En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 4 heures 40 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 6 heures 10 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 10 heures 4 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 11 heures 8 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 12 heures 11 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 4 heures 28 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 5 heures 28 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 10 heures 36 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 11 heures 14 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 11 heures 43 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 12 heures 6 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 12 heures 50 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 13 heures 19 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 13 heures 53 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

Publié le 27 mai 2020
En France, le chômage a tendance à durer plus longtemps qu’ailleurs et quand il monte il met plus de temps à redescendre.
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul est économiste et professeur à l'université Toulouse I.Il est l'auteur du rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé Immigration, qualifications et marché du travail sur l'impact économique de l'immigration en 2009.
Voir la bio
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En France, le chômage a tendance à durer plus longtemps qu’ailleurs et quand il monte il met plus de temps à redescendre.

Atlantico.fr : Les chiffres d'après épidémie inquiètent, entre faillites et licenciements, certains prévoient jusqu'à un million de chômeurs supplémentaires en septembre et ce, même si l'activité partielle se maintient. Alors que le gouvernement annonce une hausse du coût pour les entreprises de ce chômage partiel, comment expliquer ces projections ? 

Gilles Saint-Paul : Les mesures sur le chômage partiel visent avant tout à protéger l’infrastructure économique des grandes entreprises en le dissuadant de détruire des postes de manière permanente. Mais le chômage évolue sous l’effet de deux forces. D’une part la destruction d’emplois, que le gouvernement s’efforce de mitiger avec ces mesures sur le chômage partiel. D’autre part la création d’emploi. Or celle-ci est en panne ; les mesures de chômage partiel évitent des licenciements mais ne stimulent pas les embauches. Ces dernières représentent une part considérable des mouvements de main d’œuvre et le chômage peut donc augmenter très rapidement sous le simple effet d’une panne dans les embauches. 

L’ampleur de la crise est tel qu’on peut s’attendre à une chute importante des embauches alors même que nombre de jeunes diplômés vont bientôt se déverser sur le marché du travail. Et comme vous le faites remarquer, faillites et licenciements augmentent, car même si une entreprise peut bénéficier du chômage partiel, elle préfèrera fermer ou licencier si elle ne s’attend pas à une reprise rapide de son activité. Le chiffre d’un million est donc réaliste, on peut s’attendre à un taux de chômage au moins égal à 15 % d’ici un an. 

Si l'activité partielle a permis, pour l'instant, de prévenir une forte hausse du nombre de demandeurs d'emplois comme aux États-Unis ou en Australie, notre économie a plus de mal à les réintégrer au marché du travail que ces pays-là. Parmi les 8,6 millions de "chômeurs partiels" quelle part viendra rejoindre les rangs de demandeurs d'emploi et pourquoi cette spécificité française ?  

Gilles Saint-Paul : Cette spécificité française est à rapprocher des pratiques allemandes en matière de réduction négociée du temps de travail pour encaisser le choc d’une récession. Ce type de mesure n’est pas forcément une mauvaise idée. Les Etats-Unis laissent jouer pleinement la flexibilité du marché du travail mais pour en compenser l’effet sur le chômage ils stimulent l’économie en laissant filer les déficits publics et en fragilisant à long terme leurs comptes publics. En principe, convaincre les entreprises de maintenir une activité réduite peut s’avérer une meilleure idée. Mais ici, il y a deux problèmes. D’une part, cette politique n’a de sens que si la crise est passagère et si l’on s’attend à ce que la structure de l’économie, au moment de la reprise, soit comparable à ce qu’elle était avant la crise. Or, cette crise va avoir des séquelles profondes et durables et l’économie aura profondément changé du fait de l’évolution des normes sanitaires et des relocalisations. Cela suggère que bien des emplois maintenus grâce au chômage partiel risquent de finir par néanmoins disparaître. D’autre part, l’indemnisation du chômage partiel est généreuse et son coût pour les finances publiques tout aussi abyssal que celui des mesures américaines de stimulus. C’est parce que le choc est d’une telle ampleur que le gouvernement ne pense pas sans sortir à meilleur compte. Mais cette logique a des limites, d’une part parce que la dette publique augmente très rapidement, d’autre part parce que les incitations pour revenir au travail à plein temps, à ce niveau d’indemnisation, sont très faibles. Le gouvernement risque fort de se trouver dans une impasse : soit continuer dans une trappe à temps partiel, avec ce que cela implique sur l’explosion des déficits et les menaces que cela fait peser sur l’Euro, soit inciter les gens à retravailler à temps plein en réduisant l’indemnisation, ce qui risque de déclencher une nouvelle vague de licenciements due aux emplois que le chômage partiel maintenait sous perfusion. 

