En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

04.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville

07.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 8 min 52 sec
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 2 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 13 heures 5 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 18 heures 45 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 19 heures 47 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 22 heures 13 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 23 heures 10 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 1 jour 24 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 48 min 37 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 2 heures 22 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 16 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 18 heures 32 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 19 heures 4 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 22 heures 50 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 23 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 1 jour 41 min
© DR / Universita Bocconi
© DR / Universita Bocconi
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

Publié le 26 mai 2020
Coût de l’immigration, État providence, austérité, le professeur de Harvard Alberto Alesina, mort cette semaine, ne se retranchait pas derrière la façade universitaire pour s’abriter des polémiques.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coût de l’immigration, État providence, austérité, le professeur de Harvard Alberto Alesina, mort cette semaine, ne se retranchait pas derrière la façade universitaire pour s’abriter des polémiques.

Atlantico.fr : Quel regard portez-vous sur les travaux de l’économiste Alberto Alesina, en particulier sur les questions liées à l’État-providence et à l’immigration ?

Michel Ruimy : De nombreuses études ont souligné, ces dernières années, que l’augmentation de l’immigration pourrait entraîner un changement profond dans les systèmes de protection sociale des pays industrialisés. Certains, dont Alesina, remarquaient que le rejet de l’État-providence est plus élevé dans les régions où les immigrants se trouvent en plus grand nombre et prédisaient que si l’Europe devenait plus hétérogène en raison d’une immigration dynamique, les divisions ethniques seraient alors instrumentalisées pour réduire la taille de l’État-Providence.

Cette conclusion - corrélation négative entre redistribution des revenus et montée de l’immigration - appelle plusieurs remarques.

Tout d’abord, plusieurs enquêtes statistiques ont montré qu’il n’y a pas de lien robuste entre soutien de l’Etat-providence et hostilité à l’égard des immigrés. En d’autres termes, les dépenses sociales ne bénéficient pas nécessairement aux « autres ».

Mais surtout, pour bien appréhender la thèse avancée, il faut tenir compte du contexte, de la vision sociétale du pays, de l’organisation de la Société. Par exemple, en matière d’ascension sociale, les Américains considèrent la possibilité d’ascension sociale comme un substitut à la redistribution : si les « pauvres » les plus méritants sont capables de sortir de leur condition, il est alors inutile de les aider par la générosité publique. Ceux qui ne s’en sortent pas par leurs propres moyens ne la méritent pas. Par contre, les Européens, dans leur grande majorité, estiment que les pauvres sont malchanceux, qu’ils sont dans l’incapacité d’améliorer leur sort même quand ils s’y efforcent, et que, par conséquent, ils ont besoin de l’aide et de la protection des gouvernements face à une économie de marché impitoyable et inéquitable.

Cette vision sociétale - l’hétérogénéité d’une communauté tend à affaiblir sa solidarité - soulève notamment la question de l’existence et de la place d’un Etat-providence, de la place du travail, de la logique d’assistance et de solidarité et, en filigrane, dans un univers mondialisé, celle de l’intégration et du soutien économique aux immigrants. En outre, la conséquence - l’importance des flux migratoires risquent d’affecter fortement voire d’affaiblir les préférences en matière de redistribution - est discutable. Une menace extérieure tend, en effet, à produire une solidarité accrue parmi les citoyens d’un pays. Dans la mesure où l’immigration peut être envisagée comme une menace qui vient de l’extérieur, elle peut également renforcer la solidarité à l’intérieur de communautés spécifiques.

Quel a été l’impact de ce chercheur sur notre compréhension actuelle des liens entre les facteurs économiques et les relations sociales ?

L’immigration constitue aujourd’hui une préoccupation centrale des électorats occidentaux. Afin d’attirer des suffrages, les partis politiques, ont dû, bon gré mal gré, se positionner sur cette question. C’est pourquoi, les travaux d’Alesina et d’autres peuvent servir de socle et / ou étayer les thèses développées.

Si redistribution des revenus et immigration sont, dans une certaine mesure, incompatibles, comment comprendre les raisons de cette contradiction ? Par ailleurs, quel objectif doit-on privilégier ou donner la priorité ? Un idéal de justice sociale serait-il compatible avec une ouverture totale des frontières ? La réponse est peu aisée pour des populations européennes, beaucoup plus homogènes dans leur manière de pensée, ayant historiquement marqué leur inclination pour des politiques sociales généreuses et aujourd’hui confrontées à l’arrivée massive et rapide de migrants d’autres régions du monde. Une modification en matière de politique migratoire pourrait modifier l’équilibre de long terme.

En la matière, la défense d’une politique généreuse en matière d’immigration et celle des acquis de l’État-providence sont, en France, deux politiques mises en avant par la Gauche. Le fait que la première ait pour conséquence le rejet de la seconde oblige nécessairement les sympathisants, les militants et les Responsables politiques de la Gauche à la réflexion et à questionner notamment leur projet de mode de gouvernance étatique.

Sommes-nous aujourd’hui sortis du paradoxe souligné par Alberto Alesina entre demande d’égalité et baisse de la demande de redistribution ?

Le choc entre la générosité de l’Etat-providence et l’arrivée d’un nombre important de migrants est une source inévitable de tensions. La hausse brutale du nombre de demandeurs d’asile dans les pays développés a pu attiser ces peurs, comme l’ont montré les récentes campagnes électorales.

D’autre part, aux Etats-Unis et dans plusieurs pays européens, si les personnes ont tendance à surestimer largement le nombre d’immigrés dans leurs pays respectifs, elles sous-estiment, en revanche, largement le statut économique des immigrés du point de vue du capital humain (taux d’emploi, qualifications, revenus, contributions aux prestations sociales…). Plus elles sont convaincues du faible statut économique des immigrés, plus elles sont hostiles à la redistribution.

Cette vision se développe chez les couches les plus vulnérables de la population et dans des environnements où les taux de chômage, de précarité, de pauvreté sont élevés. Ceci suggère que le lien causal entre immigration et soutien à l’État providence n’est pas tant dû à un « manque de solidarité » mais plutôt à un jugement d’impact négatif de l’immigration sur l’économie.

Or, il est intéressant de souligner que bien qu’il y ait, d’après l’INSEE, environ deux fois plus d’immigrés au chômage que de nationaux, l’origine de ces croyances à l’égard de l’immigration est surtout acquise de façon indirecte, à travers les discours de partis se positionnant à la droite de l’échiquier politique. Ce résultat confirme l’idée d’Alesina selon laquelle le lien entre immigration et redistribution repose partiellement sur des entrepreneurs politiques qui promeuvent des idéologies anti-redistributives.

La Gauche est ainsi confrontée à ses paradoxes. Généralement plus favorable à l’Etat-providence, celle-ci pourrait voir le soutien de l’opinion à ce dernier s’effriter en raison de la perception, justifiée ou stratégiquement exagérée par les partis de Droite, de la générosité croissante de l’Etat-providence à l’égard des migrants au détriment des autochtones.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 26/05/2020 - 18:57
Immigré et immigré.
Ganesha: si vous pouviez les voir en vrai, ces papys Atlantico, je doute fort que vous les aborderiez en les insultant comme vous le faites sur ce site. Certains sont moins déglingués que ce que vous imaginez et vous vous seriez probablement prudemment en retrait.
Sur l'article, je le trouve plutôt louvoyant. Il y a une affirmation sur le nombre d'immigrés qui serait "surestimé par les populations" qui est de nature à faire sourire et qui témoigne du déni de réalité d'une partie de nos " élites". Sur le statut social des immigrés qui, lui, serait sous-estimé, Il conviendrait aussi de distinguer suivant l'origine des immigrés. Ainsi on sait qu'aux USA, le statut social des immigrés d'origine asiatique, notamment chinois-vietnamien- coréen est beaucoup plus élevé que celui des autres. Les USA , comme le Canada ou l'Australie attirent en général une immigration de plus haut niveau, en éducation et en revenu que nous. Le haut niveau de notre " état providence " et le laxisme de nos contrôles attirent chez nous plutôt ceux qui ne peuvent pas aller chez les autres, faute de remplir leurs conditions plus restrictives.
Ganesha
- 26/05/2020 - 13:29
Economie de Marché Impitoyable et Inéquitable
Citation :
''les Européens, dans leur grande majorité, estiment que les pauvres sont malchanceux, qu’ils sont dans l’incapacité d’améliorer leur sort même quand ils s’y efforcent, et que, par conséquent, ils ont besoin de l’aide et de la protection des gouvernements face à une économie de marché impitoyable et inéquitable''.
Mr. Ruimy reconnait donc ici que la majorité des citoyens européens refusent le Libéralisme, qu'ils sont opposés à la Loi de la Jungle, où seul les plus forts survivent, à la Liberté du ''renard dans le poulailler''.
C'est pourtant la politique officielle de l'Union Européenne, et l'opinion que défendent beaucoup d'abonnés de ce site, qui profitent de l'anonymat pour nous jouer le rôle de Sylvester Stallone dans Rambo : je m'amuse souvent à imaginer les petits vieillards déglingués qui m'apparaitraient si je pouvais les voir ''en vrai'' !
JBL
- 26/05/2020 - 11:41
La gauche
Et on peut même ajouter que l'immigration est le fond de commerce de Terra Nova. Les musulmans plutôt que les ouvriers. D'ailleurs Macron et toute sa bande, commence a déroulé le tapis rouge à la gauche, adoratrice des musulmans. Clientélisme oblige.