En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

04.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville

07.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 6 min 7 sec
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 52 min 59 sec
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 3 heures 24 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 19 heures 34 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 23 heures 53 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 30 min 47 sec
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 3 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 14 heures 8 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 19 heures 47 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 20 heures 49 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 23 heures 16 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 1 jour 13 min
© Juan Mabromata / AFP
© Juan Mabromata / AFP
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

Publié le 26 mai 2020
La crise du coronavirus et ses conséquences économiques vont fortement impacter la génération des diplômés de cette année 2020. Quelles pourraient être les conséquences sur le marché du travail pour ces jeunes diplômés ? Quelle est la meilleure attitude à adopter face à cette perspective ?
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise du coronavirus et ses conséquences économiques vont fortement impacter la génération des diplômés de cette année 2020. Quelles pourraient être les conséquences sur le marché du travail pour ces jeunes diplômés ? Quelle est la meilleure attitude à adopter face à cette perspective ?

Atlantico.fr : Quel impact pourrait avoir la crise économique post-coronavirus sur les conditions d'embauche de la génération des diplômés de 2020 ?

Pierre Duriot : Il est vrai que le diplôme obtenu en 2020 pourra apparaître comme dévalorisé, mais ce sera du trompe l'oeil. La perception du diplôme a bien évolué, depuis ce bac quasiment obtenu à l'unanimité, donné et dévalorisé, disent certains, avec une assez juste raison. Les employeurs ne sont pas nés de la dernière pluie et n'ont pas que le diplôme comme indicateur. Ils se concentrent désormais, bien plus qu'avant, sur les savoir-faire et surtout sur les savoir-être, qui témoignent plus objectivement sur vos chances d'intégrer harmonieusement une entreprise, que la présentation d'un diplôme brut. Pour la pratique, ça ne devrait pas changer grand chose, parce que des employeurs ne peuvent pas faire l'impasse sur une génération, au prétexte que les cours n'auront pas tous été dispensés et que les examens n'auront pu être passés dans les conditions optimales. Déjà, hors pandémie, la différence est abyssale entre ceux qui se contentent de leurs cours et ceux qui glanent, de leur propre initiative, des informations périphériques et élargissent leurs champs de compétences en allant au-delà de ce qui est dispensé à l'école. Ceux-là auront télé-étudié, ce sera même un apport à faire valoir pour une future activité professionnelle. Le télé-travail, généralisé avec plus ou moins de succès pendant la crise, va, à coup sûr, devenir quelque chose de plus fréquent que par le passé. Même si le diplôme aura un air dévalorisé, les compétences des candidats sont intactes, les employeurs sauront les déceler et ce sera aux candidats les mettre en valeur, selon le jeu habituel des entretiens d'embauche.

A-t-on d'autres exemples de génération de diplômés sorti des bancs de l'école ou des universités en temps de crises ?

Bien sûr, nous avons la génération de 1968, qui a obtenu, à son époque, des diplômes considérés quelques temps comme dévalorisés et on ne peut pas estimer aujourd'hui que les Soixante-huitards aient eu des carrières au rabais, loin s'en faut et pour certains, ce serait même le contraire : ils ont surfé sur ce millésime devenu mythique. Plus prosaïquement et surtout plus courant, il y a les diplômes obtenus, par exemple, dans le 93, qui n'ont pas non plus une image d'excellence aux yeux des recruteurs. Ils peuvent les associer à une culture, un langage ou des comportements, inappropriés en entreprise, là encore, parfois avec raison. Mais comme le dit l'adage désormais à la mode : pas d'amalgame. Le candidat diplômé, brillant, doit savoir et sait, sortir du lot lors d'un entretien d'embauche. Il reste, de toute façon, une part de déterminisme social, une « prépa » à Henri-IV aura toujours plus de panache qu'une autre en quartier sensible ou dans une obscure ville moyenne de province, mais cela, quelle que soit l'année d'obtention et les vicissitudes de l'actualité.

Quelle attitude adopter lorsque l'on est un de ces étudiants afin de ne pas sombrer dans le pessimisme ?

Quand, avec un diplôme élevé, on vise un poste à responsabilité, avoir confiance en soi, travailler ses qualités propres, soigner sa culture, son élocution, ses savoir-être, ses modalités comportementales, tout en gardant une bonne dose d'humilité et une capacité d'écoute : il nous manque encore l'expérience. Mais ceci est valable quel que soit le millésime de votre diplôme. Il est sûr que l'énoncé, ou la lecture de la date, 2020, pourra générer quelques temps, chez les DRH, un petit sourire en coin, mais il n'y a aucune bonne raison pour que ça en devienne un motif de classement vertical et immédiat des curriculum-vitae.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 26/05/2020 - 21:42
Wishful thinking
Gentil article, mais le problème c'est Plutôt le chômage de masse qui fait que ces pauvres jeunes vont l'être un certain temps (pauvres).
Laurher
- 26/05/2020 - 16:39
Merci pour ces conseils de
Merci pour ces conseils de bon sens. Je vais transmettre à ma jeune! L