Donc, je m’attends à ce qu’une bonne partie des chômeurs à temps partiel, peut-être la moitié d’entre eux, viennent rejoindre les rangs des chômeurs « plein pot » dans les mois qui viennent. La vraie question est : vont-ils rapidement retrouver un emploi dans les nouveaux secteurs d’activité, ou bien allons-nous nous enfoncer dans la dépression ?

Quelles seront les conséquences si la crise produit des chômeurs "longue durée" en France ? Comment remédier à ce drame économique et humain qui se profile ? 

Gilles Saint-Paul : Les conséquences seront dramatiques. Les français qui s’imaginent à l’abri du besoin grâce à leur statut, leur convention collective, leur retraite ou leurs aides se bercent de douces illusions. Les recettes publiques sont en chute libre et la dette explose. Quel que soit le scénario envisagé, l’Etat, la Sécurité Sociale, les partenaires sociaux, se verront dans l’incapacité de tenir leurs promesses. On peut donc craindre l’effondrement du modèle social français, dans un scénario comparable à ce qu’ont connu la Grèce ou, avant elle, l’ex-URSS. Les récipiendaires de ce modèle social (retraités, chômeurs, fonctionnaires, intermittents, milieu associatif, handicapés, salariés prétendument protégés par de généreuses conventions collectives…) se retrouveront alors brutalement paupérisés, du fait que le financement de leurs droits aura disparu du jour au lendemain. Un scénario avec 20 à 30 % de chômeurs et des réductions dans les retraites et salaires de près d’un tiers est parfaitement possible. La Grèce l’a déjà vécu, dans une situation où la conjoncture internationale était pourtant bien plus favorable. 

Aux euros distribués généreusement dans le cadre du plan de soutien, ne correspond aucune contrepartie en termes de bien et de services. Si les gens se mettent à essayer de les dépenser, il faut s’attendre à une hausse rapide du niveau des prix et à un appauvrissement généralisé. En effet, dans bien des secteurs, la productivité a chuté du fait des mesures de distanciation sociale et de la mise à mal de la chaîne de valeur globale. Ces secteurs augmenteront leur prix, car ils ne seront pas en mesure de faire face à un niveau de demande comparable à celui qui prévalait avant le COVID. Qu’on songe à un restaurant parisien contraint de maintenir une distance d’au moins un mètre entre les clients. La capacité de la salle est divisée par 4 et pour rentrer dans ses frais, le restaurant doit facturer l’addition à 200 euros eu lieu de 50. Je vous laisse imaginer le nombre de restaurants qui vont survivre dans ces conditions.

Si le gouvernement, sous pression de la BCE, essaie d’éviter une telle dérive inflationniste, il devra empêcher la demande intérieure d’augmenter trop rapidement, en augmentant les impôts (TVA, CSG…) qui sont déjà pratiquement les plus élevés du monde ; cela se traduira également par un appauvrissement et une réduction supplémentaire des incitations économiques, donc de l’offre. 

Si le pessimisme est tel que la demande intérieure ne redémarre pas, alors l’économie s’enfoncera dans le marasme et les chômeurs mettront des années à retrouver du travail.

Quelles sont les causes du taux de chômage en France qui ne baisse pas ou peu depuis des décennies et désormais promis à une forte augmentation suite à la crise post-CoVid 19 ?

