En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

04.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville

07.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 10 min 40 sec
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 2 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 13 heures 7 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 18 heures 46 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 19 heures 48 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 22 heures 15 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 23 heures 12 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 1 jour 26 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 50 min 25 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 2 heures 23 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 18 heures 33 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 22 heures 52 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 23 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 1 jour 43 min
© Sebastian Gollnow / dpa / AFP
© Sebastian Gollnow / dpa / AFP
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

Publié le 26 mai 2020
Avec Dov Zerah
Le 5 mai dernier, le tribunal constitutionnel fédéral de Karlsruhe a reproché à la Banque centrale européenne sa politique monétaire. L’arrêt de la cour suprême allemande remettant en cause le programme anti-crise de la BCE a suscité de vives réactions au niveau européen. La présidente de la Commission, Urusla von der Leyen, avait annoncé qu’elle pourrait lancer une procédure d’infraction à l’encontre de Berlin.
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 5 mai dernier, le tribunal constitutionnel fédéral de Karlsruhe a reproché à la Banque centrale européenne sa politique monétaire. L’arrêt de la cour suprême allemande remettant en cause le programme anti-crise de la BCE a suscité de vives réactions au niveau européen. La présidente de la Commission, Urusla von der Leyen, avait annoncé qu’elle pourrait lancer une procédure d’infraction à l’encontre de Berlin.
Avec Dov Zerah

Le 5 mai dernier, la Cour constitutionnelle de Karlsruhe a rendu un arrêt qui interpelle ! Elle demande à la Banque centrale européenne (BCE) de présenter dans un délai de trois mois une justification de sa politique d’achats de titres publics conduite depuis cinq ans.

La Cour a pris la précaution de préciser qu’elle ne visait pas le refinancement des décisions liées à la pandémie. Était-ce utile ? L’argent est par définition fongible, et il est impossible d’assurer la traçabilité entre un rachat de titres publics et le paiement d’une dépense quelle que soit sa destination.

Avec des médias complétement focalisés sur les masques, les tests, les vaccins, l’hydroxy chloroquine…, l’information est passée sous les radars alors qu’elle aurait dû soulever un tollé. Á quel titre la Cour constitutionnelle se permet-elle de « sommer » la BCE ?

Comment une telle instance compétente pour dire le droit en Allemagne mais seulement outre Rhin, a-t-elle pu s’aventurer à adresser une injonction à la BCE ?

Heureusement que la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a rappelé qu’elle était « seule » compétente à apprécier et juger les actes des institutions européennes dont la BCE. Tous les États de la zone euro auraient dû réagir. Accordons-leur le bénéfice du doute en considérant qu’ils n’ont pas voulu monter en épingle le sujet car il n’y a aucun risque d’interférence dans l’ordre juridique européen.

Néanmoins le sujet n’est pas neutre car la Cour de Karlsruhe est récidiviste. Au-delà du problème juridique, elle crée un problème politique car elle donne le sentiment que l’Europe actuelle est allemande.

Cela a commencé au début des années quatre-vingt-dix au moment de la négociation du Traité de Maastricht, et l’opposition a été plus intense depuis la crise de 2008-2009.

La Cour constitutionnelle ne s’autosaisit pas d’elle-même ; elle intervient sur la base de plaintes reçues de citoyens allemands. Certes, mais cela ne justifie pas pour autant qu’elle y donne suite. Elle devrait purement et simplement débouter les plaignants en se déclarant incompétente, ou alors saisir le gouvernement allemand ou la CJUE. Elle a déjà saisi la CJUE en 2014, mais sans succès. Cela ne l’empêche pas de poursuivre.

Au-delà du sujet de la capacité de la Cour de Karlsruhe, et de l’opportunité d’une telle intervention, la politique d’assouplissement monétaire de la BCE soulève deux questions :

  • Un problème juridique. Le Traité de Maastricht interdit à toute banque centrale de la zone de participer au financement d’un État de la zone pour éviter toute création monétaire non directement liée à une augmentation de la production, conjurer la « planche à billets ».
  • Des inquiétudes économiques. La semaine dernière, j’écrivais : « La création monétaire par les banques centrales et le ralentissement, voire l’arrêt, des activités économiques devrait, selon la théorie conduire à l’hyperinflation. Selon la théorie monétariste … un excès de signes monétaires par rapport à la valeur nominale des biens entraine automatiquement, voire mathématiquement, un ajustement par les prix. Cela fait plus d’une vingtaine d’années que, de crise en crise, le Monde est submergé de liquidités sans aucune recrudescence de l’inflation ; bien au contraire, c’est le risque de déflation qui inquiétait les banquiers centraux. Merci à la mondialisation et à la concurrence exacerbée qui contrecarre tout mouvement inflationniste. »

Au-delà de ce risque, un excès de liquidités favorise tous les excès de la finance et la constitution de bulles spéculatives qui conduisent à leur éclatement.

Ces risques justifient toutes les interrogations, tous les questionnements des citoyens, des responsables… Elles peuvent venir de la Cour de Karlsruhe, à condition qu’elle ne perturbe pas l’ordre judicaire.

N’oublions pas que les Allemands ont toujours en mémoire les deux catastrophes monétaires du XXème siècle :

  • La crise de 1923-24. L’Allemagne a du mal à se relever de la défaite ; baisse de la production industrielle, prélèvements belges et français au titre des réparations, hyperinflation… En six mois, de juillet 1922 à janvier 1923, le dollar passe de 420 à 49 000 marks ; nous avons tous en tête les photos des Allemands allant faire leurs courses avec des brouettes de billets. Cela a entrainé la paupérisation des classes moyennes, ce qui constitua le terreau du nazisme.
  • La réforme monétaire de 1948. Au lendemain de la guerre, le pays est détruit ; il est divisé, et les Soviétiques finissent par faire bande à part. Le Deutsche mark est alors créé par les trois alliés occidentaux.
  • La gouvernance de la BCE. La démarche de la Cour constitutionnelle est, quelle que soit la pertinence de ses questions, dans une impasse. L’Allemagne a voulu un Banque centrale indépendante. Elle l’est. Cela ne pose aucun problème lorsque les décisions de la BCE déclinent un consensus.

Mais, il peut y avoir divergence. Ce fut le cas à la fin du mandat de Mario Draghi ; des membres du Conseil des Gouverneurs n’avaient pas hésité à exprimer publiquement leur opposition. Que faire dans cette situation ? Cela laisse entier le sujet du contrôle de la BCE dans l’espace démocratique européen.

Si la Cour constitutionnelle persiste dans cette démarche, elle ouvrirait un engrenage préjudiciable à la BCE, à la zone euro, à l’ordre judiciaire européen… La Cour ne peut indéfiniment remettre en cause de la primauté du droit européen sur les droits nationaux.

Heureusement que le leadership franco-allemand nous a dernièrement offert de véritables perspectives pour le continent avec le plan de relance de 500 Md€.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 26/05/2020 - 14:30
Une chance perdue
La Cour de Karlsruhe avait ouvert la perspective intéressante d'une sortie en bon ordre de l'Euro, avec, en prime, le renoncement de l'Allemagne à diriger l'union européenne.
Les européistes naïfs et les politiques allemands de Berlin comme de Bruxelles se sont ligués contre les juges constitutionnels pour assurer la domination allemande dans la zone euro, c'est-à-dire, l'Europe continentale.
Ce n'est bon pour personne que l'Allemagne redevienne une grande puissance, mais seulement continentale, et au détriment de ses partenaires.
La France a perdu une chance, mais le Royaume-Uni est parti, et bientôt des résistances vont renaître.....