, par définition, est dans ce même quotidien, qu’il conduit les affaires « courantes » du pays, le « marchage des pieds » est fatal. Sauf à bien définir qui fait quoi, à délimiter strictement les périmètres respectifs d’action. Mais cette tâche semble bien délicate. Sans compter les caractères du président de la République et du Premier ministre qui peuvent souvent différer, voire se montrer incompatibles.

Si l’on inclut à présent dans notre analyse les périodes de septennat, l’on sait combien les cohabitations au sein de l’Exécutif furent compliquées. Citons quelques exemples : Pompidou-Chaban Delmas, Giscard d’Estaing-Chirac, Mitterrand-Rocard, Hollande-Valls.

Si l’entente Macron-Philippe semble en revanche avoir bien fonctionné jusqu’au début de la crise sanitaire, elle s’est manifestement détériorée aujourd’hui – malgré les démentis (souvent gênés) des deux hommes.

La solution à l’imbroglio du quinquennat est connue : couper l’une des deux têtes de l’Exécutif. Beaucoup penchent pour sacrifier celle du Premier ministre. Permettez-moi ici d’exprimer un avis personnel contraire – sur lequel je me suis souvent exprimé -, c’est la tête d’un Président « tout-puissant » qu’il faut supprimer. Il en va d’une démocratie bien comprise. La France de 2020 a besoin d’un authentique régime parlementaire et citoyen combinant démocratie représentative et démocratie directe.

Michel Fize a publié Une insurrection populaire au destin encore incertain (Ed. Amazon, 2019)

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cmjdb
- 28/05/2020 - 20:30
PEUPLE SOUVERAIN SOUMIS A UNE DICTATURE
Notre démocratie est dévoyée par l'oligarchie qui s'est emparée du pouvoir autoritaire, a mis 2 pions à l'Elysée et Matignon pour en faire une dictature. Quand le 1er Ministre, aujourd'hui même se croit obligé de dire que "la liberté est la règle " , çà en dit long des "remontées de l'opinion" et des risques insurrectionnels. Une réforme de la constitution s'impose pour que le peuple bafoué redevienne LE PEUPLE SOUVERAIN FRANCAIS et que l'OUTRAGE AU PEUPLE à qui on ment, dissimule, promet "à ceux qui y croient" , fraude, spolie, que l'on nomme la propagande "communication" n'y change rien. Des excuses publiques sur la voie des médias complices devrait être la règle pour assainir le fonctionnement. Pour des peccadilles, Jupiter traine les citoyens en justice, alors qu'il manipule l'opinion en permanence.
Marie Esther
- 28/05/2020 - 18:05
c'est le systeme qui est devenu inadapte
la Constitution de la Ve republique correspondait en 1958 a ce qui souhaitait le General de Gaulle surtout apres les problemes poses par la 4e et son instabillite, mais les differentes reformes l'ont fait evoluer en fait vers un regime presidentiel (voir ce que pensait Sarkozy de son premier ministre) sans contre pouvoirs reels et efficaces surtout depuis la concordance des elections presidetielles et legislatives
J'accuse
- 28/05/2020 - 17:35
Pour une Ve bis
Si Macron remplace Philippe, il se donne un nouveau concurrent sérieux pour 2022; au contraire, s'il le garde, comme aucun Premier ministre en exercice n'a gagné une présidentielle, il l'empêche de se présenter.
Le problème n'est pas d'avoir un exécutif bicéphale (que le meilleur gagne !), mais qu'on ait une Assemblée de godillots. Ça transforme le Parlement en une Assemblée consultative, donc inutile. Les députés de la majorité sont soumis, lâches et carriéristes. Que faire pour les responsabiliser, pour obliger ces représentants du peuple à ... représenter le peuple ?
Ils tiennent leur mandat du président (ils sont élus sur son nom), et ce mandat est suspendu au bon vouloir du président (pouvoir de dissolution).
Suggestions: 1- organiser les Législatives AVANT la Présidentielle; 2- supprimer le pouvoir de dissolution du président.
[Ne changeons pas de numéro de République pour ça: ce sera le changement dans la continuité. Ou l'inverse]