Michel Ruimy : Le débat sur les chiffres du chômage français est récurrent, notamment en raison de son fort taux, particulièrement chez les jeunes. Alors que nous avions atteint, à la fin de l’an passé, le niveau le plus bas depuis la crise financière de 2008 (8,1% de la population active), il est à craindre son élévation dans les mois à venir. Il retrouverait alors une situation structurelle, dont les causes sur les quatre dernières décennies sont multiples, variées et imbriquées. Ceci constitue, d’ailleurs, une des difficultés majeures de son traitement. 

Parmi ces causes, nous pouvons citer - à moduler toutefois selon les circonstances - l’insuffisance de l’activité mais également un coût du travail élevé (rémunération + charges sociales patronales), une certaine rigidité du code du travail (procédures de licenciement relativement contraignantes et coûteuses), la progression constante de la population active, l’inadéquation de l’offre à la demande sur le marché du travail due, dans une certaine mesure, à un système d’éducation et de formation déficient (200 000 offres d’emplois non pourvues et certains secteurs d’activité en peine à trouver du personnel), la mondialisation et la multiplication des délocalisations pour les industries de main d’œuvre… Toutes ces raisons, qui ne sont pas exhaustives, sont un frein à la compétitivité des entreprises.

Comment expliquer que notre taux de chômage soit particulièrement difficile à faire baisser contrairement aux pays anglo-saxons par exemple ?

Michel Ruimy : L’économie française se caractérise par un important sous-emploi - personnes actives à temps partiel souhaitant travailler davantage, au chômage technique…- par rapport à des pays de dimensions plus ou moins comparables (Royaume-Uni, Allemagne, États-Unis, Autriche, Pays-Bas, Suède, Danemark…). Ainsi, en France, le nombre total d’emplois est d’environ 27 millions pour une population totale de 67 millions d’habitants alors qu’il est de 32 millions au Royaume-Uni pour une population de 63 millions, de 41 millions en Allemagne pour une population de 81 millions d’habitants et de l’ordre de 162 millions aux États-Unis pour une population de 325 millions d’habitants. On observe donc un taux d’emploi proche de 50% par rapport à la population totale dans ces pays et de 40% en France. 

Même en tenant compte de différences démographiques qui peuvent contribuer à expliquer ces écarts de taux d’activité, le nombre de travailleurs devrait atteindre 33,5 millions. Ainsi, c’est le sous-dimensionnement de l’économie française qui expliquerait le chômage de masse spécifique à la France, la plupart des pays de l’OCDE étant aujourd’hui proches du plein emploi. En d’autres termes, sans porter de jugement sur les personnes concernées, il y a environ 6,5 millions de personnes qui vit exclusivement de l’aide de l’Etat via les transferts sociaux et l’accès aux services publics, payés par les impôts de la France qui travaille. 

Il est donc absolument vital de renouer avec une politique de croissance qui ramènera la France vers un taux d’emploi plus satisfaisant, seule solution réaliste pour améliorer le niveau de vie des Français déjà au travail - et des Français dans leur ensemble - mais aussi de pouvoir améliorer la situation des finances publiques. Il convient donc de permettre à nos entreprises de regagner en compétitivité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 27/05/2020 - 15:30
Il parait que
Marine Le Pen serait en embuscade ....
edac44
- 27/05/2020 - 14:01
Taxes, impôts et nombre d'assistés les plus élevés du monde !...
FRANCE : Taxes, impôts et nombre d'assistés les plus élevés du monde !...

Tout est dit ici :
"On observe donc un taux d’emploi proche de 50% par rapport à la population totale dans ces pays et de 40% en France. "
et surtout :
" il y a environ 6,5 millions de personnes qui vivent exclusivement de l’aide de l’Etat via les transferts sociaux
mais encore
l’accès aux services publics, payés par les impôts de la France qui travaille. "

Et la France continue d'accueillir ces soit-disant réfugiés plus attirés par l'assistance françaises aux bouches inutiles et aux incapables (à part se reproduire en masse) que par la recherche d'un réel boulot pour s'assumer librement !...

Allez Marine,
la porte du pouvoir se sait jamais autant entre ouverte qu'aujourd'hui !..

Et pour relacer l'emploi, va d'abord falloir faire le "ménage", non ???

Alors, c'est quoi le programme ???