En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

01.

Prévoir le diabète

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 11 min 45 sec
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 3 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 4 heures 20 sec
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 4 heures 49 min
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 20 heures 36 sec
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 21 heures 26 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 21 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 1 jour 35 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 53 min 26 sec
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 3 heures 39 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 4 heures 22 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

il y a 5 heures 4 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 20 heures 13 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 21 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 22 heures 36 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 1 jour 53 min
© Olivier HOSLET / EPA / AFP
© Olivier HOSLET / EPA / AFP
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

Publié le 28 mai 2020
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dévoilé un plan de relance de 750 milliards pour aider les pays européens à surmonter la crise économique suite à l'impact du Covid-19. Comment ce plan va-t-il être réparti et comment sera-t-il financé ?
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dévoilé un plan de relance de 750 milliards pour aider les pays européens à surmonter la crise économique suite à l'impact du Covid-19. Comment ce plan va-t-il être réparti et comment sera-t-il financé ?

Atlantico.fr : Hier, la Commission Européenne a proposé un plan de relance massif de 750 milliards pour aider l'Europe à sortir de la récession due au coronavirus. Comment cet argent va-t-il être réparti ?

Jean-Paul Betbeze : De fait, la Commission Européenne n’a pas été arrêtée par la Cour Fédérale Allemande. Elle propose encore plus de projets, avec donc encore plus de milliards d’euros à trouver ! Ce n’est pas une provocation, même si certains pourront dire que ceci y ressemble. Le projet de la Commission Européenne est en effet un nouveau plan de relance, Next Generation EU, avec une enveloppe de 750 milliards d’euros et non plus 500 – comme proposé par Angela Merkel et Emmanuel Macron, plus 1 100 milliards (les anciens 1 000 milliards du Green Deal de fin 2019, revus à la hausse).

La répartition de ces 1 850 milliards obéit à deux logiques : une « logique de composantes », si l’on peut dire et une « logique par objectifs » :

• la « logique de composantes » comprend trois parties : le Green Deal (où l’on retrouve l’essentiel du programme pluriannuel présenté par Ursula Dan den Leyen : rénovation énergétique des bâtiments, énergie renouvelable, mobilité propre, neutralité carbone…), plus la partie de « Renforcement et résilience du marché intérieur », avec les soutiens à des secteurs stratégiques (5G, Intelligence Artificielle, cyber, cloud...) et la partie de « relance socialement juste » (SURE : financement de chômage partiel, soutien aux compétences et à l’éducation numérique, salaire minimum « juste » européen…),

• la « logique par objectifs » qui comprend des soutiens à l’investissement public pour 80% (plans nationaux examinés centralement, hôpitaux, transition énergétique…), à l’investissement privé pour 15% (renforcement du Plan Juncker, soutien à des entreprises en difficulté et à l’autonomie stratégique de certains secteurs, tel le médicament) et, pour 5% un fonds dédié à renforcer la santé et la protection civile eu Europe.

Nous sommes donc face à un ensemble de propositions plus intégrées et augmentées, par rapport au Plan Green Deal de 100 milliards d’euros et de 250 par rapport à la proposition Merkel-Macron qui avait déjà fait réagir, parce qu’elle mutualisait les financements, distincts des projets (500 milliards de transferts et 250 de prêts désormais). Nous sommes donc face à des transferts, mot tabou. On parle de 82 milliards pour l’Italie, 77 pour l’Espagne et 39 pour la France, soient les écarts entre les apports en financements, au niveau européen, de chaque pays et les projets financés dans chaque pays.

Comment ce plan de relance va-t-il être financé ?

• Pour aller aussi vite que possible, le Plan de relance s’inscrit dans le cadre du CFP (Cadre Financier Pluriannuel – 7 ans) qui n’avait pas pu être bouclé en février pour 1095 milliards, mais rien ne sera prêt avant janvier 2021. 

• Pour lever les oppositions, il est prévu qu’une part importante des financements dépendra d’une validation d’ensemble, donc de discussions, débats, réformes : c’est sans doute le prix à payer pour le passage à une union de transfert. 

• Pour lever cet argent, l’Union (la Commission de Bruxelles) propose de le faire elle-même sur les marchés, sur la base de garanties des Etats membres, donc de milliards qui ne sont pas censés être déboursés par eux, et donc pas écrits chez eux en dettes, mais en engagements. C’est là la magie ! Ces emprunts réalisés au nom de l’UE, les premiers du genre, se placeront sans problème à des taux très bas. Le marché cherche des placements sûrs. Pour lui, ce sera du quasi bund allemand.  Ces montants seront ensuite versés aux états pour financer les projets. 

• Mais avant, l’Union doit relever le plafond des ressources propres, de 1,2% à 2% du RNB européen, ce qui n’ira pas de soi. Alors, pour réduire le coût du remboursement, la Commission propose de créer de nouvelles ressources qui lui seraient propres, c’est-à-dire allouées au budget européen, non aux budgets nationaux. Ce seraient tout ou partie des nouvelles taxes carbone aux secteurs maritime et aérien ou du  mécanisme d'ajustement carbone aux frontières. La Commission songe aussi à une taxe sur les plateformes numériques voire à un impôt européen sur les sociétés. Pour elle, ces ressources permettraient de rembourser l’emprunt et les intérêts, mais on voit que la mutualisation de la dette mènerait à une fiscalité européenne rendant le budget communautaire moins dépendant des États membres, donc plus fédéral. Vaste programme !

Ces 750 milliards suffiront-ils à relancer l'économie européenne ? 

Non, car tout dépend de la pandémie et des besoins liés à la relance. 

La pandémie frappe certes partout en zone euro, mais surtout les PME, surtout les PME grecques, espagnoles et italiennes. Les enquêtes de la Banque Centrale Européenne montrent ainsi que ces PME ont été les plus touchées par la crise sanitaire, les plus demandeuses de financements bancaires supplémentaires et font face à plus de difficultés. Les PME espagnoles et italiennes, déjà fragiles avant le virus, ont plus de besoins et s’adressent à des banques déjà fragiles. Tel n’est pas le cas en Allemagne, où les banques régionales répondent favorablement aux demandes, relativement limitées de leurs PME, généralement solides. La France se trouve dans une situation intermédiaire, avec des PME souvent fragiles qui discutent avec des banques solides : elles obtiennent en général satisfaction, sans hausse notable des conditions. Mais nul ne sait si ceci sera suffisant si la pandémie s’installe et surtout si la consommation ne retourne pas rapidement à la situation antérieure.

Non, surtout, car on ne sait pas à quel point il faudra changer les structures de distribution et de production, avec les obligations de distanciation. Non, car on ne sait comment évoluera le système concurrentiel, avec des entreprises qui pourront plus rapidement revoir leurs chaînes de production, robotiser davantage, se protéger de raids…

Ce qui est sûr, c’est que le prix de la pandémie sera de plus en plus élevé, celui de ses préventions plus élevé encore et celui de la nouvelle compétitivité supérieur. Mais, dans ce contexte, il faut commencer à réparer, à unir, à baliser le futur, à préparer les esprits des patrons, des salariés et des politiques. Les banques et les marchés financiers sont au courant, seuls certains (experts ?) pensent que taxer les riches résoudra tout. Souhaitons que ceci ne devienne pas une autre pandémie, elle serait pire que l’actuelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 29/05/2020 - 09:07
Excellente préparation avec les bons choix
pour son déploiement dans l'UE. Nous pouvions avoir des doutes sur l'UE, mais aujourd'hui nous pouvons qu'être satisfaits d'1 telle mise en œuvre et ou chaque Province de l'UE (comme le dirait Montesquieu) ne subit pas, mais sera relancée, pour son Avenir et notre Avenir. Notre Avenir à nos +de 500 millions d'habitants et qui sans cette force Commune (ds 27) ne serait qu'1 descente individuelle aux Enfers. Un avenir n'est possible, pour l'avenir, qu'avec 1 force Commune. En effet, le Monde se fera qu'avec ds plaques formant 1 entité géographique économique, géographique Politique, géographique Militaire, avec ses masses de Populations permettant 1 consolidation Sociale, agricole, culturelle, Sportive, car son Histoire Commune le permet.
Ceux qui ne pensent & se pensent que dans 1 repli individuel n'ont rien compris à la Nature de l'Homme. En fait, ils pensent comme des Néandertaliens qui ont disparu, ne pouvant accepter 1 communication sociale plus grande qu'1 lieu-dit. 1 confetti n'offre aucune joie, mais des milliers de Confettis sont 1 Fête. Évidemment, ça ne veut pas dire que par Miracle tout se passera sans efforts, sans chicanes, sans l'envie d'être 1 Communauté d'Avenir
spiritucorsu
- 28/05/2020 - 23:17
Ne pas stresser le troupeau avant l'abattage!
Que l'auteur de l'article se rassure,les oligarchies en place n'ont aucunement l'intention de payer la note alors qu'il est si facile d'en faire porter le poids par les masses laborieuses de la classe moyenne ainsi que les retraités.Les eurocrates de Bruxelles y ont déjà pourvu en annonçant officiellement la création d'un nouvel impôt européen pour éponger la dette.Alors pour rendre la chose plus indolore,on chloroforme le troupeau à coup de valises de billets fictives dont de toute façon,il ne verra pas la couleur.Tous les équarisseurs vous le diront,il ne faut pas stresser la bête avant l'abbatage,cela donne un mauvais goût à la viande.
lasenorita
- 28/05/2020 - 13:59
La France est le dindon de la farce!
La France contribuera pour environ 17,6% au budget européen,donc elle paiera le plan de 500 milliards dans cette proportion soit 88 milliards alors qu'elle recevra que 39 milliards!L'Italie recevra 172 milliards et l'Espagne 140 milliards!..Il faut être anti-Français pour se féliciter de ce plan..alors que la France a la plus forte baisse du PIB à cause du covid et que a France a le plus fort déficit commercial de l'U.E.:70 milliards...Payer 88 milliards pour en avoir 39 n'est pas juste ni équitable pour le contribuable le plus taxé du monde!...