En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 2 heures 4 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 3 heures 42 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 6 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 7 heures 30 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 8 heures 37 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 9 heures 41 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 10 heures 34 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 10 heures 59 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 11 heures 38 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 12 heures 2 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 2 heures 35 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 8 heures 16 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 8 heures 52 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 10 heures 21 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 10 heures 48 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 11 heures 32 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 12 heures 3 min
© Juan Mabromata / AFP
© Juan Mabromata / AFP
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

Publié le 26 mai 2020
La crise du coronavirus et ses conséquences économiques vont fortement impacter la génération des diplômés de cette année 2020. Quelles pourraient être les conséquences sur le marché du travail pour ces jeunes diplômés ? Quelle est la meilleure attitude à adopter face à cette perspective ?
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire. Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise du coronavirus et ses conséquences économiques vont fortement impacter la génération des diplômés de cette année 2020. Quelles pourraient être les conséquences sur le marché du travail pour ces jeunes diplômés ? Quelle est la meilleure attitude à adopter face à cette perspective ?

Atlantico.fr : Quel impact pourrait avoir la crise économique post-coronavirus sur les conditions d'embauche de la génération des diplômés de 2020 ?

Pierre Duriot : Il est vrai que le diplôme obtenu en 2020 pourra apparaître comme dévalorisé, mais ce sera du trompe l'oeil. La perception du diplôme a bien évolué, depuis ce bac quasiment obtenu à l'unanimité, donné et dévalorisé, disent certains, avec une assez juste raison. Les employeurs ne sont pas nés de la dernière pluie et n'ont pas que le diplôme comme indicateur. Ils se concentrent désormais, bien plus qu'avant, sur les savoir-faire et surtout sur les savoir-être, qui témoignent plus objectivement sur vos chances d'intégrer harmonieusement une entreprise, que la présentation d'un diplôme brut. Pour la pratique, ça ne devrait pas changer grand chose, parce que des employeurs ne peuvent pas faire l'impasse sur une génération, au prétexte que les cours n'auront pas tous été dispensés et que les examens n'auront pu être passés dans les conditions optimales. Déjà, hors pandémie, la différence est abyssale entre ceux qui se contentent de leurs cours et ceux qui glanent, de leur propre initiative, des informations périphériques et élargissent leurs champs de compétences en allant au-delà de ce qui est dispensé à l'école. Ceux-là auront télé-étudié, ce sera même un apport à faire valoir pour une future activité professionnelle. Le télé-travail, généralisé avec plus ou moins de succès pendant la crise, va, à coup sûr, devenir quelque chose de plus fréquent que par le passé. Même si le diplôme aura un air dévalorisé, les compétences des candidats sont intactes, les employeurs sauront les déceler et ce sera aux candidats les mettre en valeur, selon le jeu habituel des entretiens d'embauche.

A-t-on d'autres exemples de génération de diplômés sorti des bancs de l'école ou des universités en temps de crises ?

Bien sûr, nous avons la génération de 1968, qui a obtenu, à son époque, des diplômes considérés quelques temps comme dévalorisés et on ne peut pas estimer aujourd'hui que les Soixante-huitards aient eu des carrières au rabais, loin s'en faut et pour certains, ce serait même le contraire : ils ont surfé sur ce millésime devenu mythique. Plus prosaïquement et surtout plus courant, il y a les diplômes obtenus, par exemple, dans le 93, qui n'ont pas non plus une image d'excellence aux yeux des recruteurs. Ils peuvent les associer à une culture, un langage ou des comportements, inappropriés en entreprise, là encore, parfois avec raison. Mais comme le dit l'adage désormais à la mode : pas d'amalgame. Le candidat diplômé, brillant, doit savoir et sait, sortir du lot lors d'un entretien d'embauche. Il reste, de toute façon, une part de déterminisme social, une « prépa » à Henri-IV aura toujours plus de panache qu'une autre en quartier sensible ou dans une obscure ville moyenne de province, mais cela, quelle que soit l'année d'obtention et les vicissitudes de l'actualité.

Quelle attitude adopter lorsque l'on est un de ces étudiants afin de ne pas sombrer dans le pessimisme ?

Quand, avec un diplôme élevé, on vise un poste à responsabilité, avoir confiance en soi, travailler ses qualités propres, soigner sa culture, son élocution, ses savoir-être, ses modalités comportementales, tout en gardant une bonne dose d'humilité et une capacité d'écoute : il nous manque encore l'expérience. Mais ceci est valable quel que soit le millésime de votre diplôme. Il est sûr que l'énoncé, ou la lecture de la date, 2020, pourra générer quelques temps, chez les DRH, un petit sourire en coin, mais il n'y a aucune bonne raison pour que ça en devienne un motif de classement vertical et immédiat des curriculum-vitae.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 26/05/2020 - 21:42
Wishful thinking
Gentil article, mais le problème c'est Plutôt le chômage de masse qui fait que ces pauvres jeunes vont l'être un certain temps (pauvres).
Laurine
- 26/05/2020 - 16:39
Merci pour ces conseils de
Merci pour ces conseils de bon sens. Je vais transmettre à ma jeune! L