En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

04.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville

07.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 42 sec
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 47 min 34 sec
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 3 heures 19 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 19 heures 29 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 20 heures 1 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 23 heures 47 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 25 min 22 sec
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 3 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 14 heures 2 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 17 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 19 heures 42 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 20 heures 44 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 23 heures 11 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 1 jour 7 min
© PETER KLAUNZER, Jim WATSON / AFP / POOL
© PETER KLAUNZER, Jim WATSON / AFP / POOL
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

Publié le 25 mai 2020
Les accords de paix commerciale ont été détruits par le coronavirus. Le président américain a une fois de plus déterré la hache de guerre, redresser des barrières commerciales et il veut que ses électeurs le sachent.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les accords de paix commerciale ont été détruits par le coronavirus. Le président américain a une fois de plus déterré la hache de guerre, redresser des barrières commerciales et il veut que ses électeurs le sachent.

Pour Donald Trump, la Chine est coupable d’avoir laissé partir ce virus à la conquête du monde entier. Coupable de ne pas l’avoir arrêté à temps. Coupable d’avoir tenté de détruire le système économique mondial en obligeant la planète à tout arrêter.

Donald Trump a fait son choix. Il faudra que la Chine paie les dégâts d’une façon ou d’une autre.

Alors, personne ne sait si le président américain pense vraiment ce qu‘il tweete et sur quelles preuves il s’appuie, mais ce que l’on sait, c’est qu’il tient absolument à ce que son électorat sache qu’il est en colère et pourquoi il l‘est.

La guerre froide qu’il avait déclarée en arrivant à la Maison Blanche s’était pourtant un peu calmée, compte tenu du principe de réalité. Mais depuis l‘épidémie de coronavirus et surtout depuis que l‘Amérique du Nord est au centre de cette invasion virale, le président américain a ressorti les armes. Cette guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis ne terminera donc jamais.

Avec ce virus qui nait et se développe sur le territoire chinois, cette administration chinoise qui n’a que tardivement communiqué – et sûrement minimisé le nombre de victimes, il n’en fallait pas moins à Washington pour se lancer dans une nouvelle confrontation avec son grand rival chinois.

La Chine pensait pourtant s’être sortie de ce mauvais piège, en ayant fourni à la fois les informations scientifiques qu’elle avait découvert sur le coronavirus et les résultats de ses premières recherches, en confinant toute une partie de sa population dans des conditions très strictes et enfin, en produisant des matériels de protection à destination des autres pays touchés. Avec ce partage d’informations et d’expérience, la Chine pensait avoir convenablement géré l’épidémie vis-à-vis du reste du monde. D’autant que, pour terminer, Xi Jinping est allé, fin de semaine dernière, promettre au monde entier qu’il allait partager à tous les peuples, le bénéfice du vaccin que ses chercheurs chinois allaient découvrir. Cette promesse a peut-être été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Parce que, pour beaucoup, Xi Jinping montrerait ainsi qu‘il a sans doute beaucoup de choses à se faire pardonner. Mais comble de la fourberie, il vient promettre un vaccin contre le Covid qu’il n’a pas, à un moment où l'Occident avance à grand pas.

Donald Trump ne décolère donc pas sur cette « peste chinoise », qui a plongé son pays dans un marasme économique, avec un chômage touchant près d’un Américain actif sur 4. C’est donc le facteur qui pourrait menacer sérieusement son ambition de réélection.

La confrontation va donc reprendre de plus belle, et tous les coups – ou presque – sont permis. Les terrains d’opposition ne manquent pas entre les deux puissances.

D’abord, sur le front diplomatique. Alors que dans beaucoup de pays, et notamment les Etats-Unis dans un contexte où Donald Trump est en campagne électorale, la crise sanitaire a exacerbé les envies protectionnistes, la Chine veut montrer qu’elle est toujours ouverte au reste du monde.

Nombre d’experts s’accordent d’ailleurs à dire que la Chine a, par le biais du Covid-19, renforcé ses contacts internationaux. Des équipes médicales qu’elle a pu envoyer dans un pays comme l’Iran, fortement touché et où cela a été très bien accueilli, aux ponts aériens mis en place avec bon nombre de pays pour la livraison de masques, France, Italie, Allemagne, Israël…. Sans compter que la Chine a déjà des liens très forts avec le continent africain, à qui elle prête beaucoup d’argent et dans des conditions bien meilleures que l’Europe ou les Etats-Unis.

Sur le plan commercial et financier, la bataille a delà démarré. Les Etats-Unis vont restreindre l’accès de leurs marchés financiers aux entreprises chinoises et leur faire comprendre qu’elles sont indésirables. Alors que des noms comme Alibaba ou Baidu, comme une centaine d’autres entreprises chinoises, viennent chercher des dizaines de milliards de dollars sur les bourses américaines pour se développer, le Congrès américain voudrait maintenant restreindre leurs possibilités de cotation aux Etats-Unis. La loi exigera que les entreprises chinoises voulant accéder à Wall Street prouvent qu’elles ne sont pas financées et contrôlées par l’Etat chinois. Il faut dire qu’une entreprise chinoise, Luckin Coffee, a récemment été au cœur d’un scandale de fraude, avec des chiffres de ventes trafiqués par les dirigeants chinois en vue d’accéder à Wall Street et à ses investisseurs, lesquels ont aujourd’hui perdu beaucoup d’argent puisque la valeur de Luckin Coffee s’est effondrée depuis son entrée en bourse.

Il y a donc un problème de confiance et les candidatures chinoises seraient donc sujettes à un audit renforcé, ce qui a de quoi les dissuader. Baidu, le moteur de recherche chinois, réfléchirait déjà à quitter New York. Alibaba aussi.

Troisième champ de bataille : la technologie et la course à l’innovation. Au cœur du conflit, il y a toujours le constructeur de téléphone Huawei et le déploiement de la 5G. Les Etats-Unis viennent de prolonger les restrictions vis-à-vis de l’entreprise chinoise, jusqu’en mai 2021 au moins, arguant que Huawei représente une menace sur la sécurité nationale. La Chine serait en passe de riposter avec sa propre liste noire, sur laquelle pourrait figurer des noms comme Apple, Cisco ou même Boeing. Mais côté chinois, ce n’est encore qu’une menace assez vague. La Chine a plus besoin des technologies américaines que l’inverse. La technologie américaine, elle, a besoin des débouchés chinois. Et pas que.

A terme, on pourrait donc arriver à une technologie à deux visages : l’une américaine, l’autre chinoise. Comme cela a déjà été le cas quand Huawei, interdit d’utiliser Google et Android, a mis en place ses propres systèmes. Évidemment, pour les Etats-Unis, cela poserait la question de la relocalisation de sa production et de l’accès aux terres rares.

Enfin, les droits de l’Homme, dont le non-respect par Pékin oppose toujours la Chine et les Occidentaux. Les Etats-Unis viennent de rallonger leur liste noire – encore une – des entreprises chinoises exerçant des activités contraires aux droits de l’Homme, et notamment celles impliquées dans la surveillance des Ouïghours, la minorité musulmane chinoise.

Tout cela intervient, alors que la Chine va adopter cette semaine une loi de sécurité nationale à Hong Kong, qui avait été en proie à des émeutes violentes fin 2019. Alors que Hong Kong bénéficiait jusque-là d’une certaine autonomie, cette loi, jugée liberticide, viendrait la mettre un peu plus sous le joug des Chinois. Ce qui déplait fortement aux Etats-Unis et qui effraie beaucoup le monde des affaires, dont les intérêts pourraient être cette fois alignés avec Donalt Trump.

A priori, le pouvoir chinois sait ce qu’il fait. A priori, le pouvoir est exercé absolument et sans contre-pouvoir. Tous les moyens de communication un peu dissidents ont été fermés. Sauf que, quand on regarde les réseaux sociaux en détail, on s’aperçoit que le contrat de confiance qui existait entre le peuple et Pékin a été fissuré. Notamment chez les étudiants et les hommes d’affaires. Maintenant l’opposition a peu de moyens pour s’exprimer. D’autant qu'il existe un autre contrat entre le peuple et son président au terme duquel tout le monde choisit le développement de l'économie au bénéfice de tous, à tout risque de désordre. Donc Xi Jinping a choisi de redonner la priorité à la reprise économique, et à l’emploi. Alors, les libertés individuelles, de penser et de communiquer, de contester aussi, toutes ces libertés attendront avec la complicité silencieuse du peuple.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 25/05/2020 - 14:45
Ouvrir enfin les yeux
Si Pekin ferme les usines de Foxcom ( Taiwan) qui assemblent les téléphones Apple, Apple sera évidemment très embêté, mais tous ceux qui sous -traitent en Chine , dont Apple, organiseront massivement la délocalisation de ces productions ailleurs qu'en Chine, en Asie , en Europe de l'est etc.. cela ne ferait qu'accélérer ce qui va se passer de toute façon. La Chine n'est plus un site de production bon marché : main-d'oeuvre de plus en plus chère ( dépasse même certains pays d'Europe de l'est), cadres et ingénieurs peu fiables qui passent à la concurrence après deux ou trois ans de présence, espionnage industriel, vol de propriété intellectuelle, environnement légal et juridique hostile etc...Il est urgent de quitter ce pays sauf pour y vendre sur place si on ne peut faire autrement. Cette crise du coronavirus aura eu au moins ce bénéfice d'ouvrir enfin les yeux de nos élites sur la réalité de ce géant prédateur et pas du tout amical ni coopératif.
philippe de commynes
- 25/05/2020 - 13:51
"La Chine a plus besoin des technologies US que l’inverse"
Et les auteurs de citer Huawei ..., alors que cette affaire précisément le dément , dans un premier temps Trump a interdit aux fondeurs américains de semi-conducteurs de vendre à Huawei ... et Huawei s'en sortait très bien ...et c'est pour çà que Trump à accrus ses sanctions d'un cran, il compte interdire (d'ici quatre mois) aux fondeurs étrangers aussi de vendre à Huawei,et là ne plus pouvoir s’approvisionner auprès des Taïwanais de TSMC est un gros problème ... La Chine peut se passer des technologies Américaines, pas (encore ?)de celles de ses voisins.
Quand à la supposée incapacité des Chinois d'agir en représailles ..., si Pékin décide de fermer les usines d'assemblage d'Apple ( pour infraction à l'environnement, les normes sociales, à partir du moment ou ils se permettent la même dose de mauvaise foi que Trump tout est permis), vous ne croyez pas qu'il va y avoir un krach sur Apple et le Nasdaq ?