En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

04.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

05.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

03.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

04.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

05.

Olivier Duhamel bénéficiait d'un réseau d'influence et de puissantes protections

06.

Il donne un coup de boule au principal de son collège. Ouf il ne l’a pas décapité…

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 22 heures 28 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 5 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 5 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 7 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 5 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 7 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 7 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 7 heures
Atlanti-Culture

"De l’autre côté de la Frontière" : Juste un bon Polar de plus

Publié le 23 mai 2020
Dominique Clausse pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Clausse est chroniqueur pour Culture Tops
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

De l’autre côté de la Frontière

De Dessins : Philippe Berthet, Scénario : Jean-Luc Fromental
Editions Dargaud, 66 p. 15,99 €

Recommandation

Bon

Thème

« De l’autre côté de la Frontière » est un polar réalisé de main de maître, par un tandem prestigieux, Berthet au dessin et Fromental au scénario. Ce dernier a imaginé son récit à partir de l’histoire vraie du père du célèbre Commissaire Maigret, Georges Simenon. Dans l’immédiat après-guerre, Simenon a vécu une dizaine d’année aux Etats-Unis, y assouvissant son féroce appétit de vie, nourri de sexe, d’alcool, d’aventures et d’écriture. Sur ce modèle, Fromental a donc créé le personnage de François Combe, auteur de polars francophone (qu’on devine Belge, même si ce n’est jamais mentionné clairement) vivant dans cette région frontalière entre l’Arizona et le Mexique. Combe va se mettre dans la peau de son personnage de roman, un célèbre détective, en essayant de résoudre une série de crimes horribles, dans laquelle un de ses amis est impliqué.

Le lieu est un élément important du récit, en plein désert mythique de Sonora, et est symbolisé par la ville de Nogales, ville américano-mexicaine coupée en deux par la frontière. Combien de polars se sont basés sur ces villes frontières, où le passage de l’autre côté était comme un renoncement à la moralité. En voici donc un de plus.

Points forts

Les amateurs de polars en Bandes Dessinées devraient ici trouver leur compte. Le scénario est maîtrisé du début à la fin, avec son lot de fausses pistes et de rebondissements, les personnages sont bien typés, pas vraiment de bons et de méchants. Le clivage est celui de la Frontière. Les Américains riches d’un côté, et les Mexicains pauvres de l’autre. L’esclavagisme historique des noirs est ici remplacé par son petit frère économique. Les Mexicains passent la Frontière tous les jours, récoltent un salaire de misère, et sont soumis aux caprices de leurs patrons américains. Les vices et les turpitudes de ces derniers n’ont rien à envier à leurs ancêtres esclavagistes.

Le dessin de Berthet affiche la même maîtrise que le scénario de Fromental. Il faut dire que ce n’est pas sa première incursion dans cet univers américain du milieu du XXème siècle. Que ce soit avec son « Privé d’Hollywood » (3 tomes aux éditions Dupuis), ou sa série des « Pin-up » (10 tomes chez Dargaud), il a toujours montré une prédilection pour cette période de l’histoire des Etats-Unis et est passé maître dans l’art de restituer les ambiances de ces époques. La légèreté de son trait, qui est une des caractéristiques essentielles de ce dessinateur, saisit avec peu d’effets les ambiances les plus contrastées, des plus bucoliques aux plus perverses.

Points faibles

Cette BD dégage une atmosphère extrêmement conventionnelle. La maîtrise évoquée dans les points forts enlève également toute originalité à cette aventure. On la lit sans surprise, elle est très agréable à suivre, mais s’oublie rapidement une fois la dernière page atteinte. Aucun personnage ne nous surprend dans son comportement, et, en dehors d’un rebond du scénario sur la fin du récit, le respect des conventions du genre diminue un peu l’enthousiasme du lecteur. Le personnage de François Combe, par exemple, aurait pu être plus travaillé et exploré dans ses perversités et ses excès, en gardant en tête son miroir du monde réel, Georges Simenon.

En deux mots ...

POLAR AGREABLE, MAIS SANS SURPRISE

Même si l’enthousiasme n’est pas au Rendez-vous de cette chronique, ne boudez pas votre plaisir en découvrant cette BD. A côté d’ouvrages qui bousculent les codes du genre, c’est agréable d’en avoir également qui cochent toutes les cases. Et quand en plus, c’est mis en dessin par Berthet, c’est une raison supplémentaire de la lire et de la déguster graphiquement. Lire une BD de Berthet, c’est comme regarder un vieux film des années 50. On s’attend à voir apparaître Humphrey Bogart ou Lauren Bacall à chaque coin de page. Les cadrages sont soignés, les décors magnifiques et épurés, pour laisser la vedette aux personnages, et en particulier aux personnages féminins que Berthet dessine comme peu de ses confrères.

Une illustration

L'auteur

(d’après BD Gest pour Fromental)

Né à Thorigny sur Marne le 22 septembre 1956, Philippe Berthet est un auteur de BD certes reconnu, mais qui, de mon point de vue, est resté aux portes de la Renommée qu’aurait dû lui ouvrir son immense talent. Je l’ai découvert pour la première fois dans les pages de la revue Circus (la revue de BD des éditions Glénat), au début des années 80, avec « le Marchand d’Idées », une série réalisée conjointement avec Cossu (4 tomes parus chez Glénat), et c’est peu dire que cela a été un choc. Cette série de science-fiction bousculait tous les codes du genre de l’époque, et le dessin de Berthet apparaissait déjà d’une grande maturité. Sans donner la liste exhaustive de toutes ses BD, on peut citer son « Privé d’Hollywood », l’histoire d’un détective privé dont les enquêtes se passaient dans le milieu du cinéma à Los Angeles (avec Bocquet et Rivière au scénario, trois tomes chez Dupuis), puis sa célèbre série des Pin-Up (avec Yann au scénario, 10 tomes chez Dargaud), ou encore, plus récemment, sa série « Nico », avec Duval au scénario (3 tomes, chez Dargaud).

Après dix ans dans l'édition, Jean-Luc Fromental s'adonne à la presse, la publicité, la télévision et bien sûr, la bande dessinée. En 1981, il crée (avec José-Louis Bocquet) L'Année de la bande dessinée. En 1983 il lance le bimestriel Métal Aventure et prend en 1985-86 la rédaction en chef du mythique Métal hurlant. Il fait ses premières armes dans le dessin animé en 1986 comme co-scénariste de la série Bleu, l'Enfant de la Terre, réalisée par Philippe Druillet, puis travaille en 1991 sur le projet de long-métrage de Moebius, Starwatcher. En 1994, il conçoit la série animée Il était une fois pour 26 dessinateurs de BD. Il s’oriente vers le long-métrage d’animation, avec l’adaptation du roman de Roy Lewis Pourquoi j’ai (pas) mangé mon père que réalisera Djamel Debbouze en 2012. En 2003, il revient vers l'édition en créant au sein de la maison Denoël le label de bande dessinée adulte Denoël Graphic qui a publié notamment Tamara Drewe de Posy Simmonds ou La Genèse de Robert Crumb. Jean-Luc Fromental s’est aussi illustré comme scénariste de bande dessinée : il a écrit pour des artistes tels que Floc’h, Loustal, Stanislas (Les Aventures d’Hergé), Chaland, Blexbolex, Miles Hyman, Jano. Il est l’auteur d’une trentaine de romans, récits de voyage, contes et bande dessinées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires