En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

04.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville

07.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 23 min 48 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 1 heure 57 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 18 heures 7 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 20 heures 20 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 22 heures 25 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 23 heures 30 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 1 jour 16 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 1 heure 40 min
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 12 heures 40 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 18 heures 20 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 19 heures 22 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 22 heures 46 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 23 heures 59 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 1 jour 33 min
© EVARISTO SA / AFP
© EVARISTO SA / AFP
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

Publié le 25 mai 2020
Le Brésil, avec 350 000 cas le 23 mai est le deuxième pays au monde touché, en valeur absolue, par la pandémie. Mais contrairement à d'autres pays, dont les Etats-Unis, l'épidémie y est en pleine accélération.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Brésil, avec 350 000 cas le 23 mai est le deuxième pays au monde touché, en valeur absolue, par la pandémie. Mais contrairement à d'autres pays, dont les Etats-Unis, l'épidémie y est en pleine accélération.

Le Brésil, avec 350 000 cas le 23 mai est le deuxième pays au monde touché, en valeur absolue, par la pandémie. Il se classe après les États-Unis (1 652 000), ces chiffres étant à rapporter à un total mondial de 5 361 000 cas. On voit aussi monter le Pérou (112 000 cas), le Chili (65 000), le Mexique (63 000)… Ces chiffres sont très sous évalués, mais ils marquent le déplacement de la maladie vers l’Amérique latine, un ensemble de pays émergents plus fragiles d’un point de vue sanitaire et surtout économique. Dans ces pays en particulier, le confinement ne peut être envisagé, notamment sur une longue période. Par exemple, le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, estime que l'urgence consiste à relancer l'économie. « Oui, nous devons faire avec la pandémie. Mais le plus important, en dépit des souffrances et des pertes humaines, c'est que le système de santé ne soit pas submergé ». Pas si simple, mais au moins le Président Mexicain le dit !

1 million de cas : trois fois plus que le chiffre officiel au Brésil ?

C’est, selon la BBC (Hard Talk) qui cite une étude de l’Université de Sao Paulo, le vrai chiffre de cas au Brésil. Ce pays demande une attention particulière, la situation économique et financière y étant fragile, pour des raisons de pauvreté et de promiscuité. Les Brésiliens, mais ils ne sont pas les seuls, font en outre remarquer que les propositions sanitaires de l’Organisation Mondiale de la Santé :
- « se laver fréquemment les mains avec une solution hydro-alcoolique ou à l’eau et au savon
- éviter les contacts proches : maintenir une distance d’au moins 1 mètre avec les autres personnes, en particulier si elles toussent, éternuent ou ont de la fièvre.
- tenez-vous informé et suivez les conseils de votre médecin »,

sont impraticables dans des endroits sans eau courante, où plusieurs personnes vivent dans la même pièce et sans médecin. L’OMS sait-il à qui il parle ?

COVID-19 : les nouveaux pays affectés par la pandémie

En nombres absolus, l’épicentre de la pandémie est toujours aux Etats-Unis, mais avec l’idée que les nouvelles infections devraient peu à peu s’atténuer, avec 25 000 cas par jour et un taux de guérison de l’ordre de 80%. On comprend alors que les marchés financiers regardent ailleurs : vers un risque de « deuxième vague » qui affecterait les pays les plus touchés par la première, les pays d’Europe et surtout les États-Unis, sachant qu’une autre première vague avance en Amérique Latine, pesant sur une situation humainement et économiquement critique.

Cette logique par vagues est extrêmement importante pour bien prendre en compte la vitesse de l’épidémie dans trois pays : France, États-Unis et Brésil. France, où le processus décélère, États-Unis, où sa vitesse est constante et Brésil, où il accélère. C’est cette logique par vagues, qui donne la clef de la propagation de la pandémie, avec deux inconnues : celle des vrais chiffres, de plus en plus difficiles à connaître dans les pays moins développés, celle de l’évolution des cas, au fur et à mesure que le confinement sera partout levé.

France : baisse, États-Unis : stabilisation, Brésil : accélération, les 3 vagues de la pandémie

Les bourses regardent toujours les situations économiques et les capacités de rebond

Les marchés intègrent ainsi, dans leurs évaluations, à la fois l’importance des chocs économiques et financiers et les capacités de rebond des entreprises et les résistances des budgets. Le Nasdaq, avec les GAFAM, sort grand vainqueur de l’épreuve, pas le Cac 40 affecté plus sans doute par les messages préoccupants sur la situation économique et politique française.


La poursuite de la reprise dépend des soutiens des politiques budgétaires : le jugement de la Cour Fédérale Allemande est-il une bénédiction ?

Les Banques Centrales sont le pendant indispensable des politiques budgétaires destinées à atténuer l’effet de la pandémie, surtout, puis bientôt à préparer le rebond. Dans le cas américain, on voit que la Fed (la Banque Centrale Américaine) ne pose pas de problème pour mener cette politique d’achats de bons du trésor, puisqu’elle appelle le gouvernement à augmenter son soutien budgétaire, en se refusant à des taux négatifs à court terme. C’est donc en faisant baisser les taux longs que tout se jouera.

En Europe en revanche, le 5 mai, la Cour Fédérale Allemande semble donner un coup d’arrêt, au moins dans le cadre allemand, à des achats de bons du trésor. La Banque Centrale Européenne indique ne pas être astreinte à ce jugement, mais la BUBA ne peut faire comme s’il n’avait pas eu lieu. Depuis, les programmes publics de dépenses continuent (soutien au chômage partiel : 250 milliards d’euros, soutien à des secteurs en difficulté : 500 milliards) ce à quoi vient s’ajouter le 18 mai une proposition Franco-allemande d’un programme de 500 milliards supplémentaires.

Ce programme de 500 milliards est exactement ce que la Cour Allemande récuse : un système où l’Union Européenne s’endette, en fonction des poids des pays, et affecte les sommes collectées aux pays et aux secteurs en fonction de leurs besoins de relance, suite au Covid-19. Bref un système de transfert. En fait, en bloquant la voie antérieure où c’était la BCE qui compensait les écarts de situation, en faisant beaucoup baisser les taux allemands ce qui empêchait les taux italiens de beaucoup monter, les politiques sont forcés d’aller plus loin : dissocier les ressources financières des emplois. On dira que c’est une « union de transfert » qui naît, en fait la poursuite d’une logique fédérale. L’état de New York en finance d’autres aux États-Unis, comme au Mexique, au Canada ou au Brésil, sans que l’on demande à chacun d’équilibrer ses comptes pour la bonne raison que c’est impossible. La richesse se polarise dans les capitales et certains états, en fonction de leurs avantages comparatifs. Merci Karlsruhe ?

Les écarts de rémunération réelle des bons du trésor se poursuivent

L’inquiétude née de la Cour Fédérale Allemande semble s’atténuer, les marchés intégrant l’idée que l’engagement d’Angela Merkel vers la réécriture des Traités va permettre, sous conditions bien sûr, des transferts entre états. Plus profondément, on voit monter l’esquisse d’une politique industrielle, couplant des soucis de souveraineté sanitaire, de reconsidération des chaînes de production trop mondialisées et d’écologie. Derrière, la logique paraît politiquement puissante : l’écologie n’est pas un problème national ! Dans ce contexte, la montée des taux longs italiens devrait se réduire.

Pétrole : c’est d’un peak demand que l’on parle !

Rien ne se règle rapidement du côté du prix du pétrole, même si la guerre de surproduction Arabie Saoudite Russie s’éloigne (elle tuait les deux belligérants). Mais l’encoche sur la croissance est là et les nouvelles réorganisations de production et d’échange vont peser, donc de moindre croissance de la consommation de pétrole. C’est pourquoi le vieux souci de peak oil, qui était la limite de production pétrolière, devient celui de limite de la hausse de la demande, ce qui va poser des problèmes structurels à nombre de pays du golfe ou, plus proche de nous, à l’Algérie.


Le dollar encore et toujours superstar

Alors, si l’on ajoute que les États-Unis se lancent dans une politique de déconfinement, et donc que l’activité économique va remonter, au prix de plus de cas et de décès, avec une Fed qui soutient, l’espoir remonte en peu et, en termes relatifs, le dollar. Notons que les tensions croissantes sur les négociations avec l’Union Européenne pour le Brexit pèsent sur la livre sterling. Enfin, si l’on ajoute la crise sanitaire qui atteint le Brésil à la baisse des prix du pétrole et à celle des produits agricoles, plus les tensions politiques, on comprend la chute du Réal.

Plus le temps passe, plus le drame de la pandémie se déroule et se voient ses effets sanitaires bien sûr mais aussi et de plus en plus structurels. Vivre avec le Covid-19 : pas le choix, encore faut-il pouvoir le supporter. Le mieux serait de prévenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 25/05/2020 - 13:55
Dr. Juvin
Une note d'espoir : il semble que le président brésilien a décidé de permettre à un maximum de brésiliens de bénéficier du traitement du pr. Raoult.
Un essai sur quelques millions de volontaires suffira-t-il pour convaincre le dr. Juvin ?